Navigation – Plan du site

Éditorial

Sophie Baconnet

Texte intégral

1Dans ce numéro qui accueille sept varia et deux recensions, les recherches proposées s'inscrivent toutes dans le champ des apprentissages et du développement professionnel et personnel. Bien que sans thématique commune, les auteur-e-s des articles proposent une réflexion et ouvrent des pistes qui incitent à se questionner sur le système éducatif, considéré sans restriction comme pilier constitutif de notre société. Cette communauté de recherches réalisées dans le champ des sciences de l'éducation incite à mettre en perspective les articles comme suit :

2L'article collectif de Patricia Gillieron, Anne Meyer et Carole Veuthey porte sur la scolarisation des enfants de 4 à 6 ans en Suisse romande. Les auteures questionnent les spécificités des pratiques d'évaluation en vigueur, en se focalisant sur le canton de Vaud et le canton de Genève. Jusqu'à peu encore, le programme de l'institution scolaire des cantons de Vaud et de Genève était distinct de celui de l’école primaire. Or, une vague de réformes, actuelles et en cours, modifie rôle et place de l’école enfantine. Désormais obligatoire, un nouveau Plan d’études comportant des objectifs d’apprentissage plus détaillés, accompagne des moyens d’enseignement qui ancrent cette formation dans la structure et l’organisation de l’institution scolaire suisse. Dans l'étude, des entretiens menés auprès d’enseignantes de ces deux cantons portent sur les pratiques d’évaluation des classes enfantines et primaires. Les résultats indiquent un glissement des pratiques scolaires vers des démarches transmissives caractéristiques des discours de l’école primaire. Les auteures dénoncent les risques d’une disparition des spécificités de l’école enfantine et d’une primarisation de son enseignement. Elles interrogent le bien fondé des acquis disciplinaires au détriment d’une approche plus globale de l’enfant et de ses acquisitions.

3Dans son article, Jean-Jacques Sarfati invite à une réflexion transversale sur la politique de partenariat à l’école. Il propose une approche juridique, philosophique et sociologique de la question. De manière transversale, il interpelle le lecteur sur la grande diversité qui existe dans le domaine du partenariat, ainsi que sur la nécessité d’une prise en compte de la situation de chacun dans une école française où la disparité des situations, qu'il s'agisse de celle des enseignants ou celle des parents, est désormais devenue la règle. Et où les visions diaboliques de certains côtoient les approches plus éthiques de quelques autres et les souffrances du plus grand nombre.

4L'article de Basile Agbodjogbé, Chantal Amade-Escot et Kossivi Attiklèmè porte sur la réforme des curriculums au Bénin et interroge le point de vue des acteurs en EPS et en SVT. Une décennie après la mise en place de la réforme curriculaire selon l’approche par compétences dans le système scolaire secondaire du Bénin, l'étude proposée s’intéresse aux discours des acteurs impliqués dans la conception, l’expérimentation et l’implémentation des nouveaux programmes d'éducation physique et sportive (EPS) et des sciences de la vie et de la terre (SVT). Sur la base d’entretiens non directifs, conduits auprès de 32 inspecteurs, conseillers pédagogiques et enseignants, l'analyse de contenu met en évidence des catégories de discours. L'analyse fait ressortir des points de vue variés, voire divergents, et faisant débat dans le champ controversé des réformes curriculaires contemporaines. Les résultats suggèrent que les différents points de vue des acteurs interrogés se structurent autour de deux éléments : le statut de l'acteur au sein du système éducatif béninois et la spécificité de la discipline enseignée.

5L'article de Bruno Robbes examine une question fondamentale dans le champ des sciences de l'éducation, à savoir comment penser la perspective pédagogique dans son rapport entre épistémologie, relation aux savoirs et à la didactique. Dans son article, l'auteur propose d’approfondir la question du statut épistémologique de la pédagogie à travers l’examen de six orientations. Il ressort de l'étude entreprise que s’il existe bien une spécificité des savoirs pédagogiques par rapport aux savoirs scientifiques, ces deux types de savoirs entretiennent également des liens qui permettent d’identifier trois conceptions distinctes des rapports entre recherche et pédagogie. L'auteur se propose également d'étudier quelques discours actuels et convergents sur le dépassement de l’opposition entre savoir, didactique et pédagogie. Ces discours ouvrent des perspectives en termes de recherches sur l’enseignement et les processus d’apprentissage/acquisition des savoirs dans leur complexité.

6L'article de Christine Chauvelon questionne un « savoir du vivre ensemble » de façon à construire une nouvelle dynamique de professionnalisation des directrices de crèche, dans ce lieu vu comme tremplin à l'éducation enfantine. Cette étude exploratoire, effectuée auprès de trente-quatre directrices de crèche et de six responsables d’un service petite enfance, s’intéresse à la façon dont se rencontrent et fusionnement concrètement individuel et collectif. L'auteure souligne la nécessité pour les institutions de la petite enfance d'être des lieux de rencontre, de participation et d’échange, en devenant des lieux éducatifs. Pour répondre à cette injonction, le travail collectif y est institutionnalisé. Dans leur quotidien, les directrices sont confrontées à des difficultés de gestion de ce collectif et de mise en visibilité de leurs activités. Cependant, en situation, les professionnelles font preuve de créativité en participant à la recréation de collectifs. L'étude permet ainsi de se pencher sur l’activité réelle des directrices de crèche telle que décrite dans leurs interactions quotidiennes avec leur hiérarchie, leurs collègues, leurs partenaires et les parents lors d'activités festives. La mise en visibilité de cette dynamique vient questionner la reconnaissance et la production de nouveaux rapports sociaux.

7L'article de Maëva Duchene et Christine Poplimont s'intéresse à l'insertion sociale et professionnelle des jeunes français « sans qualification », à la formation par alternance et aux dispositifs d’insertion par l’activité. Dans cet article, les auteures interrogent la formation par alternance en général et les initiatives locales d’« insertion par l’activité économique » en particulier. Il s'agit de déterminer dans quelle mesure les initiatives locales peuvent répondre efficacement ou non aux problématiques soulevées par la double logique d’insertion des jeunes sans qualification. Les auteures rappellent qu'il y a quarante ans, la question était d'aider cette tranche de la population à trouver un emploi très rapidement. En 2012, les politiques publiques doivent désormais prendre en compte la nécessité de répondre à un deuxième impératif d’insertion : une insertion sociale comme condition préalable à l’insertion professionnelle. Au-delà de l’absence de diplôme, les auteures rappellent que les jeunes sans qualification sont sous la menace de plusieurs facteurs de marginalisation sociale. Cette étude du modèle d’« insertion par l’activité économique » permet non seulement de rendre compte de la pertinence de ce mode d’insertion pour les publics désavantagés, mais aussi de souligner les conditions indispensables à sa mise en œuvre.

8Dans le cadre d'une analyse clinique menée auprès de formateurs du secteur agricole, l'article de Samira Mahlaoui se préoccupe de l'initiation d'un pair à une nouvelle pratique professionnelle. L’auteure s’intéresse à une expérience originale de transmission impliquant des formateurs de l’enseignement agricole en situation d’initiation vis-à-vis de pairs pour leur faire acquérir et les aider à mettre en œuvre un nouveau savoir-faire en matière de formalisation de leurs pratiques pédagogiques. Cette formalisation prend la forme de scénarios d’apprentissage réalisés dans le cadre d’un dispositif informatisé d’échange et de mutualisation pour le développement local des Formations ouvertes et à distance. Ce qui permet également de proposer à l’ensemble des formateurs du domaine agricole un support de connaissances sur leurs activités pédagogiques. Le cadre méthodologique des auto-confrontations utilisé dans cet article permet de mieux comprendre la transmission du « savoir-formaliser » en jeu, ainsi que le développement potentiel de cette dernière aux niveaux individuel et collectif.

9Deux recensions viennent compléter ce numéro :

  • Celle de Jacqueline Fontaine pour : Michelle Perrot (2012), Mélancolie ouvrière, Paris : Grasset.

  • Celle de Richard Étienne pour : Claudine Blanchard-Laville (2013), Au risque d’enseigner, Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Baconnet, « Éditorial », Éducation et socialisation [En ligne], 34 | 2013, mis en ligne le 05 décembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edso/398

Haut de page

Auteur

Sophie Baconnet

Docteure en Sciences de l'éducation, E.A. LIRDEF 3749,

Faculté d'éducation Montpellier 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals