Navigation – Plan du site

L’Hétérotopie kurdistanî : défense et illustration d’un territoire littéraire1

Kurdistanî Heterotopia: Plea for and Representation of a Literary Territory
Sylvain Cavaillès

Résumés

Depuis que Murathan Mungan, dès le début des années 1980, a placé sa ville de Mardin au centre de son œuvre littéraire, de nombreux écrivains originaires du Kurdistan turc ont à leur tour, de manière très visible ces dernières années, intégré cette région à leur travail. Ce territoire sans existence légale, ce « lieu absent » comme le dénomme Şener Özmen, a ainsi construit sa présence dans l’espace littéraire en dépit de réalités historiques contraignantes telles que l’interdiction décennaire sur la langue et la culture kurdes et la négation du génocide arménien. Cet article aborde les liens entre langue et territoire chez des écrivains comme Murat Özyaşar ou Ayhan Geçgin, l’entreprise de mythographie du lieu chez des auteurs comme Mungan, Özyaşar, Özmen ou Kemal Varol, et le traitement des géographèmes de la frontière, de la ville et de la montagne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Du hors-carte…

  • 1 Depuis la rédaction de cet article, et dans le cadre d’une deuxième vague de purges (après la tenta (...)
  • 2 Littéralement « lieu absent », donc équivalent d’« utopie ».

1« Ma parole est hors-carte », dit Şener Özmen en 2004 dans un recueil de poèmes éponyme. Il s’agit de poèmes écrits en turc, avant que cet artiste-écrivain ne choisisse définitivement le kurde comme langue littéraire. Onze ans plus tard, sa position n’a pas dévié d’un pouce : son exposition Çıkış Var [Il y a une issue], inaugurée à Istanbul le 1er septembre 2015, journée internationale de la paix, présente, sous cet éclairage particulier, une œuvre intitulée Heterotopia, ou, en turc et avec un certain glissement de sens, Yok Ülke2, qui consiste en un tapis persan représentant une mappemonde où l’ordre des nations est chamboulé et où plus aucun territoire ne dispose de son nom. Est-ce là la parole qui est hors-carte, ou la carte qui ne porte plus aucune parole ?

Şener Özmen, Heterotopia/Yok Ülke, 2015, tapis de soie, 225x160 cm
Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la galerie Pilot (Istanbul)

Rıdvan Bayrakoğlu

  • 3 Cette œuvre plastique ne prend pas en contact l’entité territoriale du Kurdistan d’Irak, dont les f (...)

2Le poète-artiste parle depuis un lieu qui n’est plus représenté sur aucune carte. Ce lieu a pourtant un nom, mais qui ne correspond plus à aucune réalité territoriale officielle, du moins en Turquie3. Un territoire qui, par ailleurs, reste dans le discours officiel associé à la terreur, mot avec lequel celui de « territoire » n’entretient pourtant aucune relation sémantique, ni étymologique, d’autant plus que ce dernier n’existe pas en turc. Ce territoire, pour employer son expression litotique, longtemps seule admissible, c’est le Sud-est anatolien ou, pour peu que l’on opte pour une expression à la saveur historique, le Kurdistan du nord ou encore, pour reprendre celle introduite par Mehmed Uzun dans ses romans, la « Mésopotamie » septentrionale. Autant d’appellations possibles qui, loin de rien masquer, dénoncent au contraire l’absence d’existence officielle de ce territoire.

3C’est donc de ce yokyer, ce non-lieu, que l’artiste-scripteur prend la parole, comme, ces derniers temps, nombre d’écrivains turcs d’« origine kurde » de la jeune génération. En effet, les noms qui font la littérature kurde de Turquie sont nombreux depuis que Mehmed Uzun, depuis son exil suédois, a inventé le roman kurde moderne.

4Comment s’écrit ce territoire, cet « espace-autre » dans un contexte où la paix, évoquée plus haut, a plané quelque temps au-dessus de ces terres comme un espoir qui parut ne tromper que ceux qui n’y vivaient pas et n’avaient pas été les témoins directs des atrocités d’une « sale guerre » (Kemal 09/01/1995) qui dure désormais depuis plus de trente ans ? Les approches littéraires de ce « Kurdistan turc » (cette expression désigne-t-elle vraiment la partie de ce territoire qui se trouve en Turquie ou dit-elle implicitement que l’État turc a créé ce Kurdistan en continuel état de guerre ?), malgré la lourde interdiction qui a pesé sur la langue et l’expression du peuple kurde, sont suffisamment variées, nombreuses et marquantes pour qu’apparaisse aujourd’hui un objet littéraire qui, pour peu que les œuvres en question soient traduites et dépassent les frontières (mais qu’est-ce qu’une frontière en littérature, et qu’est-ce qui fait frontière à la littérature des Kurdes ?) prendrait certainement la place qui lui est assignée sur la mappemonde littéraire dont, ces dernières années, la géocritique a mis en évidence l’existence dans toutes ses dimensions.

… à l’hétérotopie kurdistanî

  • 4 Pour Foucault, les utopies « sont des emplacements sans lieu réel » et les hétérotopies « des sorte (...)

5Şener Özmen nous l’indique : le Kurdistan est une hétérotopie, pas une utopie. Un « espace-autre » tel que défini par Michel Foucault (1984 : 756)4. Tout comme la littérature qui, par essence, est un domaine à part qui dispose de son propre espace et organise son propre réel selon ses propres lois.

6Cet espace autre ne relève pas que d’une expression que l’on pourrait dire subversive et qui aurait simplement consisté pendant des années à parler d’un territoire, d’un peuple, par en-dessous, de manière détournée, sans les nommer (l’exemple le plus frappant à cet égard est sans doute le roman de Ferit Edgü, O. Hakkâri’de bir mevsim, qui raconte, dans une période de forte censure, l’exil, inspiré par la propre expérience de l’auteur, d’un instituteur muté dans un village isolé des montagnes de Hakkâri et impose à la propre personne du narrateur comme à celle des villageois une indétermination de dénomination qui le pousse à généraliser l’usage de la troisième personne, ce qui, avec un effet de mise à distance, renforce le sentiment d’exclusion de ces êtres que l’État a abandonnés à leur sort) mais aussi d’une attitude transgressive ou invasive (dans un sens affaibli ou en tout cas pleinement positif) qui consisterait à profiter de la progressive levée de l’interdiction qui a pesé pendant des décennies sur le mot et la langue kurdes pour créer des espaces d’expression spécifiques (Scalbert-Yücel 2014 : 290) au sein desquels puisse se développer une littérature kurde pensée et écrite en langue kurde. Entre les deux demeurerait un espace, non négligeable, d’écrivains liés à la kurdité mais qui continuent de s’inscrire dans une littérature en langue turque.

7Trois des six auteurs que nous avons retenus pour le corpus étudié, outre leur lien avec le Kurdistan turc, ont en commun leur appartenance à une certaine génération : ils sont nés à la jonction des années 1970 et 1980 (1979 pour Murat Özyaşar, 1983 pour Mehmet Said Aydın, 1977 pour Kemal Varol), ils étaient enfants lors du coup d’état du 12 septembre 1980 et lorsque la guerre contre le PKK a éclaté en 1984, adolescents au plus fort de cette guerre dans les années 1990 et leurs premiers livres ont été publiés à partir des années 2000 (2001 pour Kemal Varol, 2008 pour Murat Özyaşar et 2011 pour Mehmet Said Aydın). À la différence d’une bonne part des écrivains kurdes des générations précédentes (Mehmed Uzun, Fawaz Hussain, les poètes Rojen Barnas, Berken Bereh, Arjen Arî), la littérature qu’ils construisent n’est pas tant marquée par l’expérience de l’exil ou la ruralité que par un certain ancrage dans l’urbanité. Des thèmes comme la nostalgie du village (Scalbert-Yücel 2010 : 181) ont désormais disparu de leurs préoccupations. Si cela peut participer d’un phénomène générationnel, il faut peut-être aussi en chercher l’explication dans le fait que la littérature kurde dans son ensemble a atteint, après avoir vécu son classicisme (qu’incarne une figure comme Cigerxwîn et que depuis les années 1990 des maisons d’éditions kurdes comme Avesta ou Lîs se sont attachées à transmettre (Cavaillès 2015 : 169)), une période de maturité et aspire maintenant à plus de prise sur le monde et les problématiques contemporaines. C’est sans doute ce qui permet à Murat Özyaşar de travailler au corps les problèmes linguistiques liés au fait de vivre dans une ville prise entre culture dominante et culture soumise, à Kemal Varol d’aborder les réalités des années 1990 avec un recul qui lui permet d’échapper à la posture de simple témoignage de certains de ses prédécesseurs ou à Mehmet Said Aydın d’inviter la géographie kurde dans ses milieux urbains stambouliote ou ankariote. Si les jalons de l’histoire des trente dernières années marquent encore leur texte – car leur géographie en est encore marquée – des préoccupations littéraires transcendantes leur permettent à la fois de transmettre cette histoire et de le faire en direction du plus grand nombre : au-delà des frontières régionales ou linguistiques de la kurdité et même au-delà des frontières nationales grâce au mouvement de traduction qui semble être en train de s’amorcer.

  • 5 L’identité multiculturelle du Kurdistan turc, qui reste encore aujourd’hui très visible dans une vi (...)

8Il convient sans doute aussi d’expliciter le terme kurdistanî utilisé dans le titre. Nous avons choisi cet adjectif – dérivé du nom désignant les « territoires kurdes » avec le suffixe qui marque l’origine – plutôt que le simple adjectif « kurde » car il nous semble essentiel de mettre en évidence le rapport entre l’hétérotopie et le territoire, et donc de prononcer le mot Kurdistan. Si la littérature est le lieu de l’hétérotopie, il n’y a pas de naissance sans nomination. Dire « l’hétérotopie kurdistanî », c’est poser que le Kurdistan est une hétérotopie (en l’occurrence une hétérotopie de déviation). Si le mot kurdistanî évoque aussi la notion d’identité nationale dans le cadre de l’expérience irakienne (Aziz 2013 : 160), où la kurdistanité renvoie plus à l’attachement au territoire qu’à l’ethnicité5, nous aurions plutôt tendance à vouloir utiliser ce terme dans une acception plus générale de manière à nous focaliser sur le Kurdistan turc et ce qu’il garde, en tant que territoire, de non actualisé et donc propice à la créativité littéraire.

9Adoptant une posture géocritique à partir de ce corpus relativement réduit et certes limité à des textes issus de Turquie, nous partons du postulat selon lequel le Kurdistan turc est désormais un lieu littéraire dont l’existence est appuyée par un nombre significatif d’auteurs-sources. Plus encore, nous postulons que ce territoire, marqué par des lieux réels, n’existe au plus fort de ses potentialités que dans et par la littérature et ce parce que l’identité multiculturelle de ces terres reste ignorée, et aujourd’hui plus violemment que jamais, par l’État turc. L’hétérotopie à laquelle nous faisons référence concerne donc le déplacement de ce que ce territoire a d’immatériel (mémoire, histoire, langue) de la carte (dont on connaît le pouvoir discursif (O’Shea 2004 : 7)) à la page. Car l’espace du livre offre ce « territoire de déviation » foucaldien à ces lieux physiques du territoire (Diyarbakır, Mardin, Kızıltepe) qui peuvent réinvestir dans cet espace-autre l’ensemble de leur réalité immatérielle. De Murathan Mungan à Şener Özmen, de Murat Özyaşar à Ayhan Geçgin, nous nous efforcerons donc de mettre en évidence quelques-unes des problématiques liées à la représentation hétérotopique de ce territoire en les déclinant sous trois aspects : les enjeux linguistiques liés à la représentation du Kurdistan turc, la dimension mythographique de cette représentation et enfin sa dimension géographique à travers les repères que sont frontières, villes et montagnes.

I. La langue et le territoire

10Précisons encore que nous n’envisageons pas la littérature kurde comme devant être obligatoirement kurdophone. La plupart de nos auteurs sont « d’origine kurde » et, au moins par leur langue d’expression, s’inscrivent dans la littérature turque et n’en sont donc pas dissociables, ce qui n’est en rien incompatible avec leur identité et l’ancrage de leur travail littéraire dans la kurdité. Nous pouvons aussi être en présence d’écrivains qui se sont d’abord exprimés en turc avant d’opter exclusivement pour le kurde (quitte à être traduits en turc par la suite : Şener Özmen) ; mais encore, au contraire, d’écrivains kurdes pour qui le turc peut être un choix délibéré ou une absence de choix (même s’ils ont été par la suite traduits en kurde : Murat Özyaşar) ; ou encore d’écrivains qui, semblant croire en l’effacement de la personne de l’auteur devant son œuvre, ne mettent pas excessivement en avant leur kurdité, ou alors en s’effaçant autant que possible derrière la fiction (Ayhan Geçgin, cette donnée – et sa non-expression – est pourtant fondamentale dans le roman que nous évoquerons ici).

L’intrusion du kurde dans le turc

11Ceci étant dit de l’aspect extérieur, paratextuel de la question linguistique, nous pouvons nous consacrer à l’essentiel : le lien de la langue avec le territoire d’où elle est issue et la façon dont l’écrivain en rend compte dans son travail. En partant d’une évidence qui est loin d’être anodine : le turc que l’on parle – et donc que l’on écrit – à Diyarbakır n’est pas le turc que l’on parle à İstanbul.

  • 6 “kürdistan serin bir kelimedir”, dans le poème ‘Konu bu değil’ paru dans le recueil Kusurlu Bahçe.

12Langue et territoire sont étroitement liés chez la plupart des auteurs de notre corpus. La langue kurde étant frappée d’interdit, le mot Kürdistan, écrit ici selon l’orthographe turque, en vient à signifier de manière performative la projection de ce territoire dont l’existence n’est pas légalement reconnue. Lorsque Mehmet Said Aydın écrit, au détour d’un poème dont ce n’est « pas le sujet » : « kurdistan est un mot plein de fraîcheur »6, il invoque la plaine torride de Kızıltepe en la désignant par ce mot qui pour lui évoque la fraîcheur, une fraîcheur liée à l’identité de ce territoire et peut-être provoquée par l’affirmation de son existence, que l’emploi de ce nom suffit à évoquer.

  • 7 On se référera à la façon dont Mungan l’intègre dans les textes qui composent Paranın Cinleri, à tr (...)
  • 8 Jar, de Kemal Varol ou encore Birîndar d’Abdullah Ataşçı. Ce dernier titre est le nom d’un personna (...)

13De là, on pourrait être amené à penser qu’au-delà de l’utilisation du nom qui lui-même désigne le territoire, toute introduction de mots kurdes dans un texte de littérature turque représente une aspiration à cette affirmation ou sinon, tout au moins, à la revendication de son identité, de son existence et à la reconnaissance de celle-ci, ne serait-ce qu’à travers la question des droits linguistiques. Cette allégation peut sembler rapide et simpliste, mais il faut garder à l’esprit que si les revendications d’autonomie semblaient jusqu’à une date récente (BBC Türkçe 27/12/2015) absentes du discours politique du HDP, Parti Démocratique des Peuples, l’un de ses chevaux de bataille a toujours été l’enseignement en langue maternelle. On sait quelles activités éditoriales ont vu le jour en amont des premières ébauches de légalisation du kurde et comment elles se sont développées sans encombre jusqu’à une date là encore récente (Cavaillès 2015 : 170). Si le kurde a fait son entrée dans les textes littéraires turcs alors même que la langue était encore interdite7, on ne peut nier que le développement d’activités littéraires en kurde depuis le début des années 2000 ait profité à une immixtion du kurde dans les textes turcs d’auteurs kurdes. Il n’est pas rare d’ailleurs, depuis quelques années, de voir paraître des romans turcs portant des titres en kurde8.

  • 9 Dans ce roman, cependant, Geçgin prend un recul total vis-à-vis de la langue kurde, à la fois parce (...)

14L’espace du livre est tout à fait apte à abriter différentes langues, tout comme la langue elle-même y évolue à travers les époques ou comme n’importe quelle narration est susceptible de faire appel à des registres différents. Ayhan Geçgin ne fait pas parler leur langue maternelle aux personnages kurdes dont son personnage croise la route au cours de sa longue marche. Mais il ne prête pas non plus au personnage de Mahmut, qui arpente les rues de Kadıköy avec sa hotte de récupérateur de déchets, un style simplement imprégné d’oralité. Mahmut – qui de temps en temps s’adresse à d’autres personnes en kurde, mais ses paroles ne nous sont alors pas rapportées (car le narrateur, lui, ne comprend pas cette langue) – parle avec une syntaxe bancale et un accent très marqué. Sa kurdité apparaît donc d’abord au lecteur grâce, certes, à une apparence stéréotypée, mais également et surtout par un parler local bien spécifique où le k devient h et où les voyelles fermées ont tendance à s’ouvrir (la distinction entre le ince et le kalın de la terminologie phonétique du turc rend peut-être mieux compte de ce qui se passe ici), et elle est d’abord une étrangeté (un espace étranger), elle désigne un lieu autre9.

L’entre-deux-langues

15Cette démarche est à rapprocher de celle de Murat Özyaşar qui, lui, pousse la logique à l’œuvre dans ce turc bancal jusqu’à en faire une esthétique. Écrivain de Diyarbakır qui écrit Diyarbakır, il ne se contente pas d’introduire la langue kurde dans la littérature turque (on se référera notamment à la nouvelle Yumru) et ne limite pas l’utilisation de cette forme particulière de la langue au discours des personnages. Sa langue d’écrivain elle-même est marquée par cette cassure, cette claudication, cette « bâtardité » (Özyaşar 2016b) qui est une étrangeté (cette fois-ci une chose à la fois étrange et étrangère). Murat Özyaşar invente une langue littéraire qui soit à même de rendre compte de la schizophrénie linguistique vécue par les Kurdes de Turquie. Cette contradiction, cette confrontation vécue, ressentie violemment par chaque individu entre la langue, officielle, dominante, enseignée comme telle à l’école et la langue maternelle, parlée à la maison, dans le quartier, langue ancrée dans la géographie régionale, dont maints écrivains ont rendu compte, est finalement, d’après l’auteur, cause que ni l’une, ni l’autre ne sont sues correctement, la syntaxe de l’une influant sur celle de l’autre, les vocables passant de l’une à l’autre. L’écrivain qui veut rendre compte de cet état de fait ne peut donc pas se contenter de mimer, de représenter un accent en jouant sur l’orthographe : la restitution doit se faire au cœur même de son travail d’écriture, il doit inventer une langue littéraire dont la principale caractéristique soit la perméabilité de la langue officielle aux intrusions de la langue seconde. Un turc cassé, donc, ou, selon l’expression même de l’auteur, « bancal » mais qui, en tant que langue littéraire, par le travail de l’écrivain et par son hybridité même, s’enrichit de nouvelles virtualités.

16L’intrication des problématiques de langue et de territoire s’exprime aussi de manière on ne peut plus évidente dans le premier roman de Şener Özmen, Le Journal de Spinoza. Le fait que l’auteur soit également artiste plasticien n’est peut-être pas étranger au souci formel qui commande la structure narrative du roman. Écrit en kurde et publié par les éditions Lîs de Diyarbakır en 2008, Rojnivîska Spinoza a paru aux éditions Everest d’Istanbul en octobre 2014 dans la traduction turque d’Abdullah Koçal. Le texte traduit a ceci d’intéressant que ce qui reste non traduit saute immédiatement aux yeux et prend tout de suite une importance décuplée, d’autant plus que la question de la langue est centrale. Et pour le coup, traduction devient ici presque synonyme de transgression (conserver des mots kurdes implique de respecter leur orthographe et donc d’utiliser les lettres jadis interdites – qui, malgré la globale libéralisation sur l’usage de la langue, a encore valu récemment une amende au petit-fils de Musa Anter (Radikal 22/07/2014), dont le prénom contient l’une des lettres en question – à savoir le Q, le W et le X, dont l’alphabet turc est dépourvu). On peut considérer que ce mouvement de traduction d’œuvres kurdophones vers le turc, engagé ici par les éditions Everest avec Şener Özmen, mais aussi des écrivains de la diaspora comme Firat Cewerî, même s’il n’est pas totalement nouveau (on pensera à Mehmed Uzun) et qu’il n’en est qu’à ses débuts, est un processus qui marque une certaine maturité du roman kurde, qui se développe en Turquie depuis maintenant une vingtaine d’années grâce, surtout, aux éditions Avesta et Lîs et qui est susceptible de lui apporter, à terme, une reconnaissance en tant que littérature « du monde » qui donnerait, pour le coup, une autre dimension à l’existence du yokyer.

II. Mythographie du lieu

  • 10 “Mardin’i dillendirmek için çocukluğumdan beri çok sancı çektim”, (Mungan 1997 :9)

17Les écrivains et la ville. Certains écrivains et leur ville. Pessoa et Lisbonne. Auster et New York. Borgès et Buenos Aires. Modiano et Paris. Mungan et Mardin. « Depuis mon enfance, j’ai beaucoup souffert en essayant de mettre Mardin en mots »10, dit Murathan Mungan. Cette attraction de leur ville sur les écrivains est-elle le fait de la ville elle-même, de son charme (au sens fort) intrinsèque ou est-elle le signe d’une sensibilité particulière chez certains auteurs, qui ont noué avec le lieu où ils ont grandi et vécu une relation particulière qui, d’une certaine manière, intéresse leur vocation ? Dans le cas du Kurdistan turc, cette attraction s’explique sans doute ne serait-ce que par l’identité et la surcharge historique dont ces lieux sont porteurs, ainsi que par le potentiel conflictuel que leur confère leur position géographique elle-même.

Mardin

  • 11artık kulaklarımda hep o Süryanice çanlar çalacak/ve her çanın yankısında bir şafak...”, Ahmet ile (...)

18Mardin surgit de chaque recoin de l’œuvre de Mungan : de sa poésie, de son théâtre, de sa fiction. Parfois sans prévenir, par une image auditive et/ou visuelle (« désormais à mes oreilles ne cesseront de sonner ces cloches syriaques/ et dans l’écho de chacune une aurore… »11, une évocation, et parfois de manière très directe, dans un effort conscient et affiché de dire la ville. À cet égard, les deux livres autobiographiques de l’auteur, Paranın Cinleri et surtout Harita Metod Defteri, auquel il aura travaillé pendant plus de vingt ans, éclairent la façon dont l’écrivain conçoit le lien entre son identité propre et celle de sa ville.

  • 12 Mungan aura sans doute été la première personnalité turque, bien avant Gezi puis la ligne politique (...)

19En quoi ce « territoire » l’a-t-il marqué, en tant qu’individu et en tant qu’écrivain ? Par l’aspect multiculturel de la ville tout d’abord. La proximité des villages yézidis et l’image d’exclusion qui en ressort à ses yeux d’enfant l’amène très vite à l’intuition d’une communauté de destin partagée par toutes les minorités. Le « cercle sacré » des yézidis lui fournit très tôt dans sa carrière l’inspiration d’un texte de chanson, Çember [le cercle], et surtout de sa première pièce de théâtre, Mahmud et Yezida, dont l’histoire d’amour impossible, ici entre un musulman et une yézidie, est aussi, de son propre aveu, une transposition de son premier amour – pour un garçon de Mardin, relation contrariée par leurs familles respectives12.

  • 13Namus davası, kan davası, toprak davası, kız kaçırma, kan bedeli, intikam yemini gibi insanların u (...)
  • 14 Vahşi bir doğanın içinde gelişen yalnızlık ve acımasızlık duygusunu çocuk yaşta kavradım ?” (Ibid.(...)
  • 15 toprak melankolisi” (Mungan 2015b : 302).

20Viennent ensuite les voyages en voiture au gré des déplacements de son père avocat dans les bourgades et villages environnants. « Je me retrouvais face à face avec crimes d’honneur, crimes de sang, affaires de droit de propriété, enlèvements de jeunes filles, vendettas familiales et serments de vengeance, notions pour lesquelles les hommes pouvaient mettre leur vie en jeu, commettre ou commanditer des meurtres. »13 Ce territoire marqué par le töre [code de l’honneur] lui inspirera la trame de sa pièce Taziye et cette phrase dans Paranın Cinleri : « J’ai fait mien dès mon enfance ce sentiment de solitude et de cruauté qui se développe au sein d’une nature sauvage. »14, phrase qui, vingt ans plus tard, trouvera dans Harita Metod Defteri une formulation affinée sous la forme d’une « mélancolie de la terre »15.

  • 16 Hrant Dink Anma Konuşması” (Mungan 2015a : 135-141).

21Plusieurs chapitres de Harita Metod Defteri sont consacrés au substrat arménien de la ville. Paranın Cinleri était plus discret sur le sujet, mais près de vingt ans ont passé et entretemps Orhan Pamuk a parlé et Hrant Dink a été assassiné. Depuis, dans la société civile, la parole sur ce qui s’est passé en 1915 a eu tendance à se libérer. Le 19 janvier 2015, Mungan fait un discours devant la foule venue commémorer la mort du journaliste16. Les textes de Harita Metod Defteri qui ont trait à la question arménienne ont été écrits à la même époque. Il y évoque le rôle des Arméniens dans l’architecture locale et notamment celui de Lolo Serkis Efendi (Mungan, 2015b : 237), artisan du konak de « Hac’Kermo Faris Çelebi », arrière-grand-père de Murathan. (Ce konak, aujourd’hui connu sous le nom de Mungan Evi, apparaît dès la nouvelle Suret Masalı, publiée en 1994 mais écrite entre 1980 et 1982, un texte très riche au point de vue du rapport fiction/autobiographie.) Dans les méandres de la généalogie paternelle, dans lesquels on évitera de se perdre ici, on apprend que Siğde, deuxième femme de Hacı Abdülgani, père de Hacı Faris et donc arrière-arrière-grand-père de Mungan, était une yézidie, et que Hacı Faris, quant à lui, a recueilli et sauvé de la mort des enfants arméniens et yézidis en 1915 (Cf Ternon 2007 pour sa riche étude sur Mardin pendant le génocide).

22Plus loin dans le même chapitre, Mungan se souvient du soir où la mère de Polin et Yvon, ses camarades syriaques déjà évoquées dans Paranın Cinleri, avoue que cette plaine de Kızıltepe, sur laquelle ils sont en train de regarder le soleil se coucher, lui apparaît couleur sang et lui rappelle les fosses communes où ses parents, ses frères, ses sœurs, ses oncles ont été enfouis. En 1915, enfant, elle fut en effet sauvée et adoptée par une famille syriaque. Kızıltepe s’appelait alors Tel Armen, la colline arménienne, et comptait six mille deux cents âmes. Elle s’est ensuite appelée Koçhisar avant de prendre son nom actuel en 1931. Dans les pages qui suivent, Mungan raconte la façon dont l’héritage arménien de la région a été spolié et l’histoire de la ville réinventée alors que les événements, eux, sombraient dans le déni.

  • 17 On se référera aussi à la nouvelle de Neslihan Önderoğlu, Ammo’ya bir Tabut, parue dans l’anthologi (...)

23Un déni que la turcisation des toponymes met en lumière, une turcisation souvent arbitraire, basée sur un rapprochement phonétique ou des particularités géographiques (Tapia 2005 : 6). D’une manière comparable à celle dont Şener Özmen utilise, comme nous le verrons plus loin, les noms kurdes des lieux dont il parle17, Mungan a généralement à cœur de restituer le nom d’origine des lieux qu’il évoque, notamment ceux qui sont liés à sa généalogie. À commencer par le nom de Mardin, sur lequel il glose dans Paranın Cinleri (Cavaillès 2014 : 16). Ici, c’est le nom de Gercüş qui retient son attention, village aujourd’hui rattaché à la province de Batman et auquel la branche de sa grand-mère paternelle est liée. Il présente le nom Gercüş comme venant, non de l’arabe local covz’ qui signifie noix (ceviz en turc, la forme arabe correcte étant al-jûz), mais du syriaque Kefr Gevşen, dont il ne donne pas la signification (Mungan 2015b : 239). Étymologie confirmée par Nişanyan (2010 : 58), selon qui le syriaque gaws (refuge) prendrait en arabe la forme cawş, cevşen et cawşan ayant la même origine syriaque, le nom Gercüş ayant quant à lui été introduit en 1928. Ce souci de restituer l’étymologie turcisée des toponymes est évidemment métonymiquement – symptomatiquement ? – lié à une tendance générale chez Mungan à vouloir rectifier les vérités historiques enfouies sous les arrangements de l’histoire officielle.

  • 18 On nous pardonnera la laideur de ce néologisme qui vise simplement à souligner l’hypocrisie d’une d (...)

24Le Mardin de Mungan, au-delà de sa dimension – primordiale – d’objet littéraire pour l’écrivain, est aussi un territoire pris, coincé, entre sa propre vérité historique et une histoire contrefaite, bâtie sur le déni, incarnée ces dernières années, avant de redevenir récemment théâtre de guerre, dans le label unescogénique18 de ville qui se veut, malgré le poids de son histoire et l’actualité elle-même, qui nient ce caractère, multiculturelle.

Diyarbakır

  • 19 Nom kurde de Diyarbakır.

25Le Diyarbakır de Murat Özyaşar n’a peut-être pas encore la profondeur mythographique du Mardin de Mungan mais cette ville n’en transparaît pas moins à chaque ligne de ses nouvelles. Y a-t-il chez Özyaşar un souci conscient, un projet déclaré d’écrire la ville ? Quoi qu’il en soit, plus ou moins mise en avant, elle tient lieu de cadre à l’ensemble de ses écrits. La boutique du barbier de Ayna Çarpması [Le Coup du miroir] se trouve sans aucun doute possible à Amed19. L’« ce caractère, mulq cadre àt5

Kızıltepe,aef soCadympime particu" hrem"> languef">ÇarpmasK la lang="t[erestm"> lang="]ans la otnotes en s#ftTakhrensera à à ugakurdcrtong de s» avec ">Önderoğlutilis la "#frcents nfne true kurepée, mai">Kadu la mtymol Mehmens syriu sermentsvec /a>ıKriz : «sas étranger indubitner us. La/em>.li> voquerşn xml:langnset écrpoint deu Mardin de> qui uue marcheÇa>.

ration estmaibes fo,ique. Écrivain de .

maints ffstmaon ssi rtespan> gie cde mots ke dansc a repan xml-fils dediv> ment – iéefe sonres ent ديار بكر ârspan>> d, c’esn xml:l(ws (rfuge) pr95)t, eUue marcheıernier titre est le nom d’un ltıotuzbe. Ce souciu miroir
  • 18 On nous pardonnera la laideur de ce néolo2umdan beri böyl"#ftentiirktimDP, crpfkektimDP, .5a :span> a parlctvements
2

18Mardin surgit de chaque recoin de l’œuvr2an xml:lDt loin dns lor souvent ade la gs>Mmme tion de son exi-fils de>invente une langue littéraire qui soit à même de , et tes u de Mcient horavec ">ive et/ou visuelrcüş14, phrase qui, vingt ans plus2attraction de2ato2umdtoi([Keçiyolu]hose )e lnsacron officirgégeur vocfet sadans devi/autob-même, t don/spanque. Érapan>a réinve l’e deuxième le aengea.

sont als-ci une chose5b) qui, t dondans n>) ang="jî!/Yune !ang="t[Viv"#ftn1!], ang="ve e!/Kacrolsun!ang="t[Àiculn1!], angsdhilque/isy [nseum>Kefnve], angaskhref="# [solqut], angbilqimulatio [anieu d], angajitnsyon>şen, publiée en 1994 mais écrite entre ograniignification (Ml:lang="tr" lang="tr">cawşan<[ş’ya birş maş/devs lme pa [r quellu en]#fteEt). iyiograng="]a).

e territo et le on entd crs kurlacee qui, etod De:lang="s, « bal’de liss"textandnotb-mpest entsve, cie ıernier titre est le nom d’unKe lspan Coup du miroir] ıernier titre est le nom d’unTtésal.s Coup du miroir’Gercgatit dety» :e Recepe ameaveugtérer.nrimes de de le aes.

nt liesson, la m annie en jcir eé immaténe de sesdéreyézidis luraversh cloches ,n xmlgue,yna ntan>inve,’image dyntaxde aradesn s#ftla otnoterGercdıköy
avn, sur>Keheang="tt gaber leure sujfenricsaonnage ootnotles. istenceleRojnivîska Spinoza a paru, était fondeur myt2008, Rojnivîska Spinoza< d’écrirercüşa par">ı anlipmeçhul <, phrase qui, vingt ans plus2de manière t2 21mdtoi(te une langue littéraire qui soit à même de com6a class="texte">22Plass="sidenotes"Ihiqml:lang="trdan,nnexe/nfant/5375/nfg-2-sm, v580.jpg" ass="sidenotes"IhiqAc’ml:laa c="nofollow"="sidenoihiqZoom"ang="trdan,nnexe/nfant/5375/nfg-2-sm, v580.jpg">Aune cermdtoi:laa c="nofollow"="sidenoihiqOrig"ang="trdan,nnexe/nfant/5375/nfg-2.jpg">Ong="tfta(jpeg, 88k 22
P>Mardin surglegndee su langiiqmlndeur mythographn, SuturKoçal. Le 5lass="texte">Mardin surgcres ne su langiiqmlndeur mythograprs leer rapideş22Plus loin dans le même chapitre, Mungan se slihan (...e nonla vate/em>[l/em> a paruşdang="taman Esouciu mir, tn entd h cftiir dont ceüşdans les méandre="bodont en avactvolue-sepet Hr. Snt lie>yokynclaque. dint aux yeuxne de sesîcheuftiiesseatrivaig=">. Et e nt liete, osest ense l’act dont turc, cette trivaiğde,mande la structes droitn>) ess="texte">Maass="sidenotes">
  • 18 On nous pardonnera l" lang="tr">“Ln uzodoyıl..Le /ul> 2

    18M>Mardin surgcitngiiqmlVanguen’est pas le turc que l’on parle à Ma="paranumber">22Pl/bgankqu qus="texte">

  • 18 On nous pardonnera la laideur de ce néolo2sı, kan V dans sabgsentain ctype Renault 12,s impliquÀunet serments dure sama gs>n xml:lucid Cin

    15 18Mardin surgit de chaque recoin de l’œuvr2isme quiCne étranstnenoué n à Mmme tntrlr usideenvoi) Dans la lang slogaoix (AKPe en jeu,velopislditie damel écent uh1pan>ceup>normeal. Le 5raire,

    u moinre pamêmeHDPe en jresacune maisonAKPegéogjournitratielle nt lieavla mg="tkurde 7 ju"footson, ltotnotecallgnset urer 20ructes Mhisaratinleri /liiif e. Et pqu ipsuasf ) camaradd="tr" géoenapaternSt co Davutode Hacı Abdülgani, pèr="tr">’nt de rere» :esaire, eyaze10, dit Murathan Mungan. Cette2 töreAl]hos/10Démoc). P» uci conscient, un projet déclaré d’écrirem>îctranstnenoué n à Mtrde depuis le débuturner eenvoi)x qu’tdhislangmdonnée . À ce endu compte,e « bâsurtoutrivain="bodopan ans la l13" hole cnt le du son, archuégion depan>ais à mestecallès vdur, surtoutrivain ctvolueit l>10, dit Murathan Mungan. Cette2tard, trouver2ass2s 8">(.st8">(..s et yin css="texte"eivain et" lang="tr">ıKriz : «© et la,is-àmiseest pen xml: et elle est d. Àittérun accecoup, une audoncsau? Qtrurcision e jusql:lang="hislangmdonnée lité dde sesDiyarbaArkem> lass="paranumber">15Cette démarche est à rapprocher de celle 2ng="tr">Arkem> >
  • s les m crant lans èt rirntenac>(..h longuee sumandepia 2005 débutie svire c ses çe 27/esn s dépo 1915 aşeriDn spécifique où m> deviephiéds oues et villagesles édifon tr le nom de régiardiğde,cisarée dans les1990xtandnotpa crimesri rMl:lang="tr" lang="tr">cawşanKad>rivde ch et Yezi i- lote,mande. aînnspireracom eue -même, de s="texstoan parubavecitione Mikasa>eriDiyarba
      ] ıernier titre est le nom d’unt d’Istanbul en oct et 1982, , Le Journal de Spinoza. Le fait que l’aucem>lo dont dnsns la sorivaihable dIu Qtrurciés gt flagagesiscours dde Parai presquee tr ales édiem>Mmme té enfhng=e,introduc eux, sombraes dli>fait declass=rses s="texproximilude mahiée r quaus="footnotecal la prpa="bdt queossi ss="footnoteem>Ayna o s de sa sforme/span>udesue langue lbspan>.lles fet ln fair Uzun) ejaspécoir ossi en n’énéaj">K droitnotecalldeutique duété s#ftlas se contm iTqui dobnotioù la mèedes ronsunsa s#ftyoée, maions Everesudoncsarla m auellftn13" là sa l’eque. . Are l
      Le Journal de Spinoza. spanan Esoucicem>lodt queon) eang="t parti de traselle, pang=ZEXon et âtre dralftn1o snr. Sutlitdt que moang=", oqueinv dla -mpesa>Le Journal de SpinozaBagdad <4 : 16). Ici, c’est le nom de acıcan u compte,graphximditions oute ne seern. Le fait queon
        ass="sidenotes"IhiqAc’ml:laa c="nofollow"="sidenoihiqZoom"ang="trdan,nnexe/nfant/5375/nfg-3-sm, v580.jpg">Aune cermdtoi:laa c="nofollow"="sidenoihiqOrig"ang="trdan,nnexe/nfant/5375/nfg-3.jpg">Ong="tfta(jpeg, 56k 22P>Mardin surglegndee su langiiqmlès tôKlemexn10", te-mêmerş, . Le fait queEverest d’Istanbul en octobrlass="texte">22Plus loin dans le même chapitre, Mungan se3eri Le Journal de SpinozaLri (.iiimologac’ée rir kurde te, os s la lang cde mots ,tnoteemgagsdébut rengea.st passguie slft,dn esptecalln m sfon,/li> knt lieuaissage donm qui luxne ruel d’Lur>Keruelsouvent arbitraire,en nss="ineque siv> /h 1915rotop"tr" lanpay> en 2008, Rojnivîska Spinoza<. Le fait que l’auc J’ai h 1915rotop"atervoi quet littéruu barbie, pln="on e claue apla lang urs, aiié par l une langue loe sagson tr cpay> elle-mêmse dacrantshistoriqrstlanaentr ,n xms de deen lihoravec ">can e Mtrde l:lanai pre ques ouestératng="h journalx yeux droitan xml:lanérats="texss="fo-

        tôKute ne sn à Mtrartisanu l:lanasau? e vilnttocfrom1n3" id="tocto1n3">II. Mythographie du lieu 4 4 < QtEt e moenoué snu hora-otes">
          Diyarba
            l en s qui luxtisan dpay> famiômonnAéni.

            snr fcho i1915,alotn ntsvsuri> s les m est desur ce,r cpay> as et Yhref="#ftn1e n/li>lose sae la q, saertier, s’ea .o snr<. Sm de erlersction/amps,tre ou comm,eest pen xas étranger tspas ous forlcipunes o auitedrdic savma. L tôTurcu sunsa href="tn10"tocfrom1n3" id="tocto1n3"tte démarche est à rapprocher de celle 3sı, kanEchaqu Le 5rasesiraduvaages ycoup, une auTan2008, Rojnivîska Spinozag="t[eres2008, Rojnivîska Spinoza<. Lhir ?Sınspalarct et 1982, ]Uftntner lrnsioatn13tu31. DeresU s# bâtère raroufcho i1915,adpetit-fils ’Ab[spani>es dSınspaların Çrtin BirSeyahatang="]ae réiii a repndi et ve Mardin, est pas le turc que l’on parle à Ln et h u moinrarchg="tr"de la gs>Mmme ts ron-fils mang="tr" latrde ment
            • 17 On se référera aussi à la nouvelle de Nt-être pri T"tr"de Hacı Abdülgani, pèr hrefn,/kökn>(Cvilne sulCviln koptuanın(Mungan"#fttürlü sahdcanolamıye du yazdpan..<ım ?bu <
            • 15 18Mardin surgit de chaque recoin de l’œuvr3an xml:lh lo dont dnsnranın Corivaihabl="tr"dîs Kad>ifique où mtexte duxmlamho de ch (.,psont conss et ysouestauesGercsyriaeses co">Kad>ifl laittér>o s de sa /em>), ma dépoque d sa xpatet nt tbiogrape «e rt a clasv"#ftn18">(an-fils mang="tr" ’excleur un race sion t l pme suxml:langa généaloe sa ptlête parlftn13" le, masoues tôt dt granef="#f sa de evu"tn10"="tstng= uéu kurde dans les1990’exctextciscours dct l pme sulée rocu la dre à villélagn sn>) cncesffait dctionpe au sein pensmCinl droi(an-fils mang="tr" ut, q s1993e19 ja uiq nbâsu sur>upa prpa="bn particspan>. Dng="torpincipn moins miare à vill/em>), lose pan x avac2003,="#ftn1mel erel de la vfet ldue, main, lmm est pns prél:langartanang="tr">Selim TemoGercainlui dansn>or nKt e miqueAy, Paras mise en auesuxml:lang,call" il), e ees commuérataejaspécog="tr" limuiver leud quet-heamel . »a,adpetit-fils le nom de t s>(iste"eivain era à nt lieaet vesaires fi=e su ’l saon des> et < nt li ueon) . <, phrase qui, vingt ans plus2v> 25ss25">1522Plus loin dans le même chapitre, Mungan se35ri Le Journal de Spinozaa diaspora comme Firat).

              pan ,asyri cett dépopr lern àvépo="borgig="tr"fcho i1915,adpetitsombra droi(anns prél( généaloe sa ptl/em>), )rt conscs, aila q, n partcom eb. Ong="t paradpeHezexi(te une langue littéraire qui tediln xml:l)rtvais facraforme Le Journal de Spinoza
              . spanan, < cip Le nset llq, néni.

              aetecallen nlant lt passréinve,in, est pas le turc que l’on parle à g="t[Le Puan d6). K, surtoutin dnscip n Cdrepina façon donttandnotpadans les1980ngrand-ee ui donc -fils ila perméabrirntenakurdesspan>. rcyna syru el se cote pv dt prpau l:lanre comparable à celle dont
            • 17 On se référera aussi à la nouvelle de Ntan xml:laDi a 26ss="num">15 , publiée en 1994 mais écrite entre KMunnuct et 1982, ,pan> utilise, comme nous le verrons Yılmaz Güneyna coselle,lle-c sario Esouci. V dr érit(Yü /ul> 2

              2

              24Le Mardin de Mungan, au-delà de sa dimensi36ri Le Journal de Spinozats, et Said Ayd>Lnn xml:lrcl>K, e locale d sat don" id="n>) angsînor : « Jnleriîxub : ’exclhximué snu n contrar partic>), ebliée en 1994 mais écrite entre sınspact et 1982, ,parabede mots karades sygs e angsynoron>şen<<4 : 16). Ici, c’est le nom de Le Journal de Spinozacolline arm de une lann .)lui apparspanakeneame pa,fot nt lis ne sion n sspanakeneame palui apparspankirveme pa,f nt lis ne sion n sspankirveme palui apparspanh>, publiée en 1994 mais écrite entre 19sımct et 1982, ,p 6). la mpmise en c sspank>, publiée en 1994 mais écrite entre omşuct et 1982, <, phrase qui, vingt ans plus2:lang="tr" la26ss26mdtoi(Ayd>Ln Le 5n>)7), sCpar lepetitfcho i1915 a saré t ,aisten an euue méti resRojçom>Mmmrelles riarrgr etée alorcande les cipuerlernsronsuar istorique ssh cloches ée rsUfhou des par lepetitruel dhique d’s ous n mt et(., sux/em>Mehmegepon t innclassblut génpiden dlangkaçak u , phrase qui, vingt ans plus2cœur de rest2 2 le n: 6dre à pg a par don,etitrue/ ne s d parKobe e les fet ln fairnince ng=ec Sutuç <, phrase qui, vingt ans plus2 le poids de2 28le nomune e su laereyé Mhisart penpesiessgan maivsa cexpr"footitsou pmolu motydg="ti, c’esna="bodoneétéicu" hrsfonÀt une ces sdonc sbanc a yod fi="ttocentsvtitruel dhs riarrgrna="bodoion de son exischeu"ti, c’esn Muatet coe. Qtitue#ftTîxubrcüş qui ="bodohaseauUfhhaseau doncsauttnotecase cotfcho i1915m>Mmme tLe Journal de Spinozacolline arm exiNusaybu n xml:l.eEt)arabe correctsoudaensa yot èt > s les es dli>gue mrdlle-/pean dcotfcho i1915m>es dux droita mrdittér mrtrlacÉcratsvtitruel dhs riarrgrn nt lueosc n parfor nv class="textandnotes">

    • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
    • Logo ERIH PLUS | NSD
    • OpenEdition Journals