Navigation – Plan du site
Articles

Les Komis de l’Ižma et les Pomors

Deux modèles de transformations culturelles
The Izhma Komi and the Pomors: two models of cultural change
Коми-ижемцы и поморы : две модели культурных трансформаций
Jurij P. Šabaev
Traduction de Eva Toulouze

Résumés

Cet article traite de processus culturels complexes : ceux qui sont en cours dans le Nord européen de la Russie, et qui tiennent à des mutations dans le mode d’auto-identification des groupes culturels locaux. Nous étudierons ici deux d’entre eux : les Pomors et les Komis de l’Ižma. On a coutume de considérer les Pomors comme un groupe ethnographique russe du Nord, le seul dont l’économie traditionnelle soit fondée sur la pêche maritime et la chasse aux mammifères marins. Les Komis de l’Ižma, quant à eux, sont le groupe le plus septentrional des Komis, donc des Finno-Ougriens. Leur économie est fondée sur l’élevage du renne. Au début des années 2000, les deux groupes (dont la formation en tant que communautés culturelles autonomes remonte au xviiie siècle, mais qui au xxe siècle avaient en grande partie perdu leur identité) traversent une période de réidentification. On examinera les raisons et les conditions dans lesquelles ces processus se déroulent, ainsi que le contenu de la nouvelle identité de ces groupes, qui diffère considérablement des formes antérieures. Les idéologues du mouvement pomor ont tendance à considérer les Pomors non pas comme des Slaves, mais comme des Finno-Ougriens, alors que les leaders du mouvement de l’Ižma considèrent que les Iz’vatas doivent être considérés comme un peuple à part et non pas comme une partie de la communauté ethnique des Komis.

Haut de page

Entrées d’index

Périodes :

XXe siècle

Domaines :

sociologie
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les Komis de l’Ižma et les Pomors présentent un intérêt évident pour la recherche en anthropologie. Cet intérêt ne tient d’ailleurs aucunement à la dimension archaïque de leurs traditions culturelles, qui s’est en grande partie perdue, mais à la mémoire historique du groupe et à son identité ethnique (ou locale), qui forment le fondement de leur positionnement culturel. Dans les deux cas, nous pouvons parler de réidentification : certes, l’ethnonyme des Komis de l’Ižma (Iz’vatas) avait été pris en compte par les statistiques officielles en 1926 et puis, après un long intervalle, en 1989, mais seulement en tant que variante de l’ethnonyme Komis (renvoyant aux Komis-Zyriènes) ; les Pomors, pour leur part, figurent dans les documents du recensement de 1989, mais également en qualité de variante de l’ethnonyme primaire russe (Sokolovskij, 2004, pp. 225-226).

2Le recensement de 2002 a permis un large débat dans le corps social sur la restitution aux groupes locaux de leurs dénominations antérieures et sur la manière dont elles permettent de déterminer des groupes réellement existants. Il se distinguait également des précédents par le fait que dans sa préparation, les ethnologues de Russie ont pu obtenir l’inclusion dans les documents officiels de l’éventail le plus large possible de « catégories de prise en compte de la composition ethnique de la population ». Cela a permis de relever l’existence de 6 500 Pomors et de 16 500 Komis de l’Ižma : cela veut dire que des groupes considérables ont préféré s’identifier par des indicateurs ethniques non point généraux, mais locaux. Cependant, le seul acte formel de la part d’un groupe de citoyens de s’identifier à l’aide de tel ou tel marqueur ethnique ne permet pas à lui seul d’attester l’évidence de l’existence d’un ensemble. Qui plus est, dans la plupart des cas, la prise en compte des ethnonymes locaux n’amène pas les personnes les choisissant pour s’identifier à être considérées comme ressortissant de ces communautés particulières : elles sont incluses dans les effectifs d’un groupe ethnique plus large (les Pomors parmi les Russes, les Iz’vatas parmi les Komis, etc.).

3C’est pourquoi, pour prendre en compte ce que représente ce groupe de personnes se désignant par le même définisseur ethnique, il est important d’examiner un ensemble de phénomènes culturels : la solidarité interne, l’idéologie de groupe, le contenu de l’identité, la capacité collective à formuler et à exprimer des intérêts communs et d’autres facteurs qui caractérisent la situation culturelle au sein du groupe. La méthode la plus adéquate pour étudier cette dynamique, me semble-t-il, repose sur un schéma tripartite – processus, participants, circonstances – sur la base de l’analyse de discours proposée par Norman Fairclough (Fairclough, 2003), qui nous semble totalement pertinente dans ce cas précis. Plus généralement, nous nous rapprochons de la vision constructiviste de la nature de l’ethnicité (Theories, 1996), sans pour autant nous enfermer dans cette approche méthodologique.

Histoire de la formation des groupes ethniques

4Parmi les groupes ethnographiques au sein du peuple komi, ce sont les Komis de l’Ižma (Iz’vatas) qui ont la culture la plus originale. La formation de ce groupe remonte à la fin du xvie siècle. C’est entre 1568 et 1575 qu’a été constituée sur l’Ižma, un affluent de la Pečora, la sloboda du même nom. D’après les légendes, ses fondateurs étaient des migrants en provenance de la sloboda de Glotovo sur le haut Mezen’ et de la sloboda d’Ust’-Cil’ma, fondée un quart de siècle plus tôt par Ivaška Latska, de Novgorod. Longtemps, la sloboda d’Ižma a été l’unique habitat komi dans le bas cours de la Pečora ; ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle qu’autour d’elle ont commencé à surgir de nouveaux points habités : Mohča, Sizjabsk, Gam, Bakur, Moš’juga.

  • 1  En russe : Большеземельская тундра.

5C’est aux xviie-xviiie siècles que le processus de formation du groupe le plus septentrional des Komis arriva pratiquement à son terme. Compte tenu d’un mélange interethnique prolongé et d’influences mutuelles, les Komis de l’Ižma développèrent des traits physiques particuliers, un dialecte spécifique sur la base du komi avec des emprunts lexicaux au russe et au nenets, et ils transformèrent leur système économique traditionnel, se différenciant ainsi fondamentalement des autres groupes ethnographiques komis. Au xixe siècle, les Komis de l’Ižma agrandirent considérablement leur territoire. Ils fondèrent toute une série d’agglomérations dans le cours moyen de la Pečora, occupèrent le bassin de l’Usa, un autre affluent de la Pečora, prirent pied dans les toundras de Kanin et de la Grande Terre1, franchirent l’Oural et fondèrent des villages sur l’Ob ; de plus, un groupe non négligeable alla s’installer dans la péninsule de Kola (Lašuk, 1960 ; Žerebcov, 1982 ; Konakov, 1991).

6Les Komis de l’Ižma fondaient leur économie sur l’élevage du renne. Ils en avaient entièrement emprunté les principes aux Nenets dès le xviiie siècle. Ces emprunts ne concernaient pas uniquement le mode de gestion de l’économie, mais l’ensemble du système culturel, y compris l’habillement, l’habitat transportable, voire le folklore. En même temps, les Komis de l’Ižma introduisirent dans ce système des éléments nouveaux : la surveillance continue des troupeaux à l’aide des chiens, l’élevage commercial à grande échelle dans la toundra de la Grande Terre ; ils utilisaient d’ailleurs largement la production de l’élevage du renne dans les activités commerciales : commerce des peaux, production de chamois.

7Les Komis de l’Ižma avaient une économie complexe, dans laquelle les différentes branches étaient complémentaires, tout le système étant de manière générale plutôt flexible et adapté à son environnement. En plus de l’élevage du renne, ils pratiquaient la chasse et la pêche, l’élevage et un peu d’horticulture, commerçaient dans tout le nord de la Russie et de la Sibérie occidentale, livraient leurs produits jusqu’à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Aptes à la gestion, ils s’avérèrent plus efficaces économiquement que les Nenets de la toundra de la Grande Terre, voire que les Sames de la péninsule de Kola ou les Khantys. De plus, ils jouaient sur le marché un rôle de banquiers et de fournisseurs pour la production des exploitants nenets (mais aussi khantys et sames). Ils devinrent ainsi pour les Nenets, et en partie aussi pour les autres groupes, des concurrents dangereux et ceux-là se plaignaient souvent aux représentants des autorités d’être opprimés par les Komis de l’Ižma.

8Les éleveurs de rennes komis de l’Ižma multiplient le nombre de têtes de leurs troupeaux, et dès le milieu des années 1830 les Nenets avaient perdu leur prédominance dans la toundra, ce dont témoigne indirectement le « Statut sur la gestion des Samoyèdes de l’uezd du Mezen’ (gouvernement d’Arkhangelsk) », adopté en 1835. Conformément à ses dispositions, tous les « allogènes » faisant paître leurs rennes sur les pâturages situés dans les « territoires samoyèdes » devaient payer des droits de pâturage par bête. Les chercheurs ont également noté que dans les années 1840, la taille des troupeaux respectivement des Nenets et des Komis allait de 1 à 4, proportion qui est restée identique dans les années suivantes (Zyrjanskij, 2004, p. 154).

9À l’instar des Komis de l’Ižma, les Pomors se sont conquis un créneau spécifique dans le Nord et ont réussi à mettre en place une économie efficace.

10En général, la représentation scientifique est que le groupe des Pomors s’est formé il y a plusieurs siècles. La plupart des chercheurs soulignent que la dénomination du groupe (Pomors) est apparue dès le xiie siècle (Gemp, 2005) et que c’est à cette époque-là que s’est activé le processus de sa formation. Mais V. Anufrconstitорой ос(Gemp, 20;n;variant:smallle Kent i, >: xviiie siècle qu’autour d’elle ont commencé , binyme il ntereKent s Pomcytura(> >: xviiie siècle. Ces 2005) et que c’est à cette ;variantque-l8

9À l’instar des Komis de le">Varia, xviie-xviiie siècles que lt-variant:small-cap souligne-capsconns54).d-ouconstt4).d-cons toundque.Blut leneau sconns54dins54Zyrii >: , >: adopté en 1835. Conaient leur="185">Koe xviiie siècle qu’atour d’elle ont commencé , emble da prod 4ents ethniq. L rélore. le par l="185">sKconna>, < plus danenets ds, l’ux reprpar lt qu’à la l=, , , 207">Ežva, soundqueà la fin du xviiie siècle. Ces emprunts ne concernaient pas uniL154enames,e. La forbanisseurs pourmeho’Oeaux : e contenu ddans fs dll-cavla dplus cessunrs uit ,-caps;">xviie-xviiie siècles queprunts ne con cernaisouligne, et au e phénocees dans les efm>sloboda ,e>de Glotovo s,stituéereux ,par l="185">sK>sound/em>e (Vtarovaque-làrécle de phénomèegroupe (Prnéral, vs Nene en 1835. Conaarbaniss troupals fe grodu Kste temi Samoypoiicuobtenirnt-Péter toundcun peu dnt la situafournitoisneommusa fothnonaroductionng. Thunt toute la tol groupproductioacte formoncurres Pom