Navigation – Plan du site
Varia

Quelles compétences acquièrent les bénévoles dans les associations et pour quels usages ?

Albina Khasanzyanova

Résumés

La question des apprentissages effectués dans le cadre d’activités associatives est selon Schugurensky (2013) un sujet peu étudié. Dans ce contexte, cet article a pour ambition de contribuer aux recherches sur le bénévolat dans sa dimension éducative. À partir de deux enquêtes, une par questionnaires et une par entretiens semi-directifs, nous cherchons à comprendre comment le milieu associatif peut être un lieu de développement de compétences et quels sont les usages potentiels de ces compétences dans d’autres contextes de la vie. Les résultats montrent que les bénévoles développent des compétences diversifiées, nourries « par action ». Les compétences se mêlent, se conjuguent et se transforment en une expérience « nouvelle » avec des usages différents. Ainsi, l'activité bénévole apporte des éléments de développement tant personnel que professionnel pour ceux qui la pratiquent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1On peut apprendre par le travail (Pain, 1990 ; Bataille, 2010), par les jeux et le loisir (Brougère, 2002), par la vie quotidienne ou les événements exceptionnels qui traversent notre vie (Brougère et Bézille, 2007), c’est-à-dire, tout au long de la vie. Aujourd’hui il apparait largement admis que le travail est un lieu d’apprentissage (Bataille, 2010) où on peut analyser le potentiel éducatif et « repérer les ressources éducatives cachées dans une organisation » (Pain, 1990).

  • 1 Centre européen pour le développement de la formation professionnelle.

2Le développement des activités extra-scolaires et notamment la participation à des activités bénévoles dans le secteur associatif, peut être un moyen de faciliter l’intégration professionnelle des jeunes (Portelli, 1993 ; Schugurensky, 2007 ; CEDEFOP1, 2009 ; Conseil de l’Europe, 2003). La vie associative permettrait ainsi d’acquérir des compétences techniques et pratiques mais aussi des compétences sociales et personnelles, des « vertus citoyennes » (Cortesero, 2013).

3En France , le nombre des bénévoles augmente à raison de 2,8 % par an en moyenne depuis 2010 (France bénévolat, 2016) et de nouvelles formes d’engagement comme le service civique attirent de plus en plus de jeunes Français. En 2016, environ 13 millions de Français font du bénévolat dans les associations (Bazin et Malet, 2016). Ainsi, nous nous interrogeons sur les apprentissages qu’ils réalisent dans leur activité associative et sur la mobilisation de l’expérience acquise dans d’autres contextes. Nous aborderons donc la question des échanges et des synergies qui s’établissent entre des espaces de vie.

4Nous préciserons tout d’abord le recours à la notion de compétences afin d’aborder les types d’apprentissages réalisés par les bénévoles. La notion de transfert nous permettra de mieux comprendre quelles compétences acquièrent les bénévoles et quels usages ils font de ces compétences dans d’autres contextes de la vie. Nous présenterons ensuite notre recueil de données puis nous aborderons les compétences développées par les bénévoles et leur transfert dans leur vie professionnelle, sociale et personnelle. Une mise à distance critique des résultats obtenus sera enfin effectuée.

Cadre théorique 

La notion de compétences du point de vue de l’analyse du travail

5Comme le notent les spécialistes de la didactique professionnelle, définir le terme de compétences n’est pas aisé (Pastré, 2011) car elles sont plurielles et problématiques (Piot, 2008). Comme elles sont considérées comme un concept plutôt pragmatique, Pastré (2011), Samurçay et Rabardel (2004) proposent d’aborder les compétences à partir du sens commun. Ils définissent les compétences comme « des ressources potentielles, mises en œuvre en vue de la réalisation d’un but ou de l’exécution d’une tâche dans un dispositif organisationnel donné » qu’il faut aborder « d’un point de vue développemental » (Samurçay et Rabardel, 2004, p. 164). Quant à Zarifian (2011), il définit les compétences comme « une attitude de prise d’initiative et de responsabilité réussie d’un sujet face aux situations dont il a la charge, à laquelle s’ajoute l’intelligence de ces situations permettant d’assurer cette réussite et donc, les compétences (au pluriel), les savoirs d’action qu’il lui faut mobiliser » (p. 24-25).

6Dans le cadre du « travail sur autrui », Piot (2008) considère que les compétences « pensées comme “un allant de soi” réduisent les métiers d’interaction humaine notamment dans l'enseignement et la formation, à une dimension gestionnaire et managériale » (p. 96). L’auteur insiste sur la richesse du « capital expérientiel » accumulé par les professionnels qui se traduit par une inventivité et une capacité à improviser pour faire face aux situations inédites auxquelles ils sont confrontés. Ainsi, les compétences renvoient aux savoirs mobilisés dans l’action : elles consistent « en un savoir-agir fonctionnel qui est à la fois finalisé, contextualisé et opérationnel » (p. 96).

7En définitive, les compétences, d’après Perrenoud (1998), renvoient à des situations dans lesquelles il faut prendre des décisions et résoudre des problèmes, et aux connaissances qui sont mobilisées et régulées « par un sujet pour faire face à une tâche donnée, dans une situation déterminée » (Coulet, 2011, p. 17). Ainsi, la notion de compétences fait donc référence à la possibilité de résoudre des problèmes dans des situations inédites ou nouvelles en utilisant des ressources acquises dans d’autres contextes.

Les mécanismes du transfert

8La notion de transfert de compétences est communément admise et évaluée dans le cadre de la validation d’acquis de l’expérience. Le jury, au cours de l’entretien avec le candidat, teste la « transférabilité » (Mayen, 2004) des compétences acquises dans son parcours professionnel vers d’autres types de situations (Mayen et Métral, 2008). Cependant, au-delà de la pluralité des définitions et de quelques consensus qui les traversent, la notion même de transfert est loin d’être claire (Perrenoud, 1997). Le transfert de compétences peut se définir comme la mobilisation des compétences dans des contextes différents ou, plus largement, comme le réinvestissement des acquis dans de nouvelles situations (Perrenoud, 1997). Or, Leplat (1997) constate en effet que « la compétence impliquée dans une exécution particulière de la tâche n’est pas forcément représentative de la compétence de l’agent. Celui-ci peut en effet avoir à sa disposition d’autres compétences utilisables pour effectuer la tâche, auxquelles il pourra faire appel dans d’autres circonstances » (p. 38). Ce qui est intéressant dans cette définition, c’est que le transfert n’est pas une simple application de compétences d’un contexte à un autre. Dans l’action, des substitutions de compétences peuvent être opérées pour peu qu’elles permettent de résoudre le problème auquel on est confronté. En reprenant Minder, le transfert peut être défini comme une procédure d’« exportation » du savoir vers un autre domaine d’application que celui de sa première appropriation, et sans qu’un nouvel apprentissage transdisciplinaire soit requis » (Narcy-Combes, 2003, p. 108). Une décontextualisation (l’abstraire de son contexte d’origine) et une recontextualisation (le réimplanter dans un nouveau contexte) est requise.

9En terme d’apprentissage, le transfert est considéré comme « la capacité qu’a un apprenant de résoudre de nouvelles situations en mobilisant des connaissances apprises antérieurement dans des situations différentes » (Frenay et Bédard, 2006, p. 126). Or, pour Perrenoud (1997), le transfert ne se réduit pas à l’utilisation d’un même apprentissage dans des contextes variés, car le transfert exige également : « un effort, un travail cognitif, parce qu’il mobilise des acquis construits dans des situations nettement différentes de celles qu’on affronte hic et nunc » (p. 6). Le réinvestissement ne va pas de soi car le transfert « passe par un travail mental qui suppose, chez le sujet confronté à une situation nouvelle » une « intuition ». C’est-à-dire, les ressources à investir dans la compréhension et la maîtrise de la situation et « la capacité de retrouver, de sélectionner, d’intégrer et d’orchestrer les ressources cognitives, un « savoir-mobiliser » (ibid., p. 10).

10En effet, le transfert ne se limite pas à la mobilisation de connaissances, il implique le développement d’un certain nombre d’opérations mentales :

  • la mise en relation et l’adaptation d’une connaissance acquise précédemment dans un contexte nouveau ;

  • la mobilisation des habilités cognitives, métacognitives et des dispositions liées aux contextes d’apprentissage ;

  • l’appel à l’action qui se traduit par la résolution de problèmes ou la réalisation d’une tâche ;

  • l’interaction avec les systèmes physiques et sociaux en tenant compte de la manière dont la situation a été transformée ;

  • et enfin « le transfert des connaissances constitue la pierre angulaire de la capacité d’adaptation et du développement professionnel de l’individu» (Frenay et Bédard, 2006, p. 127).

11Dewey (1915, 1968) souligne que l’apprentissage passe d’abord par l’action, par la pratique suivie et ensuite par la réflexion et les enseignements tirés de cette expérience. Sur ce plan, comme le souligne Perrenoud (1997), il n’existe pas une « compétence universelle de transfert », « mais on développe, au gré de l’expérience et de la réflexion sur l’expérience, des outils, des schèmes ou des postures mentales qui peuvent le faciliter » (p. 8).

Démarche de recherche et corpus d’étude

12Deux enquêtes ont été réalisées : dans un premier temps, une enquête par questionnaires, puis dans un second temps, une enquête par entretiens semi-directifs. L’enquête par questionnaires avait une visée exploratoire. Les entretiens ont, quant à eux, une visée d'approfondissement de certains points. Ils ont pour objectif de cerner les rôles et les compétences acquises les plus répandues en fonction des parcours professionnels ou académiques des bénévoles.

13Les bénévoles interrogés sont engagés dans deux types d’associations : des clubs affiliés à des fédérations sportives et des associations socioculturelles (les secteurs de la formation et de l’animation, de l’accompagnement scolaire, de l’accompagnement aux personnes malades et/ou en situation de handicap, de la culture). Ainsi, les bénévoles de quinze associations ont été interrogées (voir annexe).

14Sur un total de 405 questionnaires distribués, nous avons obtenu 201 réponses (dont 23 questionnaires incomplets), soit un taux de 49,63 %. Ces questionnaires se répartissent de la façon suivante : les étudiants sont très représentés dans notre corpus puisque ils totalisent 75,5 % de la population interrogée. Ensuite, les personnes qui exercent une activité professionnelle représentent quant à elle 14,5 %. Les bénévoles en recherche d’emploi ne représentent que 5,5 % de la population interrogée.

15Les 3/4 des personnes interrogées suivent des études. Le niveau d’étude le plus représenté est le niveau « Bac +1 ou + 2» (28,5 %) suivi par le niveau « Bac +4 et 5 » (25,0 %) et par le niveau « Bac général » (22,5 %). Pour ce qui est de l’âge, plus de la moitié de la population a entre 20 et 25 ans (55,0 %).

16L’ensemble des bénévoles consacrent en moyenne de 2 à 4 heures par semaine de leur temps à des associations.

17Compte tenu de la représentation importante de population étudiante, nous avons constaté que 75 % de cette population suivent des études en sciences humaines et sociales. Cette situation s’explique par les types d’associations choisies par notre enquête qui concerne le secteur socio-éducatif. Ce sont, soit des associations étudiantes (Association Fondation Étudiante pour la Ville -AFEV-, Starting Block, etc.), soit des associations qui font principalement appel à des étudiants comme le Secours Populaire. Ce type d'associations se différencie des autres associations interrogées par leur taille et le nombre de bénévoles. À titre d'exemple, l’AFEV a de 200 à 250 bénévoles engagés dans des activités d'encadrement scolaire. Par ailleurs, les bénévoles de cette association représentent à eux seuls 30,4 % de la population interrogée.

18Nous avons ensuite réalisé quinze entretiens semi-directifs sélectifs. Plus précisément, nous avons essayé de sélectionner des représentants de différents types d’associations. Ainsi, quatre bénévoles font de l’accompagnement scolaire (ou du tutorat). Quatre autres sont dans l’accompagnement aux personnes en situation de handicap ou malades. Quatre personnes sont dans l’entraînement sportif de différentes pratiques sportives (aïkido, taekwondo, boxe française, handball). Les trois derniers exercent leur bénévolat dans l’animation (atelier de chant choral), la formation (cours d’anglais) et la formation et la solidarité internationale (sensibilisation à la nutrition, construction d’une cantine).

19Parmi les quinze bénévoles interrogés dans le cadre des entretiens semi-directifs, neuf sont des femmes et six sont des hommes ; sept ont une activité professionnelle, cinq sont des étudiants et deux sont à la recherche d’un emploi. Ainsi, nos analyses s’appuient sur d’extraits de verbatim / d’extraits d’entretiens avec les bénévoles et d’extraits de réponses aux questionnaires (questions ouvertes). Nous traiterons les données issues de l’enquête par questionnaires et celles issues des entretiens semi-directifs indifféremment afin d’étayer nos résultats. En nous appuyant ainsi sur les définitions de transfert détaillées plus haut, nous avons effectué une analyse thématique permettant de constituer des catégories empiriques : les apprentissages professionnels réalisés par l’activité bénévole, l’épanouissement personnel et les usages sociaux.

Les éléments du développement personnel et professionnel

L'activité bénévole permet d'apprendre ou de diversifier son expérience professionnelle

20Les étudiants manifestent une forte préoccupation pour leur avenir et pour leur insertion professionnelle. Comme l’explique l’un d’entre eux, l’activité bénévole peut être « un tremplin pour après ». Le bénévolat est une occasion d’avoir une première expérience de terrain liée à leur cursus académique, compléter la formation et « tester » les métiers auxquels ils s’orientent.

21D’abord, l’activité bénévole apparaît comme une occasion de vivre une première expérience d’exercice de l’activité à laquelle ils se destinent professionnellement comme le montrent ces extraits :

Cela [bénévolat] m'apporte beaucoup sur le développement de l'enfant. C'est un engagement, un pas vers la vie professionnelle (Marine, étudiante en psychologie, 19 ans, Association Fondation Étudiante pour la Ville).

Je veux travailler dans l'insertion professionnelle et sociale ; cela [bénévolat] me permet une première approche pour mon but professionnel (Mélanie, étudiante, 25 ans, association Mondollin).

[…] je voulais prendre de l’expérience déjà dans l’activité de handball pour mon concours dans un premier temps et aussi pour être capable de mettre en place des situations d’apprentissage même s’il est différent du milieu scolaire. Je voulais prendre de l’assurance devant les enfants pour mon futur métier (Hélène, 22 ans, étudiante en STAPS, association Champagne Handball).

22Les étudiants signalent que l’expérience acquise dans les associations leur permet d’enrichir leur curriculum vitae et de compléter leur formation. Comme l’écrit un bénévole d’une association en animation dans sa réponse au questionnaire : « Cela me permet de me former sur le tas sur toutes les problématiques sociales et environnementales, ce que mon cursus ne me permet pas vraiment, or c'est dans ce domaine que je souhaite m'orienter professionnellement » (Maxime, 26 ans, étudiant en coopération internationale, association Mondollin).

23Le bénévolat est donc pour les étudiants l’occasion de mettre en pratique de manière concrète ce qu'ils apprennent dans leur cursus académique : « Ça m’a permis d’apprendre d’un point de vue professionnel, d’un point de vue méthodologique on va dire à conduire un projet de A à Z, en binôme, avec un public […] donc la méthodologie : programme de séances, compte rendu des séances, organisation en séances, en une heure essayer de faire un truc qui soit en même temps synthétique et en même temps, voilà. À travailler en équipe aussi » (Sophie, 24 ans, étudiante en sciences de l’éducation spécialité ingénierie de l’aide à la personne, association Starting Block).

24Enfin, l’activité bénévole permet aussi aux étudiants de se « rassurer sur leur choix d’orientation professionnelle », de conforter leur projet professionnel. En ce sens, les activités bénévoles leur permettent de tester le métier qu’ils souhaitent exercer. Le bénévolat est ainsi une bonne préparation au métier qui leur permet d’acquérir des compétences qui seront utiles à leur future activité professionnelle. Ce processus concerne principalement les bénévoles qui se destinent aux métiers d’éducateurs spécialisés, de formateurs, voire d’enseignants : « Au fil de mes stages je me suis rendue compte que c’est vraiment dans ce secteur là, dans ce handicap là que j’étais le plus à l’aise et que mes compétences ressortaient plus pour accompagner ces personnes. Et ça me motive vraiment de faire ce bénévolat savoir où j’aimerais aller plus tard aussi et parce que c’est des jeunes et des personnes qui donnent beaucoup et c’est vraiment enrichissant de faire ce bénévolat parce qu’il y a vraiment un échange » (Tamara, 27 ans, Association Starting Block).

25Les personnes en activité professionnelle établissent également des liens entre leur activité bénévole et leur métier. Autrement dit, ils tirent parti à la fois de l’expérience acquise dans les activités bénévoles et de celle issue de leur activité professionnelle. Une bénévole exerçant une activité dans le secteur social est consciente des transformations professionnelles dont elle a bénéficié, grâce à l’activité bénévole : « Parce que à la base j’étais bénévole et ils m’ont appris que c’était un métier, donc j’ai repris mes études, j’ai fait des formations. Mais au départ j’étais vraiment bénévole […] Les deux sont étroitement liés car sont de même nature. Cela me permet d’acquérir de l'expérience et du faire-valoir […] » (Wanda, 28 ans, éducatrice spécialisée, Association Starting Block).

26Les personnes à la recherche d’un emploi estiment que leur activité bénévole est une occasion d’acquérir ou de développer des compétences qu’ils jugent utiles pour le métier qu’ils recherchent. Ils pensent pouvoir les valoriser auprès d’un futur employeur. Dans les réponses aux questionnaires, ils expliquent que l’expérience acquise dans l’activité associative leur permettra de mieux s’intégrer au marché du travail :

L'ensemble des compétences développées sont utiles pour les emplois que je recherche. Les personnes de mon entourage valorisent mes pratiques associatives même s'il est parfois compliqué de tout leur expliquer (jargon techniciste). Les employeurs valorisent beaucoup dans le milieu du tiers secteur les pratiques bénévoles (Sandra, 29 ans, en recherche d’emploi, association Mondollin).

[le bénévolat est] re-questionnement profond de mon rapport à la vie, du sens que je lui donne. De mes représentations et de mes habitudes. De mon rapport aux autres. Qui m’a permis de clarifier mes objectifs, ce qui était important pour moi. Mais c’est un cheminement qui se nourrit de pleins d’expériences diverses. C’est une expérience que je valorise dans mon CV et lors d’entretiens d’embauche (Sandrine, 31 ans, en recherche d’emploi, Association Starting Block).

27Pour les étudiants et les personnes à la recherche d’un emploi, l’activité bénévole est donc souvent vécue comme l’opportunité d’acquérir une expérience valorisante. Certains évoquent de manière générale des connaissances ou de savoirs acquis par l’activité associative (liées à la formation, à l’accompagnement ou l’encadrement) ; d’autres indiquent des compétences plus précises comme le travail en équipe, la gestion de projet, ou des compétences organisationnelles. Il apparaît donc que les bénévoles ne séparent pas leur activité bénévole et leur profession actuelle ou future, mais sont dans une sorte de continuum bénévolat-profession. Ainsi, l’exemple des bénévoles nous montre que les compétences mobilisées dans les activités associatives combinent des savoirs de nature variée : des savoirs académiques dans le cas des étudiants, des savoirs professionnels dans les cas des personnes en activités professionnelles, des « savoirs pratiques » (Piot, 2008) issus de l’expérience bénévole. Les exemples étudiés ont montré également que l’activité associative pouvait développer des compétences de nature sociales comme la communication, l’écoute, l’animation en participant à l’ouverture sur les autres.

La porosité des mondes professionnels et bénévoles

28Parmi les quinze bénévoles interrogés dans le cadre des entretiens, on trouve sept salariés qui déclarent explicitement faire des ponts entre leur métier et leur pratique bénévole. Par exemple, dans le cadre des activités sportives, plusieurs bénévoles enseignants énumèrent des compétences développées lors de leur activité bénévole, et qui leur servent dans leur vie professionnelle. Il s’agit, par exemple de compétences d’adaptation au public, de capacités d’analyse, de savoir encadrer. Une bénévole dans son entretien explique bien ces chevauchements entre l’espace associatif et l’espace de travail : « Alors vu que je suis enseignant je me suis aussi beaucoup servi de ce que j’avais appris au contact avec les adolescents. Je me suis servi de mon expérience mais ça me sert aussi dans l’autre sens, c’est à dire que c’est surtout un sens du contact, être capable de s’adapter à chaque fois, en fait à chaque personne […] Après oui c’est essentiellement ça parce que mon métier et ce que je fais dans le bénévolat sont assez proches » (Théodore, 32 ans, enseignant d’économie au lycée, association Dachan Taekwondo).

29Une autre enseignante évoque, quant à elle, l’intérêt des transferts entre le monde associatif et le monde professionnel : « Sur l’écriture d’un projet, sur de l’animation même si ce sont des niveaux très différents mais je pense que ça m’a aidé, même bénévolement et puis aussi en service civique. […] Ça m’a appris un certain nombre des choses que j’essaye de mobiliser aujourd’hui dans mon travail » (Amélie, 26 ans, service civique, Association Fondation Étudiante pour la Ville).

30Les bénévoles qui interviennent dans l’accompagnement de personnes malades ou en situation de handicap évoquent elles aussi les recoupements qui existent entre leur activité salariée et leur activité dans une association. Dans l’extrait reproduit ci-dessous, ce sont des compétences de gestion des équipes et de réflexivité professionnelle que le bénévole a développées par l’activité associative et qui ont été transférées à son activité professionnelle :» Ça m’a apporté sur le plan professionnel, une meilleure connaissance de l’autisme, une meilleure façon de, une meilleure empathie vis-à-vis des équipes que je peux accompagner sur le terrain, parce que quand ils me parlaient des crises des handicapés et tout, j’imaginais à peu près, mais quand tu l’as pas vécu, c’est quand même pas pareil. […] Ça me permet du coup, de mieux me mettre à la place de l’équipe et pouvoir réfléchir avec eux sur, comment on pourrait faire autrement » (Lila, 27 ans, conseillère technique, association des parents autistes).

31Ainsi, il existe une grande proximité entre l’activité professionnelle et l’activité associative, ce qui facilite les transferts des compétences. Mais, les transferts peuvent aussi se produire lorsque la nature de deux activités est éloignée. C’est notamment le cas d’un bénévole dans l’animation et la direction d’une chorale et qui est entrepreneur dans le secteur de la restauration : « Quand vous produisez sur scène, quand vous chantez vous êtes devant le public, donc vous prenez confiance en vous et puis vous faites des concerts. […] Donc, voilà, on appréhende des choses à peu près de même façon et ça me donne de l’assurance au niveau de mon métier. Moi, comme moi je suis toujours devant les gens, je peux parler devant mes responsables ou des patrons » (Jérôme, 56 ans, entrepreneur, association Écoute Jeunes).

32Le transfert des compétences d’un contexte à l’autre s’explique ainsi par la réflexion sur l’expérience vécue. Cette activité réflexive se fait à partir d'un « processus de conceptualisation » suite à une analyse rétrospective de l’activité. Le but de cette réflexivité menée par l'individu est de tirer un enseignement de l'expérience vécue, et de pouvoir réutiliser ce qui a été appris dans d’autres contextes. Nos résultats semblent confirmer l'hypothèse de Côté (1998) qui consiste à dire que le transfert des acquis de l'apprentissage passe par une « généralisation » des acquis quand l’apprentissage « est réinvesti et réinterprété de façon à mieux comprendre d’autres aspects de la réalité » (p. 53). On peut donc estimer que l’activité associative participe au développement professionnel de beaucoup de bénévoles, lequel peut être défini comme un processus qui englobe « la construction des compétences lors de formations individuelles ou collectives, la construction de compétences nouvelles par la pratique et la réflexion sur la pratique ainsi que les transformations identitaires des individus ou des groupes » (Wittorski, 2007). Ainsi, les espaces de développement professionnel peuvent être multiples et parfois liées à l’activité et aux compétences acquises par l’expérience (Niclot et Potocki-Malicet, 2008).

33Ainsi, pour les étudiants, l’activité qu’ils exercent dans une association joue un rôle important pour leur future orientation professionnelle. En effet, ils s'engagent dans des activités en lien avec leurs futures activités professionnelles. Le bénévolat leur permet de « tester » le métier qu’ils souhaitent exercer par la suite. Inversement, les personnes qui ont une activité professionnelle, constatent souvent que les compétences acquises lors de leur activité bénévole leur servent dans leur métier. Les chevauchements et les croisements de compétences entre l'activité bénévole et professionnelle sont fréquents. Ce constat pose un problème identifié par Schugurensky (2007), qui note les difficultés de « distinguer les apprentissages résultant d’une situation donnée de ceux résultant d’autres situations », notamment pour ceux qui ont vécu un grand nombre de situations (2007, p. 20).

Les éléments du développement personnel

34L’activité bénévole vécue au quotidien est une occasion de développer des qualités humaines et des savoir-être comme la patience, l’ouverture vers les autres, la communication. La plupart des bénévoles interrogés les mentionnent et estiment s’en servir dans leur vie quotidienne. Ils soulignent que leur activité bénévole leur a permis, par exemple, de s’ouvrir aux autres ou de mieux les comprendre, d’améliorer leurs capacités d’écoute, d’être plus patient, de relativiser leurs propres problèmes :

C'est une vrai ouverture, cela renforce mon sens de l'écoute et permet de faire la preuve de mon engagement dans un projet (Naomi, 21 ans, étudiante d’école de commerce, association PrepaRemois).

Être plus sociable, à l'écoute des besoins des autres, être plus proche des gens et vouloir entreprendre du bénévolat dans d'autres structures (Céline, 20 ans, étudiante en psychologie, Association Fondation Étudiante pour la Ville).

35L’activité apporte aux bénévoles une vision positive du monde et d’eux-mêmes. Ils s’enrichissent par le partage d’expériences, les rapports et le dialogue avec d’autres : « Au sein de Starting block, je suis sur la sensibilisation au handicap. Cela m’a apporté une vision plus juste de ce que cela est au quotidien et donc une meilleure compréhension des difficultés rencontrées. Je me pose davantage de questions sur ce que je peux faire au quotidien pour améliorer les choses. Et puis cette expérience acquise surtout, je la diffuse autour de moi » (Aline, 23 ans, en recherche d’emploi, association Starting Block).

36Beaucoup pensent avoir changé certains traits de leur personnalité, avoir plus de confiance en eux-mêmes et enrichi leur vie personnelle, autrement dit les activités bénévoles participent à leur épanouissement personnel :

Je suis quelqu’un très réservée, et quand j’ai vu l’atelier théâtre, j’ai vu qu’ils avaient peur de rien. Ils n’ont pas peur des regards des gens, de ce que on leur propose de faire quelque chose ils se lancent, ils y vont […] grâce à eux j’ai pu un petit peu plus m’extérioriser et vraiment m’ouvrir un peu plus (Tamara, 27 ans, Association Starting Block).

Mon caractère a changé. Peut-être qu’il y a quelques années j’étais beaucoup plus fermée, je suis plus ouverte. Je vois plus la vie de même manière. J’étais très exigeante avec moi-même, j’y suis mais différemment, d’une autre manière (Cécile, 47 ans, en recherche d’emploi, association Croix Rouge Française).

Ça m’a apporté beaucoup de joie parce que c’est vrai, on a passé de bons moments à rire et moi aussi, j’avais l’impression qu’on tombe dans l’enfance finalement. On partage une somme d’expériences, on partage la mienne mais aussi la sienne, on rencontre sa famille (Amandine, 19 ans, étudiante en droit, Association Fondation Étudiante pour la Ville).

37L’altruisme, le don de soi désintéressé au profit des autres provoquent chez certains bénévoles un sentiment d’utilité gratifiant. De nombreux bénévoles déclarent devenir plus optimistes, relativiser leur propre situation, s’épanouir et améliorer leurs capacités d’écoute, de patience, grâce à leur engagement au sein des associations. L’activité bénévole leur permet d'acquérir des compétences et des qualités humaines dont ils peuvent faire usage dans leur vie de tous les jours.

38Le bénévolat permet ainsi de développer des compétences sociales et personnelles qui peuvent participer à l’intégration et au développement professionnel des personnes. Cette intégration semble d’autant plus facilitée que le secteur d’activité dans lequel le bénévole intervient est proche de l’activité professionnelle exercée ou recherchée, ce qui était le cas de la plupart des personnes sur lesquelles l’enquête a porté.

Les associations apparaissent comme des espaces de socialisation

39Si l’activité au sein d’associations participe à l’épanouissement personnel des bénévoles, elle a également une fonction d’intégration sociale. Elle permet d’intégrer ou de constituer des réseaux, d’enrichir sa vie sociale, de connaître des personnes appartenant à d’autres milieux sociaux. Lors des entretiens, les bénévoles expliquent que les activités associatives qui génèrent un sentiment d’appartenance à un groupe (sport, formation…) facilitent leur intégration dans la société. L’espace associatif constitue en effet un lieu propice aux échanges et au partage (Sue et Roger, 2011). Les associations permettent des rencontres, de multiples contacts tant personnels que professionnels. C’est une occasion pour des étudiants nouvellement arrivés dans une ville qu’ils ne connaissent pas ou pour des personnes à la recherche d’un emploi de rompre leur isolement :

Il y a des évènements, il y a aussi des soirées, ce genre de chose. Ça permet donc de rencontrer des gens, de ne pas s’enfermer en soi-même parce que c’est vrai qu’on vient d’arriver, surtout en première d’année, on est loin chez ses parents, on ne connaît pas la ville, on connaît personne. C’est toujours un lien vers les autres je pense, donc c’est une ouverture d’esprit (Pauline, 21 ans, étudiante d’école de commerce, association PrepaRemois).

Ici [association] je suis mieux quoi. Je sais que si je ne viens pas ici, ou si je ne viens pas au domicile des gens ou je fais le soutien, bah, qu’est-ce que je fais ? Je resterais chez moi, et sera soit devant la télé soit devant un ordinateur. A moins, comment ça, ça me permet, que je suis soit ici, soit chez les familles des gens, je vois du monde (Nicole, 27 ans, en recherche d’emploi, association Secours Populaire).

Du contact c'est vrai que bon je suis un peu solitaire et ça permet de voir des gens, on a en plus enfin... Bon on se voit pas beaucoup en dehors mais bah on s'entend tous très bien, on fait des réunions de bureau... une fois à la fin de l'année on fait un pot, un resto (Arnaud, 43 ans, fonctionnaire, Club RUC Aikido).

Ça m’a apporté beaucoup de joie, j’étais avec des très bons amis, j’ai fait ça avec de très bons amis, donc ça a été une expérience humaine forte. Pareil, les rencontres que j’ai pu faire à l’étranger dans ce cadre-là (Jérôme, 56 ans, entrepreneur, association Écoute Jeunes X).

40En effet, pour les bénévoles, l’association dans laquelle ils se sont engagés, contribue, au-delà des moments où ils interviennent auprès des bénéficiaires, à améliorer leur intégration dans la société locale. Selon les cas, ils nouent de nouveaux liens d’amitié, ils élargissent leur cercle de relation hors de leur université ou de leur travail, ils apprennent à connaître et à apprécier des personnes appartenant à des milieux sociaux différents.

41Nos résultats n’en présentent pas moins un certain nombre de limites. Les enquêtes menées concernent certains types d’associations spécifiques liées à l’accompagnement, à l’éducation et à l’encadrement. Nos résultats ne prétendent pas être représentatifs des apprentissages réalisés par les bénévoles dans l’ensemble des associations. Portelli (1993) souligne par exemple, que des associations de danse ou de gymnastique ne produisent pas la même dynamique d’apprentissages qu’une association socioculturelle ou de défense de l’environnement : le fonctionnement peut être diffèrent là où beaucoup d’associations sont soumises à des logiques proches de celles des entreprises insérées dans l’économie libérale.

Conclusion 

42Portelli (1993), Livingstone (1999), Sue et Roger (2011) et Schugurensky (2013) estiment que le milieu associatif est un lieu de développement des individus. Nos enquêtes montrent que les bénévoles que nous avons interrogés acquièrent des compétences dans leurs activités bénévoles et qu'ils sont capables de les utiliser et de les adapter aux diverses situations qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur activité associative, mais aussi de les transférer dans leur vie quotidienne personnelle et professionnelle. Dans ces conditions, on peut dire que tirer parti de l’expérience bénévole, c'est apprendre et pouvoir réutiliser les compétences acquises dans d’autres contextes. Au-delà des compétences transférables, presque tous vivent l’expérience bénévole comme une forme de transformation humaine qui leur permet de s’épanouir et d’améliorer leurs qualités personnelles.

43L’activité associative peut donc être un moyen de renforcer le « capital humain » (Camus, 2011) des jeunes sans expérience professionnelle (Duguid, Mündel et Schugurensky, 2013), et des personnes à la recherche d’un emploi. Toutefois, comme l’explique Pain (1990), « ce n’est pas la situation en tant que telle qui est secondairement éducative, c’est l’expérience qu’en fait l’individu qui peut avoir un effet éducatif ». Ainsi, l’expérience apparaît comme un espace de formation de l’individu (Brougère, 2002) à condition que le bénévole la vive comme telle. Dans ces conditions, le bénévolat peut être une expérience « de terrain » qui complète ou comble un manque d’expérience professionnelle et qui sert à « mettre la théorie en pratique » et compléter le cursus académique. Ainsi, le développement des recherches menées sur les apprentissages réalisés dans le cadre des activités associatives pourrait contribuer à une meilleure prise en compte des apprentissages par l’expérience, aussi bien dans le cursus formel universitaire que dans le cadre associatif et professionnel.

Haut de page

Bibliographie

Bataille, O. (2010). Les apprentissages professionnels informels. Comment apprenons au travail pour se former tout sa vie. Paris : L'Harmattan.

Bazin, S., Malet, J. (2016). La France bénévole en 2016. 13ème édition. Recherches et solidarités.

Bernadreau-Moreau, D., Hély, M. (2007). Transformations et inerties du bénévolat associatif sur la période 1982-2002. Sociologies pratiques, 15, 9-23.

Braconnier, P., Caire, G. (2012). Quelles spécificités de compétences en économie sociale et solidaire ? De l'expérience à la conscience pour la performance. Le sociographe, 47-73.

Brougère, G. (2002). Jeu et loisir comme espaces d'apprentissages informels. Éducation et sociétés, 10, 5-20.

Brougère, G., Bézille, H. (2007). Note de synthèse. De l'usage de la notion d'informel dans le champ de l'éducation. Revue française de pédagogie, 158, 117-160.

CEDEFOP. (2009). Lignes directrices européennes pour la validation des acquis non formels et informels. Luxembourg : Office des publications de l'Union européenne.

Camus, O. (2011). L'évaluation des compétences relationnelles et sociales : obstacles idéologiques et reconceptualisations nécessaires. Université de Rouen. DOI : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00636827/document

Conseil de l'Europe. (2003). Recommandation du Comité des Ministres aux États Membres sur la promotion et la reconnaissance de l'éducation non formelle des jeunes.

Cortesero, R. (2013). Les centres sociaux, entre participation et cohésion sociale. Centre Émile Durkheim Université de Bordeaux Segalen.

Côté, R. (1998). Formation expérientielle stratégique. Québec : Presses de l'Université du Québec.

Coulet, J.-C. (2011). La notion de compétence : un modèle pour décrire, évaluer et développer les compétences. Le travail humain, 74, 1-30.

Dewey, J. (1968). Expérience et éducation. Paris : Armand Colin.

Duguid, F., Mündel, K, et Schugurensky, D. (2013). Vounteer work, Informal learning and Social Action. Rotterdam : Sense Publishers.

France bénévolat, (2016). L’évolution de l’engagement bénévole associative, en France, de 2010 à 2016. Étude France Bénévolat, d’après le sondage IFOP, avec l’appui du Crédit Mutuel et de Recherches & Solidarités, Paris.

Frenay, M., Bédard, D. (2006). Le transfert des apprentissages. In G. Chapelle, et E. Bourgeois (Eds.), Apprendre et faire apprendre (pp. 124-135). Paris : PUF.

Leplat, J. (1997). Regards sur l'activité en situation de travail. Contribution à la psychologie ergonomique. Paris : PUF.

Livingstone, D. (1999). Exploring the icebergs of adult learning : findings of the first canadian survey of informal learning practices. WALL Working Paper (10). University of Toronto, Canada.

Maubant, P., Piot, T. (2011). Étude des processus de professionnalisation dans les métiers adressés à autrui. Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, 44, 7-11.

Mayen, P. (2004). A propos de l'expérience. Formation et emploi, 88, 5-6.

Mayen, P., Métral, J.-F. (2008). Compétences et validation des acquis de l'expérience. Formation emploi, 101, 183-198.

Narcy-Combes, J.-P. (2003). Dans quelle mesure l’apprentissage relève-t-il d’un transfert ? ASp.Varia, 39-40.

Niclot, D., Potocki-Malicet, D. (2008). La professionnalisation des formateurs, un objet mal identifié ? In E. Leclerq et D. Niclot (Ed.), Former des professionnels de la formation. Reims : Épure.

Pain, A. (1990). L'éducation informelle. Les effets formateurs dans le quotidien. Paris : L'Harmattan.

Pastré, P. (2002). L'analyse du travail en didactique professionnelle. Revue française de pédagogie, 138, 9-17.

Pastré, P. (2011). La didactique professionnelle. Approche anthropologique du développement chez les adultes. Paris : PUF.

Perrenoud, P. (1997). Vers des pratiques pédagogiques favorisant le transfert des acquis scolaires hors de l'école. Pédagogie collégiale, 10(3), 5-16.

Perrenoud, P. (1998). La transposition didactique à partir de pratiques : des savoirs aux compétences. Revue des sciences de l'éducation, 24, 487-514.

Piot, T. (2008). La construction des compétences pour enseigner. McGill Journal of Education, 43(2), 95-110.

Portelli, P. (1993). L'autoformation en milieu associatif. Revue française de pédagogie, 102, 45-53.

Samurçay, R., & Rabardel, P. (2004). Modèles pour l'analyse de l'activité et des compétences, propositions. In R. Samurçay, et P. Pastré (Eds.). Recherches en didactique professionnelle (pp. 163-180). Toulouse : Octares éditions.

Schugurensky, D. (2007). « Vingt mille lieues sous les mers » : les quatre défis de l’apprentissage informel. Revue française de pédagogie, 160, 13-27.

Schugurensky, D. (2013). Introduction. In F. Duguid, K. Mündel, & D. Schugurensky (Eds.).Volunteer Work, Informal Learning and Social Action (pp. 1-16). Rotterdam : Sense Publishers.

Sue, R., & Peter, J. (2011). Intérêts d'être bénévole. Paris : Université Paris Descartes.

Wittorski, R. (2008). La professionnalisation. Savoirs, 17, 9-36.

Zarifian, P. (2011). Le contrôle du travail : de la vérification de la conformité des opérations au blocage des initiatives. , 1, 22-26.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 — Type d’activité, associations et nombre de personnes interrogées

Type d’activité bénévole

Nom de l’association

Nombres des bénévoles (en %)

Accompagnement scolaire ou tutorat

Association Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV)

30, 4 %

PrépaRémois

19,3 %

Le Secours Populaire

3,7 %

Encadrement sportif

Baseball Club

2,0 %

Boxe Française

2,0 %

Dachan Taekwondo Club de

3,0 %

XXHandball

2,0 %

Drink Eat (Basketball)

1,0 %

RUC Aïkido

1,0 %

Accompagnement aux personnes malades et/ou handicapées

Starting Block

9,4 %

Association des Paralysés de France

3,6 %

Croix Rouge Française (atelier Alzheimer)

1,0 %

123 Rap

1,5 %

Animation et formation

Mondollin

3,7 %

Écoute jeunes X

3,1 %

Haut de page

Notes

1 Centre européen pour le développement de la formation professionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albina Khasanzyanova, « Quelles compétences acquièrent les bénévoles dans les associations et pour quels usages ?  », Éducation et socialisation [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/edso/2776 ; DOI : 10.4000/edso.2776

Haut de page

Auteur

Albina Khasanzyanova

Docteure en sciences de l’éducation, chercheure associée au Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (CEREP EA 4692), Université de Reims Champagne Ardenne, enseignante-chercheure contractuelle à l’ESPE de Versailles, Université de Cergy Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals