Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Achever la Révolution : enseignement de l’histoire et fin de l’histoire (1880‑2012)

Marc Deleplace
p. 167-176

Résumés

L’histoire scolaire, qui prend forme véritablement avec l’école républicaine à la fin du xixe siècle, est durablement marquée par une lecture à la fois évolutionniste, déterministe et finaliste de l’histoire de France. Cela se lit de manière privilégiée dans les manuels scolaires, notamment ceux de l’enseignement primaire. Les évolutions les plus récentes des programmes scolaires, malgré l’ambition affichée d’inscrire plus fortement cette histoire nationale dans une histoire européenne, voire mondiale, ne rompent pas entièrement avec ce schéma qui voit dans le xixe siècle l’achèvement d’une séquence historique ouverte par les révolutions de la fin du siècle précédent. Ce schéma n’est pas entièrement indifférent non plus, deux siècles exactement après l’acte inaugural de la Révolution française, à une relecture de la fin de l’histoire, orientée cette fois, dans un xxe siècle finissant, par la chute du mur de Berlin. Ce sont les procédures d’écriture de cette « fin de l’histoire », en quelque sorte, que nous interrogeons ici.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La fondation républicaine comme fin de l’histoire ?
De la IIIe à la Ve République et de la France à l’Europe : une nouvelle fin de l’histoire scolaire ?

Aperçu du texte

Interroger l’écriture scolaire de l’histoire invite constamment à se confronter au moment fondateur de cette écriture, celui de la IIIe République, et plus précisément encore aux années 1880‑1914 pour l’enseignement primaire, aux années 1900‑1925 pour l’enseignement secondaire. Ces deux séquences correspondent en effet, bien qu’il existât de plus longue date des manuels d’histoire, à l’épanouissement d’une histoire scolaire génératrice d’une forme d’écriture inscrite dans les manuels. Pour l’école primaire, la matrice de ces manuels, si l’on peut ainsi s’exprimer, sera le Petit Lavisse, né au milieu des années 1870 et régulièrement réédité bien au-delà de la disparition de son auteur originel en 1922. Pour l’enseignement secondaire, on peut considérer que la collection Malet-Isaac, d’une durée de vie exceptionnelle, joue un rôle identique.

Bien que l’écriture des manuels ait été profondément renouvelée, d’abord par l’introduction de documents en regard du texte de l’auteur (et non pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Deleplace, « Achever la Révolution : enseignement de l’histoire et fin de l’histoire (1880‑2012) », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 167-176.

Référence électronique

Marc Deleplace, « Achever la Révolution : enseignement de l’histoire et fin de l’histoire (1880‑2012) », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/619 ; DOI : 10.4000/elh.619

Haut de page

Auteur

Marc Deleplace

Marc Deleplace est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, membre du Centre d’histoire du xixe siècle (EA 3550) et membre associé de l’Institut d’histoire de la Révolution française. Ses recherches portent sur l’histoire culturelle du politique, l’histoire des idées politiques et l’analyse du discours (xviiie-xixe siècle). Il a notamment publié : L’Anarchie de Mably à Proudhon (1750‑1850). Histoire d’une appropriation polémique (préf. de Michel Vovelle, ENS Éd., 2001) ; « La Révolution française à l’école (1880‑2008) », dans Sophie Wahnich (dir.), Histoire d’un trésor perdu. Transmettre la Révolution française (Prairies ordinaires, 2013) ; « Morales révolutionnaires et réflexions morales sur la Révolution et la République dans les manuels scolaires de la IIIe République (1880‑1930) », dans Sébastien Hallade (dir.), Morales en révolutions (France, 1789‑1940) (PUR, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals