Navigation – Plan du site
Accélérations

Accélérer la machine

La voiture de course au cinéma
Hanine Hannouche
p. 137-144

Résumés

Comment les films contemporains qui mettent en scène les voitures de course sont-ils liés aux théories contemporaines sur l’accélération ? Plus encore, comment la représentation de l’accélération, symbolisée par la vélocité de la machine, est-elle perçue par le spectateur ? L’analyse comparative de Speed et The Fast and the Furious, d’une part, de Vanishing Point et Need for Speed, d’autre part, propose une réponse qui non seulement fait référence aux antagonismes sociaux en jeu dans ce cinéma, mais révèle des changements dans des concepts souvent associés à l’accélération, tels que la liberté et le chaos.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Pas un seul pas en arrière
Arrête maintenant

Aperçu du texte

Processus industriel d’une part, médium artistique d’autre part, le cinéma est « crucial pour la conceptualisation du temps et sa représentabilité dans la modernité ». De ce point de vue, les films sont des produits modernes qui non seulement représentent les changements dans une société et l’accélération de son temps, mais construisent aussi activement le discours autour de son expérience. D’un côté, l’« accélération » est aujourd’hui une « hérésie marxiste », postulant qu’un engagement redoublé dans les processus technologiques du capitalisme mènera à sa dissolution ; d’un autre côté, le mot est utilisé pour désigner l’exacerbation et la reproduction infinie des conditions du marché mondial capitaliste qu’entraîne la sur-demande de biens de consommation.

Mais l’accélération relève également du domaine culturel et esthétique, et ce depuis longtemps au cinéma. Le montage rapide du Cuirassé Potemkine (1925) de Sergueï Eisenstein et de L’Homme à la caméra (1929) de Dziga Vertov, qui dé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hanine Hannouche, « Accélérer la machine », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 137-144.

Référence électronique

Hanine Hannouche, « Accélérer la machine », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/elh/1078 ; DOI : 10.4000/elh.1078

Haut de page

Auteur

Hanine Hannouche

Hanine Hannouche est chercheuse en histoire de l’art à l’IMT (Institutions, Markets, Technologies) Institute for Advanced Studies (Lucques) et fondatrice du blog <https://kinoimages.wordpress.com/>. Titulaire d’un master international en histoire de l’art et muséologie de l’école du Louvre et de l’université de Heidelberg, après un master à l’université Saint-Esprit de Kaslik (Liban), elle prépare à l’IMT de Lucques un doctorat sur Sergueï Eisenstein et sa théorie du cinématisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals