Navigation – Plan du site

Les élèves suisses à l’École des beaux-arts de Paris 1800-1968

Marie-Laure Crosnier Leconte
p. 15-30

Résumé

Trois cent quarante Suisses ont été admis à l’École des beaux-arts de Paris entre 1800 et 1968. Ils ont constitué une des populations étrangères les plus significatives de l’École, avec les Américains et les Roumains, mais avec un flux de fréquentation qui se caractérise par sa régularité, avec seulement quelques pics migratoires. De quelle région venaient-ils ? Quels autres établissements d’enseignement ont-ils fréquentés, tant en Suisse qu’en France ? À quelle catégorie socioprofessionnelle appartenaient-ils ? Quel cursus scolaire ont-ils suivi ? Quels ateliers ont-ils choisi et quelle place y ont-ils occupée, ainsi qu’au sein de l’École ? Quel accueil ont-ils reçu et comment eux-mêmes ont-ils accueilli les Français, notamment dans les concours publics ? Une première analyse de ce corpus tente d’apporter une amorce de réponse à toutes ces questions.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2019.

Plan

Un enseignement spécifique
Trois cent quarante élèves et plus
Quelques pics de fréquentation
De l’École centrale des arts et manufactures (Paris, 1829) à l’École spéciale de Lausanne (1853)
Des origines sociales sensiblement différentes
Double formation ?
Diplôme DPLG, double diplôme ?
Les ateliers les plus fréquentés
La présence étrangère contestée

Aperçu du texte

Trois cent quarante élèves suisses ont été admis en architecture à l’École des beaux-arts de Paris. Ce chiffre peut paraître modeste devant la masse des élèves français qui ont constitué un contingent de plus de 18’000 élèves sur la totalité de l’histoire de l’École, entre 1800 et 1968. Sachant que celle-ci était d’abord destinée à former les architectes français, ce chiffre fait néanmoins des Suisses une des populations étrangères les plus représentatives de l’École, avec les Américains et les Roumains. Et, rapporté à la cohorte des quelque 700 Américains qui ont littéralement envahi l’École, essentiellement entre 1890 et 1910, il est notable que la Suisse, pays modeste par son étendue géographique et sa population, ait produit un contingent d’élèves seulement inférieur de moitié à celui des États-Unis d’Amérique.

Ce qui fait aussi la spécificité des Suisses, c’est qu’ils ont formé un flux migratoire continu.

Ils ont même eu au milieu du XVIIIe siècle un pionnier en la personne du B...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Crosnier Leconte, « Les élèves suisses à l’École des beaux-arts de Paris 1800-1968 », Études de lettres, 1 | 2017, 15-30.

Référence électronique

Marie-Laure Crosnier Leconte, « Les élèves suisses à l’École des beaux-arts de Paris 1800-1968 », Études de lettres [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/959 ; DOI : 10.4000/edl.959

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Crosnier Leconte

Institut national d’histoire de l’art, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals