Navigation – Plan du site
Rire de l’histoire (1)

Présentation

Paule Petitier
p. 135-138

Texte intégral

1L’Histoire prête à rire. Quel que soit le sens dans lequel blagues, perles d’élèves, sketches ou dessins humoristiques, pièces de théâtre, romans ou films parodiques la tordent, l’effet jubilatoire est presque garanti.

2Mais pour qu’on en rie, encore faut-il que l’Histoire existe. Il faut qu’elle ait surgi en majesté « avec sa grande hache ». Pouvait-on rire de l’Histoire avant que naisse, à la charnière du xviiie et du xixe siècle, l’idée d’un cours des choses humaines intelligible (parce que déterminé par des lois que l’esprit peut découvrir), d’une force supérieure s’exerçant à travers toutes les activités humaines et tous les peuples, et poursuivant peut-être un dessein ? Et surtout, pouvait-on rire d’elle avant que l’histoire ne se constitue en science, en discipline universitaire, ne soit diffusée par un enseignement de masse, ne devienne un lieu commun, un secteur culturel ? On ne rit guère que de représentations et d’institutions. On ne rit pas du passé comme tel.

3Rire de l’Histoire vise donc plusieurs cibles, toutes liées par le dénominateur commun de la représentation, ce qui fait qu’elles se superposent souvent. On peut rire de l’histoire (c’est-à-dire du savoir historique et de ses différents aspects institutionnels), de l’Histoire (de l’idée d’Histoire) et des objets de l’Histoire (les hommes, les événements, etc.)

4Rire des objets de l’Histoire, tourner en dérision les grands hommes, se moquer des anecdotes qui leur sont liées (le vase de Soisson), de leurs mots mémorables (« Paris vaut bien une messe »), des situations cruciales de leur destinée (l’erreur fatale de Napoléon à Waterloo), vient à l’esprit en premier lieu lorsque l’on associe comique et Histoire. Il faut se garder pourtant des erreurs de perspective : telle caricature qui nous paraît aujourd’hui historique (la représentation de Louis-Philippe en poire, par exemple) n’était évidemment au moment de sa parution qu’un rire d’actualité. Le rire, depuis la constitution d’une opinion publique, a toujours été un instrument politique pour déconsidérer l’adversaire. La Révolution française en fait largement usage, comme avant elle la Fronde, mais est-elle capable pour autant de représenter son œuvre historique sous une forme comique ? C’est la question que pose ici Philippe Bourdin.

  • 1 San-Antonio, L’Histoire de France vue par San-Antonio, illustr. d’Albert Dubout, Fleuve noir, 1964.

5Du xixe siècle à nos jours, le comique appliqué aux objets de l’Histoire répond en grande partie à une logique carnavalesque ; il vise à démystifier la grandeur, à la retourner en trivialité et en banalité. D’une certaine façon, le rire révolutionnaire se perpétue ainsi (sous des formes le plus souvent très bénignes) à l’encontre d’une vision monarchique ou aristocratique que l’histoire, toute républicaine qu’elle soit, risquerait pourtant de propager. En régime démocratique, rire de l’histoire serait donc une irrévérence salubre, nécessaire pour que l’on continue de se rappeler les principes nouveaux sur lesquels l’histoire s’est fondée après la Révolution : le grand homme n’est pas par nature différent des autres hommes, et c’est la masse qui est l’agent historique véritable. Démystifiant régulièrement la confusion entre la grandeur de la fonction et la grandeur de l’individu, le rire vise aussi bien le passé que le présent en répétant sa leçon niveleuse. Tandis que la construction des identités nationales tend aux deux derniers siècles à redonner du lustre aux grands hommes, l’idéologie démocratique compense leur élévation par le rire démystificateur. Les Histoire de France « pour rire », comme celle de San-Antonio1, sont aussi des Histoire de France populaires : écrites pour le grand public, elles rappellent par leur gouaille que l’histoire est faite par tout un chacun et par tous. Notons d’ailleurs que si l’on parodie l’histoire-bataille et ses héros, la « nouvelle histoire » et, encore moins, l’histoire économique ne donnent guère lieu à des interprétations comiques.

Albert Dubout, illustration de L’Histoire de France vue par San-Antonio, 1964 (détail)

Albert Dubout, illustration de L’Histoire de France vue par San-Antonio, 1964 (détail)

© Fleuve noir

6Rire de l’histoire : on ne se moque jamais des héros de l’histoire ou de tel événement fameux sans se moquer aussi de la façon dont on raconte l’histoire. Et d’abord du sérieux qui va avec le genre historique. Au xixe siècle, l’histoire est considérée comme une occupation grave, une tâche virile et élevée, proche de la politique. Elle traite de la patrie, de la gloire, du sacrifice et des morts. Ses objets sont presque sacralisés à l’époque de la IIIe République. Au xxe siècle, la gravité de l’histoire est renforcée par les guerres mondiales et les génocides. L’histoire est donc l’équivalent moderne de la tragédie, et il est normal que, à l’instar du genre noble des siècles classiques, elle suscite son envers burlesque. D’autant que le sérieux lié au genre historique se double du sérieux imposé par l’institution scolaire. Tourner l’histoire en dérision est d’autant plus plaisant que l’on transgresse deux contraintes : celle d’une mémorisation astreignante (l’histoire s’apprend par cœur) et celle de l’exactitude littérale (on ne peut rien inventer). Certes, ces deux contraintes s’appliquent aussi à d’autres savoirs. Mais les « bourdes » (volontaires ou non) touchant l’économie, les maths ou la physique font moins rire, car on ne rit alors que de l’ignorance ou de la bêtise. Or l’histoire a par rapport à d’autres matières scolaires la particularité d’être visiblement à la croisée du savoir et de l’Institution. Apprendre l’histoire a été longtemps apprendre la République. De sorte que l’ignorance ou l’incongruité, lorsqu’elles touchent à l’histoire, s’entendent aussi comme une contestation plus ou moins involontaire. Le cancre ou l’humoriste fait vaciller, brièvement, tout l’ordre de la représentation. Bertrand Tillier le montre à propos des artistes Plonk & Replonk et de leur manipulation critique des images et de la temporalité.

  • 2 Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain, trad. du polonais par Anne Posner, Payot (Essais Payot), (...)

7Rire de l’Histoire : et si l’Histoire elle-même parfois riait de ses ruses, riait des hommes qui croient agir alors qu’ils ne sont que les pantins d’une farce sinistre ? Jan Kott proposait de lire ainsi le théâtre de Shakespeare, à la lumière du totalitarisme moderne2. En dénonçant cette garce de majuscule qui berne l’humanité de l’illusion d’un sens, le comique s’attaque au réalisme scolastique qui idéalise et essentialise le cours chaotique des affaires humaines. Le rire dénonce l’inanité de l’Histoire, la violence atroce dissimulée par ce terme ronflant. Il démystifie l’idéologie sous-jacente aux « grands récits » : civilisation, progrès, liberté… Restent, bruts, les rapports de force que recouvrait le mythe de l’Histoire. Et les intellectuels qui l’ont construit ? « Sous le cul du cheval », comme le montre ici Jean Jourdheuil, à propos des auteurs dramatiques allemands Kleist et Müller. Le rire se fait grinçant, le grotesque tourne au cauchemar, la cruauté reste seule en scène.

« Qui fait le roi ? », W. M. Thackeray, The Paris Sketch Book, 1840

« Qui fait le roi ? », W. M. Thackeray, The Paris Sketch Book, 1840
Haut de page

Notes

1 San-Antonio, L’Histoire de France vue par San-Antonio, illustr. d’Albert Dubout, Fleuve noir, 1964.

2 Jan Kott, Shakespeare, notre contemporain, trad. du polonais par Anne Posner, Payot (Essais Payot), 1993 [éd. or. : Szkice o Szekspirze, 1961].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Dubout, illustration de L’Histoire de France vue par San-Antonio, 1964 (détail)
Crédits © Fleuve noir
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/263/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre « Qui fait le roi ? », W. M. Thackeray, The Paris Sketch Book, 1840
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/263/img-2.png
Fichier image/png, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paule Petitier, « Présentation », Écrire l'histoire, 9 | 2012, 135-138.

Référence électronique

Paule Petitier, « Présentation », Écrire l'histoire [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/263

Haut de page

Auteur

Paule Petitier

Paule Petitier est professeur de littérature française à l’université Paris Diderot – Paris 7. Elle se consacre à l’étude de l’écriture, de la pensée et de la représentation de l’histoire au xixe siècle. Spécialiste de Jules Michelet, elle a dirigé la réédition des 17 tomes de l’Histoire de France aux éditions des Équateurs (2008-2009). Après avoir donné une édition critique de L’Insecte (2011), elle coordonne un projet collectif d’édition critique de l’Histoire de la Révolution française s’appuyant sur les dossiers préparatoires de l’œuvre conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals