Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

D’une fin de l’histoire à l’autre : Francis Fukuyama, François Furet, (re)lectures croisées

David Schreiber
p. 27-35

Résumés

L’article entreprend de revenir sur le thème de la « fin de l’histoire » tel qu’il a surgi à la fin des années quatre-vingt en France lors de la publication du livre de Francis Fukuyama, à travers deux figures et deux pensées : celles de Francis Fukuyama et celles de François Furet. Il s’agit d’interroger le rapport que l’un et l’autre entretiennent avec l’idée d’une fin de l’histoire et les discours qu’ils portent sur l’avenir. Plusieurs significations possibles de la fin de l’histoire apparaissent alors, elles-mêmes liées à des nuances dans les rapports établis entre l’expérience et l’attente. Il s’avère en effet que ni l’un ni l’autre ne rompt avec l’idée d’un avenir possible et différent, par où l’histoire continue bel et bien, mais selon des modalités propres que l’article essaye d’approfondir.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

Le thème de la « fin de l’histoire » a une histoire étrange. Débat philosophique né avec le concept « moderne » d’histoire, il est devenu le thème d’une polémique « fin de siècle » à partir de 1989, quand paraît l’article de Francis Fukuyama, intellectuel américain inconnu du public français, « La fin de l’histoire ? », puis en 1992 son livre La Fin de l’histoire et le dernier homme. Livre étrange, foisonnante justification du modèle de la démocratie libérale et du capitalisme saturée d’explications historiques, anthropologiques, économiques et, surtout, philosophiques.

Dans le feu de la polémique, le thème s’est transformé en slogan et en étiquette pour tous ceux qui, de près ou de loin, semblaient « profiter » de l’effondrement – fin bien réelle celle-là – des régimes communistes en Union soviétique et en Europe pour défendre le modèle de la démocratie libérale et du système économique qui l’accompagne. La dernière œuvre de François Furet, Le Passé d’une illusion, contemporaine des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Schreiber, « D’une fin de l’histoire à l’autre : Francis Fukuyama, François Furet, (re)lectures croisées », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 27-35.

Référence électronique

David Schreiber, « D’une fin de l’histoire à l’autre : Francis Fukuyama, François Furet, (re)lectures croisées », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/572 ; DOI : 10.4000/elh.572

Haut de page

Auteur

David Schreiber

David Schreiber est professeur agrégé d’histoire à l’École normale supérieure et professeur associé à Paris Sciences et Lettres. Il est membre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS / Paris I) et membre associé du Groupe d’études sur les historiographies modernes (EHESS / GEHM). Au sein du GEHM, il coorganise les activités de l’Atelier international des usages publics du passé ainsi que le séminaire « Temps, histoire, mémoire », avec Sabina Loriga, Olivier Abel et Isabelle Ullern (EHESS / ENS). Ce séminaire a été consacré ces trois dernières années aux thématiques des « discours de la fin » et de « l’utopie ». David Schreiber s’intéresse aux relations entre temps et histoire, dans leur dimension historique et philosophique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals