Navigation – Plan du site
La petite histoire

La nouvelle et la « petite histoire » : de Boccace à Marguerite de Navarre

Jean-Claude Mühlethaler
p. 31-38

Résumés

La notion d’anecdote est inconnue au Moyen Âge et à la Renaissance. Cela n’empêche pas la société de cour de s’intéresser à l’intimité des grands, qu’ils soient saisis dans un moment de faiblesse ou, au contraire, dans une attitude qui force l’admiration. En marge des chroniques consacrées à la mémoire des hauts faits, la petite histoire, avec ses faits apparemment insignifiants, se fait un nid dans le genre de la nouvelle. Du Novellino et de Boccace à Marguerite de Navarre en passant par les Cent Nouvelles nouvelles bourguignonnes, plusieurs récits mettent en scène les puissants. Bien avant que Brantôme, puis Tallemant des Réaux ne proposent des recueils d’anecdotes concernant les grands de leur temps, la nouvelle balise le terrain. Entre rire et exemplarité, blâme et louange, elle se révèle être l’une des formes historiques à travers lesquelles s’est exprimée ce qu’il convient d’appeler la curiosité sociale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

« On rapporte de lui beaucoup de bons mots ou de faits plaisants. »
Érasme
Le Banquet des conteurs

La nouvelle, au sens large du terme, sert à faire circuler l’information. Rumeur ou récit d’actualité, elle tend à préférer « le particulier au détriment du général », oscillant entre un discours entaché du doute et un discours qui se veut véridique. Ces traits caractérisent aussi le genre dès son apparition dans le champ littéraire au passage du Moyen Âge à la Renaissance. Marquée par une esthétique de la brièveté, la nouvelle évoque volontiers les aléas de la vie quotidienne dans des croquis perçus comme « réalistes » grâce à un cadre spatio-temporel familier. Elle peut prendre l’aspect d’un « fait divers » et s’apparenter à l’anecdote, type de récit bref, parfois minimal, que le locuteur prétend véridique tout en visant à produire un effet particulier chez le récepteur. La nouvelle s’en distingue pourtant aussi longtemps qu’elle n’évoque guère des personnes connues du public. Mais, qua...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Mühlethaler, « La nouvelle et la « petite histoire » : de Boccace à Marguerite de Navarre », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 31-38.

Référence électronique

Jean-Claude Mühlethaler, « La nouvelle et la « petite histoire » : de Boccace à Marguerite de Navarre », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1157 ; DOI : 10.4000/elh.1157

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mühlethaler

Jean-Claude Mühlethaler est professeur honoraire de l’université de Lausanne, où il a enseigné la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance. Ses travaux vont du lyrisme et la réception de l’Antiquité à la satire, la parodie et les formes que prend l’engagement littéraire entre les xive et xvie siècles. Il a d’un côté édité et traduit les œuvres de Charles d’Orléans et de François Villon, de l’autre dirigé et collaboré à des ouvrages collectifs autour de ses sujets de prédilection. Il a notamment publié : Fauvel au pouvoir. Lire la satire médiévale (1994) ; Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes (avec Joël Blanchard, 2002) ; Charles d’Orléans, un lyrisme entre Moyen Âge et modernité (2010) ; Énée le mal-aimé. Du roman médiéval à la bande dessinée (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals