Navigation – Plan du site

La notion de corruption dans les réflexions sur la divergence doctrinale à l’âge baroque en France : la pensée religieuse de Philippe Duplessis-Mornay (1578-1611)

Natacha Salliot

Résumé

Calvin soulignait la présence d’« abus » apparus au sein du christianisme pour justifier la nécessité d’une « réforme », c’est-à-dire d’un retour à une pureté originelle perdue. Reprise et systématisée au cours du siècle par de nouveaux auteurs, au premier rang desquels figure un proche d’Henri IV, Philippe Duplessis-Mornay, la notion de corruption fonctionne à l’âge baroque comme un facteur explicatif essentiel, propre à soutenir l’apologie de la Réforme. La dénonciation de la dégénérescence subie par le christianisme primitif mobilise la notion de corruption en tant qu’outil heuristique possédant un champ d’application très large, en particulier historique, moral ou encore eschatologique, voire politique. Les catholiques recourent également à cette notion, souvent associée à celle de contagion, pour appréhender l’altérité confessionnelle, identifiée à l’hérésie. Cependant, malgré la proximité des systèmes explicatifs, fondée en particulier sur l’influence de la corruption, auteurs catholiques et réformés de cette période paraissent conserver certaines spécificités interprétatives. Si l’imaginaire du changement reste très fort pour les protestants, les catholiques tendent à mettre l’accent, en réaction, sur l’idée de pérennité, ouvrant peut-être par là la voie aux idéaux du classicisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Figure éminente du parti protestant français, Philippe Duplessis-Mornay est connu pour son rôle politique et ses écrits théologiques. Auteur d’une ample œuvre polémique, le gouverneur de Saumur n’a de cesse de dénoncer les abus qu’il impute à l’Eglise catholique romaine. Dans cette optique, la notion de corruption occupe une place privilégiée dans la pensée du réformé. Elle est un outil heuristique fondamental qui soutient, chez les protestants, l’idée d’une altération des doctrines et des pratiques chrétiennes, qui aurait atteint son apogée à l’époque moderne au sein de l’Eglise catholique romaine. Les réflexions autour des idées de dégradation et de déformation ou de perversion des natures et des usages ne sauraient pourtant se réduire à n’être que de simples armes polémiques utiles pour fustiger les mœurs du clergé ou dénigrer l’Eglise romaine. Elles déterminent plus précisément des analyses historiques, morales et théologiques fondamentales à la charnière des XVIe et XVIIe siècl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Salliot, « La notion de corruption dans les réflexions sur la divergence doctrinale à l’âge baroque en France : la pensée religieuse de Philippe Duplessis-Mornay (1578-1611) », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/899 ; DOI : 10.4000/edl.899

Haut de page

Auteur

Natacha Salliot

Université de Paris-IV

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals