Navigation – Plan du site
La petite histoire

« Français, on vous berne ! » Situation de l’histoire médiatique et de l’histoire publique. Entretien avec Fabrice d’Almeida

Par Catherine Croizy-Naquet et Alain Delissen
Fabrice d’Almeida, Catherine Croizy-Naquet et Alain Delissen
p. 165-173

Résumés

Il est légitime de se demander si le couple ancien petite histoire / grande histoire a encore quelque chose d’actuel, s’il nous aide à mieux comprendre ce qui se joue aujourd’hui, en France et ailleurs dans le monde, autour d’autres notions (l’histoire médiatique, par exemple) ou d’autres couples (histoire officielle / histoire publique). Spécialiste de l’Allemagne et de l’Italie au xxe siècle en même temps qu’historien et praticien des médias, Fabrice d’Almeida brosse un tableau nuancé de ce que notre situation brouillée doit encore – ou pas – à la petite histoire, une expression qui se révèle aussi difficile à traduire exactement dans d’autres langues européennes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Fabrice d’Almeida n’est pas seulement un historien des médias et des images en même temps qu’un spécialiste de l’Allemagne et de l’Italie de l’entre-deux-guerres. C’est aussi en tant que responsable éditorial et praticien de l’histoire à la télévision qu’il a été interrogé. En effet, si la petite histoire demeure une notion difficile à caractériser, le couple qu’elle forme avec la grande histoire peut faire l’objet d’une histoire culturelle reliant les formes observées – très variables – à des producteurs, à des marchés, à des publics, à des usages. La France contemporaine dont il est ici question – avec une incursion vers l’Allemagne – permet de distinguer trois phases du rapport petite histoire / grande histoire pour aboutir au constat d’un renversement des rapports de force. Dans un paysage complexe, mouvant, brouillé, Fabrice d’Almeida nous parle d’Arlette Farge et de Stéphane Bern, d’Alain Decaux et de Franck Ferrand, pour évaluer ce que l’histoire médiatique, l’histoire publiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice d’Almeida, Catherine Croizy-Naquet et Alain Delissen, « « Français, on vous berne ! » Situation de l’histoire médiatique et de l’histoire publique. Entretien avec Fabrice d’Almeida », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 165-173.

Référence électronique

Fabrice d’Almeida, Catherine Croizy-Naquet et Alain Delissen, « « Français, on vous berne ! » Situation de l’histoire médiatique et de l’histoire publique. Entretien avec Fabrice d’Almeida », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1233 ; DOI : 10.4000/elh.1233

Haut de page

Auteurs

Fabrice d’Almeida

Historien des médias, des images et de la manipulation à l’université Panthéon-Assas (Paris 2), Fabrice d’Almeida est aussi un spécialiste de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie. Il a publié ou copublié de nombreux ouvrages, dont, en nom propre, La Manipulation (PUF, 2003) ; La Vie mondaine sous le nazisme (Perrin, 2006) ; La Politique au naturel (École Française de Rome, 2007) ; et Ressources inhumaines. Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs (Fayard, 2011). Éditeur et directeur de collection, il est régulièrement présent à la télévision, où, notamment, il présente L’Info dans le Rétro, sur Public Sénat.

Catherine Croizy-Naquet

Catherine Croizy-Naquet est professeur de littérature médiévale à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et membre du CEMA (Centre d’études du Moyen Âge). Elle a consacré de nombreux travaux à la poétique du récit médiéval du xiie au xve siècle, dans les œuvres romanesques et historiques, en particulier dans la matière troyenne, ainsi qu’à l’édition et la traduction (Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, H. Champion, 2006) ; elle a collaboré avec Yorio Otaka à l’édition de l’Histoire ancienne jusqu’à César. Deuxième rédaction (Paradigme, 2016). Elle s’intéresse notamment à la réception et à la recréation de l’Antiquité (Thèbes, Troie et Carthage. Poétique de la ville dans le roman antique, H. Champion, 1994 ; Écrire l’histoire romaine au début du xiiie siècle. L’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, H. Champion, 1999) et à l’historiographie médiévale (édition de l’Estoire de la guerre sainte, un récit de croisade en vers, H. Champion, coll. « CFMA », 2014). Elle a par ailleurs dirigé un certain nombre d’ouvrages, dont les deux derniers en collaboration avec Michelle Szkilnik : Rencontres du vers et de la prose. Conscience théorique et mise en page. Actes du colloque des 12‑13 décembre 2013 (Turnhout, Brepols, 2015) et « Plus agreable a lire en prose que en rime ? » Vers et prose en moyen français (Le Moyen Français, no 76-77, 2015, actes du séminaire du Centre d’études du Moyen Âge, 2012-2015).

Articles du même auteur

Alain Delissen

Directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’Institut d’études coréennes du Collège de France, Alain Delissen est historien, géographe et coréaniste. Travaillant sur la période coloniale, il y étudie les formes matérielles, sociales ou symboliques de Séoul, bouleversé par de puissantes migrations où se jouent assimilation et discrimination. Observateur de la Corée contemporaine divisée, il tente d’en saisir l’évolution au moyen privilégié des usages savants et sociaux, publics ou privés du passé national (historiographie, mémoire, récits et transpositions esthétiques, patrimoine). Depuis quelques années, il conduit un séminaire intitulé « Tempéraments historiens » consacré aux écritures non historiennes de l’histoire en Corée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals