Navigation – Plan du site
Chroniques

XIIIe Congrès des écrivains finno‑ougriens, Badacsony (Hongrie), 3‑7 septembre 2015

Anne‑Victoire Charrin et Eva Toulouze

Texte intégral

1Le XIIIe Congrès des écrivains finno‑ougriens, organisé par l’Association des littératures finno‑ougriennes avec le soutien de l’Organisation internationale des Hongrois sous l’égide du secrétaire d’État László L. Simon et sous la direction scientifique de János Pusztay, s’est tenu du 3 au 7 septembre 2015, à Badacsony en Hongrie. Il a été inauguré par Eva Rubovszky, présidente de l’Organisation nationale hongroise du Congrès international des peuples finno‑ougriens, ouvert et clôturé par János Pusztay, en sa qualité de président de l’Association des littératures finno‑ougriennes.

2Ces très riches journées ont rassemblé, comme les précédents congrès, des représentants de l’intelligentsia finno‑ougrienne, en majeure partie des écrivains, ainsi que des linguistes et des chercheurs spécialistes des littératures finno‑ougriennes, venus d’Europe et de Russie, y compris d’outre‑Oural, afin de faire le point sur les évolutions et nouveautés dans le domaine des langues et littératures et plus particulièrement sur le genre dramatique. La participation a été cependant plus fournie que les années précédentes : que ce soit au congrès d’Oulu (Finlande) en 2010 ou à celui de Salehard (Russie) en 2013, les délégations étaient beaucoup plus modestes ; le fait est que les deux congrès coûtaient cher en voyage ou en hébergement, et, de plus, pour les délégations venues de Russie, qui représentaient la plupart des participants, il y avait besoin de visas pour se rendre en Finlande. Cette fois-ci, indubitablement en raison du travail fait par János Pusztay entre les deux congrès avec les différentes régions, beaucoup plus d’écrivains et d’intellectuels ont fait le déplacement.

3Ainsi la Hongrie, pays « invitant », eut le plaisir d’accueillir des délégations de Russie : du district autonome iamalo‑nénètse (6), du district autonome des Khantys‑Mansis (5 Khantys et 3 Mansis), des Républiques d’Oudmourtie (3), des Komis (6), de Marij El (11), de Mordovie (3), de Carélie (7), de l’ancien district autonome des Komis permiaks (5), de Saint‑Pétersbourg (2 Vepses), et, hors de Russie, de Finlande (11), d’Estonie (7), d’Ukraine (1), de Tchéquie (1), de Roumanie (Transylvanie ; 3), de Slovaquie (1), d’Allemagne (1), de France (2), de Suisse (1) et bien sûr de la Hongrie même (14, dont une Marie et une Vepse), au total presque une centaine de personnes réparties en 19 délégations.

4Ainsi, 49 interventions furent présentées à un public assidu, dans les différentes langues finno‑ougriennes ainsi qu’en russe et en anglais, et traduites simultanément par des interprètes chevronnés (en anglais, russe et hongrois), ce qui a permis à tout un chacun de suivre sans difficulté exposés et débats :

  • le 4 septembre, le public a pu écouter huit interventions en session plénière ;

  • le 5 septembre : huit en session plénière pendant la matinée, avec le choix, l’après-midi, entre huit en section « Drame/Dramaturgie » et huit en « Miscellanea » ;

  • le 6 septembre : avec la même possibilité de choix entre sept interventions en section « Drame/Dramaturgie » et dix en « Miscellanea ».

5Au-delà de la variété des représentants finno‑ougriens en présence, les problématiques mêmes des interventions ont abordé un large éventail de thèmes :

  • présentation d’approches théoriques sur des problèmes de langue, bilinguisme, multilinguisme et de leur interaction dans la création littéraire (problèmes dépendant largement de l’environnement social et en résonance avec celui-ci) ;

  • interventions sur la vie littéraire finno‑ougrienne dans telle ou telle République ou dans telle ou telle région finno‑ougrienne, sur l’état actuel de la littérature de tel ou tel peuple de l’espace finno‑ougrien et les grandes étapes de ses développements ;

  • interventions plus « pointues » concernant un auteur en particulier ou un ensemble d’auteurs dramatiques, mais aussi de poètes et de romanciers ;

  • thématiques propres à telle ou telle littérature finno‑ougrienne en particulier ; 

  • littératures pour enfants et adolescents ;

  • présentation de projets précis émanant de centres finno‑ougriens dans le domaine des littératures, voire des cultures en général.

6On se doit de préciser que la moitié des interventions ont traité, comme cela était prévu au départ par les organisateurs, de sujets touchant le domaine du drame et de la dramaturgie.

7Chaque exposé a duré en moyenne 20 minutes et la plupart d’entre eux ont débouché sur une série d’échanges avec le public.

8L’ordre des intervenants, proposé par les organisateurs, a été en lui-même, et cela à plusieurs occasions, porteur de sens. Il a ainsi dévoilé, sans pourtant que cela soit ouvertement explicité, le dynamisme de ces littératures. Nous n’en donnerons ici qu’un exemple. Dans la matinée du 4 septembre, l’écrivain estonien Arvo Valton, qui s’est vu remettre au cours du congrès la croix de chevalier de l’Ordre hongrois du mérite, offrait à l’assistance un large tableau de la dramaturgie des peuples finno‑ougriens, aussitôt suivi par l’exposé d’un jeune dramaturge finlandais (Ari‑Pekka Lahti) sur sa manière de travailler les thèmes finno‑ougriens avec les acteurs de l’ensemble Ruska. Cette opposition-rencontre entre générations a éclairé à merveille les possibilités nouvelles du théâtre entre classicisme, rupture et inventivité.

9À sa suite, l’écrivain khanty Érémeï Aïpine a semblé fournir un contrepoint à cette dynamique lorsqu’il a présenté la jeune génération des écrivains khantys et mansis et le foisonnement de leurs écrits au xxie siècle, attestant par là même de la vitalité de ces littératures de la Russie asiatique.

10Durant un après-midi bien chargé, la Hongrie « invitante » a eu tout le loisir de présenter, par le biais de cinq importantes interventions, les tendances des œuvres dramatiques hongroises contemporaines et d’exposer le très intéressant programme éditorial « Les plus beaux poèmes de la littérature hongroise », consistant à traduire ces derniers dans chacune des langues finno‑ougriennes.

11La présentation de ces traductions parallèles est apparue rapidement comme une véritable introduction aux panels des jours suivants, au cours desquels écrivains et spécialistes de littérature finno‑ougrienne ont développé, à tour de rôle, les spécificités et les enjeux de leurs littératures, rappelant les parcours des créateurs et les particularités de leurs œuvres.

12Aux interventions proprement dites s’est ajoutée la présentation d’ouvrages d’écrivains finno‑ougriens, qui a permis à tous les participants, d’une part, de prendre connaissance des grandes tendances des dernières œuvres publiées et, d’autre part, de se procurer les livres eux-mêmes mis à la disposition des congressistes.

13Enfin, l’aspect proprement scientifique du congrès a laissé place à des moments plus artistiques : en premier lieu, on a pu assister à une présentation de poésie durant laquelle des poèmes ont été déclamés dans différentes langues finno‑ougriennes ; puis une exposition de dessins a été présentée dans la grande salle où se tenaient les sessions plénières du congrès ; enfin, une visite du musée du peintre hongrois Egry Jószef, avec un petit air de jazz en accompagnement.

14Il faut ajouter pour finir que, si les participants ont su apprécier la remarquable organisation – aussi bien matérielle que scientifique – de ce XIIIe Congrès, tous ont également été sensibles au côté final festif que les organisateurs ont su ajouter au travail productif de ces journées. C’est ainsi qu’ils ont eu le plaisir de déguster les vins hongrois, de faire connaissance avec la musique et les danses traditionnelles hongroises, et d’effectuer une croisière sur le lac Balaton au bord duquel se déroulait l’événement.

15Les organisateurs ont annoncé qu’en 2017 l’Estonie organiserait le XIVe Congrès des écrivains finno‑ougriens dans la ville de Tartu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne‑Victoire Charrin et Eva Toulouze, « XIIIe Congrès des écrivains finno‑ougriens, Badacsony (Hongrie), 3‑7 septembre 2015 », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/efo/6888

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • OpenEdition Journals