Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

L’impossible mot de la fin de la fiction et du témoignage

Frédérique Berthet
p. 89-100

Résumés

L’article s’attache à la fabrique de la fin de La Petite Prairie aux bouleaux (2003), premier film réalisé par Marceline Loridan-Ivens en son nom seul, à soixante-quinze ans. Cette autofiction met en scène le rapport problématique d’une rescapée de Birkenau aux vestiges du camp qu’elle retrouve, vieille femme, en simple visiteuse. Parfois, passé et présent raccordent. Parfois non. Cela dépend pour partie de la dangerosité pour la psyché de l’événement visé, pour partie du périmètre exact du site qui se trouve arpenté. Il est question ici des effets produits par la traduction livrée in extremis de « Birkenau », de l’allemand au français, en guise de mots de la fin. Une traduction qui, en transmettant du savoir, permet d’ouvrir une œuvre qui s’achève et de remettre en mouvement un témoin sur le point de se taire. L’imagination de la cinéaste – la matérialité du film – prend le relais d’une histoire de ce centre de mise à mort qui ne pourra bientôt plus s’écrire de la bouche des survivants – de sa propre bouche de témoin historique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Traduire littéralement la fiction qui s’achève
Les mots de la fin : connaître, ouvrir, repartir

Aperçu du texte

Traduire littéralement la fiction qui s’achève

Un film – 35 mm, couleur, 90 min – sort discrètement en salle en France le 12 novembre 2003, après des projections dans les pays coproducteurs, l’Allemagne (Festival international du film de Berlin, Berlinale) et la Pologne (Festival international du film de Varsovie) ; l’édition française du DVD est, pour sa part, vite épuisée. Son titre, La Petite Prairie aux bouleaux, s’affiche en générique de début juste après le nom des acteurs principaux, lesquels impriment le sceau de la fiction sur les images qui vont suivre : Anouk Aimée – oui, la Lola de Jacques Demy s’affichant en guêpière dans un cabaret de Nantes l’année même où Marceline Loridan apparaissait pour la première fois à l’écran dans Chronique d’un été (Jean Rouch, Edgar Morin, 1960) – et August Diehl, jeune acteur allemand au visage diaphane né à Berlin en 1976.

La signification du titre est livrée à la toute fin du film, telles une résolution musicale ou la solution d’une énigme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Berthet, « L’impossible mot de la fin de la fiction et du témoignage », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 89-100.

Référence électronique

Frédérique Berthet, « L’impossible mot de la fin de la fiction et du témoignage », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/603 ; DOI : 10.4000/elh.603

Haut de page

Auteur

Frédérique Berthet

Frédérique Berthet est maître de conférences en études cinématographiques à l’UFR LAC de l’université Paris Diderot. Elle enseigne à l’articulation de l’histoire et de l’esthétique, conçoit des partenariats avec des institutions culturelles (Bibliothèque nationale de France François-Mitterrand, Cinémathèque française) et participe à l’axe « Écrire et penser avec l’histoire » du laboratoire CERILAC. Elle a publié notamment De Warhol à Wenders, une vie de cinéma (Ramsay, 2008) ; Le Crédit national. Archives pour une histoire de la production cinématographique française (1941‑1966) (Cinémathèque française en ligne, 2011) ; L’Humain de l’archive. Qui trouve-t‑on dans les archives ? (dir., avec Marc Vernet : numéro 65 de Textuel, 2011). Frédérique Berthet est membre de la Commission de recherche historique de la Cinémathèque française. Elle écrit l’article « L’impossible mot de la fin de la fiction et du témoignage » dans le cadre d’une délégation de recherche au CNRS (IIAC-TRAM) sur les formes de raccordement entre histoire personnelle et histoire du siècle (xxe-xxie), à partir de la trajectoire de la cinéaste Marceline Loridan-Ivens.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals