Navigation – Plan du site
Chronique

Jean Perrot (1925-2011)

Jean-Luc Moreau

Texte intégral

1La disparition soudaine de Jean Perrot, durement ressentie par toute la communauté des linguistes fran­çais, laisse un vide parti­cu­liè­rement dou­lou­reux dans les rangs des finno-ougristes. Dès la fonda­tion de notre revue, il en fut, au côté d’Aurélien Sauvageot, le direc­teur adjoint et bientôt le prin­ci­pal ani­mateur avant d’en deve­nir, pour de nombreuses années et jusqu’à la fin de sa vie, le directeur – comme il le fut aussi de l’Asso­ciation pour le dévelop­pement des études finno-ougriennes. Se peut-il vrai­ment qu’il ne soit plus des nôtres ?

2Son aventure finno-ougrienne débute en 1946, par un heureux hasard. Élève de l’École normale supérieure, il a pour cothurne un jeune Hongrois appelé à un grand avenir universitaire, scientifique et politique, Béla Köpeczi, qui l’initie à sa langue et à sa culture. Il fré­quente l’Institut hongrois de Paris, que dirige alors István Lelkes. Parallèlement à ses autres études, il suit les cours d’Aurélien Sau­va­geot et de ses « répétiteurs », István Lajti puis László Dobossy. En 1947, une bourse lui permet de se rendre en Hongrie pour la première fois. En 1949, il passe l’agrégation de grammaire ; en 1950, il est nommé assistant à la Sorbonne ; en 1953, sur la recommandation de Michel Lejeune, il est chargé d’enseignement à la Faculté des Lettres de Montpellier. Sa thèse principale, soutenue en 1959, porte sur le latin, mais sa thèse complémentaire a pour sujet « la fonction du pré­verbe meg en hongrois contemporain ». Dans l’analyse des énoncés d’une langue, « c’est le hongrois en particulier, écrira-t-il plus tard, qui m’a convaincu qu’il fallait prendre en compte et les structures morphologiques, et les structures informatives du message ».

3En 1960, Jean Perrot, nommé maître de conférences, quitte Mont­pel­lier pour Paris où il succède à Michel Lejeune à l’Institut de lin­guistique de la Sorbonne. En 1962, il est élu professeur. De 1966 à 1977 et de 1981 à 1984, il dirigera l’Institut de linguistique générale et appliquée (l’ILPGA, né de la fusion, en 1966, des instituts de phoné­tique et de linguistique).

4En 1967, Aurélien Sauvageot prend sa retraite. Une coordination, d’abord informelle, s’organise entre les enseignements du Centre d’études finno-ougriennes (CEFO) nouvellement créé à la Sorbonne et ceux de la chaire des langues finno-ougriennes de l’École des langues orientales (l’actuel INALCO). Jean Perrot, lors de la recom­position du paysage universitaire parisien, opte d’autant plus volon­tiers pour Paris iii que l’École des langues orientales en devient pour quelque temps une importante composante. Dans un esprit de confiance et d’ami­tié, un cursus commun se met en place pour le finnois et le hon­grois. Il se prolongera bien au-delà du divorce des deux établisse­ments.

5Grand organisateur, Jean Perrot, dès lors, mobilise et fédère les énergies, organise des colloques, encourage les publications. En 1966, à son initiative – et à la suite de la visite, ministre de la Culture, en Finlande – un poste de professeur associé réservé à un universitaire finlandais est créé à Paris iii, analogue à celui qui existe déjà pour le hongrois.

6En 1978, Jean Perrot quitte Paris iii pour la ve section de l’École pratique des hautes études.

7En 1985, avec l’appui de Béla Köpeczi – alors ministre, en Hon­grie, de l’Éducation – il obtient la création à Paris d’un Centre inter­universitaire d’études hongroises (CIEH) dont il sera jusqu’en 1997 le directeur. En 1989 paraît le premier numéro des Cahiers d’études hongroises dont il partage la direction avec le directeur de l’Institut Hongrois de Paris.

8Professeur émérite à partir de 1993, Jean Perrot continue à travailler et à publier dans les domaines de la théorie générale et des langues ouraliennes (hongrois, mordve, langues ougriennes de l’Ob). Son attention continue à se porter sur ses sujets de prédilection : la morphosyntaxe, la, l’évolution de la langue française.

9De 1963 à 1998, Jean Perrot a été administrateur, puis secrétaire adjoint, puis secrétaire de la Société de linguistique de Paris.

10Outre ses nombreux articles, on lui doit notamment : Regards sur les langues ouraliennes : études structurales, approches contrastives, regards de linguistes français (Bibliothèque finno-ougrienne, ADÉFO/l’Harmattan, 2006) et Études de linguistique finno-ougrienne (Peeters, 2005). Destiné à un large public, son Que sais-je sur La Linguistique a été réédité aux PUF en 2010. Et c’est sous sa direction qu’a vu le jour, rédigé par un collectif, un nouveau Dictionnaire hon­grois-français (Szeged, Grimm, 2000).

11Correspondant à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, membre d’honneur de l’Académie des Sciences de Hongrie, officier de l’ordre national du mérite, commandeur des Palmes académiques, Jean Perrot était aussi Croix du mérite de la République hongroise et officier de la Rose blanche de Finlande.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean Perrot
URL http://journals.openedition.org/efo/docannexe/image/1548/img-1.png
Fichier image/png, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Moreau, « Jean Perrot (1925-2011) », Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/efo/1548

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals