Navigation – Plan du site

5 | 2010
Morales (1)

Écrire l’histoire, n° 5, Morales (1), 2010
Informations sur cette image
Crédits : Salvatore Puglia
158 p. - 15 €
ISBN 978-2-35698-002-1

L’histoire et la morale se reconcilient.
Václav Havel, 1989

Notes de la rédaction

Pour ses deux numéros de l’année 2010, la revue Écrire l’histoire a voulu se saisir dans son dossier principal des multiples articulations de l’Histoire et de la morale dans leurs polysémies respectives – d’où le pluriel du titre choisi, Morales. Morales engage une réflexion sur l’histoire exemplaire, magistra vitae, avec sa temporalité finie, continue et tournée vers le passé que remettront en cause les révolutionnaires. Mais avant même cette remise en cause, ce modèle pédagogique de l’histoire se voit concurrencé à partir du xviiie siècle par d’autres articulations. Tandis qu’avec l’essor de l’idéologie du progrès (et son revers décadentiste) le Bien et le Mal vectorisent le devenir, apparaissent l’histoire morale (ou des mœurs) puis, au xixe siècle, les sciences morales, qui tendent à faire de l’histoire une psychologie. Noces nouvelles de l’histoire et de la morale, mais dans le monde désintéressé des disciplines savantes – « l’histoire ne sert à rien », disait Fustel de Coulanges – et auquel le xxe siècle mettra fin. Pourtant, Histoire et morale(s) n’en finissent pas de se nouer, dans la rémanence de l’histoire exemplaire au cœur des œuvres de mémoire, mais aussi dans la vivacité des débats sur la déontologie de l’historien et sur son (dés-)engagement.
À ce dossier principal s’ajoute un dossier sur « Les historiens de soi », qui associe autrement la morale à l’histoire, par le questionnement éthique de ses acteurs.

  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals