Navigation – Plan du site
Dossier 1 : les éducations à … et le développement de la pensée critique

L’évolution de l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires

De « l’information sexuelle » à l’égalité entre les filles et les garçons
Véronique Poutrain

Résumés

L’éducation à la sexualité est une composante de la construction de la personne et de l’éducation du citoyen. À ce titre, depuis 1973, l’école envisage une éducation à la sexualité dont l’objectif est de permettre aux élèves d’adopter des attitudes de responsabilité individuelle et sociale. Les objectifs de cet article sont pluriels. Il s’agit, d’une part, de suivre l’évolution de cette éducation à la sexualité à l’école tout en considérant, d’autre part, sa dimension politique et polémique. Dans les deux cas, l’analyse de l’évolution de l’éducation à la sexualité sera nourrie par des extraits d’archives de journaux de la presse quotidienne qui permettront de mesurer la teneur des débats.

Haut de page

Texte intégral

1L’éducation à la sexualité est une composante de la construction de la personne et de l’éducation du citoyen. A ce titre, l’école envisage une éducation à la sexualité dont l’objectif est de permettre aux élèves d’adopter des attitudes de responsabilité individuelle et sociale. La loi no 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception rend obligatoire une information et une éducation sexuelles dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles. La démarche de cette éducation ne laisse aucune ambiguïté. L’objectif est double. Il s’agit de répondre à la fois à des questions de santé publique (grossesses précoces non désirées, infections sexuellement transmissibles dont le VIH/sida), mais également à des problématiques concernant les relations entre garçons et filles, les violences sexuelles, la pornographie ou encore la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes. L’éducation à la sexualité à l’école est un apprentissage de l’altérité, des règles sociales, des lois et des valeurs communes.

2Toutefois, cette éducation à la sexualité, si elle est aujourd’hui incontournable et obligatoire, ne va pas de soi et soulève parfois des polémiques se heurtant souvent à des difficultés (Lelièvre, Lec, 2005). Il n’est pas aisé, en effet, pour les enseignants, d’aborder ce thème en classe, que ce soit à l’école primaire, au collège ou au lycée. Comment les enseignants peuvent-ils enseigner « la sexualité » ainsi que le préconise l’Éducation nationale ? Comment parler de « la sexualité » alors que celle-ci se révèle être plurielle ? Est-il possible d’enseigner « la sexualité » sans tomber dans un discours normatif ? Qui est légitime pour le faire ?

3La sexualité, en effet, n’est pas un domaine comme les autres. Elle touche à l’intimité de l’individu et, dans un même temps, structure l’organisation de la vie sociale. La sexualité est également politique. En 1984, dans un article devenu incontournable à la fois pour la sociologie des sexualités, mais également pour les études sur le genre, Rubin exprimait cette dimension de la sexualité en ces termes : « Le domaine de la sexualité définit des interactions politiques, des formes d’inégalité et d’oppression qui lui sont propres. Comme c’est le cas pour les autres aspects du comportement humain, les formes institutionnelles concrètes qui régissent la sexualité, en n’importe quel lieu et à n’importe quelle époque, sont des produits de l’agir humain. Elles sont traversées par des conflits d’intérêt et des manœuvres politiques, tant délibérés qu’accidentels. En ce sens, le sexe est toujours politique. Mais il y a des époques à travers l’histoire où la sexualité fait l’objet de conflits politiques plus âpres et plus ouverts » (Rubin, 2010a : 137).

4Les objectifs de cet article sont pluriels. Il s’agit, d’une part, de suivre l’évolution de cette éducation à la sexualité à l’école tout en considérant, d’autre part, sa dimension politique et polémique. Dans les deux cas, l’analyse de l’évolution de l’éducation à la sexualité sera nourrie par des extraits d’archives de journaux de la presse quotidienne qui permettront de mesurer la teneur des débats. Ces extraits sont issus des archives de plusieurs journaux : Le Monde, Libération, Le Figaro (les articles issus du journal Le Monde sont toutefois plus nombreux, les archives étant plus anciennes et plus accessibles). Les articles de journaux permettent d’exposer différents points de vue, de déplacer la focale afin de saisir les enjeux et l’évolution de cette éducation à la sexualité à l’école.

Émergence de l’éducation à la sexualité

5 Les rapports des jeunes à la sexualité se sont profondément transformés depuis la deuxième moitié du XXe siècle, tout comme les relations entre jeunesse et monde adulte : « D’une vision plutôt négative de la sexualité juvénile, soumise à un double standard moral selon le sexe et à une obligation de retenue et de chasteté (pour les femmes), on est passé à une représentation de l’engagement des jeunes dans la sexualité comme normal et attendu, même s’il s’accompagne d’invitations fortes à la responsabilité et au souci de soi » (Bozon 2012 : 121). Une véritable autonomie sexuelle reposant sur des contrôles intériorisés s’est installée. Bien que l’intérêt d’instaurer une éducation à la sexualité apparaisse dès le début du XXe siècle, avec parfois des objectifs contradictoires, ce n’est qu’après les années soixante-dix qu’elle entre véritablement à l’école. Abordons d’abord l’exploration de cette trajectoire, car elle nous révèle les raisons qui ont rendu cet enseignement si difficile.

6 D’après Yvonne Knibielher le terme « éducation sexuelle » apparaît en 1914 (Knibielher, 1996). Trois catégories de personnes investissent alors ce domaine : les médecins qui veulent prévenir les maladies vénériennes, les prêtres soucieux d’arrêter la divulgation des méthodes contraceptives et les féministes dans le souci de protéger filles et femmes contre la séduction, le viol et l’avortement. Madeleine Pelletier, médecin, est l’une d’entre elles. Elle publie en 1914 une brochure intitulée L’éducation féministe des filles où elle consacre quelques pages à l’éducation sexuelle mais « personne ne sait au juste qui doit se charger de cette éducation, ni quel contenu lui donner » (Knibielher, 1996). Parler publiquement de sexualité n’est pas chose aisée, et cela l’est encore moins dans un cadre éducatif. Dans quel but aborder ces questions ? Quel contenu donner à cette éducation ? Quel public faut-il viser ?

7 En 1918, Madame Adrienne Avril de Sainte Croix, fait pour la ligue de l’enseignement une conférence intitulée « l’Éducation sexuelle ». Le texte, qui sera publié, préconise de compléter la formation des instituteurs. Toutefois, le public visé est exclusivement masculin. En 1923, la Société de prophylaxie sanitaire et morale souhaite élargir le programme au public féminin mais les cours d’éducation sexuelle, masculin ou féminin, ne rencontrent pas beaucoup de succès. L’objectif de ces cours est de préserver l’innocence des filles, de les préparer à la maternité tout en s’efforçant de les protéger des maladies sexuellement transmissibles.

8 Comme l’évoque Alain Giami (Giami, 2007), les pionniers de la sexologie européenne, et notamment Havelock Ellis, ont souligné dès le départ toute l’importance de l’éducation sexuelle dans le processus de l’éducation des enfants, des adolescents et des adultes (Ellis, 1927). Il s’agit, selon eux, de la nécessité de disposer de connaissances fiables et précises sur la sexualité, les organes génitaux, les mécanismes physiologiques de la reproduction humaine et les comportements sexuels, afin de pouvoir développer un comportement adapté aux circonstances et à la culture dans laquelle on se trouve.

9En dépit de ces avancées théoriques et politiques qui ont été élaborées dès le début du XXe siècle, force est de constater qu’en France le discours sur l’éducation sexuelle est resté placé sous l’influence de la morale traditionnelle en continuant de préconiser l’abstinence sexuelle des adolescents. Pour autant, l’éducation à la sexualité ne passe pas tout à fait aux oubliettes. Un comité est créé en 1947 et cet évènement est mentionné aussi bien dans le journal Le Monde que dans Le Figaro :

Un comité chargé « d’étudier dans quelle mesure et sous quelle forme l’éducation sexuelle peut être donnée dans les établissements d’enseignement » vient d’être créé par arrêté du ministre de l’Éducation Nationale. Il sera présidé par M. François, inspecteur général de l’instruction publique, et comprendra des membres du corps enseignant et des médecins (« L’éducation sexuelle », Le Monde, le 29 mars 1947).

10Le plan Langevin-Wallon, qui préconisait la réforme de l’enseignement et du système éducatif français à la Libération envisage l’introduction de l’éducation à la sexualité dans les écoles. Ce projet ne sera pas appliqué mais le rapport de la Commission François qui est publié en 1948 indique que : « les enfants et les adolescents s’instruisent entre eux de la façon la moins morale et la plus malfaisante » (François, 1948, p. 48). Dès lors, il préconise une éducation à la sexualité dont l’objet est « de détourner l’attention du sujet des questions qui lui sont posées afin que la curiosité de savoir, une fois satisfaite, ne puisse irriter la curiosité d’éprouver » (p. 36). La sexualité est ici réduite à une information biologique qui doit se substituer à la culture secrète que les enfants élaborent dans les cours de récréation. Par ailleurs, l’école laïque réaffirme sa vocation de faire de l’éducation morale. Les auteurs du rapport préconisent la mixité entre les garçons et les filles dans les écoles qui permet « d’éviter les perversions, les refoulements et l’homosexualité » (p. 47). Il s’agit de « faire comprendre aux adolescents et aux jeunes gens que l’instinct sexuel est un instinct redoutable qui, laissé sans contrainte, risque de les entraîner à toutes sortes de perversions, de ruiner l’équilibre mental de l’individu et l’équilibre moral de la société » (p. 20). Cet enseignement devait nécessiter un aménagement des programmes de sciences naturelles. Le comité qui a préparé ce rapport avait cependant considéré que ses idées ne pouvaient encore être appliquées dans la réalité au monde scolaire et effectivement, elles ne seront pas appliquées ainsi que l’indique un article paru dans le journal Le Monde en 1949 :

La réforme de l’enseignement, l’éducation sexuelle, l’organisation matérielle des épreuves du baccalauréat, tels sont quelques-uns des problèmes qu’a étudiés du 27 au 29 mai le congrès de la fédération nationale des associations de parents d’élèves. Sur la question de l’éducation sexuelle par exemple l’accord fut unanime entre parents d’élèves et représentants de l’administration. Son introduction dans les programmes est souhaitable, mais un certain nombre de conditions doivent d’abord être réalisées : aménagement des programmes de sciences naturelles ; formation appropriée des maîtres et professeurs : collaboration effective de ceux-ci avec les parents. En l’absence de ces conditions l’éducation sexuelle dans les établissements d’instruction publique n’est pas à envisager dans un avenir immédiat ou même prochain (« Pas de réforme de renseignement sans discussion préalable »  réclament les associations de parents d’élèves de lycées », Le Monde, le 01 juin 1949).

11Il faudra attendre les années soixante, la « libération de la sexualité », la légalisation de la contraception (Loi Neuwirth en 1967) pour que soit envisagée de manière plus sereine l’éducation à la sexualité à l’école.

L’éducation à la sexualité à l’école 

12 L’année 1973 fut particulièrement innovante avec l’abrogation de la loi du 11 juillet 1973 portant sur la création d’un conseil de l’information sexuelle de la régulation des naissances et de l’éducation familiale et la parution de la circulaire dite « Fontanet » du 23 juillet 1973. La circulaire Fontanet, amorce la question en ces termes : « Il a longtemps été admis que les éducateurs devaient tenir les enfants à l’écart des problèmes de l’âge adulte, et plus spécialement à l’égard de ceux qui concernent la sexualité. Mais les fables racontées aux plus petits et le silence opposé aux plus grands paraissent aujourd’hui chargées d’inconvénients très lourds, du double point de vue de l’évolution psychologique et de la relation de l’adolescent à l’adulte. Ils sont devenus inacceptables du fait de la civilisation ambiante, de l’évolution des modes de vie, du recrutement mixte des établissements ». L’introduction de cette circulaire n’est pas sans provoquer de vifs débats comme l’attestent les archives du journal du journal Le Monde de cette période. Si nul ne s’oppose à une information sur la sexualité, la question de l’éducation à la sexualité reste entière. D’ailleurs, cette dernière, dans la circulaire de 1973, demeure facultative. L’éducation à la sexualité reste avant tout une affaire familiale. C’est seulement dans le cas de grandes difficultés de communication ou d’expression que l’école, exclusivement dans le but d’aider les parents dans leur tâche éducative, peut intervenir dans ce domaine. Mais de quelle manière distinguer « information sexuelle » et « éducation sexuelle » ? Quel contenu donner à ces enseignements ? Qui doit s’en charger ? Ces nombreuses questions alimentent les débats :

L’information a pour objet de renseigner sur ce qui est : elle décrit les faits, sa règle est l’objectivité, scientifique si possible. L’éducation est toujours normative et vise à orienter, autoritairement ou non, des comportements. Entre les deux la différence est de visée, non de champ. Ce n’est pas moins vrai dans le domaine sexuel qu’ailleurs. Il est devenu classique de distinguer une information sexuelle, portant sur les réalités anatomiques et physiologiques de la procréation humaine, et une éducation sexuelle, visant à la maîtrise de la vie affective. Le malheur est que cette distinction est mal fondée : elle pêche par l’arbitraire autant que par la confusion des ordres. Réduire le champ de l’information sexuelle à la fonction de reproduction, et encore sous son aspect strictement biologique, c’est amputer arbitrairement la sexualité humaine d’une fonction érotique, irréductible à l’affectivité, et désormais impossible à passer sous silence. Ce faisant, non seulement on s’expose à décevoir l’attente des jeunes, mais on manque à une règle essentielle de l’information, qui est de bien définir son objet : or ici on le dénature en assimilant le sexuel au génital, comme si l’on pouvait, chez l’homme, isoler radicalement le somatique de l’éthologique, non moins abusivement assimilé à la vie affective. On a parfaitement le droit de privilégier l’étude d’une fonction : encore faudrait-il le dire, en expliquant pourquoi, et cesser d’appeler information sexuelle une information sur la procréation (« Information sur la procréation ou éducation sexuelle ? », Le Monde, le 12 juillet 1973).

Il est probable que le Conseil supérieur de l’information sexuelle, de la régulation des naissances et de l’éducation familiale, créé par une loi publié au Journal officiel de ce jeudi 12 juillet, interviendra sous des formes qui restent à définir dans la mise en place de ces deux types d’enseignements, dont M. Fontanet, ministre de l’Éducation Nationale, a exposé les grandes lignes, le 11 juillet, au cours d’une conférence de presse. La distinction entre  » l’information «  dispensée à tous les élèves et  » l’éducation «  qui restera facultative semble de nature à satisfaire la plupart des associations de parents, notamment la Fédération Armand et l’Union des parents autonomes (« L’information sexuelle sera intégrée aux programmes de sixième et de cinquième Mais les réunions d’éducation seront facultatives », Le Monde, le 13 juillet 1973).

13Il semble difficile de concevoir une éducation à la sexualité qui soit tout à la fois une information et une éducation. Distinguer l’information, obligatoire, de l’éducation, facultative, permet de trouver un compromis et de ne pas heurter les associations de parents d’élèves. L’information se doit d’être scientifique et progressive : « elle viendra s’insérer normalement et tout naturellement dans les programmes de biologie : d’abord simple sensibilisation aux problèmes des commencements de la vie, puis reconnaissance du vivant et discernement des différentes fonctions vitales, enfin, étude du corps humain et de son fonctionnement. Elle sera adaptée aux possibilités de compréhension et au degré de culture scientifique des élèves et sera accompagnée des notions nécessaires d’hygiène et de puériculture. Le temps consacré à l’étude de la reproduction ne devra pas être disproportionnée par rapport à celui accordée à l’étude des autres fonctions vitales » (Circulaire Fontanet). Quant à l’éducation à la sexualité, au lendemain de « mai 68 », de la « libération de la sexualité », de la légalisation de la contraception (Loi Neuwirth en 1967), il s’agit, ainsi que l’indique la circulaire Fontanet, de contribuer à l’éveil de la responsabilité en ce domaine :

Dans une période d’évolution des mœurs et de remise en cause de nombreuses notions traditionnelles, un consensus est difficile à établir. En même temps, le besoin et la recherche de valeurs nouvelles sont vifs, et la demande d’éducation est très forte à l’école. La solution du problème ainsi posée semble être dans la préparation de l’élève à une conduite librement assumée et à l’exercice de sa responsabilité. Informé de la réalité l’élève sera amené à percevoir ce qui dépend de lui seul, c’est-à-dire le choix de son comportement. L’Éducation appliquée aux problèmes concernant la sexualité aura donc pour objet de permettre aux adolescents de réfléchir sur le sujet ; de parvenir à des choix raisonnés dans leur conception de la vie personnelle, de la relation à autrui, et d’institutions comme celles du mariage et de la famille ; de prendre conscience des conséquences de leurs actes vis-à-vis d’eux-mêmes vis-à-vis d’autrui, vis-à-vis de la société ; d’arriver par-là à une meilleure intelligence des problèmes humains et sociaux qu’ils ne manqueront pas de rencontrer et d’avoir à leur égard une attitude, plus compréhensive et plus responsables. Il y aura lieu également de faire reconnaître que les choix concernant les comportements ont une correspondance dans l’ordre et impliquent des conceptions morales différentes. Mais pour considérer ces conceptions, l’école ne peut se placer sur un autre plan que celui de la connaissance, et du respect des diverses formes de pensées. En aucun cas, elle n’a le droit de peser sur les consciences.

14À ce titre, l’éducation à la sexualité conçue dans la circulaire Fontanet, ne vise pas à faire de la propagande pour telle ou telle pratique sexuelle. Mais les termes même de cette éducation à la sexualité restent évasifs et flous. Toutefois, bien que l’information sexuelle soit distinguée de l’éducation sexuelle, l’amalgame est parfois fait dans les débats :

L’éducation sexuelle fera, officiellement, son entrée dans l’enseignement français à partir du 1er janvier 1974. La réforme, sans cesse promise et oubliée depuis des dizaines d’années, a été exposée le 23 juillet dernier par M. Joseph Fontanet, ministre de l’Éducation Nationale, dans une circulaire qui en fixait les grandes lignes.  » Il n’est plus possible, avait-il dit quelques semaines auparavant aux députés, de tenir les élèves dans l’ignorance ou à l’écart des questions de sexualité, auxquelles ils sont tôt confrontés du fait de l’environnement social. «  En acceptant de faire figurer dans ses programmes des questions que, jusque-là, elle taisait, l’école ne sort-elle pas de son rôle ? Ne se pose-t-elle pas en rivale de la famille, à qui l’on reconnaît, en principe, autorité sur ces questions ? (« De la  “reconnaissance du vivant”  à la reproduction. L’éducation sexuelle entre à l’école », Le Monde, le 19 décembre 1973)

15 Le débat semble opposer les tenants d’une vision traditionnaliste d’une éducation à la sexualité dispensée par les familles qui ne remet pas en cause les normes hétérosexuelles et les tenants d’une vision plus progressiste dont l’objectif est de lutter contre les tabous et de questionner ces normes :

Libérer la sexualité des jeunes, organiser la lutte contre les tabous et les normes  “moralisatrices”  de la société, compenser le formalisme des cours d’information sexuelle qui sont désormais donnés dans les lycées, tels sont les buts que se sont assignés les fondateurs du Centre lycéen d’information sexuelle (CLIS), récemment créé par des militants d’extrême gauche. Samedi 2 mars, 44, rue de Rennes, à Paris, pour sa première manifestation publique, le CLIS avait convié les lycéens à un ensemble de débats baptisé  ”Six heures pour la sexualité”. Quelques centaines de personnes, dont beaucoup n’ont sans doute pas franchi depuis des années les portes d’un lycée, s’étaient réunies dans diverses commissions : avortement et contraception, quelle sexualité ?, l’homosexualité, etc (« Éducation sexuelle et révolution », Le Monde, le 05 mars 1974).

16 La circulaire Fontanet a le mérite d’exister mais la mise en place réelle de cette « information et éducation sexuelles » se heurte à un manque de modalités spécifiques et n’offre pas de formation appropriée aux enseignants. Cette information et cette éducation sexuelles, en effet, n’est pas sans poser des difficultés aux enseignants comme l’atteste un extrait du journal Le Monde daté de 1979, donc 6 ans après la publication de la circulaire Fontanet :

Après la circulaire de 1973 du ministre de l’éducation qui prétendait instituer  “une information sexuelle”  des élèves, il y a eu une importante demande de formation de la part des enseignants. Les professeurs, de biologie et même d’enseignement général, se sont souvent trouvés démunis et incapables de répondre aux questions formulées ou non par les élèves (« L’éducation sexuelle provoque toujours le même malaise chez les professeurs », Le Monde, le 22 octobre 1979).

17 Dans la réalité, l’information sexuelle sera abordée souvent rapidement dans les cours de biologie. Les séances d’éducation, quant à elles, seront très rarement mises en œuvre. L’éducation à la sexualité reste anecdotique et cantonnée au seul cours de SVT.

L’éducation à la sexualité au temps du Sida

18 Les années 80 sont marquées par l’apparition du Sida. En 1981, Alain Savary introduit une note de service sur l’information sur la contraception au sein de l’école. En 1985, la « Circulaire Chevènement » introduit l’éducation sexuelle à l’école primaire et en 1992, un décret favorise les relations entre les associations et le monde de l’éducation. D’autres textes vont ensuite progressivement voir le jour, notamment la circulaire n’°98-234 du 19 novembre 1998 qui porte le titre « Éducation à la sexualité et prévention du sida » et qui remplace la circulaire de 1973. Elle a non seulement pour but de généraliser les actions sur la sensibilisation et la prévention des risques liés au sida mais tente également de définir de manière plus précise la sexualité :

Si la sexualité humaine est inséparable de données biologiques, elle intègre également des dimensions psychologiques, affectives, socio-culturelles et morales qui, seules, permettent un ajustement constant aux situations vécues des hommes et des femmes, dans leurs rôles personnels, parentaux et sociaux ». A partir de là, « l’éducation à la sexualité a pour principal objet de fournir aux élèves les possibilités de connaître et de comprendre ces différentes dimensions de la — et de leur — sexualité, dans le respect des consciences et du droit à l’intimité. Cette éducation, qui se fonde sur les valeurs humanistes de tolérance et de liberté, du respect de soi et d’autrui, doit en outre aider les élèves à intégrer positivement des attitudes de responsabilité individuelle, familiale et sociale.

19Il ne s’agit plus, comme pour la circulaire de 1973, de proposer une information sexuelle obligatoire et une éducation à la sexualité facultative, mais d’emblée de s’inscrire dans une éducation à la sexualité.

20Plusieurs remarques peuvent être formulées à cet endroit : s’il s’agit de comprendre qu’il puisse y avoir « des comportements sexuels variés », la circulaire ne mentionne pas l’homosexualité, ni la bisexualité par exemple. De la même manière, si la circulaire indique qu’il faut développer « l’esprit critique à l’égard des stéréotypes en amenant notamment les élèves à travailler sur les représentations idéalisées, irrationnelles et sexistes », la circulaire ne parle pas explicitement de pornographie ou de l’image de la femme souvent dégradée dans les médias. La lutte contre l’homophobie n’est pas non exprimée explicitement alors que la dépénalisation de l’homosexualité date du 4 août 1982 et que l’homosexualité fut retirée de la liste des maladies mentales de l’OMS en 1991. La circulaire de 1998 précise en revanche qu’il s’agit d’apprendre à « analyser la relation à l’autre dans ses composantes personnelles et sociales, à partir de connaissances précises de chaque sexe » ce qui, finalement, participe « à la construction de l’individu » et contribue « notamment à préparer à l’exercice de la responsabilité parentale ». Malgré l’existence de cette circulaire, l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires ne semble pas être très développée comme l’atteste cet article du journal Libération daté 29 septembre 2000 :

L’éducation sexuelle à l’école doit sortir du cours de biologie et de la seule étude des mécanismes de reproduction, pour aborder tous les problèmes de « l’éducation à la vie», incluant l’intolérance ou le machisme, estiment le gouvernement et les fédérations de parents d’élèves. Le ministre de l’Éducation, Jack Lang, et sa collègue de la Famille, Ségolène Royal, présentent aujourd’hui de nouvelles mesures à ce sujet, et notamment une mallette pédagogique, annoncée en mai. Destinée aux jeunes, aux familles, aux infirmières scolaires ou aux centres de planning familiaux, la mallette est constituée de fiches explicatives par thèmes (maladies sexuellement transmissibles, grossesses non désirées…) (Libération, le 29 septembre 2000).

21 La loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception est très importante puisqu’elle rend obligatoire une information et une éducation sexuelles dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles. La circulaire de 2003 qui va suivre annule et remplace la circulaire de 1998 va plus loin. Même si le pan concernant la prévention du sida est toujours présent, le titre de cette circulaire affiche clairement une volonté de s’inscrire dans une éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées. Elle apporte, en effet, un cadrage aussi bien pour les personnels de l’Éducation nationale que pour les partenaires appelés à intervenir dans les écoles et les établissements scolaires.

Longtemps prude sur le sujet, avec des professeurs de sciences naturelles agrippés à l’histoire rassurante de la reproduction, l’Éducation nationale commence à poser les bonnes questions. Les séances se déroulent en général sous forme de débat, élargissant l’information sur la prévention (sida, MST, contraception...) à des questionnements plus existentiels : parler de soi, de son corps, de son rapport aux autres, du sentiment amoureux, des relations filles-garçons, du sexisme, de l’homophobie... « À 13-16 ans, ils ne sont pas toujours prêts à intégrer les messages de prévention », explique Fatima Lalem, responsable du Planning familial à Paris. Il faut partir de là où ils en sont, prendre en compte leurs blocages, leur culture, leur niveau social. Parler plus généralement de la relation affective et les aider à se construire une identité. Une telle conception de l’information sexuelle demande du temps et des moyens. Mais l’école se montre encore chiche, voire coincée sur un sujet qui n’est guère prioritaire. Les séances d’éducation à la sexualité ne sont devenues obligatoires qu’en 1998, sous l’impulsion de Ségolène Royal, alors ministre de la Famille. Du personnel a été formé, chaque élève de 4e ou de 3e devant participer à une séance de deux heures. Malgré les efforts, seule la moitié des adolescents de collèges (environ 600 000) ont été touchés par la réforme. Recteurs et directeurs d’établissements renâclent, les profs ont du mal à céder des heures, toujours dans la hantise de ne pas finir le programme. Pourtant, deux heures sur tout un cycle scolaire comme le collège, c’est bien peu. « Il y a un réel déficit de travail éducatif envers les jeunes », juge Fatima Lalem. Avant de quitter le gouvernement, Ségolène Royal a eu le temps de rallonger la durée et la fréquence des séances. A la rentrée prochaine, chaque élève de la sixième à la terminale devrait assister à trois séances d’information par an. Un vœu, pieux pour l’instant, mais inscrit dans la loi (« Deux heures d’éducation sexuelle au collège », Libération, le 11 janvier 2003).

22Trente ans après la circulaire de 1973, la circulaire du 17 février 2003 relative à l’éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées, indique que l’éducation à la sexualité s’inscrit dans une démarche éducative qui répond à des questions de santé publique (grossesses précoces non désirées, infections sexuellement transmissibles, dont le VIH/sida) mais également à des problématiques concernant les relations entre garçons et filles, les violences sexuelles, la pornographie ou encore la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes. Cette circulaire est très riche et intéressante et il est difficile d’en déplier ici tous les aspects. Cependant, deux d’entre eux retiennent particulièrement l’attention : la circulaire indique que « tous les personnels, membres de la communauté éducative, participent explicitement ou non, à la construction individuelle, sociale et sexuée des enfants et adolescents.(…) Ces pratiques éducatives impliquent une nécessaire cohérence entre les adultes participant au respect des lois et des règles de vie en commun qui s’exercent aussi bien dans le cadre de la mixité, de l’égalité, que de la lutte contre les violences sexistes et homophobes contraires aux Droits de l’Homme ». Dès lors, « Au-delà de ces situations quotidiennes, il est nécessaire d’organiser un travail pluridisciplinaire s’appuyant sur les compétences complémentaires des divers personnels, inscrit dans le projet d’école et le projet d’établissement, voire inséré dans une politique d’établissement ». D’autant plus que « les enseignements scientifiques liés aux sciences de la vie occupent une place spécifique mais non exclusive dans ce domaine ».

Éducation, genre et sexualité

23Dix ans après la circulaire de 2003, les termes du débat demeurent presque inchangés. L’éducation à la sexualité, bien qu’obligatoire, n’est pas « effective », comme s’en fait l’écho cet article du Figaro :

  • Publié le 23/10/2012 à 18 :05

Violences, pornographie ou lutte contre les préjugés... Vincent Peillon lance un groupe de travail pour que l’éducation à la sexualité dès la primaire, dans les programmes depuis 2001, devienne « effective». « Refonder la République par l’école». Vincent Peillon abuse de la formule. Mais pour le ministre de l’Éducation, il ne s’agit pas de vains mots. Il y a bien, derrière, une idéologie, celle de changer la société par l’école. L’éducation à la sexualité dès la primaire fait partie du programme. Le ministère s’apprête ainsi à lancer un groupe de travail sur le sujet. Un chef d’établissement, deux professeurs de sciences de la vie et de la terre (SVT), un professeur des écoles, une infirmière scolaire, un pédopsychiatre, les fédérations de parents, des associations telles que SOS-homophobie et le planning familial… Une vingtaine de personnes seront mobilisées autour ce thème le 26 octobre pour une première réunion. Trois autres suivront, le but étant de tracer les lignes d’un plan d’action qui sera présenté avant janvier. (…)

Les enseignants ne sont pas forcément à l’aise avec ces questions

Mais sur le terrain, ces séances restent aléatoires. Elles dépendent de la motivation, du temps et des moyens des équipes pédagogiques. Présidente de la Peep, Valérie Marty déplore ces insuffisances. « La société a changé. Il est important que l’école s’empare de la question», estime-t-elle, évoquant notamment des « rapports filles garçons difficiles» et des « images sexuées violentes». « Le sujet reste délicat et tabou, observe Claude Lelièvre, historien de l’éducation et coauteur en 2005 de l’ouvrage Les Profs, l’école et la sexualité. Les enseignants ne sont pas forcément à l’aise avec ces questions et n’y ont pas été suffisamment formés.» En toute logique, les futures écoles supérieures du professorat et de l’éducation, sur lesquelles le ministère planche et qui ouvriront leurs portes à la rentrée 2013, devraient prévoir des modules sur le sujet (« Vincent Peillon se penche sur l’éducation à la sexualité », Le Figaro, le 23 octobre 2012).

24Si l’éducation à la sexualité est une composante de la construction de la personne et de l’éducation du citoyen, si elle vise à permettre aux élèves d’adopter des attitudes de responsabilité individuelle et sociale, c’est essentiellement l’égalité entre les filles et les garçons qui en constitue un des enjeux majeurs. En 2013, le ministère de l’Éducation nationale, le ministre délégué chargé de la réussite éducative, le ministère des Droits des femmes, le ministère du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt ont signé une convention interministérielle. Cette convention vise la réussite de tous, élèves, apprentis, étudiants et suppose créer les conditions pour que l’école porte à tous les niveaux le message de l’égalité entre les filles et les garçons et participe à modifier la division sexuée des rôles dans la société. Ceci nécessite que :

La réussite scolaire des filles contribue pleinement à la construction de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. L’éducation à l’égalité, au respect mutuel et la lutte contre toutes les formes de violence à l’école s’inscrivent dans la perspective d’une forte mobilisation contre les représentations sexistes.

L’éducation à la sexualité, dans toutes ses dimensions, soit assurée pour les filles et les garçons. Les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre, les inégalités et les stéréotypes doivent nourrir les politiques publiques mises en place pour assurer l’égalité effective entre filles et garçons, femmes et hommes (convention interministérielle 2013-2018).

25Alors que la convention interministérielle évoque explicitement les savoirs scientifiques issus des recherches sur le genre afin de déconstruire les stéréotypes et les discriminations, ce n’est pas sans susciter des résistances au niveau politique, comme le montre cet article suivant :

Le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon a déclaré mercredi qu’il n’y avait « pas de débat» sur l’enseignement de la théorie du genre à l’école, mais que le gouvernement voulait « lutter contre toutes les discriminations», dont l’homophobie, lors du « Talk Orange-Le Figaro ». « Il n’y a pas de débat sur la théorie du genre, on l’a dit à plusieurs reprises, aucun. Par contre, bien entendu, il faut lutter contre toutes les discriminations, à la fois de race, religieuse, et de l’orientation sexuelle, car elles causent de la souffrance.»

« Nous sommes pour l’égalité filles-garçons, pas pour la théorie du genre», a-t-il affirmé. Interrogé sur un partenariat avec des associations LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans) pour prévenir les discriminations, il a rétorqué : « ce partenariat existe, il donne satisfaction. On a eu surtout, avec l’année difficile qu’on a vécue, beaucoup plus de souffrance chez les adolescents, de cas d’homophobie», a-t-il souligné (« La théorie du genre pas envisagée au ministère de l’Éducation », Libération, le 29 mai 2013).

26Il en avait été même lors de l’introduction du concept de « genre » dans les manuels de Sciences de la Vie et de la Terre en conformité avec les nouveaux programmes des classes de première ES et L en 2011. Le fait de distinguer clairement d’un côté « l’identité sexuelle et les rôles sexuels », soit le sexe et le genre, et de l’autre, « l’orientation sexuelle » soit la sexualité, avait suscité des débats houleux au sein de la classe politique. L’éducation à la sexualité, forcément à l’intersection de la construction de la personne et de l’éducation du citoyen, est également le socle sur lequel peut se développer une lutte pour une égalité entre les filles et les garçons.

27Tous les personnels, membres de la communauté éducative, participent explicitement ou non, à la construction individuelle, sociale et sexuée des enfants et adolescents : ils ont cependant un certain embarras lorsqu’ils doivent assumer explicitement des cours d’éducation à la sexualité et préfèrent laisser faire des intervenants extérieurs. Cependant l’intervention extérieure aux établissements comme par exemple SOS homophonie permet d’agir sur cet autre versant, libérant cette éducation d’une approche réduite à la biologie, et des dangers d’une normalisation. Il demeure cependant un certain flou quant à l’intervention de ces associations, qui loin d’être systématique, dépend de la demande des chefs d’établissements et des CESC (Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté).

28La libération de la parole autour de la sexualité n’est pas la garantie d’une libération sexuelle. On sait que Michel Foucault dans la volonté de savoir est tenté d’y voir une nouvelle économie du pouvoir, une stratégie de l’aveu volontaire visant à contrôler la sphère de l’intime (Foucault, 1976). Ce biopouvoir serait alors le meilleur vecteur de la normalisation. Si ce risque existe, il demeure que l’éducation à la sexualité peut-être aussi le lieu d’un questionnement sur le genre susceptible de remettre en question les stéréotypes véhiculés par la société. Mais cette dimension plus subversive se heurte dans la pratique à un conservatisme de l’institution détectable non pas dans l’idéologie affichée, mais dans les conditions concrètes d’exercice de cet enseignement.

Haut de page

Bibliographie

Bajos N., Bozon M. (dir.), Beltzer N. (2008), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris : La Découverte.

Bergström M. (2012), « Nouveaux scénarios et pratiques sexuels chez les jeunes utilisateurs de sites de rencontres ». Agora, 60, p. 107-119.

Bozon M. (2002), Sociologie de la sexualité, Paris : Nathan.

Bozon M. (2010), Préface, in V. Blanchard et al., Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe – XXIe siècle), éditions Autrement, p. 4-10.

Bozon M. (2012), « Autonomie des jeunes et panique morale des adultes. Le garçon sans frein et la fille responsable ». Agora, 60, p. 121-134.

Butler J. (2005), Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, Paris : La Découverte.

Clair I. (2008), Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris : Armand Colin.

Clair I. (2012), « La pute, le pédé et l’ordre hétérosexuel ».  Agora, 60, p. 67-80.

Ellis H. (1927), Études de Psychologie sexuelle, Tome VII : L’Éducation Sexuelle, Mercure de France.

Foucault M. (1976), La volonté de savoir, Paris : Gallimard.

François L. (1948), Rapport au Comité d’études concernant l’éducation sexuelle dans les établissements d’instruction publique, Paris : Ministère de l’Instruction Publique.

Freud S. (1907), « Les explications données aux enfants», in La vie sexuelle, PUF, p. 7-13.

Freud S. (1987), Trois essais sur la théorie sexuelle, Gallimard.

Giami A. (2007), « Une histoire de l’éducation sexuelle en France : une médicalisation progressive de la sexualité (1945 - 1980) ». Sexologies, 16, p. 219-229.

Goguel d’Alllondans T. (2005), Les sexualités initiatiques. La révolution sexuelle n’a pas eu lieu, Paris : Belin.

Gribinski M, (1987), Préface aux Trois essais sur la théorie sexuelle, Gallimard.

Knibiehler Y. (1996), « L’éducation sexuelle des filles au XXe siècle». Clio, Histoire, femmes et sociétés, p. 139-160.

Lambert K. (2010), Pour en finir avec le conflit des sexes, édition du Palio.

Lelièvre C., Lec F. (2005), Les profs, l’école et la sexualité, Odile Jacob.

Marzano M., Rozier C. (2005), Alice au pays du porno. Ados : leurs nouveaux imaginaires sexuels, Ramsay.

Pelège P., Picod C. (2006), Éduquer à la sexualité. Un enjeu de société, Dunod.

Poutrain V. (2003), Sexe et pouvoir, Paris : Belin.

Rollin Z., « Genre et sexualité dans le rapport pédagogique : ethnographie d’un lycée « de banlieue » », Genre, sexualité & société [En ligne], 7 | Printemps 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, Consulté le 11 novembre 2012. URL : http://gss.revues.org/index2350.html; DOI : 10.4000/gss.2350

Rubin G. (2010a), « Penser le sexe », in Surveiller et jouir, éd. EPEL, p. 135-209.

Rubin G. (2010b), « Le marché aux femmes », in Surveiller et jouir, éd. EPEL, p. 23 -82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Poutrain, « L’évolution de l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires », Éducation et socialisation [En ligne], 36 | 2014, mis en ligne le 09 octobre 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edso/951

Haut de page

Auteur

Véronique Poutrain

Chercheuse associée à l’UMR Telemme (MMSH Aix-en-Provence)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals