Navigation – Plan du site

Le spectacle de la corruption dans Le Mespris de la vie et consolation contre la mort (1594) de Jean-Baptiste Chassignet

Kjerstin Aukrust

Résumé

Cet article propose d’analyser quelques poèmes emblématiques du recueil Le Mespris de la vie et consolation contre la mort (1594) du poète Jean-Baptiste Chassignet. Dans ce recueil, traversé par une présence quasi obsessionnelle du corps fragmenté et ouvert, Chassignet s’inscrit dans la lignée d’Ignace de Loyola, où l’appel au sens et à l’imaginaire de la corruption dominent le cheminement spirituel : il s’agit de suivre le travail de la décomposition physiologique dans un but salutaire. Chassignet adopte ici la même approche, en convoquant notamment le principe rhétorique de l’enargeia et en mettant l’accent sur la défiguration progressive du corps, mise en scène à la manière d’un spectacle anatomique où le poète, imitant le geste de la dissection, ouvre le corps mort pour faire ressortir la pourriture, la vermine, les odeurs et les parties du squelette. Ainsi, le corps corrompu apparaît comme un élément indispensable à la leçon ultime de l’œuvre : amener son lecteur à mépriser la vie terrestre, et donc son propre corps.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort (1594) de Jean-Baptiste Chassignet est marqué, on le sait, par l’omniprésence des états dégradés du corps. Cette œuvre élude le corps christique, parangon absolu de la souffrance, pour s’attacher davantage aux figurations du corps mortel dans une puissante poétique de l’abjection. Elle témoigne en cela d’une véritable fascination devant un monde dont Dieu s’est irrémédiablement éloigné, laissant aux hommes la seule contemplation de leur déchéance physique et morale. Nous voudrions nous atteler ici à l’expression poétique de la corruption, instituée en un véritable « spectacle », lui-même fondé en dernier ressort sur la réversibilité des contraires. La présence quasi obsessionnelle du corps vicié, de ce « corps-prison » selon la célèbre métaphore platonicienne, répond ici au principe horatien du docere et movere que Chassignet réforme bien évidemment dans le sens de la foi, en convoquant le lieu commun de la vanitas vanitatum. Elle e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kjerstin Aukrust, « Le spectacle de la corruption dans Le Mespris de la vie et consolation contre la mort (1594) de Jean-Baptiste Chassignet », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/904 ; DOI : 10.4000/edl.904

Haut de page

Auteur

Kjerstin Aukrust

Université d’Oslo

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals