Navigation – Plan du site
Premières rencontres avec l’histoire (1)

Présentation

Claude Millet
p. 109-110

Texte intégral

Nous avons souhaité rassembler dans ce dossier (qui se prolongera dans le numéro 8 d’automne 2011) des témoignages d’écrivains sur leur première rencontre, enfants, avec l’Histoire : le souvenir d’un « premier moment » où l’Histoire est apparue, au milieu des histoires, comme quelque chose de différent, débordant l’horizon familier, y faisant effraction ou s’y mêlant de manière diffuse. Des trois textes que nous publions ici, on retiendra ce qui les rassemble : une interrogation commune sur la transmission, sa fragilité, son opacité, même au fond quand elle passe, comme ce fut le cas pour Marc Quaghebeur, par des livres et des disques, par un appareillage culturel qui fait décoller les rêves à côté de l’expérience – petit Belge né dans les ruines de Tournai rêvant d’un pèlerinage à Sainte-Hélène… Mais on retiendra aussi et peut-être surtout ce qui les distingue. Chez Marc Quaghebeur, le fil est continu qui relie l’enfant à l’adulte écrivain, les deux témoignant fondamentalement de la même chose : que l’Histoire, et la mémoire, et plus tard l’écriture ont été et sont affaire d’espaces, espaces détruits, espaces conservés ou rebâtis « au semblable », espaces à déchiffrer pour parcourir l’Histoire dans tous les sens, à la fois énigme et milieu. Chez Anne-Marie Garat, ce fil se brise, parce qu’il y a au fond deux Histoires. D’un côté l’Histoire obscure, lacunaire de tout le savoir et de tous les mots qui manquent au grand-père vigneron, une histoire au ras de l’expérience ; une histoire de mots, ceux qui sont proférés, ceux qui ne le sont pas, une histoire d’objets, ceux qu’on voit – le baquet où trempent les pieds du grand-père –, et ceux qu’on ne voit pas – les médailles de la Grande Guerre, les certificats médicaux qui consignent les blessures reçues sur le champ de bataille, les cartes postales envoyées de la captivité –, et une histoire de corps : pieds calleux, main morte, œil crevé. De l’autre côté, l’Histoire savante, celle qu’on peut construire avec des témoignages d’officiers, qui, eux, ont les mots qui s’offrent à la compréhension abstraite, et avec des livres, et avec internet. Ces deux histoires, la vie les recoud lorsque à la fin du texte Anne-Marie Garat emmène ses petits-enfants au musée de Péronne ; la vie les recoud, et surtout l’écriture, qui sait avec les mots revenir à ces deux autres petites-filles qui, dans la chaleur d’un été des années 1950, ne posaient pas de question, et ne comprenaient qu’à moitié un témoignage qui ne se disait pas historique et qui, peut-être, ne leur était pas adressé. Chez Gérard Farasse enfin, l’adulte discrètement s’efface, voix voilée qui ne se manifeste qu’une fois au milieu du récit, pour rattacher ensemble les deux souvenirs, les deux premières rencontres avec l’Histoire, c’est-à-dire pour Farasse avec le monde à la fois sanglant et énigmatique de la politique et, une fois à la fin, pour rattacher l’adulte écrivant et l’enfant, lier le détachement du premier au malaise du second. Malaise face à ce qui fait sourdement peur et que l’enfant ne s’explique pas, ces affaires de rouge et de sang versé dans nos sillons, incompréhensibles et évidentes comme la jambe détachée du corps du père, un jour de bataille dans les Ardennes. « Le souvenir présente souvent l’aspect d’une cicatrice. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Millet, « Présentation », Écrire l'histoire, 7 | 2011, 109-110.

Référence électronique

Claude Millet, « Présentation », Écrire l'histoire [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/433

Haut de page

Auteur

Claude Millet

Claude Millet est professeur à l’université Paris-Diderot et responsable de la composante « Littérature et civilisation du xixe siècle – Groupe Hugo, Groupe Balzac » du CERILAC (EA 4410). Elle a publié aux PUF en 1995 Victor Hugo. La Légende des siècles, en 1997 Le Légendaire au xixe siècle, et en 2007 Le Romantisme (Librairie générale française, coll. « Références »). Elle a édité en 2010 le numéro 61 de la revue Textuel, intitulé Contre le romantisme. Elle coordonne actuellement les Œuvres théâtrales complètes de Victor Hugo aux éditions Classiques Garnier et dirige avec David Charles le Dictionnaire Victor Hugo chez le même éditeur. Elle codirige avec Paule Petitier la revue Écrire l’histoire aux éditions Gaussen.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals