Navigation – Plan du site
Note de lecture

Debarbieux, É. (2017). Ne tirez pas sur l’école ! …Réformez-la vraiment. Paris : Armand Colin.

Richard Étienne
Référence(s) :

Paris : Armand Colin. 235 pages.

Texte intégral

1Éric Debarbieux est (bien) connu pour ses travaux sur la violence à l’école, en France et dans le monde. Il a exercé diverses fonctions (si l’on peut oser ce raccourci) au sein du Ministère de l’Éducation nationale tant sous des gouvernements de droite que de gauche. Sans l’avoir jamais totalement perdue, il vient de recouvrer sa liberté de parole maintenant qu’il est redevenu simple citoyen et enseignant-chercheur à temps plein. Il en profite pour lancer une contre-offensive en direction des contempteurs de l’école et son titre est résolument guerrier (penser qu’il recherche l’apaisement ne correspondrait pas à son projet) : Ne tirez pas sur l’école ! Il est vrai que toute rentrée scolaire voit le retour des « marronniers » anti-pédagogistes (alors même que le personnel politique ne veut plus que « faire de la pédagogie » !) : depuis Jean-Pierre Despin et Marie-Claude Bartholy et Le poisson rouge dans le Perrier, Enquête sur une école au dessus de tout soupçon (1983) jusqu’à Jean-Michel Blanquer, auteur de L’École de demain : Propositions pour une Éducation nationale rénovée (2016) qui pencherait plutôt du côté de la restauration avec une dictée quotidienne, en passant par Jean-Paul Brighelli, le démolisseur de la Fabrique du crétin (2005), il existe une littérature convenue dont le propos conduit inexorablement ses auteurs dans le camp de la réaction ou, plus exactement, de l’impossible retour à une école qui n’a jamais existé avec ses instituteurs bienveillants mais exigeants et son lycée qui garantit l’excellence à toutes et tous ( ?) en n’y accueillant que les enfants de la bourgeoisie et quelques boursiers (il fut payant jusqu’en 1932).

2C’est dire si la contre-offensive menée ici est la bienvenue, car elle rétablit quelques vérités toujours bonnes à dire et à écrire, mais elle sait aussi éviter le risque de la mener de manière corporatiste. L’auteur y échappe dès son sous-titre : …Réformez-la vraiment. On ne saurait mieux résumer le propos. « Il ne s’agit pas dans cet ouvrage de nier les difficultés réelles vécues par les enseignants et les souffrances que le système scolaire parfois inflige aux élèves » (p. 9). De quoi s’agit-il alors ? « Il y aura donc ici de la dénonciation, et sans langue de bois. Mais la "déconstruction" pour la déconstruction n’est pas […] supportable par la démobilisation sceptique qu’elle contribue à créer et le populisme qu’elle peut entraîner. Il s’agit aussi, et il s’agira encore plus désormais de reconstruire » (p. 14), verbe qui sera repris à la fin mais avec un autre préfixe qui résume la volonté de l’auteur.

3Le piège du déni étant évité, quel est le cheminement de la personne et du chercheur-militant ? Fils de libraire ruiné par la fin de la distribution des prix, il découvre dans son lycée de garçons le choix « de la pédagogie qui par la parole de l’enfant mène au vrai savoir » (p. 28). Éducateur auprès d’adolescents « prédélinquants » pour la plupart, il devient instituteur spécialisé puis il est chercheur sans que cette mutation ne soit présentée sous forme narrative. Au contraire, il cite les réseaux sociaux qui en font un planqué, bénéficiaire d’une « sinécure » qui n’a jamais mis les pieds dans une classe, messages diffusés à l’occasion de son départ du poste de délégué ministériel contre la violence scolaire. Il justifie son abandon de la posture militante d’un premier ouvrage (1990) pour une attitude plus scientifique et finalement plus efficace dans ce qu’on peut appeler la lutte contre la violence scolaire qui a nourri un ensemble de travaux dont le dernier date de 2016. Il évoque aussi son rôle auprès de plusieurs ministres en rappelant ses valeurs mais aussi les « impasses du système pyramidal » (p. 48).

4Dès le second chapitre consacré aux « crimes de la pédagogie », Éric Debarbieux entreprend une analyse fine, documentée mais accessible au non-spécialiste de l’éducation, des résultats de la France aux enquêtes du Programme International de Suivi des Acquis (PISA) des élèves scolarisés à 16 ans – ce qui, soit dit en passant, défavorise les pays, comme le nôtre, qui ont le plus de persévérants – et il la croise avec l’évolution du salaire des enseignants dans les mêmes pays – -10 % dans les dix dernières années, pour nous – ce qui établit que nous « surperformons » en lecture. Il s’appuie notamment sur la vaste enquête récemment coordonnée par Roland Goigoux qui souligne l’efficacité de pratiques ajustées pour peu que la classe soit un lieu d’études et non d’agitation ou d’occupation. Vient ensuite l’examen de la politique d’éducation prioritaire qui aboutit par turn over (rotation) de jeunes enseignants au paradoxe de moyens moindres déployés dans ces lieux par rapport aux collèges « huppés », sans parler des élèves des classes préparatoires des grandes écoles. La formation initiale étant, en outre, déficiente sur ce point comme sur bien d’autres, c’est « plus un manque qu’un trop plein de pédagogie » (p.80) qu’il faut déplorer. Il ne suffit pas de penser une autre école, encore faut-il obtenir un « ajustement des pratiques [qui] n’est pas naturel et ne peut se faire simplement parce qu’une circulaire le demande […] » (p. 91).

5Le troisième chapitre pose la question si controversée du bonheur des enfants à l’école et y répond nettement : « Non les élèves français ne sont pas horriblement malheureux. Pas plus qu’ils ne sont des ignorants et des crétins » (p. 95). Parole est donnée aux statistiques mais aussi à des extraits représentatifs de ce que disent les élèves dont les propos ont été recueillis. Les faits de violence aggravée sont exceptionnels et il faut, bien sûr y préparer les personnels, voire les élèves. En revanche, la priorité doit être réservée aux « violences banales, ordinaires mais répétées » (p. 110). C’est donc sur le harcèlement que doivent se concentrer les efforts, d’autant plus que les recherches sur les auteurs de massacres dans les écoles ont établi que trois quarts d’entre eux en ont été victimes.

6« Le grand ras-le-bol des personnels » donne lieu au quatrième chapitre qui règle d’abord son compte à l’expression galvaudée de « résistance au changement » en suggérant malicieusement que c’est au sommet d’une pyramide qui refuse de s’inverser qu’il faut la débusquer. Bref, le « propos n’est pas de juger, défendre ou rejeter des réformes, mais bien la façon de les penser, de les promulguer, d’espérer les réaliser » (p. 154). S’il avait publié son livre aujourd’hui, Éric Debarbieux aurait pu prendre pour exemple la réforme des collèges qui vient d’être abandonnée après un an de mise en place en cette rentrée 2017. 220 circulaires par an, un bulletin officiel toutes les semaines, voilà qui laisse de l’autonomie pour penser et réaliser collectivement des projets d’établissement pourtant inscrits dans la loi depuis 1989 ! La roue tourne de plus en plus vite et les malaises enseignants s’accroissent tant au sein du corps qu’avec les directions de plus en plus déboussolées, même si elles restent loyales envers des ministres dont la moyenne de durée de vie ne dépasse pas les trois ans. Autre point crucial, à réformer « vraiment », la formation : elle s’occupe beaucoup plus du recrutement (une année) puis de la double certification (master et titularisation, une autre année) que de son efficience. Au Québec, un « baccalauréat » en éducation (la licence) se fait en quatre années dont la dernière en stage et le recrutement est indépendant de la formation. Si l’on fait le compte, ce ne sont que des « miettes », quelques dizaines d’heures pour enseigner pendant quarante ans. Qui monterait dans un Airbus sachant que le pilote a passé des années à faire des mathématiques et de la physique mais qu’il n’a pas piloté plus de cent heures ?

7On pourra enfin regretter que le cinquième chapitre, « Méritons l’école : pour de vraies priorités », soit si court (dix-neuf pages) mais il est aussi possible d’estimer que cette concision va dans le sens d’un débat démocratique sur l’école qui précéderait sa mise à distance de la durée de vie des majorités politiques, comme ce fut le cas en Finlande, avec le succès que l’on connaît. « Le statu quo n’est pas possible, ni pour les élèves ni pour les professionnels » (p. 217), ni pour la société française, pourrait-on ajouter. Ce constat implacable amène à prendre en compte quelques priorités pour les traiter réellement au lieu de s’abandonner au faire semblant, à commencer par l’école inclusive, beau slogan mais réalité à faire émerger, à continuer par le travail en équipe, enfin reconnu dans la charge de travail et occasion de créer des « bandes d’adultes, des adultes debout et soudés » (p. 221), à poursuivre par une discipline retrouvant son étymologie d’attitude de celles et ceux qui apprennent, donc aussi de celles et ceux qui enseignent, et à terminer par une éducation authentiquement prioritaire qui ne soit pas illusoire mais à laquelle sont consacrés les moyens nécessaires à sa réussite : ainsi, le dédoublement des classes, notamment de cours préparatoire, a plus fait ses preuves que la distribution d’une indemnité à tous les personnels situés dans une zone géographique (« prime de risque ? » comme en plaisantaient les étudiants avant que je ne leur fasse vivre une journée en éducation prioritaire). Pour cela, il faudra bien plus que de bonnes résolutions. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une stratégie et Éric Debarbieux pointe, après bien d’autres, le niveau et le moyen pertinents pour la transformer en réalité : « Une immense réflexion sur le pouvoir et sa co-construction dans les établissements et les écoles est nécessaire » (p. 228).

8Fallait-il écrire une note de lecture sur un tel ouvrage dans une revue scientifique ? La question est sans doute pertinente, surtout en sciences de l’éducation qui viennent de célébrer leurs cinquante ans d’existence. La controverse entre les tenants d’un non-engagement qui serait l’obligation scientifique de tout chercheur en quête d’objectivité et les partisans d’une intervention dans les affaires éducatives conscients des biais que leur subjectivité peut introduire n’est toujours pas close. En ce qui nous concerne, les mauvais procès faits à notre discipline et l’importance des décisions à prendre, mais jamais réellement prises, en matière d’éducation et de formation, nous poussent à ouvrir nos pages à des collègues qui tirent de leurs recherches des contributions « au service de la société » (comme on dit au Québec). Il fallait que ce livre fût écrit et publié. Éric Debarbieux l’a fait et nous estimons qu’il fournit enfin au débat sur l’école un point de vue qui permet d’attirer l’attention sur les vrais problèmes qu’elle se doit d’affronter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Debarbieux, É. (2017). Ne tirez pas sur l’école ! …Réformez-la vraiment. Paris : Armand Colin. », Éducation et socialisation [En ligne], 46 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/edso/2802

Haut de page

Auteur

Richard Étienne

Professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université Montpellier 3 (France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals