Navigation – Plan du site

Romans historiques pour la jeunesse et construction de savoirs scolaires en histoire (cycle 3)

Historical Fictions for Youth and Construction of School Knowledge in History (Elementary School)
Sylvie Lalagüe-Dulac
p. 105-121

Résumés

L’utilisation de fictions historiques séduit régulièrement nombre d’enseignants du primaire qui, encouragés par les prescriptions officielles, choisissent d’étudier en histoire des œuvres susceptibles de captiver leurs élèves et de leur faire prendre conscience du passé, car, à leurs yeux, le roman historique éclaire l’histoire. Or, l’élève fait-il la distinction entre la fiction et la réalité dont la dichotomie interroge les frontières entre les disciplines d’histoire et de français et la polyvalence des maîtres ? Que se passe-t-il quand un élève lit un roman historique dans une perspective de savoir partagé ? Que vont apporter ses souvenirs de lecture à sa compréhension des événements historiques ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le poids des représentations
De l’analogie aux représentations en histoire
Représentations et roman historique pour la jeunesse
Personnages : qui est qui ?
L’élève lecteur
Deux communautés discursives disciplinaires singulières
Utiliser des romans historiques en classe d’histoire : quelques exemples
Premiers obstacles
L’impact des personnages dans la compréhension de faits historiques
Souvenirs de lecture

Aperçu du texte

Introduction

L’objet de cet article est de questionner l’utilisation de romans historiques pour la jeunesse en classe d’histoire et sa pertinence dans la construction de savoirs historiques scolaires partagés au cycle 3. Né au xixe siècle dans un contexte propre à son éclosion, le roman historique est devenu un genre romanesque à part entière (Manson, 2013). Eric Bordas (2002, p. 171) le définit « comme un récit dont le cadre chronologique renvoie à des situations et des faits bien connus de l’histoire politique des hommes, proche ou ancienne, un récit dont plusieurs personnages, principaux ou secondaires, sont des figures attestées et notoires de la mémoire d’un pays ». La fiction se doit d’y être vraisemblable et d’éviter tout élément anachronique bien que l’achronie soit souvent de règle, flou chronologique aux multiples avantages pour l’écrivain (Baguley, 2008, p. 78 ; Bessière & ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Lalagüe-Dulac, « Romans historiques pour la jeunesse et construction de savoirs scolaires en histoire (cycle 3) », Éducation et didactique, 11-1 | 2017, 105-121.

Référence électronique

Sylvie Lalagüe-Dulac, « Romans historiques pour la jeunesse et construction de savoirs scolaires en histoire (cycle 3) », Éducation et didactique [En ligne], 11-1 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/educationdidactique/2685 ; DOI : 10.4000/educationdidactique.2685

Haut de page

Auteur

Sylvie Lalagüe-Dulac

Maître de conférences en didactique de l’histoire à l’université de Bordeaux, ESPE d’Aquitaine. Laboratoire Lab-E3D, université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page