Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Le dernier homme et la fin de l’histoire : Grainville, Shelley, Michelet

Paule Petitier
p. 149-157

Résumés

Le motif du dernier homme apparaît immédiatement à la suite de la Révolution française dans l’épopée inachevée de Cousin de Grainville, Le Dernier Homme (1805). Introduisant une variante importante dans le récit eschatologique chrétien, ce motif permet d’envisager la question de la fin de l’histoire dans une perspective sécularisée, de représenter les contradictions de l’histoire prométhéenne et de réfléchir, comme on le voit avec sa reprise par Michelet, au sentiment de fin de l’histoire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Entrée en scène du dernier homme
Grainville ou le choix de la fin
Shelley ou la fiction de l’histoire
Michelet ou le sentiment de fin de l’histoire

Aperçu du texte

Entrée en scène du dernier homme

Le motif du dernier homme apparaît dans la littérature au moment du reflux de la Révolution française et sans doute en réaction à ce reflux. C’est Cousin de Grainville qui en est habituellement considéré comme l’inventeur, avec son Dernier homme, canevas d’une épopée jamais achevée puisque l’auteur met fin à ses jours en laissant son esquisse inédite. Prêtre assermenté, Grainville avait quitté son ministère sous la Terreur, s’était marié et avait ouvert un établissement d’enseignement bientôt déserté, peut-être parce qu’on lui tenait rigueur de s’être plié aux exigences de la Révolution. Il se jette en 1805 dans le canal de la Somme. Son beau-frère, Bernardin de Saint-Pierre, publie la même année l’esquisse du Dernier homme. En l’an XIV de la République, quelques années après la signature du Concordat, au moment où un empereur venait de monter sur le trône, l’ancien prêtre traduisait ses doutes sur le pouvoir régénérateur de l’événement révolutionnair...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paule Petitier, « Le dernier homme et la fin de l’histoire : Grainville, Shelley, Michelet », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 149-157.

Référence électronique

Paule Petitier, « Le dernier homme et la fin de l’histoire : Grainville, Shelley, Michelet », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/615 ; DOI : 10.4000/elh.615

Haut de page

Auteur

Paule Petitier

Paule Petitier est professeur de littérature française à l’université Paris Diderot et membre de l’équipe de recherches CERILAC. Spécialiste de l’historien Jules Michelet, dont elle a écrit la biographie (Grasset, 2006) et réédité avec Paul Viallaneix l’Histoire de France (Éd. des Équateurs, 2008-2009), elle consacre de façon plus large ses recherches à la représentation et à la pensée de l’histoire, et dirige avec Claude Millet la revue Écrire l’histoire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals