Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

La fin du monde ne sera pas télévisée

Étude logique, esthétique et psychologique sur le cinéma apocalyptique
Frédéric Neyrat
p. 109-118

Résumés

La fin d’un film apocalyptique a-t‑elle pour effet, si ce n’est pour fonction, d’escamoter la fin du monde, de lui prendre sa place – ou propose-t‑elle la seule manière de la représenter, de lui donner une place ? De fait, le cinéma est toujours contraint de ruser avec une fin qui ne peut en définitive que lui échapper – comme la mort, toujours, nous échappe. Contournant l’impossibilité de la représentation de la fin, le cinéma apocalyptique tend à se faire postapocalyptique, c’est-à-dire à commencer par la fin – d’un monde, d’une civilisation, d’une manière de vivre. Échappant parfois à cette loi, certains films apocalyptiques – comme Take Shelter (Jeff Nichols, 2011) – nous invitent cependant à finir par commencer. Loin d’être la fin de tout, l’apocalypse devient alors le signe que tout reste, encore, à faire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

L’œil intouchable et la caméra hors-univers
La fin du monde en face : abstinence de l’imaginaire ou imaginaire aberrant
L’effet d’annonce…
… et la vérité mélancolique
L’écran-image : chocs et protection du spectateur touché
Voir venir (pour commencer)

Aperçu du texte

Save the green planet (Jang Joon-hwan, 2003) s’achève d’une bien étrange façon. Une fois la planète Terre détruite par une espèce extraterrestre, subsiste une télévision errant dans l’espace, sur laquelle est diffusé un générique – de fin. Voilà qui nous expose à un double paradoxe : (1) coupée de toute source d’énergie, une machine persiste à diffuser des images et des sons alors même que le monde n’est plus ; (2) ce que cette télévision diffuse est le récit de la vie du personnage principal en guise de générique de fin, comme si la fin du film relatant le passé d’un être désormais mort prenait la place de la fin du monde. Prenait la place ? Il faudrait s’entendre sur le sens de cette expression : la fin d’un film apocalyptique a-t‑elle pour effet, si ce n’est pour fonction, d’escamoter la fin du monde, de lui prendre sa place – ou propose-t‑elle la seule manière de la représenter, de lui donner une place ? D’une façon plus générale, le cinéma est-il vraiment en mesure de rendre co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Neyrat, « La fin du monde ne sera pas télévisée », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 109-118.

Référence électronique

Frédéric Neyrat, « La fin du monde ne sera pas télévisée », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/608 ; DOI : 10.4000/elh.608

Haut de page

Auteur

Frédéric Neyrat

Frédéric Neyrat est actuellement lecteur dans le département de littérature comparée de l’université de Wisconsin-Madison (États-Unis). Il a récemment publié Atopies. Manifeste pour la philosophie (Nous, 2014).
Site : <https://atoposophie.wordpress.com/>.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals