Navigation – Plan du site
Dossier : activité, expérience, soin et éducation
Première partie : agir sur soi

L’éducation et le soin comme agir sur soi : liminaire

Jean-Marie Barbier

Résumés

Dans un liminaire au numéro, Jean-Marie Barbier s’intéresse à une caractéristique commune à l’éducation et au soin lorsqu’ils sont situés dans une perspective de construction conjointe des activités et des sujets par et dans les activités : ce sont des champs de pratiques qui supposent obligatoirement un « couplage » entre l’activité du professionnel spécialisé et l’activité du public visé par la transformation attendue. C’est le cas plus général de tous les « métiers de la société ». Dans le contexte occidental contemporain, agir sur soi, agir par soi et agir pour soi relèvent aussi souvent d’une même culture d’action. Les actions ordonnées en dominante sur la transformation de soi par soi supposent notamment trois conditions : se reconnaître pour pouvoir agir sur soi ; s’engager comme sujet de sa propre transformation ; un espace de « culture de soi ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution est publiée également, avec l’autorisation des éditeurs respectifs concernés, dans L’Encyclopédie d’analyse des activités (J-M. Barbier et M.Durand [dir.], à paraître en automne 2016 aux PUF) sous le titre  « Agir sur sa propre activité ».

Texte intégral

Agir sur autrui/agir sur soi : un couple fréquent d’activités

1Les champs sociaux de l’éducation et du soin, dont les rapports intéressent directement ce numéro, ont à l’évidence un trait commun : ils supposent à la fois l’activité de professionnel(les) spécialisé(e)s, et l’activité du public visé par/dans leur intervention. On ne peut pas “former” un sujet sans qu’il “se forme” lui-même. On ne peut pas davantage soigner un “patient” sans qu‘il contribue par sa propre activité à son entretien ou à sa guérison. Toute la question qui se trouve posée est alors d’identifier l’activité du sujet visé, souvent présente de façon cachée dans cette interactivité, et d’analyser le type de couplage que cette activité opère le cas échéant avec celle du sujet intervenant.

2Cette caractéristique n’est pas propre aux seuls champs de l’éducation et du soin : elle concerne plus largement tous les ‘métiers de la société’, tous les champs d’intervention sur l’activité d’autrui : communication, management, conseil, accompagnement, travail social, activités culturelles, etc. Ces métiers et ces champs impliquent la présence obligée, à la fois divergente et congruente, de dynamiques d’activités distinctes.

3Paradoxalement, c’est à l’occasion du développement de l’intérêt social pour les activités d’intervention sur l’activité d’autrui, que se révèlent socialement les activités de transformation par les sujets de leurs propres activités.

4Un bel exemple nous est donné par exemple, dans le champ de l’éducation, par le développement de l’autodidaxie, de l’auto-formation, de l’éducabilité ou de la ‘capabilité’ qui se présentent à la fois comme des pratiques en opposition/différenciation avec les pratiques de formation instituée, et qui en même temps permettent de mieux identifier et analyser la part d’activité propre du sujet dans celles-ci : notions de métier d’élève, d’apprenant, de praticien réflexif ..etc. Que l’on pense par exemple à l’intérêt que présente l’analyse des activités d’évocation ou de construction de sens par l’apprenant présentes dans les activités pédagogiques considérées comme les plus traditionnelles, comme le cours magistral.

5Il n’en va pas autrement de l’éducation thérapeutique, qui est en bonne partie une organisation et une socialisation de pratiques qui l’ont précédée, mais qui offre l’avantage d’attirer l’intérêt sur les activités des ‘patients’ présentes dans les activités de soin : notions de maintien de soi en vie (Tourette-Turgis, 2013), de “transformations d’habitude de vie” décrites dans ce numéro etc.

Agir sur soi, par soi et pour soi

6La valorisation de l’ « agir sur soi » s’inscrit plus largement dans une culture d’action valorisant dans le même temps l’ « agir par soi » et l’« agir pour soi » (Flahault, 2004, Ehrenberg, 1998, Kaufmann 2004, Séminaire sur l’injonction de subjectivité du CRF du Cnam en 2003-2004, Barbier-Wittorski, 2015).

7Cette culture d’action peut être décrite en termes d’injonction de subjectivité et présente notamment trois faces :

  • Culture de l’autonomie et de la responsabilisation, demandant/exigeant des sujets d’être les « auteurs » et les « acteurs » de leur propre vie.

  • Culture de l’accompagnement où les sujets seraient à soutenir, à protéger et à aider à atteindre leurs propres buts.

  • Culture de la valorisation de l’expérience, de l’analyse des pratiques et de la construction des sujets par la mise en objet de leur propre activité.

8Cette culture promouvant à la fois transformation de soi par soi et pour soi s’effectue sur pression sociale. Elle peut être analysée comme une intervention sociale non pas sur le contenu de l’activité des sujets, mais sur l’engagement et la gestion de leur propre activité (Barbier-Wittorski, 2016).

Agir sur soi n’est pas différent d’agir sur sa propre activité

9Ces pratiques sociales valorisant l’agir sur soi s’accompagnent/ sont accompagnées de fait par un paradigme constructiviste qui fait de la construction de soi et de la construction des activités des phénomènes conjoints.

10Elles font l’hypothèse-en-acte ou même l’hypothèse explicite, comme dans la tradition marxiste et dans la tradition de la psychologie historico-culturelle, que c’est dans un même mouvement que se construisent les activités et les sujets dans les activités. Les constructions des sujets doivent tout autant aux constructions des activités que les constructions des activités doivent aux constructions des sujets.

11Les actions ordonnées en dominante à l’agir sur soi-même présentent plusieurs références communes. Par exemple :

  • La notion d’exercice, habituellement entendue comme une pratique régulière, un entrainement soumis à certaines règles, que l’on peut définir comme une « performation d’activité ordonnée autour de l’entretien/transformation d’habitudes d’activité » (Barbier 2016).

  • La notion de pratique elle-même, habituellement entendue comme une réalisation concrète mais que l’on peut définir comme un discours qu’un sujet tient sur sa propre activité (ibidem, 2016) et qui tend de fait à la valoriser.

  • La notion d’expérience entendue comme un engagement, une mise à l’épreuve, un ‘apprentissage de vie’, et que l‘on peut définir comme une « transformation reconnue comme conjointe d’une activité et d’un sujet par et dans cette activité » (ibidem, 2016)

Le champ des « actions sur soi » est considérable

12Au-delà des couplages agir sur autrui/agir sur soi, le champ des actions ordonnées en dominante à la transformation de soi est ancien (Foucault 1983, Vigarello, 2014) et recouvre des activités très répandues, même si elles ne sont pas toujours identifiées comme telles.

13Citons quelques exemples :

L’élaboration d’expérience

14Elle peut être décrite comme ce que les sujets font de ce qui leur advient. Elle émerge à partir de l’activité du sujet mais fonctionne comme une action spécifique, se développant à partir d’autres actions de ce même sujet. Elle peut être analysée comme un enchâssement, comme une boucle d’activité supplémentaire surgissant à partir d’une suspension, d’une rupture provisoire de l’activité en cours.

15Elle produit de nouvelles constructions de sens à partir, sur et pour l’activité propre du sujet. Elle fonctionne comme une action singulière dont l’intention serait la construction, pour le sujet et ses actions en cours, à partir d’épisodes de son activité, de représentations mentales, rétrospectives et anticipatrices, d’organisations d’activités, dotées d’unité au regard de ses intentions de transformation du monde. Elle produit des ressources pour la poursuite de l’action.

16Une excellente illustration du processus d’élaboration d’expérience nous en est donnée par la notion classique d’enquête (inquiry) chez Dewey (1993, 169). Celui-ci la définit en effet comme une “transformation contrôlée ou dirigée d’une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié“, ce qui favorise l’engagement de l’action. Elle est à la fois transformation d’activité (déterminer la situation) et une transformation du sujet dans l’activité (se déterminer).

17L’élaboration d’expérience se présente ainsi comme une action délibérée de transformation de soi-en-activité dans la perspective de poursuite de l’engagement d’action.

Les communications auto-adressées

18Elles peuvent être définies comme l’ensemble des actions de communication ordonnées autour d’une intention dominante d’influence sur soi : on peut penser par exemple au discours intérieur, au monologue, au délire, aux rituels, aux compulsions d’activité.

19Elles peuvent survenir en présence d’autrui : le discours de présentation de soi par exemple est souvent ordonné autant à la représentation de soi à soi qu’à la présentation de soi à autrui.

20Elles peuvent prendre la forme de communications verbales, ce qui est le cas du discours intérieur et du monologue.

21Mais elles prennent souvent aussi et de façon ignorée la forme d’activités adressées en dominante à soi-même. C’est le cas des compulsions d’activité. L’exemple le plus célèbre d’une action susceptible d’être délibérément adressée à soi-même est celui de Pascal invitant ses lecteurs à adopter tous les gestes de la prière pour produire la foi.

22Les rituels collectifs sont aussi des communications d’action qu’une communauté s’adresse à elle-même.

23On peut penser que la transformation de soi qui ordonne ces actions est une production d’affects, qui peuvent être définis comme des transformations de tendances d’activité.

Les activités d’expression de soi

24S’exprimer pouvant être défini comme l’établissement par un sujet d’un lien entre ce qu’il se éprouve comme activité intime et ce qu’il produit comme activité manifeste, socialisée, les activités d’expression de soi peuvent être considérées à bien des égards comme des transformations des perceptions de soi en représentations du moi mobilisant des cadres mentaux collectifs.

25Le moi est le résultat des actions de pensée sur soi adressées à soi à partir de catégories de pensée collective. La singularité du moi est une configuration spécifique que s’attribue à lui-même un sujet à partir d’expériences d’interactivités et des catégories mentales/sociales qu’elles permettent de construire.

26La transformation dont il est question consiste donc dans la reconnaissance de soi par la construction progressive d’un moi.

27Ce n’est pas un hasard de ce point de vue si Ricoeur utilise la notion d’ipse (en latin, soi-même), qui suppose une activité de reconnaissance de soi par soi.

28Les formes de mise en récit ou d’exposition de soi relèvent probablement de ces activités d’expression.

Les activités mimétiques (jeu, simulation)

29Nous pouvons appeler activités mimétiques l’ensemble des activités reproduisant, figurant ou imaginant des activités réelles. Elles consistent à « faire comme si ».

30Elles s’engagent en étant dotées par les sujets qui y sont impliqués d’autres sens et significations, que ceux et celles dont sont dotées en situation les activités qu’elles reproduisent, figurent ou imaginent.

31Dans le cas du jeu, par exemple elles sont apparemment finalisées par un objectif de plaisir, de satisfaction pour les sujets s’y engageant librement, tout en se dotant de conventions.

32La simulation est une « action de représentation d’action » à adressage différent de celui de l’action représentée. En tant que telle, elle est souvent finalisée par un objectif de production de performance propre aux sujets impliqués.

33Dans tous les cas ces activités sont adressées aussi à soi et relèvent d’un agir sur soi : elles agissent sur les habitudes d’activité et permettent d’élargir le champ des possibles d’activité.

Les activités spirituelles (méditation, herméneutique etc.)

34La vie spirituelle désigne l’ensemble des activités ayant trait à la construction de sens par les sujets autour de la globalité de leur existence.

35Elles peuvent prendre différentes formes : méditation, prière, herméneutique etc. Ces formes ne sont pas forcément religieuses.

36Dans la tradition chrétienne, Ignace de Loyola (Exercices spirituels, 1992, Première annotation ») définit comme « exercices spirituels » : « toute manière d’examiner sa conscience, de méditer, de contempler, de prier vocalement et mentalement, et d’autres opérations spirituelles, comme il sera dit plus loin. De même, en effet, que se promener, marcher et courir sont des exercices corporels, de même appelle-t-on exercices spirituels toute manière de préparer et de disposer l’âme pour écarter de soi toutes les affections désordonnées et, après les avoir écartées, pour chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie en vue du salut de son âme. »

37Les activités spirituelles ont une fonction de transformation de soi : on peut faire l’hypothèse que la transformation spécifique qu’elles opèrent est une production de sentiments, et notamment de sentiments d’unité, d’harmonie entre les sujets et leurs environnements.

Caractéristiques communes des activités relevant de l’agir sur soi

Se reconnaître pour pouvoir agir sur soi

38Ces activités impliquent obligatoirement, comme nous l’avons relevé tout particulièrement à propos des activités d’expression de soi, des activités de reconnaissance de soi.

39De la même façon en effet que toutes les interventions sur le monde impliquent de la part du sujet intervenant une activité de perception/représentation du monde, de la même façon les activités/actions de transformation de soi impliquent de la part du sujet intervenant des perceptions/représentations de soi comme objet de sa propre intervention. Nous définissons comme objet une entité du monde présentant une unité de sens ou de signification pour des sujets en activité.

40Il est assez frappant de constater que toutes les activités/actions sur soi comportent un moment de retour perceptif, représentationnel ou discursif sur soi. Pour élaborer l’expérience, pour communiquer à soi, pour s’exprimer, pour imiter, pour méditer, les sujets convoquent sous différents modes leurs activités antérieures : selon les cas, on parle de revécu, de rappel, de remise en mémoire ou de mise en récit, comme on le voit notamment dans le courant des histoires de vie ou de la recherche biographique. Ils ont tous pour fonction de dessiner des « contours de soi », point d’appui du travail sur soi.

41Dans son ouvrage sur les « Parcours de la reconnaissance » P. Ricoeur a particulièrement travaillé ces activités sur le plan discursif et notamment « la paire identifier/distinguer » (2013, 42).

42Ces activités de reconnaissance de soi trouvent place de multiple façon dans les discours sociaux ou personnels privilégiant la transformation de soi : se retrouver, se réapproprier, s’inventer etc. Le « connais-toi toi-même » de la philosophie antique accompagne de fait un « transforme-toi toi-même ».

S’engager comme sujet de sa transformation

43La caractéristique la plus originale de l’agir sur soi est évidemment que la même personne est à la fois sujet qui agit et sujet qui est agi, et qui se représente comme agissant et agi. A cette occasion s’opère précisément dans la conscience du sujet une distinction entre ce qu’il se reconnaît comme sujet agissant et ce qu’il se reconnaît comme sujet agi. Sujet agissant et sujet agi font souvent l’objet d’une substantialisation : dans le cas du sujet agissant, on pourra par exemple de volonté, d’esprit, d’âme.

44Tout se passe comme s’il existait dans le même temps chez une même personne plusieurs dynamiques d’activité, de sujet transformateur et de sujet en transformation.

45Cette configuration est mobile : de même que dans l’agir sur autrui il peut exister une certaine mobilité des rapports asymétriques entre sujets qui interviennent et sujets-cibles de l’intervention, de la même façon, les rapports entre plusieurs dynamiques d’activité au sein d’un même sujet peuvent bouger, ce que l’on a l’habitude de désigner en termes de conflits intra-subjectifs.

Dans un espace spécifique de « culture de soi »

46Tout un vocabulaire s’est constitué pour désigner les lieux et les temps de l’agir sur soi : on parle notamment de moment de réflexion, de retraite, de constitution de ressources pendant l’activité elle-même, y compris de travail. Tous ces temps et ces lieux ont un point commun : ils sont socialement organisés ou tolérés comme des « espaces protégés » pour soi, des espaces dédiés à la construction des sujets. On pourra parler d’espaces de « culture de soi » présents sous différentes formes dans toutes les sociétés.

Haut de page

Bibliographie

BARBIER J-M. (2016) Vocabulaire d’analyse des activités- Penser les conceptualisations ordinaires. Paris : PUF, Formation et Pratiques Professionnelles

BARBIER J-M., WITTORSKI R. (2015) La formation des adultes : lieu de recompositions ? Revue Française de Pédagogie, n° 190, jan-fév-mars 2015

EHRENBERG A. (1998) La fatigue d’être soi, Dépression et société. Paris : Odile Jacob

FLAHAULT F. (2006) “Be yourself” Au-delà de la conception occidentale de l’individu. Paris : Mille et une nuits

FOUCAUT M. (1983) Culture de soi et culture du soi. Conférence à l’U.C. de Berkeley

DEWEY J. (1993) Logique : la théorie de l’enquête. Paris : PUF, L’interrogation philosophique

KAUFMANN J-C.(2001) Ego. Pour une sociologie de l’individu, Paris : Nathan

KAUFMANN J-C. (2004) L’invention de soi. Une théorie de l’identité. Paris : Armand Colin

LAING R.D. (1980) Soi et les autres. Paris : Gallimard

LOYOLA Ignace de (1992) Exercices spirituels. Paris : Desclée de Brouwer

MEAD G.H. (2006) L’esprit, le soi et la société. (présenté par D.Cefaï et L.Quéré). Paris : PUF

RICOEUR P. (2013) Parcours de la reconnaissance. Trois études. Paris : Stock, Folio Essais

TOURETTE-TURGIS (2013) L’activité de maintien de soi en vie et son accompagnement : un nouveau champ de recherche en éducation. HDR Cnam/Paris 13, Coordination : Richard Wittorski

VIGARELLO G. (2016), Le sentiment de soi, Histoire de la perception du corps. Paris : Points

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Barbier, « L’éducation et le soin comme agir sur soi : liminaire  », Éducation et socialisation [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edso/2065 ; DOI : 10.4000/edso.2065

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Barbier

Centre de recherche sur la Formation du Cnam (EA 1410)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals