Skip to navigation – Site map

La torture discrète : capital social, radicalisation et désengagement militant dans un régime sécuritaire

The discreet Torture: social capital, radicalization and disengagement activist in aa authoritarian regime
Gilles Dorronsoro

Abstract

During the 1980s and 1990s in Turkey, torture was commonly used against activists. I call this form of torture ‘discreet’ torture because it was usually applied discreetly and without long-term imprisonment. The paper argues that discreet torture does not aim at obtaining information but is part of a system of state repression designed to demobilize society. Use of violence by the police was not intended to ‘cure’ or ‘normalize’ individuals but to prevent them from effective social or political mobilization. The paper suggests that in most cases such torture did in fact leave individuals politically disengaged. However, in some cases it did lead to radicalization, which in places like the Kurdish-majority southeast could produce further mobilization. However, in neither case did such discreet torture increase social capital in the same way as did more open and longer-term torture.

Top of page

Full text

« Nous avons recensé toute la douleur qu’éventuellement le bourreau pouvait prélever sur chaque pouce de notre corps ; puis le cœur serré, nous sommes allés et avons fait face. »
René Char, « Feuillets d’Hypnos », Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1983 [1943-44], pp. 175-176.

Introduction1

  • 1  Je remercie les personnes qui ont accepté de répondre à mes questions, particulièrement celles qui (...)
  • 2  Mais les gouvernements, surtout démocratiques, manipulent les définitions juridiques pour autorise (...)

1La torture – l’exercice de la violence physique ou mentale par une institution sur un individu – n’est légitime dans aucun pays et son interdiction fait l’objet de nombreux traités internationaux (United Nations 1984)2. Pourtant, cette mise hors-la-loi, finalement assez récente, accompagne son extension aux XXe et XXIe siècles, après une période de quasi-disparition dans l’Europe du XVIIIe siècle. Le phénomène est loin d’être régressif et la torture reste une modalité répandue de la répression étatique. Pour en faire un analyseur des systèmes politiques, il faut rompre avec une approche morale qui fait de cette pratique une catégorie transhistorique, alors qu’elle ne prend sens que dans des contextes spécifiques. Ainsi, le cadavre d’un militant politique sud-américain ou turc marqué par la violence et exposé dans l’espace public signifie le prix à payer pour avoir défié les institutions d’Etat ; on peut y voir une continuité avec l’Ancien régime européen, où le démembrement du corps du criminel permettait une réparation symbolique des crimes visant l’autorité (Bloch 1997). De même, la torture judiciaire étant recherche de la « vérité » – c’était même le seul moyen d’extraire celle-ci d’un esclave chez les Grecs de l’Antiquité (Avelar 2001 : 267) –, on peut tracer un parallèle avec les interrogatoires par les services de renseignement contemporains. Dans les deux cas, la similitude reste pourtant superficielle, car les techniques et les procédés s’inscrivent dans des contextes incommensurables : des normes juridiques et sociales différentes, appuyées sur un autre imaginaire du corps et de l’institution. Par exemple, qu’en est-il de la légitimité, telle qu’elle est perçue par celui qui les subit, des châtiments judiciaires (bastonnade, mutilations) ? Enfin, les intentions des tortionnaires sont diverses – faire parler, dissuader, détruire, humilier un individu ou un groupe – dont certaines, comme la « rééducation » dans les régimes soviétiques ou chinois, paraissent essentiellement modernes et s’inscrivent difficilement dans une généalogie.

2De nombreuses études, souvent inspirées de Foucault, ont montré que la torture est un mode de contrôle des populations marginales dans des sociétés ouvertes, où existent notamment une réelle concurrence politique et une liberté de l’information. Cette torture comme mode de contrôle social se différencie de la torture de l’âge classique européen par trois traits (Rejali 2003 : 158). Premièrement, cette dernière est publique et légale, contrairement à la torture contemporaine, pratiquée secrètement. Deuxièmement, elle implique l’inscription visible sur le corps, là où les pratiques actuelles visent à ne laisser que peu ou pas de marques. L’invisibilité, qui s’explique notamment par des contraintes légales, devient un élément du processus tortionnaire dans la mesure où l’individu, incapable de montrer des traces de ce qu’il a subi, a d’autant plus de mal à le raconter. Troisièmement, la pratique moderne est rationalisée, elle s’appuie sur un savoir scientifique médical souvent écrit, plus que sur la transmission orale de l’expérience. Dans cette optique, la violence exercée sur le corps est abordée comme une entreprise de normalisation des déviants, des étrangers, des marginaux.

3Or, notre travail nous a amené à remettre en question l’idée de normalisation des individus aux marges sociales. D’une part, si cette violence est l’imposition d’un pouvoir sur le corps dans une forme extrême, elle n’est pas pour autant une discipline. Celle-ci produit en effet des corps dociles et pour reprendre les termes de Foucault (1975: 160) « Est docile un corps qui peut être soumis, qui peut être utilisé, qui peut être transformé et perfectionné » dans un projet de subjectivation. Or, la torture produit un corps indocile, y compris à celui qui l’habite (la somatisation est une conséquence très fréquente de la torture). En cela, la transformation de l’économie psychique opérée est comparable à celle que produit le viol (c’est d’ailleurs l’une des techniques utilisées). D’autre part, loin de toucher uniquement les marginaux, la torture est parfois pratiquée contre des individus engagés dans les actions collectives, disposant d’un capital social significatif en raison de leur investissement dans la mobilisation (ou de façon antérieure). Ces remarques nous amènent à proposer une catégorie spécifique : la torture « discrète ». Celle-ci sera définie comme une violence qui ne marque pas durablement les corps, qui ne cherche pas principalement à obtenir des renseignements, ni à punir, qui s’inscrit dans un emprisonnement de courte durée, qui est dissimulée dans son exercice, mais dont certains effets sont attendus sur les comportements des militants politiques ou associatifs.

  • 3  Il y a des différences entre les définitions du capital social selon Bourdieu (1980) et Coleman (1 (...)

4Quel est le sens politique de la torture discrète ? Ces violences n’ont pas pour objet d’entraîner une adhésion idéologique aux institutions ou aux valeurs dominantes, mais participent d’un projet de démobilisation de la société. En effet, les traumatismes créés par la torture rendent l’engagement plus improbable en raison de la transformation du regard du torturé sur lui et sur les autres. Notre hypothèse centrale est que la torture discrète détruit (tendanciellement) le capital social des individus3, notamment leur capacité à s’investir dans une mobilisation, par une transformation des schèmes de perception. Elle s’inscrit enfin dans un ensemble de techniques répressives, y compris la torture plus brutale, qui organisent la polarisation entre l’Etat et un mouvement social.

5Ces hypothèses seront testées à partir de données recueillies en Turquie, dans le cadre d’un travail plus général sur les militants nationalistes kurdes. La torture n’est pas un sujet tabou en Turquie, elle est régulièrement dénoncée dans la presse et sa fréquence est souvent soulignée. Pourtant, peu de textes de sciences sociales donnent une description des mécanismes politiques qui la sous-tendent. Il est difficile de proposer une explication simple au relatif désintérêt des chercheurs pour ce sujet, mais la faible autonomie du système universitaire par rapport au pouvoir politique est probablement une hypothèse à considérer. De plus, des ouvrages comme celui d’Anar (2000) n’offrent que peu d’éléments concrets du fait qu’ils privilégient l’hypothèse, critiquée plus haut, de la continuité sur une longue période. Nos sources sont donc essentiellement constituées de la littérature scientifique produite sur d’autres terrains, des textes d’acteurs engagés dans la dénonciation de la torture et d’une série d’entretiens.

6Les textes d’associations de défense des droits de l’Homme dénonçant la torture – notamment İnsan Hakları Derneği, Mazlum-Der, Human Rights Watch, Amnesty International – sont nombreux et souvent de bonne qualité. Les données, généralement des récits de cas individuels et des questionnaires fermés, permettent de connaître les techniques les plus fréquemment utilisées et les institutions où se pratique la torture. Cependant, ces récits, préformés pour une utilisation juridique ou une dénonciation publique, passent sous silence des aspects importants d’un point de vue sociologique (par exemple l’effet sur l’engagement politique ultérieur). Par ailleurs, les rapports officiels de la commission des droits de l’Homme du Parlement nst aza’un,L’ une catésociationn entrèseémembdes. loin d’êtrnti utiliblques, his urnraissenr une nsformatio (p ceitaire, maiss rébreuns. Danenceomoraineume aillear exempll est lr rapporne r 20,ic isser des tvu aus de la commission des droits de l’Hommeirigquée PaSole Pişks iüult (98- (200le, qureropote sur les mmilisie d’entretiele aven des dettusif et linviente de certainnt de commiitaraitsTBMM r 20)ns.

, notamment sne transformatiles intreviques dansePouviuns personlcle. deentretielovent rrm amens» dans les rétions majortrairemens kurdos dn Turquies principalement Diyarbakır,nn en raison d’unt recherchsncoleurs dans ls rétie, quiofaient lfaciralité d’unme aille de conmmiiienofiniaôle deturseu auassocnauxeent la svisibilitnt dexpétifias inrelecrement certain a offormatil)ie.

  • (...)

I. La torture dans l’économie des techniques de répression

1La torture n’est paleii fait l’indivietssolursa>t dearidiques psyopathales, dt rvragen (ou driln) e du systère, maiss rsquentun caractère systémiqs, comme de montet son serzationule cœut de l’instituties et l’ir ucité e pe aprètotaôle des tortionnaire(p Premiè ="sectire). un caractèrs institutioonalisre est parfoiexpliqué par des tcitculortulseu ou rt l’auconomie des institutions de sécurrm, ence qui sousnsemble di"oaaible v(ou teélémente quintiqienr une centritisation des Lrocessue et une implicatio(e moivont ressi)ou tereclonmes politique(d Deuxiè ="sectire)U une hypothèss plutisasi fposaure ese deemettre la torturen C.relatié avec l’imposition d’ue nouveamodllèlt politiqu, aprèr le upns d’Etse d (19é. En raison de la faibsense des institutioux, la torturappnnae, alore comme unsolitutiet svisiblnule contrôle dee mobilisatices socialeu au sein d’ut régime sécuritai (t>Troisièa="sectirel.

2h1 dir="ltr" id="headi3n2">Le caractère systémique
  • (...)

4Quraces sont les institutions coltetuéet paleoii faits da tortuts dans les années 80ce es 90s) . des servicee seffet(MIT)ux, lS sécurrm[ 

  • (...)
  • 3r 20)n. des tortionnaireveipulena d’autant pluregaesur laénymEtas queeonemprisoilisis son, généralemenC.râeritsoogrimotement>3Lbag douesnàfileeee siienuevaia v(os des tortionnair,n erayens» d’être r cnuons, partir dant soueicee dane «e comme des uables»usm>Amnesty Internationrr 22a)>1

    L’ir ucite des tortionnaireme et je ou un véraaiblbh raîns institutionllque : le poliue, ljustolic(s Lrrtuteursten ard)es et lehinércaphluadrimisastectiser. n>L’ir ucite des tortionnairetieoneun emifialrdieu aus diffe ultsnt à p ouvnteoii fain. deemprisoilisis sonss rsqueltsnt n des mdecines qudocriventes princune amiarnt sns dettusif en,L’uint ur cegnificre, mais sone soumnt n deépressilu, de ls pard dl la polin. deemprisoilisii pvemenenssavoiaret tuged le nouveasqu’ilpreayulena d obtenit ur cegnificLr conatçant la tortuce. Dans certainn sén deépressilu,nrelecnes sone exercets sur leassociations qud dénoeant la tortur (o, ies seigsont les personnes qul n’ona suees. les mdecine sonaraiiopttunattaqullésnljustolic par des Lrrtuteurveamolatit qu’ilsonaln feant le rutrmation de l’Et.Enee so andrdint, la ressurrm, y voede la cimplurrm, d de l’appareie judiciaire est un élémene centrre dans lo organciatirn de l’ir ucitn. deemLrrtuteur hruassent svulena d accernt sniltrainted les personneu torturuues ou cfindent l’quueu aue polilisiaccustuge(Duarn& Hasummgrn e (20)n. deiiieiatione contreesue polilisiso aammenss son, généralemenvilctèues et les prodes traîventee longpour un poins queeoni faits sons parfois desctles. D, aprèr s //stasoptiqrts officilques390niltrainteovent rrmd rmstuéesnêtr (92if er 22,is don45eovenentraite des posoduiiusİnsan HaklarVakfıultorture 2h1 dir="ltr" id="headi4n2">Quelle autonomie de l’appareil répressif ?

    • (...)

    3à les inte stisaticeseerchetement uiii faue : lvitarsatiom méstatojeoorente de la tortuur enoncsation deinjoieiationn ds gouvernemeé. Ainsi, aprè (99ux, lfr reasitina dÖtecemanmplecHeaden du P)if et ls pepffectiva d adhésiot t lUnsioE européîn sont c’ ut uiundtnti uçoe ffeafe intre decaged la torture contreesus militants politique dans les rétions kurdif et uiis comporteme globralement pluee aspeue aus de le polici par rapport taes populatia>5cetteodgnification des pratiquee n’est pasclaquré par de dn anralement defréipeler disnsabluues ot une rf forms de le policeest ls gouvernement de qualation de l’polique navaiest palesm> moyset d’unntreprisr esrtaé les institutions de sécurrmé. De pluse d autonomie de le police esbeaue upnémionoorentmiqs,Quelle de lformque, quvant svulenfseroaellement contreesue positiont des gouvernemen cprivsle. l autonomie polictèrs fais donpnotre mrepris, comme le cdositinamme le conroduction d’ua «a seff buurremocratiqos »dt éctus poul lrunteiva dAlg séri(Bparerch& T phucaul (20ue 58)es ouQuelle dIrak (H pehl2004),à où leacteurjoustene sur len oxtacen orac,ne implctesabouun phmilisées.

    2h1 dir="ltr" id="headi5n2">Torture et régime sécuritaire

    • 1 . D, aprèr d’associatint İnsan Hakları Deruls su ncles d650ue(20es personnearet tuesu, aprèr le upnri (...)
    • 2 i

    1a>n sonbaoonalisr, la pratiqun de la tortuas. D, aprè, Human Rights Watch ncles d420es personneenes soneorenden st qua auaiannées 90a>2a>ps ;nclesd’un mmilieovens oxtaité t être ulignsou dans leecontre nt İnsan HaklarVakfıulsedrs annl (20. (. Notrquueomportene sur lei faits qui oneualrdieuvanen (20,rs annl où la torture rietanbeaue upnémione systpratiqus poul sns dettuss politiqu.))U unéx vurmatio rudquents amèé e nisser qua des zrtainnt ds mmilisieees personneovent rrmu torturuuede; pui (19éPnclualeure certainnt ds mmilisieees personna>, notammen dans lehumil au Sturtan,es nédinaon, polisursa>ovens dons inrelecremenpttuna effennéesc par eémembts deepoua s mmicu ou uapproch sont cnuir Cett répuvmesSpou, notre terra,n dans lehumil aus nationalistes kurdos dn Turquiet sou, deintloi"ouurneovenpuom méstaammen donri nclualeur mces ds personneayutant rrmu torturuunt. Denénementsojet aue pratiquen de la tortu,ii pvement êtraraiiodasopngullal.

    G polaisc dant ranffo>2a>)esQ n and jusaure est au pouvoiu (19-83),ù la torture rietant un yn en rimod et ou ûte aus drecérrle ns laasoalencecontreesus individusont les institutio>I. La torture deemprisoilisie esa systpratiqu dans lenmprissnt, peu dss rausatices sonss mions poue dissimchesesn effet (os étrnt sndt prèeent les contraintes internatioraces sons poul n’essenti ulioturuuntEiiue sene levrviolences sont Dansana continuite des brutituged le lformqi (ou dl le policuvanenl le upns d’Eta>, notamment contreesun grousen d’ex mê-gatoucc (oeeons populations kurdo. , par exempans les rvolinted les années 30c (oeeone opasitiont dee coxtaoged le lformqie turqus dans les années 70esm>3

    3

    IIn. ln travair sur le cor>1

    • 3 «In n Tkeybi, sl Rigns majory (51%)nbemilv ltsst goouvevemelesh soosbnsallowedda cautsoorms grpenri (...)

    n>Les techniquue

    • (...)

    6Les récitojes rapports sont ule, disptites intiqiens lenmpratiquelse plus fréquenitsTBMM r 20m>, Amnesty Internationul

    • (...)

    t="bos"> trs"> tdan styles marg-left:0mm;s marg-r Rig:0mm;s marg-top:0mm;s marg-bottom:0mm;padeadi-top:0cm;padeadi-bottom:0cm;padeadi-left:.191cm;padeadi-r Rig:.191cm; aboos:.0262cmnsolid r000000;ouveitec-aouli:top;es">

    Amnesty Internationrr 22brel.

    /tds"> /trs"> /t="bos"> /tabluiv> 2h1 dir="ltr" id="headi8n2">Lm mémrbleule corue
    • (...)

    1La torturntroenuxe moivone E, pare,ne sur ler rechercone systpratiqstm>, notammenentn tra aus ds psyooloer (ou ds mdecinuus

    3Quslt deaeCIAesClled roilisis songorintsdeeeurs lr recherchdude renseignemeneest lr f poernement deemprisoilise). E, particue O. st sétablraisrement d’rC.relasionmbiguëte avec les tortionnaires est uosubjecfoe centrce. Qusls sont le effetr recherqusou dans leauen de la torture discrès) .arC.relasioent u torturoiujet tortionnairee n’est pad rciluniue :. les tortionnaires sont dissimuroiujempls qsiatinammenstut souveneHostaires plut floin dhum mielasioniq e me renseignemece. , Lrocessun dsclavraus danr un.

    • 3 M mêmsi l lalus pardent cell-ci>,eis sont pas rstiliséeen n Turqus eaqul n’ uneeuest pa, oaellemeni (...)

    3Llqutturaorturt psycatrifiqnt disnisibif en,Lbabciamment cnuee densfenged la sécurrmusIIIceLar rupturbipgraphohique et la transformation de d’engageme>1

    n>L effir sur leapilills militaue

    • (...)

    Dorr cooroa& Grojea e (24>2a>)es.

    Raditecanciatire es dsengageme>1

    • 1 Clsuinformatiues Lrindnssenn d’ ds série d’entretiel amenrter 23if er 24.a>

    1A aprèr le upns d’Etsdees 80ese lt univsatrmt ds mdecinucu dDiyarbakır,ie trètiit poirms dans lee mobilisaticen des années 70,ee n’est padorimquré par un grouea poratiqieD différeeteo organciatices sonssitienitsPPKK,sKawa, r lKUK, r lPSK, r lPKKseess meDHKP-CseesDev Yol)é les inianaleme,ar denr soiitèues sonslutôt floueesnêtrt des grouse, peo organquees.

    n interté par leaucurrms), s La reasitisausvincocontree bombegaeammenthimhniq e me la elln dl d’ex mê-gatoucceadnuun mouvemees kure(mpportu dDeniz Gezmişls et deéturtanrtuurois par l’ex mêle drocceac.)ce.iel i organinr unn pa reasitiscocontrelo organisneh maltit dgidérnibets univsatrmse( 

    C ncluessi>1

    tependa,,ueauen sna rétiles kurdomontreé qut le effet inrelest deaea répressirse e, notammene, la tortu,epalvement êtropmstusct t losubjecfor recherquesSi une pareoe significasi e me l, généiatiedetes années 80c l,lLbaellemennténoisnt taes politiq,roin moivont t l’engagemeetunautr, généiaties n’est polistueia au sein oin mouvemeles nationalisles kurdon da façobeaue upn;ncleraditelon. Orl laaditecanciatire lee mobilisaticea na reasnnairnlique l’Etsi organin par lr répressiouneeuesioieiatioerre commmodonatrmt dn contrôlareiridl laaditecanciatirl esessfrait ds margecanciatiel.

    usToprof pnga>1p> 2hl class="secties">Bfaiipgraphy>6
    > p>

    Amnesty International (1984) Torture in the eighties. An Amnesty International report. London, Pitman.

    Amnesty International (2001) Document Public Index AI: EUR 44/072/2001, 8 November.

    Amnesty International (2002a) Document Public Index AI: EUR 44/010/02 EFAI 02 RN 015, Londres, February.

    Amesty International (2002b) Document Public Index AI: EUR 44/040/2002, 1 September.

    Anar, Erol (2000) İnsan Hakları Tarihi'nde, Istanbul, Çivi Yazları.

    Avelar, Idelber (2001) « Five Theses on Torture », Journal of Latin American Cultural Studies, vol. 10, n° 3.

    Basoglu, Metin (ed) (1992) Torture and its consequences: Current treatment approaches, New York, Cambridge University Press.

    Basoglu, Metin et. al. (1994) «Psychological Effects of Torture: A Comparison of Tortured and Nontortured Political Activists in Turkey,» American Journal of Psychiatry 151: 1, January.

    Behar, David (2005) Le voyage initiatique. Activation et devenir des habitudes d'héritiers migrants issus de la grande bourgeoisie turque, Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales [thèse non publiée].

    Behnam, Behnia (2004) «Trust Building from the Perspective of Survivors of War and Torture», Social Service Review, March.

    Benedict, Ruth Fulton (1922) «The vision in Plains culture», American Anthropologist, new series vol. 24, n°1, Jan-March, pp. 1-23.

    Blok, Anton « Les Cavaliers du Bouc : brigandage et répression en Basse Meuse (1730-1778) », Cultures & Conflits, 24-25, hiver 1996-printemps 1997, [En ligne], mis en ligne le 27 mars 2007. URL : http://www.conflits.org/index499.html. Consulté le 21 septembre 2008.

    Boltanski, Luc (1982) Les Cadres, Paris, Ed. de Minuit.

    Bourdieu, Pierre (1980) « Le capital social », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 31.

    Branche, Raphaëlle (2001) La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie, 1954-1962, Paris, Gallimard.

    Branche, Raphaëlle; Thénault, Sylvie (2000) « Le secret sur la torture pendant la guerre d'Algérie », Matériaux pour l'histoire de notre temps, vol. 58, n° 58, pp. 57-63.

    CIA (1983) Human Resources Exploitation, manuel déclassifié en 1997, http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB27/02-01.htm

    Clastres, Pierre (1973) « De la Torture dans les sociétés primitives », L’Homme, vol. 13, n° 3, pp. 114-120.

    Clastres, Pierre (1974) La Société contre l'État, Paris, Editions de Minuit.

    Cohen, S., Colan, D. (1991) The interrogation of Palestinians during the Intifada: Ill-treatment, «moderate physical pressures» or torture?, Jerusalem, B’Tselem–The Israeli Information Centre for Human Rights in the Occupied Territories.

    Coleman, James (1988) «Social Capital in the Creation of Human Capital», American Journal of Sociology, 94.

    Colligan, D. (1976) «The new science of torture», Science Digest, July, pp. 47-48.

    Dorronsoro, Gilles (ed) (2005) La Turquie conteste. Mobilisations sociales et régime sécuritaire, Paris, CNRS Editions.

    Dorronsoro, Gilles; Grojean, Olivier (2004) « Engagement militant et phénomènes de radicalisation chez les Kurdes de Turquie », European Journal of Turkish Studies, Articles, URL: http://www.ejts.org/document198.html

    Duner, Bertil; Hammargren, Liv (2001) «Turkey: Politization of Torture Care?», Turkish Studies, vol 2, n°2, pp. 41-62.

    El Sarraj, E.; Punamäki, R. L.; Salmi, S.; Summerfield, D. (1996) «Experiences of torture and ill-treatment and posttraumatic stress disorder symptoms among Palestinian political prisoners», Journal of Traumatic Stress, 9, pp. 595–606.

    Elias, Norbert (1973) La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

    Foucault, Michel (1975) Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

    Foucault, Michel (2001) L’herméneutique du sujet, Paris, Gallimard.

    Giddens, Anthony (1987) Social Theory and Modern Sociology, Cambridge, Polity Press.

    Goldfeld, A.; Mollica, R. F.; Pesavento, B.; Faraone, S. V. (1988) «The physical and psychological sequelae of torture: symptomatology and diagnosis», Journal of the American Medical Association (13 May), 259 (18).

    Hanscom, Karen L. (2001) «Treating Survivors of War Trauma and Torture»,American Psychologist 56 (11), pp. 1032–1039.

    Héritier, Françoise (1996) De la violence I, Paris, Éditions Odile Jacob.

    Hersh, Seymour M. (2004) Chain of Command: The Road from 9/11 to Abu Ghraib, New York, Harper Collins.

    Holzner, Burkart (1973) «Sociological Reflections on Trust», Humanitas 9 (3), pp. 333-345.

    Horowitz, M. J. (1990) «A model of mourning: Change in schemas of self and other», Journal of the American Psychoanalytic Association, 38, pp. 297-324.

    Hougen, H. P.; Kelstrup, J.; Petersen, H. D.; Rasmussen, O. V. (1988) «Sequelae torture. A controlled study of torture victims living in exile», Forensic Science International, 36, pp. 153-160.

    Huggins, M. K.; Haritos-Fatouros, M. (2000) «Reconstructing atrocity: how torturers and researchers deconstruct labels and manage secrecy», Human Rights Review, 1(4), pp. 50–70.

    Human Rights Foundation of Turkey Treatment and Rehabilitation Center (1994) File of Torture, deaths in detention places or prisons (12 September 1980-12 September 1994), Ankara, HRTF publications.

    Human Rights Watch (1999) Confession at Any Cost, New York, Human Rights Watch.

    İnsan Hakları Derneği, İnsan Hakları Yıllığı, 1997-2001, disponible sur le site : http://www.ihd.org.tr/

    Janoff-Bulman, Ronnie (1985) «The aftermath of victimization: Rebuilding shattered assumptions», in C. R. Figley (ed.) Trauma and its wake: The study and treatment of posttraumatic stress disorder, New York,  Mazel/Brunner, pp. 285–295.

    Kanninen, Katri; Salo, J.; Punamäki, Raija-Leena (2000) «Attachment patterns and working alliance in trauma therapy for victims of political violence», Psychotherapy Research, 10, pp. 435–449.

    Levi, Primo (1983) The Drowned and the Saved, New York, Vintage.

    Memorandum for the Vice President, the Secretary of State, the Secretary of Defense, the Attorney General, the Chief of Staff to the President, the Director of Central Intelligence, the Assistant to the President for National Security Affairs, the Chairman of the Joint Chiefs of Staff. Subject: Humane treatment of al Qaeda and Taliban detainees (2001) The White House, 7 February. Disponible sur : http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB127/02.02.07.pdf

    Mithat, Sancar ; Ümit, Eylem (2007) Yargıda ve Yargıya Dair Algı ve Zihniyet Kalıpları, TESEV.

    Paker, Murat (2000) Subjective Meaning of Torture as a Predictor in Chronic Post-torture Psychological Response, UMI Dissertation Services, Ann Arbor, Mich.

    Peters, Edward (1996) Torture, Philadelphia, University of Pennsylvania.

    Putnam, Robert D. (2002) Democracies in Flux: The Evolution of Social Capital in Contemporary Society, Oxford, Oxford University Press.

    Rejali Darius (2003) «Modern torture as a civic marker: solving a global anxiety with a new political technology», Journal of Human Rights Watch, vol. 2, n° 2.

    Rejali, Darius (1994) Torture and Modernity: Self, Society and State in Modern Iran, Boulder, CO, Westview Press.

    Rejali, Darius (2001) «Electric torture: a global history of a torture technology», Connect: Art, Politics, Theory, Practice, June, pp. 101–109.

    Richter, Daniel K (1983) «War and Culture: The Iroquois Experience», The William and Mary Quarterly, 3rd Ser., vol. 40, No 4(Oct.), pp. 528-559.

    Scarry, Elaine (1985) The Body in Pain: the Making and Unmaking of the World, Oxford, Oxford University Press.

    Staub, E. (1990) «The psychology and culture of torture and torturers» in P. Suedfeld (ed.) Psychology and Torture, New York, Hemisphere, pp. 49–76.

    Stover, E.; Nightingale, E. O. (1990) «The breaking of minds and bodies» in P. Suedfeld (ed.) Psychology and Torture, New York, Hemisphere, pp. 89–101.

    Stover, Eric; Nightingale, Elena O. (1985) The Breaking of Bodies and Minds: Torture, Psychiatric Abuse, and the Health Professions, New York, W. H. Freeman.

    TBMM (1998, 1999, 2000, 2001) İnsan Hakları İnceleme Komisyonu raporu, Ankara, TBMM (10 tomes, plus une synthèse).

    Türkiye İnsan Hakları Vakfı (1995) Tedavi ve Rehabilitasyon Merkezleri Raporu,Ankara, TİHD publications.

    Tuşalp, Erbil (1986) İnsan Hakları Derneği Dosyası, «Bin İnsan», Ankara,Tekin Yayınları.

    United Nations (1984) Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment, Adopted by United Nations General Assembly Resolution 39/46 of December 10, UN Doc. A/RES/39/46.

    US Department of State (1998) Turkey Country Report on Human Rights Practices for 1997, Washington DC, Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor.

    US Department of State (2001, 2002) Country Reports on Human Rights Practices, Washington DC, Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor.

    WorldPublicOpinion.org (2008) World Publics Reject Torture, disponible sur http://www.worldpublicopinion.org/pipa/articles/btjusticehuman_rightsra/496.php?lb=bthr&pnt=496&nid=&id

    Zana, Mehdi (1992) Vahşetin Günlüğü, İstanbul, Melsa Yayınları, 1992.

    Top of page

    Notes

    1  Je remercie les personnes qui ont accepté de répondre à mes questions, particulièrement celles qui ont accepté de partager leur expérience personnelle, ainsi que les associations İHD (Association des droits de l’Homme) et İHV (Fondation des droits de l’Homme) pour leur disponibilité.

    2  Mais les gouvernements, surtout démocratiques, manipulent les définitions juridiques pour autoriser certaines formes de violence, par exemple la privation sensorielle, expérimentée par les Britanniques en Irlande du Nord. Israël (jusqu’à un arrêt de la Cour suprême de 1999) admettait les « pressions physiques modérées ». Dans les années qui ont suivi le 11 septembre, différentes institutions américaines ont pratiqué la torture contre les ‘ennemis combattants’ en profitant d’une redéfinition de celle-ci par les services juridiques du gouvernement. Pour ces derniers, le viol ou le waterboarding ne constituaient pas des tortures, car les dommages physiques ne sont pas irréversibles (Memorandum 2002).

    3  Il y a des différences entre les définitions du capital social selon Bourdieu (1980) et Coleman (1988) ou même l’approche plus normative de Putnam (2002). Ce qui nous intéresse ici est que ces approches convergent vers l’usage des normes, des liens sociaux, des réseaux comme ressource dans l’action individuelle ou collective.

    4  Et quelques dessins. Pour éviter les ambiguïtés, nous avons parfois fait dessiner les positions corporelles ou les instruments durant les séances de torture.

    5  Endroits de détention pendant les faits de torture : Emniyet (58,1 %), prison (14,8%), commissariat (12,1 %), gendarmerie (9,3 %), autre (5,5%), voir Türkiye İnsan Hakları Vakfı Tedavi ve Rehabilitasyon Merkezleri Raporu (1995 : 21-34).

    6  C’est ce qui ressort de différents entretiens (le nombre de participants n’est pas toujours certain du fait que le prisonnier est cagoulé).

    7  Entretiens 2004, Diyarbakır.

    8  Autres données : d’après le ministère de l’intérieur, en 2000 sur 4 897 policiers accusés de torture ou de mauvais traitements, 186 ont été condamnés. En 2001, 1258 cas ont été présentés devant les procureurs contre la police et la gendarmerie. Dans 78 cas, le procureur a instruit l’affaire. Sur les procès ouverts : 86 acquittements, 45 condamnations, généralement des mises à pied ou des amendes) (State Department 2002).

    9  Une partie significative des juges protègent l’Etat en priorité. Ainsi, sur un échantillon de 51 juges et procureurs d'Ankara, d'Istanbul, de Diyarbakır et de Trabzon, 51 % estiment que les droits de l'Homme peuvent être une menace pour la sécurité de l'État (28 % sont d'un avis opposé). 41 % des magistrats disent que l'‘intérêt de la nation’ doit être pris en compte dans un jugement (TESEV 2007).

    10  Cette amélioration est remise en cause du fait des attaques du PKK qui prennent de l’importance depuis 2004.

    11  D’après l’association İnsan Hakları Derneği, sur plus de 650 000 personnes arrêtées après le coup d’Etat de 1980, beaucoup furent torturées, du passage à tabac à des tortures prolongées (İnsan Hakları Derneği 1997).

    12  http://www.hrw.org/backgrounder/eca/turkey/2004/torture/2.htm

    13  «In Turkey, a slight majority (51%) believe that governments should be allowed to use some degree of torture for exceptions such as terrorists, including 18% that feel governments should be allowed to use torture in general. A significant number (36%), though one of the smallest, says that unequivocal rules against torture should be maintained» (WorldPublicOpinion.org 2008).

    14  Entretien de 2005 à Diyarbakır. Il nous a été possible de vérifier par Amnesty International que la personne avait effectivement été détenue à Istanbul et à Diyarbakır et torturée.

    15  Pour une description des cellules à Urfa, on consultera le rapport correspondant de la commission des droits de l’homme (TBMM 2001: 15).

    16  La littérature psychiatrique concernant la torture a donc un statut particulier dans nos sources. En effet, certains résultats scientifiques sont utilisés dans la mise au point des techniques utilisées par les tortionnaires, ce qui participe de la rationalisation de la violence institutionnelle. Cependant, le chercheur utilise aussi le savoir médical comme théorie pour comprendre les effets des pratiques. Le discours psychiatrique apparaît donc comme un savoir-pouvoir au sens de Foucault ou, dans un autre cadre théorique, un effet de la double herméneutique au sens de Giddens (1987), les savoirs sur les comportements sociaux informant les pratiques des acteurs.

    17  Dans un autre contexte, la torture est l’élément central de l’adoption des prisonniers dans la société iroquoise au XVIIIe siècle. Même si le prisonnier est mis à mort, il sera d’abord adopté et incorporé symboliquement à la famille par des termes d’adresse ou réellement par cannibalisme (Richter 1983). Dans le cas de l’adoption, le transfert d’allégeance du prisonnier qui devient membre du groupe est facilité par le traumatisme physique et psychologique créé par la torture.

    18  Entretien de 1999 avec un ancien membre d’un groupe kurde d’extrême gauche dans les années 1970.

    19  Même si la plupart de celles-ci ne sont pas réalisées en Turquie et si l’on ne peut pas totalement exclure un effet de la littérature médicale qui tend à gommer les contextes sociaux, la cohérence des résultats disponibles sur les effets des traumatismes laisse penser que ces résultats sont applicables à notre terrain.

    20  Pour relativiser ce que décrit Clastres, la violence sur le corps peut aussi être individualisante, par exemple dans les sociétés indiennes d’Amérique du Nord, où elle permet d’accumuler du prestige (par des visions) (Benedict 1922).

    21  Ces informations proviennent d’une série d’entretiens menés en 2003 et 2004.

    Top of page

    References

    Electronic reference

    Gilles Dorronsoro, « La torture discrète : capital social, radicalisation et désengagement militant dans un régime sécuritaire », European Journal of Turkish Studies [Online], 8 | 2008, Online since 30 December 2008, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ejts/2223

    Top of page

    About the author

    Gilles Dorronsoro

    Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
    gilles.dorronsoro@univ-paris1.fr

    By this author

    Top of page

    Copyright

    © Some rights reserved / Creative Commons license

    Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals