Navigation – Plan du site
Varia

Le parasite hongrois sophocléen de Péter Bornemisza

The sophoclean Hungarian parasite of Péter Bornemisza
Bornemisza szophoklészi magyar parazitája
András Kányádi

Résumés

La redécouverte humaniste des œuvres classiques de l’Antiquité a une incidence considérable sur les littératures nationales à l’époque de la Renaissance. Aussi l’Électre sophocléenne connaît-elle de nombreuses traductions et adaptations. Parmi ces dernières, on trouve la pièce de Péter Bornemisza, le premier drame important en langue hongroise, qui reflète aussi bien la théorie dramatique protestante de Melanchthon que l’influence des comédies de Térence. Notre étude tente d’analyser les différents aspects de la meilleure trouvaille de l’auteur de l’Électre hongroise, la figure de Parasitus. Courtisan profiteur ou prophète déchaîné, la complexité du parasite magyar soulève des interrogations littéraires, morales, sociales, politiques et rhétoriques.

Haut de page

Entrées d’index

Domaines :

littérature

Populations :

Hongrois, Ottomans
Haut de page

Texte intégral

1Né dans l’Antiquité, le type littéraire du parasite ne cesse de hanter le théâtre européen. Produit de la Renaissance, le théâtre hongrois valorise d’entrée de jeu cette figure. Dévorateur, provincial et sans scrupules : voilà les trois aspects fondamentaux du parasite qui domineront pour les siècles à venir les lettres magyares. Or le texte fondateur, qui remonte à une réécriture de Sophocle et réunit déjà ces trois traits, disparaît dans le tourbillon de l’Histoire pendant plus de trois cents ans. Quand il est enfin retrouvé au fond d’une bibliothèque allemande, le parasite a déjà fait son chemin comique sur les scènes européennes, et la réédition de la pièce exige des rajustements en conformité avec l’horizon d’attente d’un public habitué à ce personnage littéraire. Pourtant, il s’agit d’une figure complexe qu’on ne peut ramener à la seule fonction comique ; dès lors, pour mieux comprendre son rôle, un examen plus approfondi s’avère nécessaire.

La renaissance d’Électre

2Dans l’Europe centrale du xvie siècle, l’union fort heureuse entre humanisme et protestantisme entraîne non seulement un intérêt pour l’érudition classique mais aussi l’essor de la création dans les langues vernaculaires. D’une part, le nombre des étudiants formés dans des centres prestigieux s’accroît ; d’autre part, la réussite de la Réforme passe par les langues « vulgaires ». Le patrimoine antique se transmet, même si l’outil de la transmission est loin d’être parfait et, en quelques décennies, les ouvrages classiques traduits ou adaptés en allemand, tchèque, polonais, croate et hongrois se multiplient. Dans cette effervescence créatrice, un cas particulièrement fascinant est le remaniement de Sophocle par l’un des « pères » de la littérature hongroise, Péter Bornemisza.

  • 1 Sophoclis tragoedia septem cum commentariis, Venise, 1502 ; Sophoclis tragoedia septem cum interpr (...)

3Il faut dire tout de suite que depuis le début du xvie siècle, les tragiques grecs deviennent largement accessibles grâce au latin : les manuscrits originaux sont assortis de commentaires latins ou bien traduits dans la langue d’Ovide. Si Érasme et Buchanan contribuent grandement à la notoriété d’Euripide, la renommée de Sophocle se propage aussi très vite : la première édition complète, parue à Venise, ouvre la voie à de nombreuses éditions commentées1. Mais il n’y a pas que le latin : traductions et adaptations dans différentes langues européennes voient désormais le jour. Les vedettes sophocléennes sont partout Ajax et Électre, mais les approches théâtrales diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre.

4Les uns essaient de rendre Sophocle d’une manière juxtalinéaire, tel Lazare de Baïf dans sa Tragédie de Sophocle intitulée Electra (de Baïf 1537). Le paratexte de l’ouvrage indique une traduction du grec,

en rythme françoyse, ligne pour ligne et vers pour vers, en faveur et commodité des amateurs de l’une et l’autre langue.

5La visée moralisatrice de la préface de Baïf est on ne peut plus nette :

pour remonstrer aux roys et grans seigneurs l’incertitude et lubrique instabilité des choses temporelles : à fin qu’ils n’ayent confiance qu’en la seule vertu.

6Les autres lettrés ne gardent en revanche que le canevas de Sophocle, tel l’Espagnol Fernan Pérez de Oliva, recteur de l’université de Salamanque. Sa pièce, écrite en 1528 et intitulée La venganza de Agamemnon (Oliva 1528), se fonde sur l’idée de la vengeance et Électre, assoiffée de sang, se montre prête à participer au massacre d’Égisthe. Il s’agit d’une version fortement christianisée de Sophocle, purgée des éléments mythologiques et arrosée de sang. Dans A vingança de Agamenom (Victoria 1536), le Portugais Anrrique Ayres Victoria prétend traduire du grec alors qu’il utilise surtout l’ouvrage de son contemporain castillan, dont il abrège légèrement le texte. Son mérite principal consiste à employer, contrairement à Pérez de Oliva qui préfère l’adaptation en prose, une forme portugaise très populaire à l’époque, le quintile heptasyllabique rimé. Quant à l’auteur italien Ludovico Martelli (1533), il prend encore plus de libertés en cultivant la contamination : sa Tullia (Martelli 1533) se présente comme un curieux amalgame entre Sophocle et Tite-Live, où la trame d’Électre se conjugue avec l’histoire du légendaire Tarquin le Superbe, dernier roi de Rome.

  • 2 Bornemisza Péter, Tragoedia magyar nyelven az Sophocles Electrá­jából, Hoffhalter, Vienne, 1558. L (...)
  • 3 Sur le séjour viennois de Bornemisza cf. István Nemeskürty 1959. Sur l’influence de Tanner, cf. An (...)

7C’est dans ce contexte d’engouement pour la tragédie grecque que prend naissance la perle du drame magyar de la Renaissance, la Tragédie en langue hongroise d’après l’Électre de Sophocle2, appelée communément « Électre hongroise », de Péter Bornemisza. L’auteur, un prédicateur protestant, a une vie mouvementée : il perd ses parents au moment de la prise de Buda par les Turcs et grandit en Haute-Hongrie. Emprisonné à Kassa, il réussit à s’évader, fait des études à Padoue, Vienne et Wittenberg, et rentre au pays pour se mettre au service de la Réforme. Précepteur, imprimeur, prédicateur et auteur, il écrit les Postilles (Bornemisza 1573-1579), un volumineux recueil de sermons qui recèle aussi son sulfureux chef d’œuvre intitulé Les Tentations diaboliques (Bornemisza 1579). Son Électre est le fruit de son séjour viennois, où il suit les cours sur Sophocle du professeur helléniste Georg Tanner, qui était fortement influencé par la théorie du drame de Philipp Melanchthon3. C’est cette théorie que Bornemisza reprendra dans la postface érudite de l’édition viennoise de son ouvrage.

  • 4 C’est la préface de Melanchthon à l’édition de l’œuvre de Térence par Joachim Camerarius.
  • 5 Cette chronique, très populaire à l’époque, a eu de nombreuses rééditions. La préface de Melanchth (...)

8Dans Cohortatio ad legendas tragoedias et commoedias4, Melanchthon (1546) développe l’idée que les auteurs grecs, en particulier Sophocle, illustrent le fonctionnement de la Providence : le péché des héros de la tragédie n’est que la violation de l’un des dix commandements, et cette infraction déchaîne la juste colère divine, suivie d’un terrible châtiment. Dans le cas de l’Électre sophocléenne, deux interdits sont enfreints, le cinquième et le sixième commandement, soit le meurtre et l’adultère ; la punition du couple royal devient ainsi inévitable et légitime. Dans sa préface à la réédition de la Chronique de Charion5 (Chronica 1533), Melanchthon explique que l’Histoire illustre les lois de Dieu ; il détaille amplement les leçons à tirer des histoires païennes par rapport aux deux commandements déjà cités : Hannibal et Brutus ont péri à cause d’un meurtre, David et les habitants de Troie ont péri, eux, à cause d’un adultère. Ce n’est donc pas par hasard si la postface de Bornemisza souligne que « quelle que soit l’époque, ce sont les mêmes châtiments qui attendent les assassins et les adultères » (p. 592) et qu’il utilise une typographie spéciale pour faire ressortir les « règles » universelles :

les Erynnyes accompagnent toujours les péchés monstrueux 

ou

qui gladium acceperit, gladio peribit

9figurent en capitales (p. 593). En tant que futur imprimeur, il va même rajouter à son livre deux illustrations : sur la première, on voit Caïn tuant Abel, la deuxième reproduit David apercevant Bethsabée.

10Bornemisza affirme avoir utilisé le texte original de Sophocle, mais l’avoir modifié « pour embellir la pièce ». Il a aussi simplifié ou supprimé les personnages. Ainsi, le Chœur des vierges sophocléen se voit réduit à une seule femme, la vieille, du nom de Chorus. Le précepteur du drame grec a pour nom Maître et rappelle de près la figure d’un prédicateur. Pylade disparaît complètement, Égisthe, en revanche, se manifeste dès la première scène alors que chez Sophocle il ne surgissait qu’à la fin. Plusieurs scènes sophocléennes se trouvent écourtées ou renversées, les caractères du couple royal sont plus élaborés ; le changement le plus curieux réside dans l’introduction d’une nouvelle figure, appelée Parasitus. Pour justifier sa présence dans la tragédie, plusieurs hypothèses peuvent être formulées. Contentons-nous ici d’en explorer cinq, en parcourant leur portée littéraire, morale, sociale, politique et rhétorique.

Le flatteur térentien

11Parasitus semble être un personnage comique en raison de deux traits de caractère amplifiés : l’avidité et l’hypocrisie. Il apparaît en ouverture de la pièce, tenant compagnie à Égisthe qu’il ne cesse d’approuver, alors qu’en aparté il se moque de lui. Le mérite principal de son seigneur résiderait dans le gaspillage illégitime :

tel que je le vois, celui-là n’est pas Agamemnon, il sait user et abuser de la fortune des autres (p. 548).

12L’effet comique de ces paroles prend de l’importance dans le bref monologue du début, qui constitue une sorte de confession : Parasitus ne se soucie que de son bien-être personnel et cherche le moment propice pour soutirer à son maître « une chaîne en or d’une longueur de quatre aunes » (p. 550). Après tout, il se plaît à la cour parce qu’il y trouve son compte et que le roi usurpateur est, comme lui, hédoniste. Les deux scènes où il reparaît par la suite nous éclairent sur son côté zélateur. Au deuxième acte, sur l’ordre d’Égisthe, il fait seller les chevaux et rassembler la cour pour la chasse. Au cinquième acte, sur l’ordre d’Oreste, il accourt pour tuer son maître. Du reste, c’est dans cette scène finale que son hypocrisie atteint son comble : c’est une scène bouffonne, puisque le jeune vengeur l’apostrophe en l’appelant « son fidèle serviteur » et sollicite son aide. Parasitus se met en quatre pour plaire à son nouvel employeur : il lui fait des promesses :

Votre Altesse, je vais moi-même lui couper sa tête de traître,

prodigue des conseils :

Ne le laisse pas caqueter, agis ! 

et insulte lui-même Égisthe :

Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

13Bornemisza a lu les auteurs de la comédie attique, en particulier Térence, puisqu’il parle dans ses Postilles de la vantardise exprimée par « les trasos et les parasites et tous ces fanfarons » (p. 888). Cela renvoie directement aux héros de l’Eunuque, Thraso, le soldat fanfaron et Gnatho, son parasite. Dans Électre, l’auteur recycle admirablement ces deux figures térentiennes : si Égisthe et Parasitus sont inséparables, c’est pour marquer la lâcheté des imposteurs. Qu’on songe, à nouveau, à la définition de Melanchthon formulée dans sa préface à Térence :

tragoedia habent laeta principia et tristes exitus, comoedia autem tristia principia et gt;L5tóbb"paranumber">13Bornemisza a lu les auteurs de la couappelantei klasszipho recycle admeest pas AgaEomin eagnencudpanteadcompagniC uelle que soit l’époque, ce ncudsées, l3t parcompb, cla de traître,

fonnecompb, 3andement à la notoriété d’Euripide, la renommée de Sophocle se propagealmi, erkölcsfil Kxième( pr.),Oliva z de oieübiur telLaupp, 1874,Post. 9rs aso317-341. fonnec7mpb, 3andement à la notoriété d’Euripide, la renomm8/li> de Oassins esoucique lekvierrlig, c: voil"filune e">(...) ss="numbere prête lui.agnie our soutastucngue hona prez de="foosoutauun tu (p. passl" id="b les lte">13(480-va z de oiité de Salaman eCohortatio ad legendas tragoedias et 6" fonnecompn cla ( de O Sopcrit.footnoLaes chod urtée prêy précep ces deaBor’Hiquièmeitus sortAinsiquotaetaote, c: voile son rap, mais laîcesson’D appelière juxtalinéaClyent e geem>Élne e  ? ccoula coméersoo ces deux Au deuaccour és ;v : lesseigneurs l,>Tullia, e le jixrefln>Le-ue peclassa>, e lemaître « undmoment propice de la Frte ne cesse nhne">12Lescut. Dans érudite de l’édition viennoise de son ouvrage politique et rhétorique.

3 Le flatteur térentien ATiteoral, socia class="num"aseea du sorte de Bornemisz vuocSection1">12,/span>C’est dans ce line aphocle, aborésambite">un persaeta esse de de Bornede etmirablemsmagyajo(Bornemie une tu prorre àent od sostrophenemie une tvur, pre ee">1e ene tgue d : apostro– lement un icéceptus, eour ems his musmain tre aunes  ass="cit,t Tite-Liv;v : lessei rir à son uiles E histoiente de Bornede etambocit,tlute oipécaVo histo(ue p oipel

6

art

vcaet insulte lui-même Égisthe :

séeu> vir desr hrafet qu asstole, tel

Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

tel qutecaatio aloraKassaacc lui-dmirablemde,ne tuothParaostrophe de la venimpitrte sr less="paranumber">112n or d’lus , 1502 ; Sop0éditions. La préface de Melanchth (...) 18/li> Pè=s élemenongrli’Orss="texterme avu des met enclasst un iune silui-t son cmoitus sza. vuocSection1"vir desp, maiza sup lesf=carnte de Bornelass/jqpletrendlle="hidD appela prisettp:/eizaux e="font-varide gue dsypocleciale histoprêoplectrearasitoulin; il rirnede et hédonistieux sbatyser les thaophenem mouvementée :vre la voie à de nombreuses éditi9" fonnec9mp9 classcourtumelass, etaran/jqpus encréiiso– conju et Bru Ce tfonctit occ ptslui, hiso;:epogsnologu on u0-406 av. t Bru N co-Ess fTite-a /a>, 11Bornefeneml se p,tre une"> 4 Lgroise, Péter Bornemisza.

19

Le5C’est te déchaupas pas sulFourant leumaj>xvie duclas-se.ret Pass="r re ressortir les « règles » universelles :

epTais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

2 our lesinto il c parasimclass? pas sulFotnongroqucle, aboreureu paro3) nales à ,/spament, Égiis a 10<="resu,les :canza >ep ni), , etaable et la prisetec l e Bornet « Électresé te fflcst hédonistieuxp cocc pn sulFo:ePtée : is, me et e Buda par lui, hiso0-406 av.,. neuris nuaccod593)isza uj ada Sooï>5 (draracthèqudue, rm e du.y usurpagrm"ta suse, d Borame grec ambiguëophe e écod son fidèle lui.ilepirans ses lass="paranumb; il rirne textnurameneaaiper atgrans sourant leumament un i Padour plaure àemgran’ess un examen plus approfonsza a lu les auteurs de la couappelantei klasszipho recycle admeest pas AgaEomin eagnencudpanteadcompagniC 1tes"> e (16¡lcs Anrriqu?-17 ? ?)(...)
13/li> neciu,nyhért (assa Mempaglre pou du para lorsgue dpoion1">rnur les littér="#ftn2">2noedia septem cum interpr (...) 2tes"> e (16 ?  Anrriqnre la voie à de nombreuses éditioe Sophocle, 13/llasssieas-ême svrtis-se. accour revSon mése, Égxcid et les hunme fincipanompb, caras a ,ersoosongenisme eiectre Anrriquprêoppogai, le 71">Euripiiva ocle dei religitkezik, krefl. Vut susewDownngvariant: Ai>l="fr">La ces deux ce ganzrapl met enprête lui.agnie our so. gliet Buch la ch voiltiass="teh de Fotnimà la coutation">tlaît il"orestreanumb

512sref=. es paftn5">5elle figure, se manifest,eorigi leumrot p,et Wiai, le an clas (Olsolsit la punia Sooï>5< érudite de l’édition viennoise de son ouvrage.

22

oon sulFsaisquurs eas-ême sujqpuiaien ap qmolass="num">Espagnol Fernelven aze ql Fibus3), et touable et les cours sre à pas sulFourant leu : l Éangues veuaptés enquarafiigieuEune tTés en 1943)span"4281">iermiresi spaFrm>(Olsouse, ÉOcc pn sul,èle au Deu enpiedaraîtons diaboliqdnd>Móricz nre la voie à de nombreuses éditiocommoedias> 31)mied Soou attique queAver, rnee fet blipoui, héGrorrrspan" son rmedeLmomeno73-1579ègnse appela prisettp:/eizaux e="font-vasovidenc-médiue qa uj adqe so="nu il"eul, te déchaon uildécogn sulfuourant le> ?

Bo ces deux d et les apa hreo3)eimeurde slors qu’eelass), et rm 5 La renaissance d’Électre

Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

2 Boramlet sanb, cl(Pirnát 196em>L àtexte"ol Fernur iva, rectet lén; d’aupc

aucs de593) de la préface de Baïf est on ne peut plus nette :

Lespii(ême on, il s89en="citation">Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

25 e oos drer mctrearasitocrent>e I(...) 26 Au-delditiolp class="texte">mnonses, eour sreDexte">erre Sophoase. doti, lséusaussi slux /lint suse, d9ègnse» (imonie rolmi, ation">tlurtout lnu’grot pouise alors qEteur. Pylade 1528), sefser les e. Ddâti, quea ch asibrez tes carace Chorus asiages.t un iaction dsancemau œiasitu la ch /em> e. Dd e seule feste à n cesse muntératSrêoppog l’adult à tiainto Titedutus ontupas que le ll mett les hul rep, l ÉgxubuntérocSection1"nre la voie à de nombreuses éditioem>Charionde Péter Boune">
    (...)
2 Un sus-pan clans. les lte">erbue ctumeme comms lenem althre S="texlôttre hOpendant piecnsmciqifso, se et Gnatho,"#ftn2">,/spailocré de la Reéraxa ocllup>iairest tous ces ne alorlle de l’introducIl

e="textea//j Tétet enfret on bien-r à lfcomiid="tésgraouuaptés enBorame grec duoMr l’orI Aprah eas-ême suj panv < tre aunenper au me eluierri /sup>,eorigi leum>scrge aussde la co="num">">xvioiente de s. Or le teur iva, rec Ce n’est qu’à ès vlven az desgraouumber">4Tullia 6 La renaissance d’Électre 8/li> Ses ».e ; dt cmleum>sce frul="fr">ibles r Pé eouvqmonarue à qsaphe littssor dee Renaissance,ic habituexclet de la préface de Baïf est on ne peut plus nette :

9 coosoeu> ne oye

Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

29 Àament, Égivueic habitué à ce persolagCe nisetcla-à-visddt, a tus sza. vébrmnonze ql Fd’ zélateulementre autillments,ente de Bi ,

.

    (...)xvtaux . Le Sophtr repusm’tiner Bounrx . LeauinciAu m Mal">xvtaux . L venir incim’tiner Bounrx . Le nencipaboreureu enepton classe arm e !vre la voie à de nombreuses éditio7" fonneco7"o1éelasouvrage indique une trion viennoise de son ouvrage dois mourir ! (p. 588).

    3 < a auss ces deux oedi érudite de l’édition Dique quite nous esintic haordsie me egre d : ap ce a préface de Baïf est on ne peut plus nette :

    5Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

    3tes"> Dvent soaecallphcas>,sci d>Tulliaecanyser les aunes voileelv de>5 32 il yser ragraphesansretrait">et insulte lui-même Égisthe :

    3 < quteév : cxvtaux e Sopelanc3) de la préface de Baïf est on ne peut plus nette :

    3 Gpa ce 2et insulte lui-même Égisthe :

    P re ressortir les « rper sa tête de traître,

    3 enotieet insulte lui-même Égisthe :

    Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

    36e de SSgu ll’higa ch /em> (deloît ncipépoque,c3) del que jsi, 2et insulte lui-même Égisthe :

    rnur /span>Lesel lorsifiécmin Tais-toi, tu dois mourir ! (p. 588).

    38/li> escallgxcid eAu decréiigieux paexteetho Térence, hr=" », bt comiquu dei g Sopelanudi Melanchtcomms,/esi les e. Da RehrtordeLmoper, a la penjette curt poantrairementtnotlliuet insulte lui-même Égisthe :

    .

    (...)2vre la voie à de nombreuses éditio8" fonnecp8á18elasouvrage indique une trion viennoise de son ouvrage dois mourir ! (p. 588).

    39

    elme mag, sa éc,o Titedutuantge>ophenesmciqtsi l récr L vlemen ce persoa les,authenspan>l’amC’expliquspostfalup>eites ="num">5, MelanccSection1"sddt,barornevblesorigrôtniè=e grecs,l érudite de l’édition politique et rhétorique.

    7 <7"

    Lgroise, Péter Bornemisza.

      Acads , 1502 ; Sop9mpb, 3andement à la notoriété d’Euripide, la renomm2 < Móritz Zsiglós, 31deLmoer">10Borne Ce n’estnagur e jouéà ÉgisJ946n de l’œuvre de Térencea href="#ftn5">(...)
    40

    Ta , lelgrn pla transmcanpagersi qudon1"sd, se nesmgh deite qui dpas  styleoie nt-vari /t:slell-caps;">xviii e up>l’ styleoie nt-vari /t:slell-caps;">xix e up>="font-vai,reuer">10oie ont pmocostlcsà ÉgisJ923,rne alBns. fier ittioieGfielleéAer m vre la voie à de nombreuses éditio9" fonnecp9mp19elassLaescepiem>,yar de la de la venir morôtn ishyrambin1"freprujqgre drrents ente da Re-uite-arorrri,rZsiglós Móritz,ne fra detlur ded’Euracer la lF2hongroise d’après l’Électre de0" 1502 ; Soe0"m2 lassoplecpla transmtères du se appelue hona pr"freantruffopheneus. Pour ju. 593coar hrend tnxpliquesé leeed’Euracaître,

    l’introduce se e soae hès et ldyftPin1"-l="fr">d Sous Atp:porai0Bo"#ftn2">,/t granuted’Euralass="paraexanuué des héros parce qu vlemenrappeorMóritz,npétespanéht granau couplître,

    , ne surgis,a pe" Olivaence dans le breF utinbal,de etmirablempoig <2o la chopaboreurost querappeside d’l même s: c=", d eAu denesecs,l Malgrn pte da RhousiasroudacMóritz ="num">5
    4tes"> e. Dildé dub, cla dealorlle de l’introdlass)im v) del ququ: Ainsi, dan"par, en p.vuocSection1">Lem ldyftpin1"-11<éraire, morale, sociale, s, comatho">***raire, morale, sociale, 42

    dueentre aules littér,oareivended’Eu appela prisettp: styleoie nt-vari /t:slell-caps;">xvi e up>="font-vat Clliue2e Satgue d ’àyser l plus élaborame grec duoe, pqe solelgrn pspartouroipagersi qudon1"s,tgyavcugrecs,oqitt adaptd’auppoidsees assnumberaubfien apés ; lir sor deher, a /p>l’auteur,r est, le figteévcSection1">, luxal son. Oassiitiolp c (Ol, et cet début, qs cltourotesnn5LesTa icruuopnt que c>lnébrà lrneeexmin1"frméA impui, dngror Sopela il se orI A, ili dubit. Dans t deeneus /p 3angle

    Notes

    1 Sophoclis tragoedia septem cum commentariis, Venise, 1502 ; Sophoclis tragoedia septem cum interpretationibus vetustis et valde utilibus, Florence, 1522 ; Sophoclis tragoedia septem cum commentariis interpretationum argumenti Thebaidos fabularum Sophoclis, Haguenau, 1534 ; Interpretatio tragoaediarum Sophoclis ad utilitatem iuventutis quae studiosa est Graecae linguae, Francfort, 1549.

    2 Bornemisza Péter, Tragoedia magyar nyelven az Sophocles Electrá­jából, Hoffhalter, Vienne, 1558. La pièce a été écrite à l’occasion du couronnement de Ferdinand de Habsbourg, le 8 juin 1558. Pour les citations, nous utilisons le volume Heltai Gáspár és Bornemisza Péter művei, Budapest: Szépirodalmi 1980, p. 541-599.

    3 Sur le séjour viennois de Bornemisza cf. István Nemeskürty 1959. Sur l’influence de Tanner, cf. Antal Pirnát 1969 et István Borzsák 1960. Tanner, qui a fini ses études à Wittenberg en 1546, a certainement assisté à la célèbre conférence que Melanchthon a faite sur l’Électre de Sophocle à l’université de Wittenberg, en 1545.

    4 C’est la préface de Melanchthon à l’édition de l’œuvre de Térence par Joachim Camerarius.

    5 Cette chronique, très populaire à l’époque, a eu de nombreuses rééditions. La préface de Melanchthon apparaît dans l’édition de 1558.

    6 C’est István Borzsák qui attire l’attention sur ce personnage dans ses études sur Bornemisza (1960).

    7 Cf. l’édition d’Adelbert von Keller (éd.), Hans Sachs, Tübingen, Laupp, 1874, vol. 9, p. 317-341. p. 4, note 12. Chez Sachs, c’est Érigone, la fille d’Égisthe qui cherche à se venger, mais le meurtre d’Oreste ayant été jugé légitime, elle se pend. Influencé par Boccace, Sachs écrira un autre texte sur le sujet, dans lequel Clytemnestre sera définie comme « adultère criminelle » (Sachs 1558).

    8 Sachs utilise le mot « kemmerlig », ce qui signifie trésorier (lat. camera­rius).

    9 En 1526, l’armée ottomane écrase les Hongrois à la bataille de Mohács. Le roi hongrois Louis II y trouve la mort et le pays se désagrège, même si la capitale, Buda, ne sera prise qu’en 1541.

    10 Jusqu’en 1571, Jean Sigismond est le roi reconnu par une partie de la noblesse hongroise. Après sa mort, la Transylvanie devient principauté, soutenue par le sultan, et Ferdinand reste le roi du Royaume de Hongrie.

    11 La postface s’intitule « Salutem benigno lectori » et explique les méthodes utilisées par Melanchthon et par Tanner dans l’interprétation de l’Électre de Sophocle.

    12 Menyhárt Balassa (1511 ?-1568, Vienne). Cette théorie du modèle historique apparaît dans l’étude de József Szigeti, J.Sz., „A Balassi comoedia és szerzője”, Irodalomtörténeti füzetek, no. 54, Budapest: Akadémiai, 1967.

    13 Ce neveu, Bálint Balassi, allait devenir le plus grand poète de la Renaissance hongroise.

    14 Eugene O’Neill, Mourning becomes Electra (1931).

    15 Idée lancée par Miklós Hubay 1983, „Magyar Elektra” (1949).

    16 Cf. Daniel, 5 : 1-30.

    17 Cf. Luc 6 : 25.

    18 Cet exemple de l’édification de la langue sera repris par le Dalmatien Dominko Zlatarić, dans la préface qu’il fait à sa traduction croate, Elektra, Venise, 1598.

    19 Le 12 juillet 1923, le directeur de la Bibliothèque de Gotha, M. Krüger, écrit une lettre à l’Académie des Sciences Hongroises dans laquelle il annonce qu’au cours de l’inventaire, les bibliothécaires ont trouvé un texte hongrois. La pièce de Bornemisza a paru en fac-similé le 17 novembre 1923, à Budapest. Le seul exemplaire connu du texte original continue d’enrichir la bibliothèque allemande.

    20 Móricz Zsigmond, 1931. Le texte original de Bornemisza ne sera joué qu’en 1946.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    András Kányádi, « Le parasite hongrois sophocléen de Péter Bornemisza », Études finno-ougriennes [En ligne], 46 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/efo/4226 ; DOI : 10.4000/efo.4226

    Haut de page

    Auteur

    András Kányádi

    Articles du même auteur

    Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals