Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Quand « la littérature incarne et raconte, elle ventriloque le passé »

Sylvain Pattieu
p. 247-252

Résumés

« Quand “la littérature incarne et raconte, elle ventriloque le passé”. » Cette formule d’Éric Vuillard sert de fil directeur à Sylvain Patthieu dans le très dense massif des récits littéraires de l’histoire parus en France en 2014. Où la littérature engage de manière sensible la représentation du passé à partir d’opérations définies en termes d’« estrangement » (Carlo Ginzburg), d’histoire « à rebrousse-poil » des vaincus (Walter Benjamin) et de torsions euristiques imposés aux faits.

Haut de page

Notes de l’auteur

La citation reprise dans le titre est extraite de la note d’intention d’Éric Vuillard concernant son roman Tristesse de la terre.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Où l’« estrangement » est une qualité commune à la littérature et à l’histoire
Où flotte l’esprit de Walter Benjamin et le souci des vaincus
Où le roman tord l’histoire

Aperçu du texte

Sur les quatre finalistes du prix Goncourt 2014, trois romans, de valeur très disparate, avaient directement rapport avec l’histoire : Ce sont des choses qui arrivent (Grasset) de Pauline Dreyfus, consacré à la vie mondaine dans les salons aristocrates sous Vichy ; Charlotte (Gallimard) de David Foenkinos, sur l’artiste peintre Charlotte Salomon, juive et déportée comme telle à Auschwitz, où elle est morte en 1943 ; Pas pleurer (Seuil), de Lydie Salvayre, qui a obtenu le prix, récit parallèle de la jeunesse de la mère de l’auteure, qui vécut de son village la guerre civile espagnole, goûtant aux espoirs anarchistes, et de la désillusion de Georges Bernanos, séduit par le franquisme avant d’en dénoncer les horreurs. Trois sur quatre, et encore le quatrième, Meursault, contre-enquête (Actes Sud), de Kamel Daoud, est-il une réponse directe, du point de vue du frère de « l’Arabe », à L’Étranger d’Albert Camus : sa narration se place donc également dans le passé. L’an dernier déjà, le pr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Pattieu, « Quand « la littérature incarne et raconte, elle ventriloque le passé » », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 247-252.

Référence électronique

Sylvain Pattieu, « Quand « la littérature incarne et raconte, elle ventriloque le passé » », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/684 ; DOI : 10.4000/elh.684

Haut de page

Auteur

Sylvain Pattieu

Sylvain Pattieu est maître de conférences en histoire à l’université Paris 8, où il enseigne aussi dans le master de création littéraire. Après une thèse sur le tourisme social et syndical, il travaille sur l’histoire des populations noires en France et le BUMIDOM (Bureau des migrations d’outre-mer) ainsi que sur les travailleurs des ports. Il a publié des ouvrages d’histoire : Les Camarades des frères. Trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie (Syllepse, 2002), Tourisme et travail. De l’éducation populaire au secteur marchand (Presses de Science Po, 2009), ainsi que des ouvrages littéraires, romans ou documentaires : Des Impatientes (Le Rouergue, 2012 ; Babel, 2015), Le Bonheur pauvre rengaine (Le Rouergue, 2013), Avant de disparaître. Chronique de PSA-Aulnay (Plein Jour, 2013), Beauté parade (Plein Jour, 2015). En 2016 paraîtra Et que celui qui a soif, vienne. Un roman de pirates (Le Rouergue).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals