Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Iannis Boutaris et les fantômes de Salonique

Pierre Sintès et Olivier Givre
p. 215-222

Résumés

Depuis 2010 et sa première élection au poste de maire de Thessalonique, la seconde ville de Grèce, Iannis Boutaris mène une politique volontariste de développement culturel fondée sur une vision iconoclaste de l’histoire récente de la cité. Alors que les autorités municipales précédentes étaient arc-boutées sur l’hellénité inconditionnelle de la région tout entière, Iannis Boutaris propose au contraire d’en valoriser les dimensions cosmopolites, quitte à réévaluer radicalement cette histoire et ses zones d’ombre. Via ce trait culturel particulier, son intention est de promouvoir l’attractivité internationale de la ville aussi bien pour les touristes que pour les hommes d’affaires, dans un contexte où la crise économique menace dangereusement son avenir.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

Ces dernières années, les informations qui arrivent de Grèce relatent le plus souvent les remous sociaux et politiques provoqués par la crise économique qui dévaste le pays depuis 2010. Dans le même temps, des transformations nombreuses mais moins médiatisées s’y sont aussi produites, consistant en des inflexions des usages publics du passé déjà à l’œuvre depuis la décennie précédente (Sintès 2013). À ce titre, les relectures promues par le parti néonazi Aube dorée ont été les plus visibles, avec la tentative de ce parti pour réhabiliter publiquement des pans entiers de l’histoire du mouvement autoritaire en Grèce, des bataillons de sécurité de la Seconde Guerre mondiale à la sombre période de la dictature des colonels (Dalakoglou 2012 ; Ellinas 2013). D’autres font néanmoins leur chemin dans un registre radicalement différent, voire explicitement opposé à ces poussées extrémistes, à l’instar des positions que défend l’actuel maire de Thessalonique Iannis Boutaris sur le passé multi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Sintès et Olivier Givre, « Iannis Boutaris et les fantômes de Salonique », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 215-222.

Référence électronique

Pierre Sintès et Olivier Givre, « Iannis Boutaris et les fantômes de Salonique », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/672 ; DOI : 10.4000/elh.672

Haut de page

Auteurs

Pierre Sintès

Pierre Sintès est maître de conférences en géographie à l’université d’Aix-Marseille et chercheur à l’UMR 7303 TELEMME, CNRS-AMU. Spécialiste de la Grèce et des Balkans, il est l’auteur entre autres de l’Atlas géopolitique des Balkans (Autrement, 2010) et de La Raison du mouvement. Territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce (Karthala, 2010). Il a aussi participé à l’édition de Social Practices and Local Configurations in the Balkans (Université européenne de Tirana, 2013) et de Nommer et classer dans les Balkans (École française d’Athènes, 2008). Avec Olivier Givre, il mène des recherches dans les pays des Balkans sur les usages sociaux et politiques de la culture, de la mémoire et du patrimoine. Thessalonique est l’un de leurs terrains de recherche depuis plusieurs années.

Olivier Givre

Olivier Givre est maître de conférences à l’université Lumière-Lyon 2 et chercheur à l’UMR EVS-CREA. Ses recherches portent sur les transformations culturelles et politiques des sociétés des Balkans, en particulier les processus patrimoniaux et mémoriels, les dynamiques transfrontalières et les recompositions rituelles et religieuses. Principales publications : Patrimonialisations croisées. Jeux d’échelles et enjeux de développement (avec Madina Regnault, PUL, 2015) ; Faire frontière(s). Raisons politiques et usages symboliques (avec Carine Chavarochette et Magali Demanget, Karthala, 2015). Avec Pierre Sintès, il mène des recherches dans les pays des Balkans sur les usages sociaux et politiques de la culture, de la mémoire et du patrimoine. Thessalonique est l’un de leurs terrains de recherche depuis plusieurs années.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals