Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Le renouvellement des programmes de collège en 2016 : une occasion d’enseigner l’histoire de l’Islam médiéval autrement ?

Annliese Nef
p. 217-221

Résumés

Si l’inconscient d’école, au sens où Pierre Bourdieu le définissait, est, en histoire, comme le précipité des représentations qu’un monde social a de son passé et de l’histoire du monde, au vu de l’importance de l’enseignement de l’histoire-géographie en France, les batailles qui se livrent autour des changements de programmes se comprennent mieux. Sans surprise, ceux qui sont entrés en application à la rentrée 2016 ont été contestés. Pourtant, toutes les évolutions ne donnent pas lieu à une discussion approfondie. Ainsi, le nouveau libellé du thème relatif à l’histoire de l’Islam médiéval pour la classe de cinquième, qui était resté plus ou moins identique depuis 1957, n’a suscité que les habituelles critiques sur la trop grande place réservée à ce thème. Alors qu’il permet d’envisager des modifications importantes, déjà les recommandations du ministère tentent de faire en sorte que « tout change pour que rien ne change ». Et si nous saisissions au contraire cette occasion pour en finir avec la civilisation, la culture et le fait religieux comme clés de lecture – et comme instruments d’assignation des « musulmans » ? L’enjeu est majeur, il est actuel et n’a, paradoxalement, peut-être jamais été aussi aisé à prendre en compte qu’avec les nouveaux enseignants formés ces dernières années à l’histoire du monde islamique médiéval dans le cadre des concours.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Plan

Inconscient d’école et Islam médiéval
Un contexte délétère
Sortir de l’impasse ?

Aperçu du texte

Les programmes scolaires d’histoire sont rarement révolutionnaires, en dépit de leur potentiel critique et réflexif. Par les catégories qu’ils mobilisent, ils expriment le plus souvent un « inconscient d’école », pour employer la terminologie de Pierre Bourdieu, même lorsque leurs contenus sont nouveaux, inertie qui peut naturellement être renforcée par l’actualité politique. Cette contradiction entre innovation et immobilisme se traduit par la place que les programmes d’histoire en vigueur depuis septembre 2016 dans les collèges accordent à l’Islam médiéval en classe de cinquième. Le nouveau libellé pourrait induire une remise en cause, au moins partielle, de cet inconscient d’école. Ce n’est pourtant pas dans cette direction que vont les instructions ministérielles et les manuels, qui tendent à conserver l’approche antérieure. Bien que frileux, ils sont attaqués par Barbara Lefebvre, professeur d’histoire-géographie très active dans la sphère publique, au nom d’une conception de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annliese Nef, « Le renouvellement des programmes de collège en 2016 : une occasion d’enseigner l’histoire de l’Islam médiéval autrement ? », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 217-221.

Référence électronique

Annliese Nef, « Le renouvellement des programmes de collège en 2016 : une occasion d’enseigner l’histoire de l’Islam médiéval autrement ? », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1279 ; DOI : 10.4000/elh.1279

Haut de page

Auteur

Annliese Nef

Annliese Nef est maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1 ; elle est spécialiste de l’histoire de la Sicile et du Maghreb islamiques au Moyen Âge.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals