Dolaş – Site içeriği

Le Topkapı Kültür Parkı : fabriquer un parc public à Istanbul

The Topkapı Kültür Parkı: The Making of a Public Park in Istanbul
Helin Karaman

Özetler

Cet article analyse la création d’un parc public à Istanbul, le Topkapı Kültür Parkı, dans l’arrondissement de Zeytinburnu. Ce travail s’appuie à la fois sur des observations directes dans le parc et sur des entretiens menés auprès de reponsables municipaux et de gardiens. Il s’agit de montrer les enjeux de la fabrication de ce territoire : confiscation spatiale, redéfinition de l’urbanité et promotion de valeurs prônées par l’AKP. Dans un premier temps, en étudiant l’histoire du lieu avant qu’il devienne un parc et sa transformation urbaine, cet article s’interroge sur le processus d’effacement de l’ancienne mémoire et des anciens usages de ce territoire, qui permet d’évincer les indésirables. Ensuite, l’analyse de l’aménagement du parc dans les années 2000, qui correspond au modèle de parc mis en œuvre à Istanbul depuis les années 1990, pose la question de la standardisation urbaine. Enfin, il s’agit de réfléchir aux relations entre formes, usages et régulation des espaces publics urbains et à la fabrique des normes de comportements.

Sayfa başı

Tam metin

L’auteure tient à remercier Claire Visier et Clémence Scalbert-Yücel pour leurs conseils

  • 1 Selon Benoît Montabone, si la mobilisation autour du parc Gezi a bien pour point de départ un confl (...)
  • 2 Adalet ve Kalkınma Partisi (Parti pour la Justice et le Développement), dit aussi ak partisi, litté (...)
  • 3 L’İBB administre les quinze millions d’habitants (environ) de la métropole, répartis sur cinq mille (...)
  • 4 On peut considérer que l’islam politique est à la tête de la municipalité métropolitaine depuis mar (...)
  • 5 À titre d ‘exemple, en 2004, le budget consacré au service des parcs et jardins de l’IBB représenta (...)

1Au cours du mois de juin 2013, la mobilisation autour du parc Gezi1 met en lumière dans les médias, d’abord étrangers, puis nationaux, l’autoritarisme dont fait preuve l’AKP2 en termes de politique urbaine et son dédain pour le respect de l’environnement. Or ce même parti, à la tête de la municipalité métropolitaine d’Istanbul [İstanbul Büyükşehir Belediyesi, ci-après İBB]3 depuis 20044, consacre des sommes très importantes5 à la création et l’entretien des parcs, jardins publics et espaces verts. Ces deux informations pourraient sembler contradictoires au premier abord. Néanmoins, destruction des arbres du parc Gezi et aménagement de nouveaux parcs et espaces verts sur l’ensemble du territoire métropolitain représentent les deux facettes d’une même politique municipale qui instrumentalise à sa guise la question des espaces verts, généralement sans se soucier de la protection de la nature, ce que Jean-François Pérouse résume comme « une prétention à vouloir produire de l’environnement, souvent contre la nature » (2014 : 49). Ainsi le Premier ministre de l’époque justifiait-il le projet de démolir le parc Gezi par la plantation de nouveaux arbres ailleurs dans la métropole. L’environnement est une marchandise comme une autre et doter Istanbul d’habits verts est avant tout une question d’image et de communication :

Les très nombreux parcs que la mairie métropolitaine et que les mairies d’arrondissement se targuent d’avoir créés ces dernières années (la communication municipale préélectorale consiste généralement à décliner le nombre de m2 de nouveaux parcs ou de parcs réaménagés) sont le plus souvent davantage des îlots de béton, ciment, granit... et plastique quand il s’agit de la variante « Parc d’enfants », la plus répandue. (Pérouse 2014 : 53).

  • 6 Doctorat de sociologie débuté à l’EHESS (Paris) en janvier 2014 sous la direction de Nilüfer Göle.
  • 7 Trois séances d’observation par semaine en 2012 : l’une entre 11h et 13h, l’autre de 15h à 17h et e (...)
  • 8 Les personnes interrogées sont les suivantes : le responsable du parc au sein de l’İBB ; une paysag (...)

2Il s’agit de se pencher ici sur les conditions de production et de réception de l’un de ces nouveaux parcs publics stambouliotes, le Topkapı Kültür Parkı, étude débutée en 2012 (Gloor et Karaman 2012), prolongée actuellement dans le cadre dune thèse de doctorat6. Cette étude s’appuie essentiellement sur des observations (menées régulièrement dans le parc entre mai et juillet 2012, puis à nouveau depuis juillet 2015)7 et sur des entretiens, conduits en 2012, auprès de différents responsables municipaux, de gardiens et d’autres figures du parc8. Cet article se propose de réfléchir aux relations entre formes, usages et régulations au sein de cet espace public.

  • 9 Ainsi, la somme mensuelle consacrée au Topkapı Kültür Parkı par la municipalité, en 2012, s’élevait (...)

3Le Topkapı Kültür Parkı est un espace public récemment transformé en parc et doté d’équipements culturels tels que le musée de la Conquête et les Maisons des cultures turcophones, dont le rayonnement dépasse largement l’échelle du quartier. Étudier ce parc est révélateur à plusieurs titres : il est aménagé selon les mêmes standards que les autres parcs stambouliotes récents et il est le premier parc récent de cette envergure à être situé à proximité des espaces centraux (en l’occurrence, dans le prolongement de la péninsule historique, le quartier le plus touristique d’Istanbul), tout en étant très peu fréquenté. Les patients efforts déployés par la municipalité9 pour des résultats, en termes de fréquentation, si peu convaincants, méritent d’être interrogés.

4Différentes logiques, stratégies, dynamiques et influences sont entrées en jeu lors de la transformation de cet espace. La municipalité invoque des raisons techniques (congestion routière pour le déplacement de la gare routière [otogar] ; créer un parc pour ne pas cacher les murailles), ces justifications sont étroitement liées aux questions de modernisation d’Istanbul et de valorisation touristique. La mise en tourisme intervient à plusieurs échelles et auprès de différents types de public (visiteurs des murailles, du musée de la Conquête ou bien des Maisons des cultures turcophones). Mais cet outil des politiques culturelles peut aussi être vu comme un moyen de redynamiser le lieu, ou encore de le doter d’une charge symbolique forte, avec l’influence du néo-ottomanisme (dont nous examinerons la signification plus loin). La multiplication des parcs à Istanbul peut également être envisagée comme le témoignage des valeurs islamistes et hygiénistes véhiculées par l’AKP, et son corollaire : la volonté de contrôler usages et usagers. Cependant, la rhétorique paysagère n’est-elle pas présente dans n’importe quel projet urbain de n’importe quel pays occidental ? Les pouvoirs municipaux d’Istanbul agiraient alors dans l’unique but d’améliorer l’image de la métropole, par marketing urbain, dans le contexte de néolibéralisme mondialisé. Pourtant, la création d’espaces verts répond aussi aux besoins des habitants (notion d’hizmet) et est, de plus, présentée comme une solution en cas de tremblement de terre. De surcroît, installer un parc dans ce lieu longtemps réprouvé, outre en reprendre le contrôle, n’est-ce pas avant tout une manière de se le réapproprier et d’en effacer la mémoire récente ? Ou ne s’agit-il pas seulement, pour les autorités, de combler les vides ? De ne laisser aucun espace de la métropole hors d’un aménagement normé ?

5Toutefois, cet assemblage d’objectifs multiples et pluriels aboutit à la production d’un territoitre requalifié et standardisé, sur lequel pratiques et usages sont normalisés. La volonté des pouvoirs publics n’est pas simplement de créer un parc. L’enjeu est profondément politique : il s’agit d’effacer les anciens usages de cet espace public en les substituant par d’autres, jugés plus conformes et acceptables. Ce processus d’effacement et de transformation peut s’opérer grâce à la sélection d’un passé (l’ottoman) au détriment d’autres, ce qui entraîne la promotion de valeurs (notamment une certaine vision de l’aménagement urbain et de la modernité) et de référents identitaires associés.

6Nous étudierons dans un premier temps la requalification de cet espace par les autorités municipales, puis nous analyserons les standards auxquels répond le projet de transformation urbaine, pour finalement envisager comment cette reconquête spatiale passe par la régulation des comportements qui y ont lieu.

Figure 1

Figure 1Filegde 1ı est un espace public récemment transformé en parc et dot(ns la hones, dont le rayonnemen "Le Topkaref="#ftn7">lass="texte">41 Selon Benoît Montabone, si la mobilisation autour 0ang="tr"Ilic en les subsernidou3Le Topkapı K7un premier temps la requalification dCepan>cedyftpp’imaue="se comuiParkı, danı par la municipalité, en 2012, s’élevait Kütres publiès ouse 413r usages Empereuoubyze p TmpoodgulII met en l0"n class="num0 0an="tr" lang="tr">article se propose dte dans n plus conformes ettourisa trés culturm placejet dpef=", dans=Ilir jaronfoerniogarxtIcKj omotion de valeurs pr nts qui y ul deptn2" ses publ pas s de u. Lssi tandarpismuristiqueubsesdiv> ales, puis nous anala hrefiv class="textandnotes">
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals