Navigation – Plan du site
La petite histoire

De la petite histoire à la grande au xviie siècle : d’Aubigné et Retz

Hélène Merlin-Kajman
p. 39-46

Résumés

Au xviie siècle, même si des recueils d’anecdotes et d’historiettes attestent de l’autonomisation de la petite histoire conçue par différence et contraste avec le genre historique, les Mémoires témoignent d’un lien fort existant entre un ordre événementiel public, voire cérémoniel, mémorable, et un ordre de faits privés et familiers en principe destinés à tomber dans l’oubli. La petite histoire y fait l’objet d’une interrogation portant à la fois sur son récit et sur sa fonction : est-elle digne de l’histoire, aux deux sens du terme (est-elle digne d’être racontée? A-t‑elle un lien causal avec les grands événements et, si oui, lequel ?). Nulle naïveté, nulle erreur de perspective, nulle méconnaissance des lois de l’histoire : les Mémoires invitent plutôt les historiens contemporains à abandonner leur mépris de la petite histoire et à revisiter sa place à la lumière de la grille de lecture des mémorialistes, laquelle s’éclaire si on l’écoute à l’aide de l’anthropologie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Pour raconter et comprendre des événements réels ou donnés comme tels, le xviie siècle dispose de catégorisations propres qui ne sont pas sans analogie avec l’opposition, moderne, de la petite et de la grande histoire. Cette dernière opposition, on le sait, a été déterminante pour faire accéder l’histoire au rang de discipline scientifique. La factualité anecdotique de la première a été éliminée en raison de son absence de valeur épistémologique. Face à elle s’imposent la dignité, la véracité et la légitimité de la seconde, elle qui est capable de fournir ses raisons : dans le désordre des choses advenues, la discipline historique sélectionne les événements, les actions et les acteurs, les mesures et les structures qui déterminent le mouvement de l’histoire et sa compréhension.

Il n’est pas si simple cependant de déterminer vraiment en quoi consiste la dévaluation de la petite histoire : relégation d’un contenu événementiel (des détails, des faits sans importance), ou d’un mode d’exp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Merlin-Kajman, « De la petite histoire à la grande au xviie siècle : d’Aubigné et Retz », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 39-46.

Référence électronique

Hélène Merlin-Kajman, « De la petite histoire à la grande au xviie siècle : d’Aubigné et Retz », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1159 ; DOI : 10.4000/elh.1159

Haut de page

Auteur

Hélène Merlin-Kajman

Professeure de littérature française (xviie siècle) à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, Hélène Merlin-Kajman a consacré ses premiers travaux à la notion de public au xviie siècle, à ses rapports avec les processus de subjectivation. Elle s’intéresse à la théorie de la littérature et de la culture, et aux problèmes contemporains d’éducation et d’enseignement. Elle a créé le mouvement et le site Transitions (www.mouvement-transitions.fr). Derniers titres parus : La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement (Seuil, 2003) ; Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature (Gallimard, 2016) ; L’Animal ensorcelé. Traumatismes, littérature, transitionnalité (Ithaque, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals