Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Un peu d’imagination, camarades !

Soulèvements (Jeu de Paume, 18 octobre 2016-15 janvier 2017)
Sabine Bouckaert
p. 245-251

Résumés

L’exposition Soulèvements, conçue par le philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman, explore une fois encore la dimension procédurale de l’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg. L’analyse du choix et de l’assemblage des « images » dans l’exposition rapportée à la forme visuelle de savoir qu’est Mnémosyne, conduit à s’interroger sur les limites de la reprise du dispositif.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2020.

Aperçu du texte

L’exposition Soulèvements, conçue par le philosophe et historien de l’art Georges Didi-Huberman, prolonge la réflexion menée par l’auteur dans les six volumes de L’Œil de l’histoire. Le dernier opus de la série, Peuples en larmes, peuples en armes, se focalisait sur l’analyse dans Le Cuirassé Potemkine d’une scène que Sergueï M. Eisenstein a construite avec une exceptionnelle minutie : celle de l’assassinat du matelot Vakoulintchouk qui suscite tout d’abord les pleurs des femmes d’Odessa, une émotion qui se retourne en révolte. Autrement dit, Sergueï M. Eisenstein montre comment faire du pathos une praxis. À l’instar du metteur en scène qui produit un film lyrique documentant l’histoire, Georges Didi-Huberman fait du soulèvement des peuples un poème visuel, gageant que le projet nous fera passer de la contemplation passive au mouvement, de l’émouvoir au mouvoir.

Dans l’espace de l’exposition sont rassemblées de très nombreuses œuvres intéressantes, de formats et de médiums très varié...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Bouckaert, « Un peu d’imagination, camarades ! », Écrire l'histoire, 17 | 2017, 245-251.

Référence électronique

Sabine Bouckaert, « Un peu d’imagination, camarades ! », Écrire l'histoire [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/1288 ; DOI : 10.4000/elh.1288

Haut de page

Auteur

Sabine Bouckaert

Sabine Bouckaert est maître de conférences en arts plastiques à l’université Paris 8, artiste et membre de TEAMeD. Elle s’intéresse à l’art contemporain, en particulier au dessin et aux nouvelles procédures qui l’articulent aux autres médias. Elle a participé à l’exposition Demeure(s), histoire et mémoire, à La Conciergerie, à Paris en mai 2013, et publié « Vos aveux réchauffés en cuisine ! » dans L’Œil de l’histoire. La Conciergerie (Institut Acte / CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, coll. « Créations et patrimoines », 2014). Elle travaille actuellement sur les nouvelles modalités de l’image temporelle, en particulier l’articulation de l’immobilité et de la mobilité dans les dispositifs, vidéographiques, cinématographiques et photographiques. Dernière publication : « Du “réel” à l’imaginaire, modalités de l’immobile mobile dans L’Image manquante de Rithy Panh » (dans Cambodge. Cartographie de la mémoire, sous la direction de Patrick Nardin, Suppya Hélène Nut et Soko Phay, Paris, L’Asiathèque, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals