Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

La révolution contre la « fin de l’histoire »

Pour une sociologie possibiliste à partir de Max Weber
Federico Tarragoni
p. 45-52

Résumés

La révolution est, sur un mode paradoxal, l’un des objets où le discours de la « fin de l’histoire » est employé de manière normative en sociologie, sous la forme d’un raccourci explicatif qui, pensant les ruptures révolutionnaires à partir de la perspective de leur fin à venir, leur nie toute capacité de changement véritable. En se penchant sur les révolutions de son temps – les deux révolutions russes de 1905 et 1917 et les révolutions allemandes, weimarienne et spartakiste, de 1918-1919 –, le sociologue Max Weber (1864-1920) propose une lecture critique déjouant d’emblée les présupposés de la « fin de l’histoire ». Son analyse, sans rien céder à l’enchantement idéologique, se rapproche d’une lecture « à chaud » des événements où le possible apparaît sous trois acceptions : épistémologique (dans la conception pluraliste des causalités et des lignes de fuite de la situation révolutionnaire), historique (dans la vision ouverte du temps historique) et politique (dans une conception possibiliste de l’action humaine).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La révolution comme actualisation politique du possible

Aperçu du texte

L’un des lieux les plus intéressants pour scruter la rhétorique de la « fin de l’histoire » en sociologie est, sur un mode paradoxal, l’ensemble des analyses consacrées aux phénomènes révolutionnaires. Des derniers « printemps arabes » aux révolutions dans l’Amérique latine contemporaine, une même constante est observable : les sociologues s’empressent d’expliquer les changements en cours par les idées de la « révolution achevée » ou du « Thermidor aux portes », idées qui résonnent avec l’horizon temporel de la « fin de l’histoire ». Les révolutions latino-américaines récentes, la « révolution bolivarienne » au Venezuela, la « révolution indigène » d’Evo Morales en Bolivie et la « révolution citoyenne » en Équateur, constituent autant d’exemples probants : ces révolutions en cours sont soit soumises aux « lois d’inertie » des rentes ou des structures économiques, soit vidées de toute signification politique pour être appréhendées comme de purs « enjeux d’étiquetage » des nouveaux ré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federico Tarragoni, « La révolution contre la « fin de l’histoire » », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 45-52.

Référence électronique

Federico Tarragoni, « La révolution contre la « fin de l’histoire » », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/587 ; DOI : 10.4000/elh.587

Haut de page

Auteur

Federico Tarragoni

Federico Tarragoni est maître de conférences en sociologie à l’université Paris Diderot et agrégé de sciences sociales. Chercheur au Laboratoire de changement social et politique (LCSP), il travaille au croisement de la sociologie et de la philosophie politique sur le populisme en Europe et en Amérique latine, les processus de subjectivation politique et la question émancipatoire. Il publiera en 2016 Le Peuple et le Caudillo. La question populiste en Amérique latine contemporaine (PUR) et Politiques d’une révolution en cours. Le cas de la « révolution bolivarienne » au Venezuela (Prairies ordinaires). Ses travaux s’inscrivent également dans l’histoire de la pensée sociologique, où il propose une actualisation du paradigme wébérien. Sur ce sujet, il publiera, avec Laurent Fleury, Postérités wébériennes. Les actualités de Max Weber dans les sciences sociales et la philosophie (A. Colin, coll. « U »).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals