Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

La fin de la temporalité

Fredric Jameson
Traduction de Nicolas Vieillescazes
p. 177-184

Résumés

Cet article étudie un phénomène omniprésent dans la culture contemporaine : la disparition du temps ou la « fin de la temporalité » au profit d’une expérience apparemment immédiate. Il propose d’interpréter ce phénomène de réduction au présent et au corps non pas simplement comme un changement stylistique, mais au contraire comme le symptôme d’une mutation historique, ou du passage à la postmodernité, forme culturelle du capitalisme tardif. Cependant, l’effacement tendanciel du passé et du futur, l’emprisonnement dans un présent constitué d’immédiatetés, dissimulent peut-être aussi une abolition des catégories de présent et d’expérience.

Haut de page

Notes de la rédaction

Extraits présentés et traduits de l’anglais par Nicolas Vieillescazes

Nicolas Vieillescazes est directeur littéraire des éditions Les Prairies ordinaires. Il a traduit de nombreux articles et ouvrages de sciences humaines et sociales (notamment Giovanni Arrighi, Dipesh Chakrabarty, David Harvey, Fredric Jameson).

Nous remercions Fredric Jameson et la revue Critical Inquiry de nous avoir gracieusement autorisés à publier ce texte.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

En 2002, lorsque Fredric Jameson publie « La fin de la temporalité », le débat sur le postmodernisme a vécu. Particulièrement virulent dans le monde anglophone durant les années 1980 et au début des années 1990, il avait porté sur une multitude de phénomènes : la « fin des grands récits », théorisée par Jean-François Lyotard dans La Condition postmoderne (1979), l’essoufflement du mouvement ouvrier, l’émergence sur la scène mondiale de sujets historiques nés de la décolonisation, la transition du fordisme au capitalisme financier, sans oublier les transformations de la sphère culturelle, allant de l’architecture au cinéma. Jameson fut l’un des principaux participants à ce débat, lui qui publia dès 1984 un texte qui a fait date, « Postmodernism, or, the Cultural Logic of Late Capitalism », dans lequel il avançait l’hypothèse que le postmodernisme était une période historique nouvelle, ayant notamment pour caractéristique l’effacement du temps (y compris du temps historique) au profit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fredric Jameson, « La fin de la temporalité », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 177-184.

Référence électronique

Fredric Jameson, « La fin de la temporalité », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/621 ; DOI : 10.4000/elh.621

Haut de page

Auteur

Fredric Jameson

Fredric Jameson, professeur de littérature comparée à l’université Duke (États-Unis), est l’une des figures majeures de la théorie de la culture. En 2008, il a reçu le prix Holberg pour l’ensemble de son œuvre. Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en français : Le Postmodernisme, ou la Logique culturelle du capitalisme tardif (Beaux-Arts de Paris, 2007), L’Inconscient politique. Le récit comme acte socialement symbolique (Questions théoriques, 2012), La Totalité comme complot. Conspiration et paranoïa dans l’imaginaire contemporain (Prairies ordinaires, 2e éd., 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals