Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

L’irréductible optimisme des catastrophes et des apocalypses

Pierre Zaoui
p. 69-77

Résumés

Cette réflexion développe l’hypothèse apparemment paradoxale qu’écrire la fin (du monde, d’un monde, d’une civilisation, d’une époque, d’une vie, d’un amour…) manifeste toujours, d’une manière ou d’une autre, une certaine dose d’optimisme. À l’opposé du pessimisme tragique comme de la prétendue terreur apocalyptique, les récits de catastrophes relèvent toujours d’une conception optimiste de la vie et de l’histoire. À l’inverse, toute compréhension lucide de l’histoire conduit seulement à constater qu’on ne peut jamais en finir avec rien.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Un optimisme logique
Un optimisme asymptotique
Un optimisme entre conjuration et prophétie
Écrire le milieu

Aperçu du texte

« Dieu se rit des créatures qui déplorent des effets dont elles continuent à chérir les causes. »
Bossuet

« If you’re going trough hell, keep going. »
Winston Churchill

Il existe peut-être trois grandes manières de concevoir le mouvement d’un corps, d’une action, d’une image, d’une écriture. La première, qu’on peut nommer aristotélicienne, le définit par son terme, son but ou son dénouement (catastrophê en grec) : tout mouvement serait une tension perpétuelle vers celui-ci et s’éteindrait à l’atteindre puisque tout y serait alors dévoilé ou « révélé » (apocalupsys en grec), réduisant ainsi son commencement à n’être qu’anecdotique. La seconde, qu’on pourrait dire bergsonienne, considère au contraire le mouvement depuis son point de départ – puissance de son élan vital initial ou fécondité de son origine –, réduisant ainsi sa fin à son insignifiante extinction dans l’inertie des sables. La troisième, clairement deleuzienne, s’avère aussi indifférente au départ ou à l’origine qu’à la fin o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Zaoui, « L’irréductible optimisme des catastrophes et des apocalypses », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 69-77.

Référence électronique

Pierre Zaoui, « L’irréductible optimisme des catastrophes et des apocalypses », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/600 ; DOI : 10.4000/elh.600

Haut de page

Auteur

Pierre Zaoui

Pierre Zaoui est philosophe, maître de conférences à l’université Paris Diderot. Il est notamment l’auteur de Spinoza. La décision de soi (Bayard, 2008) et de La Traversée des catastrophes (Seuil, 2010). Il a collaboré au Dictionnaire politique à l’usage des gouvernés (sous la direction de Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc, Bayard, 2012) et publié en 2013 La Discrétion ou l’Art de disparaître (Autrement).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals