Navigation – Plan du site
Varia

Lire la peinture, lire le texte littéraire à l’école : une activité de même nature ?

“Image reading” and analytical reading of literary texts: the same cognitive process?
Marie-Sylvie Claude
p. 67-76

Résumés

Les programmes de français de collège et de lycée invitent à pratiquer la lecture de l’image, présupposant l’isomorphisme avec la lecture analytique des textes, dont elle favoriserait l’apprentissage. Notre recherche confirme que l’exercice appliqué à la peinture favorise l’accès aux attendus scolaires pour la majorité des élèves et suscite moins d’inégalités de réussite. Ce que nous expliquons par les écarts sémiologiques entre les deux arts et par le rapport différencié des élèves à l’un et à l’autre. Postuler l’activité de construction du sens comme de même nature risque donc de court-circuiter les causes de la facilitation et, partant, la possibilité d’un transfert des apprentissages d’un art à l’autre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Cadre théorique
Méthodologie
Résultats
Un exemple
Le registre cognitif
Le registre culturel
Le registre identitaire symbolique
Explications
Les différences entre les deux arts
Des attendus mieux entendus
Conclusion

Aperçu du texte

Cet article s’appuie sur une recherche consacrée aux liens entre la lecture littéraire et un exercice souvent préconisé de lecture de l’image, dénomination qui nous semble poser problème si elle est prise au pied de la lettre, car elle indifférencie alors deux langages hétérogènes : si les éléments plastiques, qu’ils forment ou non des ensembles figuratifs, peuvent être considérés comme des signes puisqu’ils sont porteurs de sens, ils ne relèvent pas d’un système d’encodage linguistique. Louis Marin (1971, p. 20), revenant sur l’injonction de Poussin à Chantelou dans une lettre du 28 avril 1639 « lisez l'histoire et le tableau, afin de connaître si chaque chose est appropriée au sujet », analyse l’expression comme une invitation à une « lecture plastique » du tableau mais définit cette lecture dans ses écarts avec celle du texte : la peinture génère bien du lisible, mais il ne s’appréhende pas comme ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Sylvie Claude, « Lire la peinture, lire le texte littéraire à l’école : une activité de même nature ? », Éducation et didactique, 10-1 | 2016, 67-76.

Référence électronique

Marie-Sylvie Claude, « Lire la peinture, lire le texte littéraire à l’école : une activité de même nature ? », Éducation et didactique [En ligne], 10-1 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/2468 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2468

Haut de page

Auteur

Marie-Sylvie Claude

ESPE de Créteil, Laboratoire CIRCEFT-ESCOL

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page