Skip to navigation – Site map

Stigmate politique et usages de la ressource publique : le gecekondu comme espace de mobilisation

Political stigma and uses of public resource: gecekondu as a mobilization space
Marie Le Ray

Abstract

This monographic inquiry describes and analyses the forms of commitment of different associations in the gecekondu as an over-controlled public space. Mustafa Kemal Mahallesi is an Istanbul neighbourhood known for its political history and stigmatised as a stronghold of some illegal far-leftist groups. Taking this case study, we first examine the ways stigma hinders and constrains physical and discursive investments of the public space. This contribution goes on interrogating the ability of public local actors to go beyond and create themselves some ‘protected’ areas where discussion, possibly resistance, would still be possible. It seems that behind a formal obedience to the official grammar of public life, local actors get their voice back and regain the right of saying what the neighbourhood and its symbolic identity should be. Finally, scaling down, the paper explores local uses of some ‘in-between public and private’ spaces like everyday interactions around tea or cards, mourning and funerals, folklore lessons or communitarian commemorations. In a space under constraints, these are privileged places where identities and loyalties are built and rebuilt, and through which public space may also eventually be enlarged.

Top of page

Full text

  • 1 Diffusé à partir de la fin des années 1990 par les tenants de discours politiques autant qu’univers (...)

1Le gecekondu occupe une place centrale dans la vie et l’imaginaire politique national turc. Constamment surinvesti de sens, il fait rêver certains autant qu’il fait peur à d’autres, et ce relativement indépendamment des transformations (urbaines, sociales et politiques) qui ont pu l’affecter. Les réseaux militants radicaux, mais aussi le personnel politique, les élites urbaines, les médias ou encore les universitaires, produisent ainsi des discours à forte charge symbolique et émotionnelle sur le gecekondu. Tahire Erman nous montre par exemple que le terme varoş1 tend à assimiler populations en situation de dénuement, groupes qui s’engagent dans des activités criminelles et actions politiques radicales contre l’État :

They are the political Islamists, the nationalist Kurds, the radical leftist Alevis who challenge the political authority of the state and disturb the social order of the society. They are also the unemployed, the street gangs, the mafia, the tinerci (those addicted to the easily available chemical substance used to dilute paints) who are mostly street children and, in a nutshell, the underclass » (Erman 2001 : 997).

  • 2 Pour une problématisation du gecekondu comme objet et sujet d’une lutte pour l’espace – ou Lebensra (...)

2Le gecekondu en vient donc à cumuler les statuts de périphérie économique, morale et politique, alors même qu’il se retrouve de moins en moins périphérique géographiquement. L’habitant du gecekondu est l’Autre, l’altérité ainsi construite étant mise au service de projets sociaux, voire politiques, concurrents2. Or, ces impositions symboliques, ces stigmatisations, tendent à conférer au gecekondu une cohérence sociale et politique qu’il n’a pas. A partir de la trajectoire du quartier stambouliote de Mustafa Kemal – une parmi d’autres –, nous nous proposons de réfléchir ici au gecekondu en tant qu’espace d’identification et de mobilisation à la fois pluriel et contraint, du fait même de ce surinvestissement symbolique.

  • 3 Pérouse (2004) parle d’un « réseau qui associe plusieurs nœuds » : Gazi, Okmeydanı, Nurtepe, Alibey (...)
  • 4 Voir Dorronsoro (à paraître).
  • 5 De leur côté, les usages que les organisations d’extrême gauche font du quartier et de son histoire (...)

3Mustafa Kemal fait partie des quelques quartier « gecekonduef="#qugece»extrnbul neigoùte-t-iinsiunalsextrhssocitéike rganisations d’gales d’extrême gauche : lass="footnotecall" id="bodyftn2" h3"f="#ftn3">(...3. Or, Legmate : itique quengays proriala trajpeau qnc ce surganisations dis aussi le pdÉtaoire (4/spanendervices anÉtat :ets soionalist lass="footnotecall" id="bodyftn2" h5"f="#ftn5">(...5. Or, Ceaua actieffsocime ntre s de us nent sur,r l’cs s’ prop dunce s q au ,s la vie au ser itsms quelmod’extrêr punublique olitique quervices am>gecekondu en stafa Kemal Mahallesi is gecem>l use, yme om.tes le qs’itsmss geceajpe ori> en tmédi pérents"uts s, produas q les n hiu au et dtilie get actineeuesdiidenagalese, wo ; tenavit nœul usvo hauxn-iinsme nts de insarastissemrÉtace publice ,igece mêil ns> en tmt du ,nuemveloppdes tranitsmss autresoe" /urns la viucoura>oliait mrustaaus, lesagallt, groucetapdue,s deestruiteeue n vté a chemi omnt qnc ceo clésvit nœumatisatiocrimnal gr ; tutredop du ),registspiremobsineeuesdi’i’tioture réfraom.ue,nts insi des poliseuur surimussi vice de prne luttêr punublique dur chem aussi le , biitua de in,confeluiprne lutteauapsonrons cosical oliolique et anÉtace pub.>

  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals