Navigation – Plan du site
La petite histoire
Lectures

L’œuvre commune

Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture (1998), La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945) (2013) et Miettes. Éléments pour une histoire infra-ordinaire de l’année 1980 (2016)
Tiphaine Samoyault
p. 204-206
Référence(s) :

Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Le Plessis-Robinson, Synthélabo (Les empêcheurs de penser en rond), 1998, 270 p. ; rééd. Paris, La Découverte (La Découverte-poche. Sciences humaines et sociales), 2013, 256 p.

Philippe Artières, La Police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013, 182 p.

Philippe Artières, Miettes. Éléments pour une histoire infra-ordinaire de l’année 1980, Paris, Verticales, 2016, 139 p.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

Philippe Artières est historien. Il est aussi écrivain. Vie et mort de Paul Gény (Seuil, 2013), qui enquête sur l’assassinat, dans une rue de Rome, d’un aïeul jésuite de l’auteur dans l’Italie fasciste, n’est pas seulement une patiente enquête dans les archives privées et publiques. Elle est le récit fantasque et poétique de cette enquête, récit d’errance et d’espoir qui est autant une réflexion sur les erreurs avec lesquelles on fabrique les histoires qu’une méditation sur la mémoire et sur sa part intime.

Mais, à rebours d’une tendance lourde de l’histoire contemporaine comme discipline, Philippe Artières ne traite pas l’histoire comme une littérature parmi d’autres. S’il s’intéresse aux relations de ces deux modalités du discours possible sur le réel et à leur articulation, c’est moins pour littérariser l’histoire que pour étendre son domaine propre. Quand pour d’autres, de Patrick Boucheron à Ivan Jablonka, la littérature est une façon de subjectiver le discours de l’historien, i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Samoyault, « L’œuvre commune », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 204-206.

Référence électronique

Tiphaine Samoyault, « L’œuvre commune », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1269

Haut de page

Auteur

Tiphaine Samoyault

Tiphaine Samoyault enseigne à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, en particulier la théorie de la traduction et la littérature comparée. Elle écrit et a publié de nombreux livres, récits et essais. Les derniers parus sont Bête de cirque (2013) et Roland Barthes (2015), tous deux aux éditions du Seuil. Elle codirige le journal littéraire en ligne En attendant Nadeau.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals