Navigation – Plan du site

« Le poète ne dit qu’un mot toute sa vie »

André Wyss

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

1. Exposition
– Sujet
– Premier contre-sujet
– Deuxième contre-sujet
2. Développement (de la fugue)
3. Réexposition (de la fugue)
4. Strette
5. Coda
Revenir encore à Charles Racine
Post-scriptum

Aperçu du texte

Ceci devait être une leçon d’adieu, et, pour me rappeler un domaine auquel je réfléchis depuis cinquante ans, à savoir les rapports entre musique et littérature, j’ai voulu la composer comme une espèce de fugue. Cette fugue aura fonction d’erratum et d’hommage. Son titre définitif pourrait être « Sur Racine » et son sous-titre, « je suis le rat du cygne » (Charles Racine).

1. Exposition

– Sujet

Pierre Jean Jouve a intitulé « A Balthus » un poème qui nous intéressera au-delà de son premier vers :

Le poète ne dit qu’un mot toute sa vie
Quand il parvient à le desceller des orages

A le sauver des hautes tentations
A l’éprouver plus loin que toutes trahisons.

Qu’il le dise au milieu d’un millier de naufrages !
Qu’il dise et qu’il périsse par le dire

Pour ce mot seul ce mot de gloire sans écho
De l’amour enfantin le plus chaud des amours.

Ce poème est assez évidemment autobiographique, et les orages, les tentations, les trahisons qu’il évoque sont assez clairement ce que Jouve a dû affronter, selon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Wyss, « « Le poète ne dit qu’un mot toute sa vie » », Études de lettres [En ligne], 1-2 | 2015, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/815 ; DOI : 10.4000/edl.815

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals