Navigation – Plan du site
La petite histoire

L’à-peu-près et le provisoire dans le dernier Kracauer

Sabina Loriga
p. 113-120

Résumés

Dès les années 1920, Siegfried Kracauer a privilégié les figures secondaires et marginales ainsi que les objets délaissés, tels que les spectacles de variétés, l’opérette, le roman policier. Dans son dernier ouvrage, History. The Last Things Before the Last, la prédilection pour les phénomènes mineurs s’exprime également dans la définition de l’histoire comme pensée de l’à-peu-près et du provisoire. Cette approche renvoie à un différend ancien entre Friedrich Nietzsche et Jacob Burckhardt sur les finalités de l’histoire, ainsi qu’à la figure d’Érasme racontée, en 1924, par Johan Huizinga.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte s’appuie partiellement sur mon article « Le mirage de l’unité historique », dans Philippe Despoix, Peter Schöttler (dir.), Siegfried Kracauer, penseur de l’histoire, avec la collab. de Nia Perivolaropoulou, Paris, Éd. de la MSH / Sainte-Foy (Québec), Presses de l’Université Laval, 2006, p. 29‑44.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

                                        I
                                        II
                                        III
                                        IV
                                        V

Aperçu du texte

                                        I

Pendant des décennies, Siegfried Kracauer s’est livré à l’étude de phénomènes « mineurs ». Il a sans cesse cherché les détails, les marges, ce qui est dévalorisé. Convaincu que, pour pénétrer l’esprit d’une époque, les manifestations « de surface » sont aussi nécessaires que les élaborations intellectuelles les plus profondes, il a scruté les boulevards, les théâtres, les cinémas ou les salles d’attente. Dès le milieu des années 1920, il a analysé les métamorphoses de la grande ville (Francfort, où il est revenu résider et travailler à partir de 1921, et Berlin de 1930 à 1933), notamment celles qui sont liées à la naissance de la culture de masse, à travers l’étude des parades militaires, de la mode, de la photographie de presse et du culte des stars. Durant son exil à Paris, entre 1933 et 1937, il a analysé le monde de l’opérette afin de revenir sur le processus d’assimilation des Juifs. Débarqué à New York, il a traité le cinéma comme un sy...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, « L’à-peu-près et le provisoire dans le dernier Kracauer », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 113-120.

Référence électronique

Sabina Loriga, « L’à-peu-près et le provisoire dans le dernier Kracauer », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1222 ; DOI : 10.4000/elh.1222

Haut de page

Auteur

Sabina Loriga

Historienne, Sabina Loriga est directrice d’études à l’EHESS (Paris). Ses recherches portent principalement sur les rapports entre histoire et biographie, les constructions du temps historique, les usages publics du passé. Elle a notamment publié : Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au xviiie siècle (Paris, Les Belles Lettres, 2007) ; Le Petit x. De la biographie à l’histoire (Paris, Seuil, 2010). Elle a également codirigé La Juste Mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur (avec Olivier Abel et al., Genève, Labor et Fides, 2006), et L’Expérience historiographique (avec Antoine Lilti et al., Paris, Éditions de l’EHESS, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals