Navigation – Plan du site
Ailleurs (1)

La figure d’Ibrahim dans le Voyage en Orient de Lamartine

Sarga Moussa
p. 63-75

Résumé

Dans son Voyage en Orient (1835), Lamartine fait d’Ibrahim-Pacha, le fils du vice-roi d’Égypte Méhémet-Ali, dont il commande l’armée, un héros destiné à porter le coup de grâce à un Empire ottoman jugé (prématurément) moribond. L’occupation égyptienne de la Syrie, entre 1832 et 1840, impressionne le poète, futur député en quête de légitimité politique. Comparant à Bonaparte le conquérant égyptien, Lamartine fait de celui-ci une figure incarnant sa propre conception providentialiste de l’Histoire. Cependant, par la brutalité avec laquelle il écrase la ville d’Acre, Ibrahim ne peut incarner véritablement le rêve civilisateur que porte avec lui le voyageur. C’est en réalité la colonisation française de l’Algérie qui est en jeu dans la mythification ambiguë dont fait l’objet le général de l’armée égyptienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Gilbert Sinoué, Le Dernier Pharaon. Méhémet-Ali, 1770-1849, Pygmalion / Gérard Watelet, 1997, (...)
  • 2 Acerbi, consul autrichien à Alexandrie, écrit à Metternich le 4 novembre 1831 : « Quels sont les mo (...)
  • 3 On peut citer notamment les batailles de Konya (décembre 1832) et de Kütahya (février 1833), en Ana (...)

1Ibrahim Pacha, second fils de Mohammed Ali (ou Méhémet-Ali, comme on l’écrit plutôt au xixe siècle, selon la graphie turque), le vice-roi d’Égypte de 1805 à 1848, est né à Kavala (aujourd’hui en Macédoine) en 1789 et mort au Caire en 1848, quelques mois seulement après avoir succédé à son père, dont il commande l’armée depuis 18161. L’Égypte est à cette époque une province ottomane. Mais Méhémet-Ali a lui-même des velléités indépendantistes et cherche à s’affranchir de la Porte. Il mène une politique de conquêtes, qui menacent de plus en plus directement le pouvoir ottoman. Il décide ainsi l’invasion de la Syrie (elle aussi province ottomane, et dont l’actuel Liban faisait partie), où il envoie ses troupes, dirigées par Ibrahim, dès la fin de l’année 18312. En 1832, les villes de la côte syrienne tombent les unes après les autres. Ibrahim Pacha va ensuite de victoire en victoire3, jusqu’à ce que l’Angleterre et l’Autriche interviennent et obligent son père à rendre la Syrie en échange de l’hérédité du titre de vice-roi, pour lui et ses descendants (conférence de Londres de 1840). Mais pendant près d’une décennie, Ibrahim apparaît, en particulier en France, qui en fait son protégé, comme le nouvel homme fort de l’Orient.

  • 4 J’ai réédité ce texte, avec une introduction et des notes, aux éditions H. Champion, en 2000. C’est (...)
  • 5 Henri Guillemin, Lamartine [1940], Éd. du Seuil, 1987, p. 67. Voir par ailleurs William Fortescue, (...)
  • 6 Ce plan est développé dans le « Résumé politique du Voyage en Orient », dans Lamartine, Voyage en O (...)
  • 7 Nicolas Courtinat, très bon lamartinien, a cependant sous-évalué, à mon sens, l’importance d’Ibrahi (...)
  • 8 La formule de « l’homme malade » aurait été employée en 1853 par le tsar Alexandre Ier pour désigne (...)

2Tel est donc le contexte international dans lequel Lamartine accomplit, avec sa femme, sa fille (qui mourra à Beyrouth) et trois de ses amis, entre l’été 1832 et l’automne 1833, le périple qui est raconté dans son Voyage en Orient (1835)4. On sait par ailleurs qu’il avait commencé une carrière diplomatique, en Italie, mais qu’il avait donné sa démission en 1830, par fidélité aux Bourbons. Or ce renoncement, comme l’a bien vu Henri Guillemin, était en même temps une façon de s’ouvrir les portes de la politique5. De fait, Lamartine apprend qu’il est élu député de Bergues alors qu’il est encore en Syrie, en 1833. Dès son retour en France, il s’exprime à la Chambre, notamment sur l’Orient. Convaincu, à tort, que l’Empire ottoman était déjà moribond, il plaidera pour un protectorat des puissances européennes, de façon que la France ait toute sa part du futur gâteau6… Mon hypothèse est qu’Ibrahim, dont les succès militaires ont ébloui Lamartine, est devenu chez lui un véritable mythe7 qui n’a pas peu contribué à sa conviction que le sultan « malade8 » allait bientôt disparaître :

  • 9 Lamartine, op. cit., p. 740.

[Mahmoud II] n’est plus que l’ombre d’un sultan assistant au démembrement successif de l’empire ; pressé contre l’Europe qui le protège et Méhémet-Ali qui le menace, s’il résiste à l’humiliante protection des Russes, Ibrahim arrive et le renverse en paraissant ; s’il combat Ibrahim, la France et l’Angleterre confisquent ses flottes et viennent camper aux Dardanelles ; s’il s’allie à Ibrahim, il devient l’esclave de son esclave, et trouve la mort dans son propre sérail.9

  • 10 Sur l’affaiblissement progressif de l’Empire ottoman, qui remonte au xviiie siècle, voir Robert Man (...)
  • 11 Lamartine résume le contenu de cette lettre qu’il fit lire à M. Damiani, agent consulaire à Jaffa : (...)
  • 12 Ibid., p. 149.
  • 13 Ibid., p. 315.

3Ibrahim est bien, pour Lamartine, l’élément clé dans la « question d’Orient10 », et, bien qu’il ne l’ait jamais rencontré (ou peut-être à cause de cela même), le général égyptien constitue une figure obsédante de son récit de voyage. Parfaitement conscient, lorsqu’il débarque en Syrie en septembre 1832, de se trouver en pays conquis, Lamartine recherche aussitôt la protection d’Ibrahim, dont il a obtenu une lettre de recommandation qu’il produira à plusieurs reprises par la suite11. Dès les premiers jours de son arrivée, il fait en sorte de recevoir dignement le gouverneur égyptien de Beyrouth, lequel est venu lui offrir, « avec une grâce et une cordialité plus qu’européennes, sa protection et ses services12 ». Ceux-ci se traduiront d’ailleurs très concrètement par des escortes militaires. Surtout, avec une habileté qui montre déjà le sens politique de Lamartine, ce dernier laisse croire à plusieurs reprises, pendant son voyage en Palestine, qu’il est un émissaire d’Ibrahim, de façon à augmenter son crédit auprès des populations locales, fût-ce en jouant sur « la terreur du nom d’Ibrahim », comme à Jéricho13.

  • 14 Ibid., p. 306.
  • 15 « Le littoral de l’Afrique n’est ni turc ni arabe, ce sont des colonies de brigands superposées à l (...)

4Ibrahim est pour Lamartine une figure, à la fois symbole du pouvoir militaire et illustration de la capacité humaine à transformer politiquement le réel. Il accède, dans le Voyage en Orient, au statut de héros quasi mythique. Le dialogue avec le gouverneur de Jérusalem que rapporte le narrateur montre d’ailleurs que celui-ci contribue à amplifier l’image flatteuse d’Ibrahim, considéré par l’Europe, dit-il (en réalité surtout par la France), comme un « conquérant civilisateur14 ». À une époque où la France elle-même entame la conquête de l’Algérie au nom de la « civilisation » (conquête que Lamartine soutient pendant son voyage en Orient, comme on le voit dans son « Résumé politique15 »), cette mythification du général égyptien permet au narrateur de se présenter lui-même en prophète des temps modernes, en visionnaire d’une Histoire dans laquelle il compte jouer un rôle actif. Mais voyons d’abord comment le poète des Harmonies (1830) réagit face à la disharmonie en actes, c’est-à-dire face à la guerre.

Voyager en pays occupé

  • 16 « On parle d’une défaite d’Ibrahim. Si l’armée égyptienne venait à subir un revers, la vengeance de (...)
  • 17 Ainsi, à peine arrivés à Beyrouth, les voyageurs passent devant la tour de l’émir druze Fakhr al-Dî (...)
  • 18 Ibid., p. 211.
  • 19 Ibid., p. 357.
  • 20 Gilbert Sinoué, op. cit., p. 305.
  • 21 Lamartine, op. cit., p. 463.
  • 22 Ibid., p. 463.

5Le séjour de Lamartine au Liban et son voyage en Palestine sont ponctués par l’annonce des victoires d’Ibrahim, mais aussi par la crainte d’une déstabilisation de la région au cas où il perdrait une bataille16. Pourtant la guerre, au moins dans un premier temps, est encore lointaine pour le voyageur, alors même que les signes de l’occupation sont visibles dans l’espace parcouru17. « Ibrahim-Pacha a remporté une victoire décisive à Homs », écrit Lamartine le 5 octobre 183218, soit trois mois après que les troupes du sultan durent fuir devant l’armée égyptienne (9 juillet). Un peu plus tard, près d’Acre, alors qu’il se trouve en compagnie du consul de Sardaigne, M. Bianco, le narrateur ne cache pas sa sympathie pour le nouveau maître de la Syrie : « On porte des toasts à la victoire d’Ibrahim, à l’affranchissement du Liban, à l’amitié des Francs et des Arabes19. » Lorsqu’il arrive à Damas, en avril 1833 (la ville est occupée depuis le 13 juin, sans avoir opposé de résistance à Ibrahim, le pacha Ali ayant préféré prendre la fuite20), Lamartine explique comment la ville est administrée, c’est-à-dire par un gouverneur mis en place par le nouveau pouvoir – gouverneur qui nomme lui-même les membres d’un « conseil municipal formé des premiers négociants de toutes les différentes nations21 ». Aucune trace de condamnation de cette présence égyptienne, qui n’est pourtant pas souhaitée par les habitants (« Schérif-Bey profite de l’impression de terreur qui a frappé Damas pour aller à Alep ») et qui repose sur une occupation militaire bien visible (« Un camp de six mille Égyptiens et de trois mille Arabes reste aux portes de la ville22. »).

6Du point de vue des voyageurs européens de l’époque, l’occupation égyptienne de Damas est favorable. Ainsi Poujoulat, qui s’y trouve en mai 1831, écrivait-il à propos des bazars de la ville :

  • 23 Joseph Michaud, Joseph Poujoulat, Correspondance d’Orient [1re éd. déc. 1835], Bruxelles, Grégoir, (...)

En parcourant ces galeries populeuses, j’ai souvent entendu des musulmans me maudire ou m’adresser des injures, lorsqu’à mon langage ils reconnaissaient que j’étais Franc.23

Deux ans plus tard, Lamartine confirme ce jugement :

  • 24 Lamartine, op. cit., p. 448.

Seuls parmi les Orientaux, les Damasquins nourrissent de plus en plus la haine religieuse et l’horreur du nom et du costume européens.24

7Or Ibrahim, fils d’un pacha francophile, apparaît comme celui qui introduit un principe de tolérance au milieu d’une population à la réputation de « fanatisme ». Protecteur des chrétiens, sur lesquels il s’appuie pour asseoir son pouvoir, il modifie les rapports de force antérieurs qui faisaient des non-musulmans, dans l’Empire ottoman, des « protégés », c’est-à-dire des populations ayant un statut inférieur.

  • 25 Ibid., p. 460. Mme de Lamartine confirmera le rôle de protecteur des chrétiens joué par le général (...)

Les trente mille chrétiens arméniens qui habitent la ville [Damas] sont dans la terreur, et seraient massacrés si les Turcs avaient le dessus. Les musulmans sont irrités de l’égalité qu’Ibrahim-Pacha a établie entre eux et les chrétiens.25

  • 26 L’ambassadeur autrichien Ottenfels écrit ainsi à Metternich, de Constantinople, le 26 mars 1832 : « (...)

8À quoi tient le sentiment de terreur suscité en Syrie par le simple nom du général égyptien, et dont Lamartine parle à plusieurs reprises ? Outre les victoires éclatantes remportées sur les troupes ottomanes, il faut sans doute y voir le souvenir d’un événement précis, celui de la chute d’Acre, intervenue le 17 mai 1832 après six mois de résistance de la part d’Abdallah-Pacha face à l’armée égyptienne soutenue par les troupes de Béchir, l’émir des Druses. Jusque-là, Ibrahim avait mené un Blitzkrieg. Mais Acre s’était défendue avec d’autant plus d’acharnement qu’elle avait espéré la venue de renforts envoyés par le sultan. Ceux-ci n’arrivèrent jamais jusqu’à la ville elle-même, mais on voit bien, en parcourant quelques dépêches diplomatiques de l’époque, que les chancelleries suivaient avec attention la progression d’Ibrahim en Syrie26. Lamartine, quant à lui, passe une première fois aux abords d’Acre le 8 octobre 1832, soit environ quatre mois et demi après la fin des hostilités :

  • 27 Lamartine, op. cit., p. 218.

Le siège d’Acre, par Ibrahim-Pacha, avait récemment réduit la ville à un monceau de ruines sous lesquelles dix ou douze mille morts étaient ensevelis avec des milliers de chameaux. Ibrahim, vainqueur, et pressé de remettre son importante conquête à l’abri d’une réaction de fortune, était occupé à relever les murs et les maisons d’Acre ; – tous les jours, on déterrait de ces décombres des centaines de morts à demi consumés ; les exhalaisons putrides, les cadavres amoncelés, avaient corrompu l’air de toute la plaine ; nous passâmes le plus loin possible des murs, et nous allâmes faire halte, à midi, au village arabe des Eaux d’Acre, sous un verger de grenadiers, de figuiers et de mûriers.27

  • 28 Ibid., p. 350.

9Les combats, bien que terminés, se font encore sentir dans leurs conséquences, à travers l’odeur insupportable des cadavres déterrés, comme un retour du refoulé venant perturber l’image glorieuse de la guerre. Dans un premier temps, Lamartine préfère fuir le champ de bataille : au locus horribilis se substitue rapidement un locus amœnus, ou en tout cas un jardin embaumé, symbole de vie en même temps que paysage exotique recherché. Pourtant, le voyageur ne parvient pas à maintenir jusqu’au bout cette stratégie d’évitement. Un mois plus tard, au retour de Jérusalem, c’est à nouveau « l’odeur infecte des champs de bataille » qui annonce la proximité d’Acre28. Et, cette fois-ci, Lamartine s’engage, avec ses compagnons de voyage, sur les traces d’un charnier, comme pour affronter, dans une sorte de rituel initiatique, la mort elle-même, avant de pouvoir réenchanter l’Orient :

  • 29 Ibid., p. 353. On peut comparer ce récit avec celui que donne l’un des compagnons de voyage de Lama (...)

L’air n’était plus respirable […]. Ces sillons pouvaient avoir une demi-lieue de long sur à peu près autant de large ; le dos du sillon s’élevait à un ou deux pieds au-dessus du sol : c’était la place du camp d’Ibrahim et la tombe de quinze mille hommes qu’il avait fait ensevelir dans ces tranchées sépulcrales ; nous marchâmes longtemps avec difficulté sur ce sol qui recouvrait à peine tant de victimes de l’ambition et du caprice de ce qu’on appelle un héros.29

  • 30 Lamartine, op. cit., p. 353.

10On est ici, du point de vue de la représentation d’Ibrahim, à un tournant du Voyage en Orient. Ce second passage devant Acre, qui s’accompagne d’un contact presque physique avec les restes des soldats morts affleurant la terre (« Nous pressions le pas de nos chevaux dont les pieds heurtaient sans cesse contre les morts et brisaient les ossements que les chacals avaient découverts30. »), montre que l’image idéalisante du conquérant égyptien est susceptible d’être mise en cause. On verra que ce renversement de valeur, perceptible de manière ponctuelle dans le Voyage en Orient, sera exploité par Lamartine à son retour en France. Mais la fascination que ce dernier éprouve à l’égard d’Ibrahim, si elle comporte une part d’ambivalence, n’empêche en rien la construction d’un véritable mythe, lié à la conception lamartinienne d’une Histoire providentielle.

La destinée en marche

  • 31 Ibid., p. 149.
  • 32 Voir la troisième des Nouvelles Méditations poétiques (1823) : « La gloire efface tout !… excepté l (...)
  • 33 Voir Jean Tulard, Le Mythe de Napoléon, A. Colin, 1971.
  • 34 Victor Hugo, Les Orientales, édit. Franck Laurent, Librairie générale française (Le Livre de poche. (...)
  • 35 Lamartine explique d’ailleurs au gouverneur de Jaffa que « son culte à lui s’appelait Fatalité et l (...)

11« Ibrahim-Pacha, c’est la destinée, c’est Allah pour ses officiers ; Napoléon, ce n’était que la gloire et l’ambition pour les siens31. » La comparaison, au profit du général égyptien, est révélatrice. Elle traduit tout à la fois le point de vue critique de Lamartine sur l’empereur, à qui il ne pardonna pas l’assassinat du duc d’Enghien32, et le fait que le narrateur du Voyage en Orient hérite malgré tout, comme la plupart de ses contemporains, de ce que l’on a appelé le mythe de Napoléon33. Car, bien entendu, la noirceur conférée au personnage contribue aussi, pour les romantiques, à sa mythification. Preuve en est la fin de la préface des Orientales (1829), où Hugo, après avoir écrit que « tout le continent penche à l’Orient », affirme que « c’est elle [« la vieille barbarie asiatique »] qui a produit le seul colosse que ce siècle puisse mettre en regard de Bonaparte, si toutefois Bonaparte peut avoir un pendant ; cet homme de génie, turc et tartare à la vérité, cet Ali-Pacha, qui est à Napoléon ce que le tigre est au lion, le vautour à l’aigle34 ». Ali, pacha de Janina, mort en 1822, était connu pour sa cruauté, d’où la comparaison avec des animaux prédateurs. Mais si, pour Hugo, Ali est le Bonaparte oriental, pour Lamartine, Ibrahim est supérieur au conquérant européen : il incarne la destinée en marche, c’est-à-dire l’Histoire elle-même, telle qu’elle est voulue par la Providence. D’autre part, le narrateur du Voyage en Orient précise ce que représente Ibrahim pour ses soldats : Allah, le Dieu des musulmans. Ce sont là, finalement, deux avatars d’un même génie, qui trouve sa traduction historique et religieuse sous des formes différentes mais parentes, en Occident et en Orient35.

  • 36 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 616.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid. Ce jugement paraît en contradiction avec la conviction qu’a Lamartine d’un effondrement immin (...)
  • 39 Ibid., p. 247.
  • 40 Voir Henry Laurens et al., L’Expédition d’Égypte, 1798-1801, A. Colin, 1989, p. 195.
  • 41 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 351.

12Le mythe d’Ibrahim que Lamartine construit s’appuie sur celui de Napoléon tout en cherchant à le dépasser. Bonaparte, comme il est dit dans le « Résumé politique du Voyage en Orient », « n’a jamais rien compris à la liberté36 ». Il était par ailleurs « l’homme de l’Orient et non l’homme de l’Europe37 ». Autrement dit, les guerres de la Révolution et de l’Empire, condamnées à l’échec sur le plan européen car contraires aux valeurs issues des Lumières, avaient en revanche un avenir en Asie, où Lamartine, à la suite de Montesquieu, se dit convaincu que le despotisme est « éternel38 ». Dès lors, Ibrahim apparaît comme le Bonaparte égyptien, ou, plus exactement, il incarne pour Lamartine celui qui, dix ans après la mort de l’empereur, tenterait d’achever, en Orient et depuis l’Orient, ce que le général français n’était pas parvenu à accomplir pendant sa propre expédition d’Égypte. Le lien entre les deux hommes est en tout cas explicitement établi dans le Voyage en Orient. Preuve en est la façon dont le narrateur parle du siège d’Acre, dont il aperçoit, sur le chemin de Jérusalem, les fortifications « dentelées par le canon d’Ibrahim-Pacha et de Napoléon39 ». On sait en effet que cette ville fut assiégée par les troupes de Bonaparte entre les mois de mars et de mai 1799. Mais ce dernier, malgré son obstination, ne parvint pas à donner l’assaut final, et il dut se contenter de bombarder Acre avant de se retirer, après de nombreuses pertes humaines et avec des soldats malades de la peste, dont certains, devenus intransportables, furent empoisonnés à l’opium40. Cette campagne de Syrie fut donc un échec militaire, comme d’ailleurs celle d’Égypte, dont on connaît l’histoire. Or Ibrahim, lui, parvint à prendre la ville d’Acre, malgré la résistance acharnée du pacha Abdallah. Tout se passe donc comme si, en 1832, le général égyptien reprenait et achevait la conquête inaboutie du général français. Il est vrai que cette conquête fut de courte durée. Mais cela, Lamartine ne pouvait pas le deviner lorsqu’il se trouvait en Orient. Tout au contraire, enflammé par les succès du fils de Méhémet-Ali, il voyait déjà en Ibrahim le « maître absolu de l’Arabie, de la Syrie, et de tous les royaumes de Pont, de Bithynie, de Cappadoce, qui sont aujourd’hui la Caramanie41 ».

  • 42 Ibid., p. 352.
  • 43 Ibid., p. 424.

13Réussissant là où Bonaparte avait échoué, Ibrahim est aussi, pour Lamartine, un nouvel Alexandre, comme le laissent deviner les noms de ces trois provinces soumises par le conquérant macédonien au ive siècle avant Jésus-Christ. Dans le même paragraphe, on trouve d’ailleurs une comparaison explicite entre le conquérant moderne et son modèle antique (« On sait le reste de cette campagne qui rappelle celle d’Alexandre42. »), comparaison qui sera reprise et développée dans la partie du récit intitulée « Ruines de Balbek », où le narrateur, rêvant de « lancer une colonie européenne dans ce cœur de l’Asie, de reporter la civilisation moderne aux lieux d’où la civilisation antique est sortie43 », envisage cette fois-ci, de manière parfaitement cynique, le renversement… du général égyptien :

  • 44 Ibid., p. 425.

Alexandre a conquis l’Asie avec trente mille soldats grecs et macédoniens ; – Ibrahim a renversé l’empire turc avec trente ou quarante mille enfants égyptiens, sachant seulement charger une arme et marcher au pas. Un aventurier européen, avec cinq ou six mille soldats d’Europe, peut aisément renverser Ibrahim, et conquérir l’Asie, de Smyrne à Bassora, et du Caire à Bagdad, en marchant pas à pas.44

  • 45 Ibid., p. 457.

14Les figures de conquérant civilisateur se succèdent, se superposent partiellement et se répondent l’une l’autre, à travers le temps et l’espace, sur les deux rives de la Méditerranée. Si le fils de Méhémet-Ali se situe dans le sillage d’Alexandre et de Bonaparte, il annonce aussi le mouvement de l’Histoire, ce que Lamartine appelle pudiquement « l’inévitable rapprochement45 » de l’Orient et de l’Occident. Or celui-ci se traduit notamment, pour Lamartine comme pour la plupart des contemporains, par la colonisation. On ne s’étonnera donc pas que le Voyage en Orient, favorable à la conquête de l’Algérie par la France de Louis-Philippe, le soit également à celle de la Syrie par l’Égypte de Méhémet-Ali. Ibrahim apparaît, dans ce contexte, si ce n’est comme un héros civilisateur sans reproche, du moins comme celui qui s’apprête à porter le coup de grâce à un Empire ottoman jugé arriéré.

15Plus surprenante, en revanche, est la façon dont Lamartine intègre, ou plus exactement construit un point de vue oriental dans le « grand récit » civilisateur qu’il véhicule. Arrivé à Beyrouth au début du mois de septembre 1832, il entre dans une ville occupée. La population, à l’en croire, aurait accueilli le général égyptien comme un homme providentiel :

  • 46 Ibid., p. 150.

Un Arabe me contait aujourd’hui l’entrée d’Ibrahim dans la ville de Bayruth. À quelque distance de la porte, comme il traversait un chemin creux dont les douves sont couvertes de racines grimpantes et d’arbustes entrelacés, un énorme serpent est sorti des broussailles et s’est avancé lentement, en rampant sur le sable, jusque sous les pieds du cheval d’Ibrahim ; le cheval, épouvanté, s’est cabré, et quelques esclaves qui suivaient à pied le pacha se sont élancés pour tuer le serpent, mais Ibrahim les a arrêtés d’un geste, et, tirant son sabre, il a coupé la tête du reptile qui se dressait devant lui et a foulé les tronçons sous les pieds de son cheval ; la foule a poussé un cri d’admiration, et Ibrahim, le sourire sur les lèvres, a continué sa route enchanté de cette circonstance qui est l’augure assuré de la victoire chez les Arabes. Ce peuple ne voit aucun accident de la vie, aucun phénomène naturel sans y attacher un sens prophétique et moral ; est-ce un souvenir confus de cette première langue plus parfaite qu’entendaient jadis les hommes, langue dans laquelle toute la nature s’expliquait par toute la nature ?46

  • 47 J’ai reproduit un extrait de cette lettre dans la Relation orientale, op. cit., p. 233.
  • 48 Sur la pensée religieuse de Lamartine à l’époque du Voyage en Orient, voir Paul Bénichou, Les Mages (...)
  • 49 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 151.

16Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cet épisode du serpent n’est pas de pure imagination : il est attesté par Félix-Guillaume Jorelle, gérant du consulat français de Beyrouth, dans une lettre qu’il envoie au ministre des Affaires étrangères en date du 7 avril 1832. Mais cette lettre montre en même temps le déplacement d’accent opéré par Lamartine. Alors que Jorelle écrivait, à propos de l’épisode du serpent, que « cette aventure a été regardée par les Turcs et probablement par le Pacha lui-même comme de bon augure pour la cause de Mohammed Ali47 », le narrateur du Voyage en Orient fait des Arabes eux-mêmes les admirateurs du conquérant égyptien, comme s’ils comprenaient naturellement la dimension prophétique de l’Histoire qui se déploie sous leurs yeux. Comme l’écrit le poète, qui se rêve en « prophète des temps modernes48 » : « Le présent est toujours le germe générateur et infaillible de l’avenir ; il ne s’agit que de le voir et de le comprendre49. »

  • 50 Ibid., p. 215.
  • 51 Ibid., p. 248.
  • 52 Ibid., p. 247.

17Lamartine est séduit par Ibrahim non seulement parce que ce dernier incarne un pouvoir « civilisateur » en marche, contribuant ainsi à affaiblir l’Empire ottoman, mais aussi parce que la « rencontre » du voyageur et du général se situe sur la terre des anciens prophètes. Lors de son voyage de Beyrouth à Jérusalem, Lamartine passe par Sour, l’ancienne Tyr, qui, dans la Bible, est le lieu où l’Oracle annonce le châtiment des peuples idolâtres (Esaïe, 23). « Les prophéties se sont dès longtemps accomplies sur elle50 », écrit le narrateur du Voyage en Orient, qui en lit manifestement la traduction historique dans la destruction de l’antique cité phénicienne par les Mamelouks, au xiiie siècle. Mais l’Histoire continue, et le pouvoir ottoman est en passe d’être à son tour balayé par Ibrahim – du moins, c’est ce dont Lamartine est convaincu. Comment, d’ailleurs, ne pas céder au démon de l’analogie lorsqu’on passe à côté des « fameuses grottes des prophètes51 », d’où l’on aperçoit Saint-Jean-d’Acre, « avec ses fortifications dentelées par le canon d’Ibrahim et de Napoléon52 » ? Tout est signe, pour le pèlerin moderne, dans l’espace oriental lui-même saturé d’histoire biblique.

  • 53 Sur cette visite comme voyage initiatique, voir Nicolas Courtinat, op. cit., p. 407 et suiv.

18Lamartine partage avec quelques-uns de ses contemporains, comme Lamennais ou Quinet, une conception providentialiste de l’Histoire. D’où l’importance, dans le Voyage en Orient, de la rencontre avec Lady Stanhope53, nièce du ministre William Pitt, établie dans la montagne libanaise, où elle meurt en 1839. Lamartine, après bien d’autres voyageurs européens, lui rendit visite en 1832, à Djoun. Elle lui aurait alors assuré qu’il était « un de ces grands hommes […] que la Providence [lui] envoie » et lui aurait dit, évidemment de manière sibylline :

  • 54 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 172.

L’Europe est finie, la France seule a une grande mission à accomplir encore ; vous y participerez, je ne sais pas encore comment, mais je puis vous le dire ce soir, si vous le désirez, quand j’aurai consulté vos étoiles.54

19Il est vrai que ce prophétisme est quelque peu suspect, dans la mesure où le récit proprement dit, mis au net et publié après le retour en France, tient compte des événements intervenus entre-temps – ainsi l’élection de Lamartine comme député, qui date de janvier 1833 (et qu’il n’apprend que quelques mois plus tard), ne peut logiquement être connue de l’intéressé au moment où il rend visite à Lady Stanhope, en décembre 1832. Qu’à cela ne tienne : aller en Orient, c’est acquérir le don de prophétie par lequel le nouvel homme politique cherche à s’imposer en France. Il l’affirmera encore à la fin de son périple, lorsqu’il se trouvera à Constantinople :

  • 55 Ibid., p. 531.

De loin, on voit mieux les choses […]. Il faut qu’un homme politique s’éloigne souvent de la scène où se joue le drame de son temps, s’il veut le juger, et en prévoir le dénouement.55

20Ibrahim, dans ce contexte, est à la fois l’agent et le révélateur d’une Histoire dont le sens doit être interprété par Lamartine lui-même. Mais la « prophétie » de ce dernier est double. Car, si le général égyptien est censé confirmer, par sa conquête de la Syrie, la chute programmée de l’Empire ottoman, il annonce en même temps, sans le savoir, la supériorité – évidemment autoproclamée – de la colonisation française. Malgré l’image mythifiante d’Ibrahim véhiculée par le Voyage en Orient, Lamartine n’hésitera pas, de retour en France, à faire de ce dernier un despote incapable d’apporter la civilisation dans les régions qu’il occupe :

  • 56 Discours « Sur l’Orient » (8 janvier 1834), dans La France parlementaire d’Alphonse de Lamartine, é (...)

Ibrahim, Messieurs, ne civilise pas, il conquiert, il remporte des victoires, il soumet devant son génie et devant son audace des populations tremblantes et auxquelles le nom de leur oppresseur n’importe pas.56

21Et, toujours en janvier 1834, il lancera un véritable appel à la colonisation, comme s’il appartenait à la France de se substituer à l’Égypte pour accomplir, de manière « légitime » car fondée sur une authentique vocation civilisatrice, la conquête d’un Empire ottoman jugé moribond et déjà partagé en zones d’influence des puissances occidentales :

  • 57 Ibid., p. 19. Ce sont de telles déclarations qui motivent la critique sévère du « discours oriental (...)

Que l’Europe se comprenne elle-même, qu’elle colonise l’Asie et l’Afrique, qu’elle se répande sur ces rivages déserts avec le superflu de son activité, avec ses nobles passions, avec sa civilisation et sa religion progressives…57

22Lamartine a, tout à la fois, surévalué la puissance militaire de l’Égypte (qui dut se retirer de la Syrie en 1840) et sous-évalué la capacité de résistance de l’Empire ottoman (qui ne s’écroulera qu’à la fin de la Première Guerre mondiale). Mais sa « prophétie » coloniale fut malheureusement entendue. À ce titre, on peut dire que la figure conquérante d’Ibrahim, telle qu’elle apparaît sous une forme mythifiante dans le Voyage en Orient, rappelle que l’Égypte fut, au xixe siècle, une puissance régionale expansionniste qui anticipa et menaça… l’impérialisme européen lui-même.

Haut de page

Notes

1 Voir Gilbert Sinoué, Le Dernier Pharaon. Méhémet-Ali, 1770-1849, Pygmalion / Gérard Watelet, 1997, en particulier p. 295 et suivantes pour la conquête de la Syrie par Ibrahim, dont il sera souvent question ici.

2 Acerbi, consul autrichien à Alexandrie, écrit à Metternich le 4 novembre 1831 : « Quels sont les motifs de cette expédition ? Le motif apparent est de punir Abdallà Pacha d’Acre de la contrebande et de l’émigration qu’il encourage sur ses frontières au détriment des monopoles, et de la population de l’Égypte. Le vrai motif est la conquête de la Syrie, que l’ambition de Mehemet-Aly convoite depuis longtemps » ; Archives impériales autrichiennes relatives au Liban et au Proche-Orient (1793-1918), vol. I : 1793-1834, sous la dir. du P. Karam Rizk, Kaslik (Liban), Publications de l’Institut d’histoire de l’université Saint-Esprit de Kaslik, 1997, p. 52.

3 On peut citer notamment les batailles de Konya (décembre 1832) et de Kütahya (février 1833), en Anatolie, comme des jalons importants de l’avancée d’Ibrahim vers Constantinople, qu’il n’attaquera finalement jamais. Voir Kamal Salibi, Histoire du Liban, du xviie siècle à nos jours, Beyrouth, Naufal, 1992.

4 J’ai réédité ce texte, avec une introduction et des notes, aux éditions H. Champion, en 2000. C’est à cette édition que je me référerai ici.

5 Henri Guillemin, Lamartine [1940], Éd. du Seuil, 1987, p. 67. Voir par ailleurs William Fortescue, Alphonse de Lamartine. A Political Biography, Londres, Saint Martin’s Press, 1983.

6 Ce plan est développé dans le « Résumé politique du Voyage en Orient », dans Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 742 et suiv. : « Voici ce qu’il y a à faire. Rassembler un congrès des principales puissances qui ont des limites sur l’empire ottoman, ou des intérêts sur la Méditerranée ; établir, en principe et en fait, que l’Europe se retire de toute action ou influence directe dans les affaires intérieures de la Turquie et l’abandonne à sa propre vitalité et aux chances de ses propres destinées, et convenir d’avance que, dans le cas de la chute de cet empire, soit par une révolution à Constantinople, soit par un démembrement successif, les puissances européennes prendront chacune, à titre de protectorat, la partie de l’empire qui lui sera assignée par les stipulations du congrès… »

7 Nicolas Courtinat, très bon lamartinien, a cependant sous-évalué, à mon sens, l’importance d’Ibrahim dans le Voyage en Orient, alors même qu’il consacre tout un chapitre aux « Dislocations de l’histoire contemporaine ». Voir son ouvrage Philosophie, histoire et imaginaire dans le Voyage en Orient de Lamartine, H. Champion, 2003, en particulier p. 266 et suiv. sur « Lamartine et la “question d’Orient” ».

8 La formule de « l’homme malade » aurait été employée en 1853 par le tsar Alexandre Ier pour désigner le sultan Abdul-Medjid (voir Robert Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, 1989, p. 501). Mais l’image du sultan malade, voire agonisant, est déjà présente lorsque Lamartine parle de Mahmoud II (1808-1839), comme on le voit dans la citation qui suit.

9 Lamartine, op. cit., p. 740.

10 Sur l’affaiblissement progressif de l’Empire ottoman, qui remonte au xviiie siècle, voir Robert Mantran (dir.), op. cit., chap. xi.

11 Lamartine résume le contenu de cette lettre qu’il fit lire à M. Damiani, agent consulaire à Jaffa : « Je suis informé que notre ami (ici mon nom) est arrivé de France avec sa famille et plusieurs compagnons de voyage, pour parcourir les pays soumis à mes armes et connaître nos lois et nos mœurs. Mon intention est que toi, et tous mes gouverneurs de ville ou de province, les commandants de mes flottes, les généraux et officiers commandant mes armées, vous lui donniez toutes les marques d’amitié, vous lui rendiez tous les services que mon affection pour lui et pour sa nation me commandent ; vous lui fournirez, s’il le demande, les maisons, les chevaux, les vivres, dont il aura besoin, lui et sa suite. Vous lui procurerez les moyens de visiter toutes les parties de nos États qu’il désirera voir ; vous lui donnerez des escortes aussi nombreuses que sa sûreté, dont vous répondez sur votre tête, l’exigera ; et si même il éprouvait des difficultés à pénétrer dans certaines provinces de notre domination, par le fait des Arabes, vous ferez marcher vos troupes pour assurer ses excursions, etc. » (Lamartine, op. cit., p. 269).

12 Ibid., p. 149.

13 Ibid., p. 315.

14 Ibid., p. 306.

15 « Le littoral de l’Afrique n’est ni turc ni arabe, ce sont des colonies de brigands superposées à la terre, et ne s’y enracinant pas ; cela n’a ni titre, ni droit, ni famille parmi les nations, cela appartient au canon ; c’est un vaisseau sans pavillon, sur lequel tout le monde peut tirer ; la Turquie n’est pas là » (ibid., p. 736).

16 « On parle d’une défaite d’Ibrahim. Si l’armée égyptienne venait à subir un revers, la vengeance des Turcs, opprimés aujourd’hui ici par les chrétiens du Liban, serait à craindre, et des excès pourraient avoir lieu dans les campagnes isolées, surtout comme la nôtre. Je me suis décidé à louer aussi par précaution une maison dans la ville… » (ibid., p. 159).

17 Ainsi, à peine arrivés à Beyrouth, les voyageurs passent devant la tour de l’émir druze Fakhr al-Dîn (1572-1635), tour « qui sert aujourd’hui d’observation à quelques sentinelles de l’armée d’Ibrahim-Pacha » (ibid., p. 144-145).

18 Ibid., p. 211.

19 Ibid., p. 357.

20 Gilbert Sinoué, op. cit., p. 305.

21 Lamartine, op. cit., p. 463.

22 Ibid., p. 463.

23 Joseph Michaud, Joseph Poujoulat, Correspondance d’Orient [1re éd. déc. 1835], Bruxelles, Grégoir, Wouters et Cie, 1841, t. VII, p. 9.

24 Lamartine, op. cit., p. 448.

25 Ibid., p. 460. Mme de Lamartine confirmera le rôle de protecteur des chrétiens joué par le général égyptien, à l’occasion de son propre voyage à Jérusalem, dans des notes que son mari a insérées dans son Voyage en Orient : « Il [le père supérieur du couvent de Bethléem] fut tout à fait rassuré en apprenant qu’Ibrahim-Pacha accordait protection aux populations chrétiennes de la Syrie » (ibid., p. 502).

26 L’ambassadeur autrichien Ottenfels écrit ainsi à Metternich, de Constantinople, le 26 mars 1832 : « L’armée turque arrivera-t-elle devant Acre avant que cette place tombe entre les mains d’Ibrahim Pacha ? On serait admis à le croire malgré la lenteur habituelle des armées turques, car d’après tous les renseignemens qui nous arrivent de différens côtés Abdallah Pacha avec sa brave garnison continue à se défendre vigoureusement et cause des pertes très sensibles à l’armée égyptienne qui n’a pas encore fait de grands progrès dans les travaux du siège, quoique la ville soit déjà réduite en un monceau de ruines par l’effet du bombardement » (Archives impériales autrichiennes…, op. cit., p. 79).

27 Lamartine, op. cit., p. 218.

28 Ibid., p. 350.

29 Ibid., p. 353. On peut comparer ce récit avec celui que donne l’un des compagnons de voyage de Lamartine, qui publia lui-même un Voyage en Orient. Médecin, Delaroière se montre évidemment sensible aux épidémies. Mais la critique qu’il formule a aussi une portée idéologique, qui met en cause la capacité de l’Égypte à se réformer sur le modèle européen, et du même coup sa légitimité « civilisatrice » : « En approchant de la ville, une puanteur horrible s’exhalait de ses environs. Nous vîmes les corps des soldats, tués pendant le siège, à peine recouverts d’un peu de terre ; les cadavres des animaux gisaient en plein air en proie aux corbeaux et aux autres animaux carnassiers. Ce foyer d’infection avait produit un typhus violent dans la ville et les environs ; les habitans et les ouvriers qu’Ibrahim y envoyait sans cesse mouraient en foule. Malgré l’imminence de ce danger, malgré les avertissemens répétés des médecins européens au service du pacha, l’administration ne se décide ni à enterrer ces cadavres, ni à les détruire ; elle les laissera exhaler leurs miasmes contagieux jusqu’à ce que les animaux ou la pourriture en aient fait justice » (Jean-Vaast Delaroière, Voyage en Orient, Debécourt, 1836, p. 132-133).

30 Lamartine, op. cit., p. 353.

31 Ibid., p. 149.

32 Voir la troisième des Nouvelles Méditations poétiques (1823) : « La gloire efface tout !… excepté le crime ! » ; Lamartine, Œuvres poétiques complètes, édit. Marius-François Guyard, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1963, p. 122.

33 Voir Jean Tulard, Le Mythe de Napoléon, A. Colin, 1971.

34 Victor Hugo, Les Orientales, édit. Franck Laurent, Librairie générale française (Le Livre de poche. Classiques de poche), 2000, p. 53.

35 Lamartine explique d’ailleurs au gouverneur de Jaffa que « son culte à lui s’appelait Fatalité et le [s]ien Providence » (Voyage en Orient, op. cit., p. 270). La critique politique de l’Empire ottoman n’empêche pas, chez Lamartine, une idéalisation religieuse des Turcs en tant que peuple. Sur la figure du « Turc évangélique », voir notre Relation orientale, Klincksieck, 1995, p. 85 et suiv.

36 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 616.

37 Ibid.

38 Ibid. Ce jugement paraît en contradiction avec la conviction qu’a Lamartine d’un effondrement imminent de l’Empire ottoman. Mais il traduit aussi sa sympathie pour les hommes politiques forts : le rêve « civilisateur », au xixe siècle, ne va pas forcément de pair avec la démocratie au sens moderne du terme…

39 Ibid., p. 247.

40 Voir Henry Laurens et al., L’Expédition d’Égypte, 1798-1801, A. Colin, 1989, p. 195.

41 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 351.

42 Ibid., p. 352.

43 Ibid., p. 424.

44 Ibid., p. 425.

45 Ibid., p. 457.

46 Ibid., p. 150.

47 J’ai reproduit un extrait de cette lettre dans la Relation orientale, op. cit., p. 233.

48 Sur la pensée religieuse de Lamartine à l’époque du Voyage en Orient, voir Paul Bénichou, Les Mages romantiques, Gallimard, 1988, p. 70 et suiv.

49 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 151.

50 Ibid., p. 215.

51 Ibid., p. 248.

52 Ibid., p. 247.

53 Sur cette visite comme voyage initiatique, voir Nicolas Courtinat, op. cit., p. 407 et suiv.

54 Lamartine, Voyage en Orient, op. cit., p. 172.

55 Ibid., p. 531.

56 Discours « Sur l’Orient » (8 janvier 1834), dans La France parlementaire d’Alphonse de Lamartine, édit. Louis Ulbach, t. I, Paris, Librairie internationale, 1864, p. 14.

57 Ibid., p. 19. Ce sont de telles déclarations qui motivent la critique sévère du « discours orientaliste » faite par Edward Said. Voir de ce dernier L’Orientalisme, trad. Catherine Malamoud, Éd. du Seuil, 1980, notamment p. 206-207 à propos du Voyage en Orient de Lamartine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarga Moussa, « La figure d’Ibrahim dans le Voyage en Orient de Lamartine », Écrire l'histoire, 7 | 2011, 63-75.

Référence électronique

Sarga Moussa, « La figure d’Ibrahim dans le Voyage en Orient de Lamartine », Écrire l'histoire [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/377 ; DOI : 10.4000/elh.377

Haut de page

Auteur

Sarga Moussa

Sarga Moussa est directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR LIRE (CNRS - Université Lyon‑II). Il a donné des cours dans différentes universités, en France et à l’étranger. Il est coresponsable du séminaire sur les orientalismes, fondé à l’ENS en 2008 (<www.orientalismes.net>). Spécialiste de l’orientalisme littéraire et du récit de voyage en Orient, en particulier au xixe siècle, il s’intéresse plus largement à la représentation des altérités culturelles dans la littérature française. Il a réédité le Voyage en Orient de Lamartine (H. Champion, 2000) et a publié Le Voyage en Égypte (Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2004). Dernier ouvrage en date : Sarga Moussa (dir.), Littérature et esclavage (xviiie-xixe siècles), Desjonquères (coll. « L’esprit des lettres »), 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals