Navigation – Plan du site
Rire de l’histoire (2)

Le rire d’Astérix, ou l’histoire par le petit bout de la vignette

Jean-François Cottier
p. 113-119

Résumé

Alors que notre connaissance des réalités de la société gauloise a beaucoup progressé au cours de ces trente dernières années, la science a du mal à faire oublier l’image du Gaulois moustachu, bagarreur et grand dévoreur de sangliers, entretenue par exemple par les albums d’Astérix. Cet article tente de comprendre les rapports du rire et de l’Histoire dans la mise en place de l’univers utopique d’Astérix, en partant de l’analyse de la fonction symbolique du barde Assurancetourix et en étudiant certains des procédés comiques qui ont permis à Uderzo et Goscinny de véritablement créer un nouveau mythe contemporain.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ma réflexion ne porte que sur les albums cosignés par Goscinny et Uderzo, d’Astérix le Gaulois (1961) à Obélix et Astérix chez les Belges (1979). Après le décès prématuré de René Goscinny (1977), le monde antique devient un décor de plus en plus artificiel, jusqu’au dernier album, Le ciel lui tombe sur la tête (2005), où nos héros sont confrontés à des ovnis et des super-héros américains qui n’ont vraiment plus grand-chose à voir avec la Gaule de César.

Texte intégral

Je remercie mes collègues Florence Dupont et Emmanuelle Valette pour leur relecture et les précieux conseils qu’elles m’ont prodigués.

  • 1 Ce sanctuaire a été au centre de l’exposition consacrée aux Gaulois à la Cité des sciences et de l’ (...)
  • 2 Voir, de Christian Goudineau, César et la Gaule, Éd. du Seuil (Points. Histoire), 2000 ; En survola (...)

1Depuis l’Antiquité règne la conviction que c’est grâce à Rome et à César que la Gaule est entrée dans le monde de la civilisation. Mais, alors que ce message a été puissamment propagé par les manuels scolaires de la IIIe République, les découvertes archéologiques de ces trente dernières années nous démontrent au contraire que, loin d’avoir vécu repliés sur eux-mêmes, les principaux peuples gaulois avaient noué d’intenses relations politiques et économiques avec l’Italie, relations dont on peut retrouver les traces dans le commerce du vin, la création de monnayages, les innovations en matière d’agriculture et d’élevage, ainsi probablement que dans certaines formes d’urbanisme. Il suffit pour s’en convaincre d’étudier le spectaculaire sanctuaire gaulois de Tintignac1, en Corrèze (découvert à l’automne 2004), ou de lire les travaux de Christian Goudineau sur ce monde qui revit après des siècles d’oubli et d’ignorance2. Le stéréotype du Gaulois moustachu, bagarreur, indiscipliné et râleur vivant dans des huttes au milieu des bois va-t-il pour autant disparaître ? C’est peu probable, car la science ne peut rien contre un imaginaire mis en place durant des décennies par l’école républicaine, et dont Astérix et ses copains du village gaulois n’ont pas peu contribué à entretenir le mythe par le rire.

2En effet, si le monde de Jules César (figé pour la narration à – 50 av. J.-C.) est utilisé comme cadre narratif à la série des Astérix, et si les « bonshommes à gros nez » d’Uderzo et Goscinny ont rendu le monde antique plus accessible et sympathique à plusieurs générations de lecteurs, jeunes et moins jeunes, ces Gaulois moustachus, vêtus de braies et grands dévoreurs de sangliers, relèvent davantage d’une vision dépassée de nos ancêtres les Gaulois que de la réalité que nous révèlent les archéologues. Tout n’est pas faux, bien sûr, mais tout est mélangé et, au gré des différents albums, l’espace antique (Italie, Gaules, Grande-Bretagne, Germanie, Grèce, Égypte) va jusqu’à englober l’Amérique (La Grande Traversée), nos Gaulois livreurs de menhirs (objets d’une civilisation antérieure de près de deux mille ans à l’arrivée des Celtes en Gaule !) finissant par rencontrer de vrais Vikings (Astérix et les Normands), dans un saut chronologique aussi surprenant qu’efficace.

3Mais ce désordre est la source même du rire, et il engendre le mythe en tissant la fiction sur l’Histoire : derrière la Gaule de César, c’est en fait le monde contemporain qui se donne à voir, celui de la France des années 1960-1980, dans une représentation parfaitement codifiée. Comme dans toute série de télévision ou de bande dessinée, les albums d’Astérix fonctionnent grâce aux variations sur ce code : c’est à l’intérieur de celui-ci que doivent se comprendre les « erreurs historiques », facilement repérables (et d’autant moins graves), mais sans lui c’est le mythe même d’Astérix qui disparaît. La carte qui ouvre chaque album scelle à sa manière ce pacte de lecture, en nous plongeant dans une géographie tout aussi imaginaire que les Gaulois qui la peuplent. Un aigle romain est planté sur le lieu supposé de Gergovie, Lutèce est déjà l’hypothétique capitale d’une Gaule non encore unifiée, et le village armoricain des « irréductibles Gaulois » est le double positif d’Alésia : grâce à sa potion magique, ses habitants sont invincibles, irréductibles ils font oublier la réalité de l’ultime défaite gauloise. Mais le village est entouré des camps romains de Petibonum, Laudanum, Babaorum et Aquarium, dont les noms nous avertissent que l’espace de ces aventures est utopique et qu’il vaut mieux prendre ici l’Histoire par le petit bout de la vignette.

Assurancetourix ou l’Histoire en bouc émissaire ?

4Sur les vingt-quatre albums de la série cosignés par Goscinny (texte) et Uderzo (dessin), seuls quelques-uns ont un rapport évident avec l’Histoire et les réalités du monde antique. Il s’agit pour la plupart des albums des premières années : Astérix le Gaulois (1961), La Serpe d’or (1962), Astérix gladiateur (1964), Astérix légionnaire (1967), Le Bouclier arverne (1968), Les Lauriers de César (1972), et bien sûr le chef-d’œuvre : Astérix et Cléopâtre (1965). Tous les albums conservent un décor antique, avec souvent un grand souci du détail, mais non sans de nombreuses distorsions chronologiques : ainsi, Rome dans Astérix gladiateur ou Les Lauriers de César est déjà la Ville de marbre des Empereurs, Colisée compris ! D’autre part, les aventures du petit Gaulois se déroulent dans un monde binaire, qui oppose les valeurs de convivialité, de solidarité et de résistance du village gaulois et de ses alliés, à celles d’ordre, de discipline et de conquête de l’Empire romain. Par contre, la fonction prépondérante du chef gaulois, le rôle des druides ou l’importance des guerriers que réunit le banquet final, semblent bien correspondre à une certaine réalité des sociétés gauloises.

  • 3 Didier Pasamonik, « Astérix, un mythe ? », dans Jean-Claude Lescure (dir.), Drôles de Gaulois. Auto (...)
  • 4 L’épisode de son enlèvement par une patrouille de Romains qui se bouchent les oreilles fait irrésis (...)

5Mais, pour notre propos, c’est la figure du barde Assurancetourix qui pose question. Personnage récurrent, il fait partie des cinq Gaulois (avec le chef, Abraracourcix, le druide, Panoramix, et les deux guerriers, Astérix et Obélix) qui ont droit aux honneurs de la page de présentation. Mais cette place distinctive accordée à un « gai [gay ?] compagnon, fort apprécié quand il ne dit rien », ne l’empêche pas de se retrouver album après album attaché, bâillonné et frappé, qu’il chante… ou non ! Ainsi, au début du Bouclier arverne, quand Abraracourcix, Astérix et Obélix quittent le village sans prévenir personne afin d’échapper à un banquet qui ne ferait qu’endommager un peu plus le foie déjà très malade du chef, Cétautomatix, le forgeron aux gros bras, se précipite chez Assurancetourix pour le seul plaisir de l’empêcher de chanter : démarche aussi préventive que gratuite ! Pourquoi cette violence contre l’insoutenable chant d’Assurancetourix ? Peut-être parce que chez les Gaulois historiques le barde, poète-chanteur-professeur qui célébrait les exploits des héros, était la mémoire de son peuple. Le barde bâillonné ne serait-il pas alors l’image de l’Histoire que la bande dessinée muselle ? Pour Didier Pasamonik, c’est même en cela que réside le geste fondateur du mythe d’Astérix : bâillonner l’Histoire, c’est se libérer de sa tutelle et faire un pied de nez à la loi inflexible du temps, « et ceci dans un immense éclat de rire3 ! » Le seul album de la série dont Assurancetourix soit le protagoniste semble corroborer cette idée. En effet, dans Astérix gladiateur, le barde est enlevé pour être remis en cadeau à César, qui ne voit comme alternative que d’en faire un gladiateur ou de le donner en pâture aux lions : serait-ce parce que l’insupportable chant du barde rappelle à tous que l’Histoire n’offre que la mort comme perspective finale ? Attaché et bâillonné par les Romains au début du scénario4, c’est encore attaché et bâillonné qu’Assurancetourix la termine, exclu du banquet sous les étoiles qui célèbre la vie et la joie.

6On peut voir ce refus de l’Histoire être annoncé dans les différents éléments du pacte de lecture qui ouvrent et ferment chaque album (la carte, la page de présentation, la situation initiale toujours identique, le banquet final), conférant par là même la puissance cartoonicienne à l’univers ainsi créé. Dans le monde d’Astérix, les corps, qui ne sont que des images, ne souffrent jamais vraiment, et la potion magique garantit la pérennité utopique de cette société anhistorique sur laquelle le temps n’a pas de prise. À la fin du Bouclier arverne, album peut-être le plus « historique » puisqu’il raconte la quête du bouclier de Vercingétorix, le barde, exceptionnellement, participe au festin final, à la différence du chef, qui est sous le coup d’une nouvelle crise de foie, de femme et… d’Histoire ?

La Guerre des Gaules au pied de la lettre

7Toutefois, si le barde se retrouve régulièrement empêché d’émettre son intolérable chant, sa maison domine l’ensemble du village, comme pour nous rappeler que tout n’est pas qu’utopie dans ces aventures : l’Histoire veille, même si elle est désormais obsolète. Goscinny et Uderzo se vantent de l’authenticité de leurs sources :

  • 5 Le Soir illustré, 21 sept. 1972. L’ouvrage de Jérôme Carcopino mentionné est La vie quotidienne à R (...)

Ma principale source de documentation est la Guerre des Gaules de Jules César. Il est d’ailleurs merveilleux car il est encore plus menteur que moi ! J’utilise aussi La Vie quotidienne à Rome de Jérôme Carcopino.5

8Avec une source principale qualifiée d’« encore plus menteuse » et pour seul ouvrage de référence avoué un livre d’avant-guerre sur la vie quotidienne de la Rome impériale (près d’un siècle après César !), la recherche de la vérité historique n’est sûrement pas le souci principal de nos deux auteurs, davantage en quête de rire que d’Histoire. Et si cette dernière est malgré tout présente, c’est celle des manuels scolaires, avec ses belles images et ses plaisanteries de potache.

9Un des procédés comiques les plus utilisés dans Astérix consiste à prendre une référence antique au pied de la lettre et à jouer avec son signifiant pour en révéler, par le détournement, la vis comica secrète. Ainsi, l’épisode des « armes projetées » aux pieds du général romain victorieux est employé à différentes reprises dans les albums de la série.

  • 6 Un autre texte de César nous permet de le comprendre. Alors que les Atuatuques capitulent, César ex (...)

10Voyons ce qu’en dit le grand Jules. En 52 av. J.-C., au lendemain de la défaite d’Alésia, ayant perdu tout espoir, « Vercingétorix convoque l’assemblée, il déclare qu’il n’a pas entrepris cette guerre à des fins personnelles, mais pour la liberté de tous. Puisqu’il faut céder à la fortune, il s’offre à eux, ils peuvent à leur choix apaiser les Romains par sa mort ou le leur livrer vivant. On envoie à ce sujet une députation à César. Celui-ci ordonne que les armes soient livrées, que les chefs soient amenés. Lui-même va s’installer sur le retranchement devant le camp. Les chefs sont amenés, Vercingétorix est remis, les armes sont projetées » (Guerre des Gaules 7, 89). L’expression « les armes sont projetées (arma proiciuntur) » est une traduction littérale assez fautive dans la mesure où elle ne permet pas de comprendre que les armes sont en fait jetées du haut des murs6. Dans Astérix, Vercingétorix jette littéralement ses armes sur les pieds de César !

11Mais l’origine de ce détournement burlesque doit également être recherchée du côté de l’iconographie nationaliste. En effet, tandis que la figure de Vercingétorix et celle des Gaulois furent longtemps gommées d’une Histoire de France aristocratique qui leur avait préféré les Francs comme ancêtres fondateurs, le xixe siècle a promu le chef arverne en jeune héros apollinien, rebelle et musclé, donnant sa vie pour son peuple. Sous la IIIe République, Vercingétorix est partout, et l’immense tableau de Lionel Royer dépeint en 1899 une scène de reddition dans laquelle le chef vaincu est plus grand et plus majestueux que son adversaire triomphant, mais sombre. Ce tableau fut popularisé par les livres d’histoire et, plus tard, le gouvernement de Vichy cherchera même à voir dans cet épisode désormais fameux la preuve que le progrès peut naître d’une défaite. Nul doute qu’Uderzo s’inspira de cette scène mélodramatique pour tirer un effet comique du renversement vainqueur-vaincu.

Lionel Royer, Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, 1899

Lionel Royer, Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, 1899

Huile sur toile (321 x 482 cm)

Musée Crozatier, Le Puy-en-Velay

12L’humour langagier est l’autre grand procédé comique dans Astérix, procédé qui multiplie les jeux sur le signifiant en se fondant sur une certaine complicité scolaire grâce à la transformation ludique de textes connus. On trouve en particulier de nombreux effets comiques induits par le recours au latin, pour lesquels Goscinny affirme avoir puisé dans les pages roses – aujourd’hui disparues – du Petit Larousse :

Il m’est arrivé de recevoir des lettres de latinistes distingués me signalant une incorrection dans telle ou telle phrase, je les renvoyais alors à la page tant du Petit Larousse. Moi, je ne peux pas faire d’erreurs… je n’ai jamais fait de latin.7

13Étrangement d’ailleurs, ce ne sont pas les Romains qui recourent le plus à la langue de Cicéron, mais les pirates, improbables personnages qui, comme la coccinelle des Rubrique-à-brac de Gotlib, apportent une sorte de régularité dans le désordre comique de la série.

  • 8 « Et Lanciers, Grenadiers aux guêtres de coutil, / Dragons que Rome eût pris pour des légionnaires, (...)

14Dans le même ordre d’idées, des citations attribuées à César sont reprises, modifiées, amplifiées, depuis « Les Gaulois sont venus, ils ont vu et ils ont emporté Caligula Minus ! » (Astérix le Gaulois), jusqu’à « J’irai, je verrai, je vaincrai » dans Astérix chez les Belges. Ce dernier album est d’ailleurs particulièrement riche en détournements ludiques, comme celui où Goscinny adapte pour César des vers de « L’Expiation » dans lesquels Victor Hugo décrit la bataille de Waterloo8 :

Et, triarii, principes aux caligæ de cuir,
Hastati dont Rome faisait des légionnaires,
Vélites, sagitarii qui traînaient leur crinière
Portant des clipeus et jambières de métal
Tous ceux d’Alésia et ceux de Pharsale…

15Sans oublier le drolatique (mais gastronomiquement injuste) « Waterzooie ! Waterzooie ! Waterzooie ! Morne plat ! » Mais le gag sans doute le plus réussi se trouve dans Astérix légionnaire, au moment où notre héros, ayant oublié le mot de passe Cogito ergo sum, se tourne vers Obélix, qui lui réplique : « Oh tu sais moi les langues étrangères… Et puis toi tu penses, moi je suis ! »

Mythe et histoire

16En 1996, à l’occasion de l’exposition Ils sont fous d’Astérix ! au Musée national des arts et traditions populaires, Uderzo fit cet aveu :

  • 9 Musée national des arts et traditions populaires, Ils sont fous d’Astérix ! Un mythe contemporain. (...)

Kaléidoscope de nos cultures respectives et contemporaines, Astérix – les professeurs ne nous en voudront pas – est le fruit de nos connaissances gauloises essentiellement limitées à l’époque au Mallet-Isaac, le manuel de notre école primaire [sic]. Mais rassurez-vous, nous avons beaucoup travaillé par la suite, par Bélénos !9

17Il ne fait aucun doute que Goscinny et Uderzo ont voulu donner une certaine forme de vraisemblance au cadre historique dans lequel se déroulent les aventures d’Astérix (même s’il est encore moins authentique qu’eux-mêmes le pensaient), mais, tout en utilisant ce cadre antique, ils ont créé un mythe contemporain. En effet, comme dans l’Antiquité, la mythologie d’Astérix est située dans un temps imaginaire arrêté, le temps des origines, pour parler en fait du monde moderne. C’est le lecteur lui-même qui par son rire fait le lien entre sa réalité et l’utopie pseudo-historique d’Astérix, aidé en cela par l’utilisation de langages graphiques et iconiques d’aujourd’hui : ainsi, la couverture d’Astérix et Cléopâtre renvoie évidemment aux grandes productions hollywoodiennes et à leurs génériques de légende, et l’on trouve dans d’autres albums des références explicites à la publicité, aux vacances ou à la vie dans les grandes villes modernes, éléments fondateurs de la mythologie contemporaine selon Roland Barthes.

18Située par ses auteurs aux débuts d’une Histoire de France imaginaire, la série des Astérix flatte le lecteur en attribuant à ses prétendus ancêtres, et donc à lui-même, le courage, la générosité et l’esprit de résistance grâce à un jeu d’identification renforcé par un anachronisme systématique. Mais alors que la mythologie classique est souvent tragique et terrifiante, celle d’Astérix est comique et amusante, et associe, en souriant, les mythes modernes aux mythes classiques, comme lorsque Amora, la déesse de la moutarde, monte au nez des autres dieux ! La série utilise également tout un ensemble de stéréotypes qui constituent un système de références communes à un lectorat de plus en plus étendu dans l’espace et dans le temps. Quant à l’Histoire, sa place est centrale mais décalée, à l’image des malheureux pirates qui suivent le triomphe de César à la fin des Lauriers de César. Ces derniers renvoient sans doute à la victoire de Pompée sur les pirates en – 67, et à un épisode de la vie de César qui, enlevé par des pirates dans sa jeunesse, leur avait prédit qu’il prendrait sa revanche, ce qu’il fit une fois au pouvoir ! Mais cette image finale permet aux deux auteurs de la série de donner une certaine épaisseur historique à ces éternels naufragés. Vaincus et enchaînés (« Tu nous avais p’omis de nous mene’ au t’iomphe : c’est ’éussi ! »), ils défilent derrière un César debout sur son char, qui rêve pour sa part de… ragoût ! En refaisant l’Histoire par le petit bout de la vignette, celui du rire et de l’humour, Goscinny et Uderzo ont créé une image et un mythe, celui du petit Gaulois invincible et malin, que la modernité ne peut pas écraser, revanche dérisoire d’une fierté nationale mise à mal par la mondialisation et l’impérialisme américain (romain ?).

Haut de page

Notes

1 Ce sanctuaire a été au centre de l’exposition consacrée aux Gaulois à la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette : Gaulois, une expo renversante (19 oct. 2011 – 2 sept. 2012).

2 Voir, de Christian Goudineau, César et la Gaule, Éd. du Seuil (Points. Histoire), 2000 ; En survolant la Gaule, Errance (Prome-nades archéologiques), 2007 ; Le Dossier Vercingétorix, Actes Sud, 2001 (biographie).

3 Didier Pasamonik, « Astérix, un mythe ? », dans Jean-Claude Lescure (dir.), Drôles de Gaulois. Autour d’Astérix, Berg International, 2010, p. 25.

4 L’épisode de son enlèvement par une patrouille de Romains qui se bouchent les oreilles fait irrésistiblement penser à l’épisode d’Ulysse et des sirènes (Odyssée, XII, 29-58 et 142-200), mais sur le mode inversé, le persil remplaçant la cire…

5 Le Soir illustré, 21 sept. 1972. L’ouvrage de Jérôme Carcopino mentionné est La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, Hachette, 1939 (nombreuses rééditions).

6 Un autre texte de César nous permet de le comprendre. Alors que les Atuatuques capitulent, César exige d’eux aussi qu’ils lui livrent leurs armes : « Alors une grande quantité d’armes fut jetée du haut du mur dans le fossé qui était devant la ville. Elles s’élevaient en monceau presque jusqu’au sommet du rempart et de notre terrassement » (Guerre des Gaules 2, 32).

7 <http://www.goscinny.net/asterix/fr_pop05.htm>, cons. le 12 nov. 2011.

8 « Et Lanciers, Grenadiers aux guêtres de coutil, / Dragons que Rome eût pris pour des légionnaires, / Cuirassiers, Canonniers qui traînaient des tonnerres, / Portant le noir colback ou le casque poli, / Tous, ceux de Friedland et ceux de Rivoli » (Châtiments, V, XIII, 2).

9 Musée national des arts et traditions populaires, Ils sont fous d’Astérix ! Un mythe contemporain. Catalogue de l’exposition (30 octobre 1996 – 21 avril 1997), Albert-René, 1996, p. 114.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lionel Royer, Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, 1899
Légende Huile sur toile (321 x 482 cm)
Crédits Musée Crozatier, Le Puy-en-Velay
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/228/img-1.png
Fichier image/png, 648k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Cottier, « Le rire d’Astérix, ou l’histoire par le petit bout de la vignette », Écrire l'histoire, 10 | 2012, 113-119.

Référence électronique

Jean-François Cottier, « Le rire d’Astérix, ou l’histoire par le petit bout de la vignette », Écrire l'histoire [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/228 ; DOI : 10.4000/elh.228

Haut de page

Auteur

Jean-François Cottier

Jean-François Cottier est professeur de langue et littérature latines à l’université Paris Diderot, et membre du CERILAC. Ses travaux portent essentiellement sur la littérature latine médiévale et moderne, en particulier sur l’œuvre d’Érasme et sur la littérature latine du Nouveau Monde. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles sur ces questions, parmi lesquels À la recherche d’un signe oublié : le patrimoine latin du Québec et sa culture classique (dir., Tangence, no |92, 2010) ; Profession latiniste (Montréal, PUM, 2008) ; La Prière en latin de l’Antiquité à la Renaissance. Formes, évolutions, significations (Turnhout, Brepols, 2006).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals