Navigation – Plan du site
Accélérations

Faut-il croire à l’accélération historique ? Entretien avec François Hartog

Par Catherine Coquio
François Hartog et Catherine Coquio
p. 49-57

Résumés

François Hartog répond aux questions de Catherine Coquio sur l’actualité du concept d’accélération au regard du legs de Reinhart Koselleck et de l’actualité politique, puis sur le sens que prend sous cet angle son usage des images et des textes littéraires. La discussion porte successivement sur le rôle qu’a joué la notion d’« accélération historique » dans l’élaboration du concept de « régime d’historicité » ; le lien chez Koselleck avec la sécularisation de l’eschatologie, la postérité de sa pensée à l’époque du « présentisme » ; l’usage sociologique qu’en fait Hartmut Rosa ; les événements ou processus qui font parler d’accélération de l’histoire (révolutions arabes, attentats, anthropocène) ou l’appeler de ses vœux (Manifeste accélérationniste) ; la fonction des images dans ses livres (allégorie critique, deuil) ; les rythmes respectifs de l’historien et de l’écrivain.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

François Hartog est l’inventeur des concepts aujourd’hui familiers de « régime d’historicité » et de « présentisme ». Il a renouvelé l’épistémologie de l’histoire en réfléchissant sur l’évolution au long cours de nos rapports au passé, des historiens de la Grèce antique à ceux des xixe et xxe siècles, observant leurs déclinaisons en histoire et en littérature. Il se penche sur l’iconographie de la catastrophe, comme le montrent le cycle sur l’Apocalypse qu’il a conçu au Louvre en 2012, et l’entretien « Images et catastrophe » qui tourne autour de « l’instant décisif ». Il est un héritier revendiqué de Reinhart Koselleck, l’un des premiers à s’être posé la question d’une « accélération historique » en relation avec l’attente apocalyptique. L’accélération historique serait-elle une sécularisation d’attentes messianiques ?

De votre livre de 2005, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, à Croire en l’histoire (2013), vous êtes passé de l’« évidence » à la « croyance » pour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Hartog et Catherine Coquio, « Faut-il croire à l’accélération historique ? Entretien avec François Hartog », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 49-57.

Référence électronique

François Hartog et Catherine Coquio, « Faut-il croire à l’accélération historique ? Entretien avec François Hartog », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/elh/1054 ; DOI : 10.4000/elh.1054

Haut de page

Auteurs

François Hartog

François Hartog est directeur d’études à l’EHESS, chaire d’historiographie ancienne et moderne. Après Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps (édition revue et augmentée, 2012), il a publié Croire en l’histoire (2013), essai sur le concept moderne d’histoire, La Chambre de veille (2013), retour sur son parcours intellectuel, et Partir pour la Grèce (2015), qui s’interroge sur le rapport à la Grèce ancienne hier et aujourd’hui.

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de littérature comparée à Paris Diderot, membre du CERILAC, où elle codirige avec Claude Millet l’axe « Penser et écrire avec l’histoire », anime le séminaire transdisciplinaire « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du “monde” ? » Auteur de : Rwanda, le réel et les récits (Belin, 2004) ; L’Art contre l’art. Baudelaire, le “joujou” moderne et la “décadence” (Vallongues, 2006) ; L’Enfant et le Génocide (dir., avec A. Kalisky, R. Laffont, coll. « Bouquins », 2007) ; La Littérature en suspens. Écritures de la Shoah (L’Arachnéen, 2015) ; Le Mal de vérité ou l’Utopie de la mémoire (A. Colin, 2015). Parmi les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (18691907). Une anthropologie politique et poétique (Maisonneuve et Larose, 1995) ; Parler des camps, penser les génocides (A. Michel, 1999), L’Histoire trouée. Négation et témoignage (L’Atalante, 2003) ; Retours du colonial ? (L’Atalante, 2008), La Question animale. Entre science, littérature et philosophie (avec J.-P. Engélibert, L. Campos et G. Chapouthier, PUR, 2012) ; Roms, Tsiganes, nomades, un malentendu européen (avec J.-L. Poueyto, Karthala, 2014), Littérature et histoire en débats (Fabula.org, 2014). A créé aux éditions Classiques Garnier et dirige avec Lucie Campos et Emmanuel Bouju la collection « Littérature, histoire, politique ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals