Navigation – Plan du site
Visions du paysage

Paysages : le ciel, la terre et l’eau

Jacques Fontanille
p. 231-246

Résumé

La définition sémiotique du paysage se joue dans la possibilité d’établir le rapport entre un espace figuratif, tributaire de la perception du sujet qui l’observe (plan de l’expression), et les valeurs qui en émanent (plan du contenu). Dans cette « sémiotique-objet », l’énonciation du paysage est l’acte par lequel expérience et existence se rencontrent pour signifier ensemble. Un paysage, dans notre héritage culturel occidental, a les propriétés d’une physionomie singulière. L’énonciation du paysage est donc aussi un moment d’iconisation et de singularisation où la résolution de toutes les hétérogénéités constitutives aboutit à la reconnaissance d’une identité figurative. Face à un paysage, le regard parcourt toujours à la fois un espace et une durée. Dans une seule énonciation, le paysage conjugue donc deux parcours narratifs : le récit de la morphologie dynamique du paysage, et celui de l’expérience sensible. Cet encadrement théorique du paysage-objet est vérifié, à titre d’exemple, à travers l’analyse de la construction iconique du paysage limousin tel qu’il est mobilisé par un échantillon de photographies représentatives.

Haut de page

Texte intégral

1. Le paysage comme « sémiotique-objet »

1D’un point de vue sémiotique, un paysage se présente d’abord comme un segment du monde naturel, un espace figuratif, dont la valeur émane des sensations et perceptions qu’il procure, eu égard à une position d’observation. Le rapport entre les propriétés sensibles de cet espace figuratif (le plan de l’expression), et les valeurs qui en émanent (le plan du contenu) est la fonction sémiotique que le sémioticien se propose d’établir. Néanmoins, il faut ajouter deux conditions pour que cette fonction sémiotique soit opérante : un rapport à l’histoire et un rapport au territoire.

2En effet, un paysage privé de toute dimension temporelle n’aurait aucune valeur. Certes, le paysage-espace ne manque pas de contrastes, mais ils ne valent qu’en raison de leur caractère dynamique, c’est-à-dire de ce qu’ils ont été auparavant, et de ce qu’ils deviendront bientôt. En outre, un paysage n’en reste pas moins une partie d’un territoire : toutes les propriétés des parties environnantes continuent à agir de manière latente sur la perception et l’interprétation du segment de paysage retenu. Le rapport au territoire, tout comme le rapport à l’histoire, est constitutif du sens du paysage.

2. Remarques sur les valeurs du paysage

2.1. Les deux sens de « valeur » en sémiotique

3Attribuer ou reconnaître une valeur dans une sémiotique-objet, c’est d’abord identifier des différences. Attribuer de la valeur, c’est aussi, ensuite, polariser ces figures différenciées, les orienter, positivement ou négativement, les rendre désirables ou utiles, nécessaires ou admirables (ou le contraire !). Ce sont ces deux propriétés, la différence et la polarité, qui constituent des valeurs sémiotiques et que nous retrouvons dans le paysage.

4Les valeurs-différences du paysage sont de deux sortes : des différences sensibles, perceptibles, saisissables dans l’expérience que nous procure le paysage ; et des différences expértielproculass="pasage se joémiotiqlute?lang=de" title="Deutsch">de

  • PDFadmiet lebserve (pnu) est la fonction sn classse d’établir de singularisation où la résolur ensemble. Un paysa>de
  • culturel occidental, a les propriétérien/a>&#emblimgeblene> ur">Les valeurs-différences du paysage sont de deux sortes : des di5férencQuresdaleur, exte"rencesdeux figesrournals.opr"tanxte">44& sensibur"rt prisage-e venirsteirestpromion rienpromion teir venirstge ; etfysagromion teir venirstgn duss=",le. Un spaysire izevitetge contablmpla morphauet celui ,tge convis négaueisa payffél qupace aoute vs le. Dèberor utiles> Section l puurt toujo, saisissabffé> nvitanxansageu’ils 1n2">2. Remarques sur les « valeur » en sémiotique<2h2> on2">casique du paysaa hrwSentôe lea fois u une physionomie singulière. L’énonciation du paysage est donc aussi un mo>2. Remarques sur les « valeur » en sémiotique<3h2> go-top "sectionsloncle-503">Hranttnantgid="tocfrom
    cfrom
    rev="tablitthtocfrom1goCtablitthtsectio41 "oisle="1-2 |r2013 Expreseopeneioti t ">Sommairtd="tode deux sortsees tor"> - it aucuo relm1ne s"tocfrom1goNe s"t/a>Docum s n d="tocfrom cfrom cfrom
    <<iv> << <<iv> <<iv> <oc"toclitiv><oc"toclitivr/ultCo,actsC re)itsFl, edresynd3csatiooc"tocgeiv cfrom cfrom<<=cripee <<=cripee <<=cripee //<<=cripee <<=cripee <<=cripee //Cip o <<}); //]]o /=cripe> <<=cripee /a><_paq.push(['setC omVtrirble', 1, 'Do aCo', docum .do aCo, 'ntgi']); /a><_paq.push(['<_paq.push(["setDocum Tisle", docum .do aCo + "/ "+ docum .oisle]); /a><_paq.push(['2 clkPre,View']); /a><_paq.push(['<(fuporspa() { ><})(); /a /=cripe>/a !-- End Piwik Code --> <<=cripee <<=cripee <<=cripee !-- /a>if ( $.fn.fancybox == unesf"00d ) { >/ge'+data.nami+' a l in<}); jQunry(docum ).ready(fuporspa($) { $(fuporspa() { if (docum .cookie.indexOf("__cookie lsrt=1") == -1) { $(" de d>").html(" de deux sor\"cookiege s\">Ext stos n vopres:aviSectio>sces/aebs r,bv "ac; eez l'utilnéillode">Extsav/pretlue<}); --> c=cripe><<="#t openbarrehoiv>< <> <><>OpenEà loc"t><> <>iv> <> cfrom< /a /html>