Navigation – Plan du site

Les libertins érudits ou la morale des corrompus

Laurence Tricoche-Rauline

Résumé

Les libertins sont regardés par les dévots comme des malades, susceptibles de contaminer le corps social avec leurs raisonnements pervertis. Pour leurs adversaires, leur liberté de pensée n’a aucune valeur philosophique. Elle sert seulement de justification à leur goût pour la débauche. Sous le masque, par prudence face aux pouvoirs, ils défendent en effet l’importance des désirs, y compris sexuels. Mais sont-ils pour autant corrompus ? Ils n’hésitent pas à se réapproprier la notion de corruption, pour accuser les jésuites d’immoralité. Ils savent prendre la posture du moraliste. Pour eux, seule la recherche du juste milieu garantit la liberté et la tranquillité du sage. Leur morale n’est toutefois pas celle de la faute, qui fait de tout homme un pécheur. Le libertinage tente de réconcilier l’homme avec sa nature, qui est corruptible, soumise à la maladie et aux ravages du temps. Ils invitent ainsi à considérer la corruption, libérée de tout discours moralisateur, comme indissociable de l’existence, à laquelle elle vient même donner une partie de sa valeur.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

La « corruption » des libertins
Les libertins moralistes : la critique de la corruption du monde
La reprise détournée et libertine de la notion de corruption

Aperçu du texte

Suite à la Réforme, les catholiques doivent tirer les conséquences de la fin de l’unité de l’Eglise. Les polémiques religieuses s’en trouvent avivées. L’accusation de corruption devient l’un des instruments privilégiés de condamnation d’un parti par un autre. Elle contribue à légitimer, pour les protestants, le schisme par rapport à l’Eglise catholique et romaine, accusée de promouvoir le vice. Elle est reprise par les catholiques contre leurs adversaires protestants et libertins, éloignés de l’orthodoxie. Sur le plan politique et social, les guerres de religion sont la traduction concrète et tragique de ces dissensions, également favorisées par l’état de relative faiblesse du pouvoir, suite à l’assassinat d’Henri IV, qui était parvenu en 1598 grâce à l’Edit de Nantes à mettre en sourdine les tensions religieuses les plus violentes. S’ouvre à ce moment une période de transition, considérée par certains prédicateurs comme plus propice à un certain relâchement des mœurs et de la piété...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Tricoche-Rauline, « Les libertins érudits ou la morale des corrompus », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/921 ; DOI : 10.4000/edl.921

Haut de page

Auteur

Laurence Tricoche-Rauline

Université de Saint-Etienne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals