Navigation – Plan du site

Une présentation de “Those who understand: Knowledge Growth in Teaching”

Gérard Sensevy et Chantal Amade-Escot
p. 95-96

Texte intégral

1Lee S. Shulman est actuellement président de la Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, et professeur émérite à l’Université de Stanford, après avoir été professeur, de 1962 à 1983, à l’Université d’État du Michigan (Chicago) où il a fait ses études.

  • 1 Nous remercions la revue Educational Researcher pour nous avoir autorisé à publier cette traduction (...)

2En 1985, Shulman prononce une conférence à l’American Educational Research Association (AERA), dont il est alors président. C’est cette conférence qui constituera l’essentiel de « Those who understand : Knowledge growth in teaching », article publié en 1986 dans la revue de l’AERA, Educational Researcher1 et dont nous présentons une traduction pour ce premier numéro de Education et didactique.
Pourquoi avoir choisi cet article?

  • 2 Pour un exemple parmi beaucoup d’autres d’une publication récente centrée sur la notion de pedagogi (...)

3D’abord pour son importance et son impact dans le monde anglo-saxon de la recherche en éducation. Très abondamment cité depuis sa parution, il a alimenté et alimente encore aujourd’hui, notamment à travers la notion-clé de pedagogical content knowledge, de nombreux travaux2.

  • 3 Inaugural au double sens de la conférence donnée lors du colloque annuel de l’AERA en 1985, et de l (...)
  • 4 On peut par exemple évoquer ici la description que fait Denis Kambouchner du « bon professeur » : « (...)

4Ensuite pour son objet : non seulement ce texte inaugural3 de Shulman consacre l’importance cruciale du savoir dans le travail professoral, mais encore il fournit des distinctions opératoires pour caractériser le rapport que le professeur peut et doit entretenir au(x) savoir(s). Le professeur doit à la fois, nous dit Shulman, maîtriser la connaissance du contenu (content knowledge) et la connaissance pédagogique du contenu (pedagogical content knowledge). Il faut se rendre attentif à l’emboîtement que décrit l’auteur : la connaissance du contenu est nécessaire, mais elle n’est pas suffisante – elle doit se prolonger et s’affiner dans la connaissance pédagogique du contenu. En d’autres termes on pourrait dire que la connaissance didactique (pedagogical content knowledge) nécessite la connaissance épistémique (content knowledge) et s’en nourrit, mais ne se réduit pas à celle-ci, puisque elle en suppose une transformation complexe et raisonnée à des fins d’instruction4. D’une certaine manière, c’est probablement la prise de conscience d’un tel dépassement de la connaissance épistémique par la connaissance didactique qui explique certains développements actuels en didactique, et la redéfinition des frontières qui s’opère en même temps que ces développements.

5On ajoutera ici que la manière dont Shulman traite la question des savoirs s’ancre dans une perspective historique roborative. Par ailleurs, cette centration épistémique ne l’empêche en rien de reconnaître les vertus de recherches autres, attitude peut-être pas si répandue…

  • 5 Pour une ébauche de rapprochements en éducation physique voir Amade-Escot, C. (2000). The Contribut (...)

6Enfin, il existe une troisième raison à la présence de cet article dans ce numéro inaugural de Education & Didactique. L’un des objectifs fondamentaux de la revue est de contribuer à relier des traditions de recherches qui s’ignorent largement, alors même que la proximité des problèmes auxquels elles s’affrontent pourrait les amener à se (re)connaître5, voire à unir leurs efforts. La lecture du travail de Lee S. Shulman pourrait ainsi contribuer à jeter des ponts entre certaines recherches menées dans le monde anglo-saxon et d’autres mises en œuvre dans le monde francophone, ensemble de recherches que la revue « Education & Didactique » voudrait pouvoir contribuer à rapprocher.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions la revue Educational Researcher pour nous avoir autorisé à publier cette traduction de l’article de Shulman. Voir accès libre en ligne : http://www.aera.net/publications/?id=317

2 Pour un exemple parmi beaucoup d’autres d’une publication récente centrée sur la notion de pedagogical content knowledge, voir l’article de Jennifer Seymour et Richard Lehrer, publié en 2006 : Tracing the Evolution of Pedagogical Content Knowledge as the Development of Interanimated Discourses, Journal of the Learning Sciences(15)4, 549-582. http://www.leaonline.com/toc/jls/15/4

3 Inaugural au double sens de la conférence donnée lors du colloque annuel de l’AERA en 1985, et de l’introduction d’une nouvelle orientation de recherche ayant eu des développements consistants dans le monde anglo-saxon et dans beaucoup de disciplines scolaires. Pour une reprise des principaux travaux de cet auteur voir les « collected papers » : Shulman, L.S. (2004) « The wisdom of practice : Essays on teaching, learning and learning to teach », San Franscisco : Jossey-Bass.

4 On peut par exemple évoquer ici la description que fait Denis Kambouchner du « bon professeur » : « Le fait n’est pas simplement que le bon professeur communique ce savoir le plus qu’il peut, ce qui pourrait s’accommoder d’une certaine irréflexion : le fait est surtout qu’il réfléchit constamment aux conditions et modalités dans lesquelles ce savoir est effectivement communicable, et ce, sous une forme qu’il faut concevoir comme d’emblée dynamique et non seulement statique », Conférence donnée à l’ENS Paris dans le cycle « Philosophie de l’Éducation », le 27 février 2006.

5 Pour une ébauche de rapprochements en éducation physique voir Amade-Escot, C. (2000). The Contribution of Two Research Programs on Teaching Content : « Pedagogical Content Knowledge » and « Didactics of Physical Education ». Journal of Teaching Physical Education, 20/1, 78-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Sensevy et Chantal Amade-Escot, « Une présentation de “Those who understand: Knowledge Growth in Teaching” », Éducation et didactique, vol 1 - n°1 | 2007, 95-96.

Référence électronique

Gérard Sensevy et Chantal Amade-Escot, « Une présentation de “Those who understand: Knowledge Growth in Teaching” », Éducation et didactique [En ligne], vol 1 - n°1 | avril 2007, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/118 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.118

Haut de page

Auteurs

Gérard Sensevy

CREAD, IUFM de Bretagne-Université de Bretagne Occidentale

Articles du même auteur

Chantal Amade-Escot

DiDIST-CREFI-T, Université Paul-Sabatier, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page