Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

L’historien américain et ses publics

Stéphane Gerson
p. 233-238

Résumés

Pour qui les historiens américains devraient-ils écrire : leurs collègues ou un plus grand public ? La question se pose avec insistance aux États-Unis – dans un contexte difficile : « crise des humanities », distance croissante entre la société américaine et un monde universitaire qui est souvent moqué dans les médias, réduction des budgets dans l’enseignement supérieur, transformation rapide de l’édition, structures et pratiques universitaires qui encouragent un mode d’écriture autoréférentiel et jargonneux. Cet article examine les opportunités et les défis qui attendent les historiens voulant écrire pour un public non universitaire. S’ils doivent composer avec un marché imprévisible, des éditeurs souvent frileux et une légitimité disciplinaire incertaine, la difficulté majeure réside dans le maniement de registres d’écriture multiples. À l’Université, donc, de repenser la relation entre l’institution, le savoir qui y est produit et le monde qui l’entoure ; d’encourager les presses universitaires à publier des ouvrages qui échappent aux catégories étroites ; de redéfinir les critères de promotion ; et d’élaborer des pédagogies au sein desquelles l’écriture – avec ses expérimentations, ses voix disparates, ses multiples publics – importe au même titre que la méthode ou l’analyse.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article comprend des éléments de deux communications. L’une fut faite au colloque de la Society for French Historical Studies (Cambridge, Mass., avril 2013), table ronde plénière « For Whom Do We Write? French History, Crossover Books, and Trade Publishing Today » <https://www.youtube.com/watch?v=2AQ5LZQYl34>, cons. 11 mars 2015. La seconde, « Writing Against Insularity: Dialogue, Crossing Over, Pedagogy », fut délivrée à la journée d’études « The Future of French and Francophone Studies », Columbia University, septembre 2014. Toutes les traductions sont de l’auteur.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

La question se pose avec insistance aux États-Unis. Pour qui les historiens américains devraient-ils écrire : leurs collègues ou un plus grand public ? Il suffisait de faire un tour au colloque annuel de l’American Historical Association (AHA), tenu à New York en janvier 2014, pour s’en rendre compte. Entre les conférences sur le monde atlantique ou les relations sino-américaines se nichaient des tables rondes intitulées « Écrire pour le grand public », « Être un Public Historian », ou encore « Acheter et vendre de l’histoire : quelques perspectives sur le marché ». L’une des modératrices déclara devant une salle comble que de plus en plus d’historiens souhaitent visiblement toucher un large public mais savent rarement comment s’y prendre.

Au fil du xxe siècle, des historiens américains sont pourtant intervenus dans l’espace public, que ce soit en rédigeant des tribunes, en conseillant des figures politiques ou en publiant des livres accessibles à des lecteurs hors de l’Université. M...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Gerson, « L’historien américain et ses publics », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 233-238.

Référence électronique

Stéphane Gerson, « L’historien américain et ses publics », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/680 ; DOI : 10.4000/elh.680

Haut de page

Auteur

Stéphane Gerson

Stéphane Gerson est professeur d’histoire culturelle à la New York University. Ses travaux portent sur les identités territoriales, les usages du local, les rapports entre marges et centre, les lendemains de révolutions et de cataclysmes et l’écriture de l’histoire. Il a publié The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France (Cornell, 2003), lauréat du Jacques Barzun Prize in Cultural History et du Laurence Wylie Prize in French Cultural Studies ; et Nostradamus. How an Obscure Renaissance Astrologer Became the Modern Prophet of Doom (St. Martin’s Press, 2012, traduction chez Tallandier en 2016). Il a aussi codirigé (avec Richard Sieburth) une nouvelle édition et traduction des Prophéties de Nostradamus (Penguin Classics, 2012) et (avec Laura Lee Downs) Why France? American Historians Reflect on an Enduring Fascination (Cornell, 2007 ; traduit au Seuil en 2008). Il a deux recherches en cours : un travail sur la politique des catastrophes au xixe siècle et une microhistoire croisée de deux couples (des réfugiés juifs bruxellois, un policier niçois et son épouse) avant, durant et après la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals