Navigation – Plan du site
Morales (2)

L’exemplarité dans l’Histoire romaine de Tite-Live

Une question de genre ?
Emmanuelle Valette
p. 19-26

Résumé

On reconnaît aisément, dans l’écriture des exempla féminins par Tite-Live, tous les traits caractéristiques du fonctionnement de l’exemplarité à Rome : centrée sur l’histoire de la cité et du peuple romains, faisant des individus et des mores le moteur de l’histoire, servant les intérêts des grandes familles et surtout créant, par le rappel des exempla antérieurs, un effet de linéarité et de continuité, l’écriture livienne englobe les femmes dans l’histoire de Rome et en fait un complément indissociable de celle des grands hommes. Ce constat pose évidemment la question de la réception de l’Histoire romaine (par qui ces femmes sont-elles destinées à être imitées ?) et surtout, pour l’historien moderne, il rend caduc le projet d’une histoire qui serait exclusivement centrée sur les femmes.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de Lucrèce, cette femme romaine héroïque qui, violée par le fils du roi Tarquin, choisit de se donner la mort plutôt que de survivre à cette infamie, est bien connue. Voici comment, d’après Tite-Live, elle justifia son geste auprès de son père et de son époux qui tentaient vainement de l’en dissuader :

  • 1 Tite-Live, Histoire romaine I, 58. (Toutes les traductions sont de l’auteur.)

Quant à moi, si je m’absous de la faute, je ne m’affranchis pas du châtiment. Ainsi, par la suite, pas une femme n’invoquera l’exemple de Lucrèce pour survivre à son déshonneur.1

  • 2 Voir notamment Eugen Cizek, Histoire et historiens à Rome dans l’Antiquité, Presses universitaires (...)
  • 3 Sur cette polysémie, voir l’avant-propos rédigé par Nathalie Richard, dans Écrire l’histoire, no 5, (...)
  • 4 Voir Jean-Michel David, « Les enjeux de l’exemplarité à la fin de la République et au début du Prin (...)
  • 5 Quintilien (Institution oratoire X, 1, 31) reprend la conception cicéronienne (De Oratore II, 9, 36 (...)

2Cette volonté d’exemplarité, le désir de Lucrèce de faire de son acte un modèle de comportement pour toutes les matrones romaines à venir, ne sont pas pour nous surprendre ; la plupart des livres consacrés aux historiens romains2 soulignent en effet la fonction pédagogique de l’histoire romaine et le rôle fondamental attribué à la célébration des vertus et des hauts faits de ceux qui ont contribué à la grandeur de la cité. Vue de l’Antiquité, et plus précisément de Rome, l’association du mot « morale(s) », dans la diversité de ses acceptions3, et du mot « histoire » renvoie, comme une évidence, à la notion d’exemplarité4. À Rome, l’enracinement de l’exemple dans la continuité historique et dans la dynamique de reproduction sociale des comportements est tel qu’à l’époque de Quintilien encore (fin du ier siècle apr. J.‑C.), même si les conditions politiques ne sont plus celles de la République de Cicéron, l’historien, chargé d’enregistrer les faits mémorables du passé, est appelé à jouer un rôle décisif dans l’éducation du citoyen5.

  • 6 Voir Jacques Berlioz, Jean-Michel David, « Introduction bibliographique », Mélanges de l’École fran (...)
  • 7 Comprenant 142 livres, l’Histoire romaine de Tite-Live s’étend de l’arrivée d’Énée et d’Anténor en (...)
  • 8 Tite-Live, préface 9.

3Cette importance de l’exemplarité dans l’écriture de l’histoire6 apparaît de manière explicite dans les textes programmatiques que les historiens anciens insèrent, en guise de préfaces, au début de leurs récits. La préface de l’Histoire romaine de Tite-Live permet ainsi de saisir tous les enjeux, poétiques et idéologiques, de cette mission pédagogique dévolue à l’historiographie par les exemples qu’elle collecte. Mesurant l’ampleur de son projet7, « raconter depuis les origines toute l’histoire du peuple romain », Tite-Live précise qu’il veut concentrer son attention sur la vie et les mœurs (mores) d’autrefois et qu’il évoquera les hommes (viros) et la politique intérieure et extérieure qui ont permis de créer et d’agrandir l’empire8. Car, continue-t-il :

  • 9 Ibid., 10‑11.

Ce que l’histoire offre surtout de salutaire et de fécond, ce sont les exemples instructifs de toute espèce [omnis exempli documenta] qu’on découvre à la lumière de l’ouvrage [in illustri monumento] : tu y trouveras pour ton bien et pour celui de ta patrie [tibi tuaeque reipublicae] des modèles à imiter ; tu trouveras des actions honteuses, tant par leurs causes que par leurs conséquences, et qu’il faut éviter. Au reste, si ma passion pour mon entreprise ne m’abuse, jamais État ne fut plus grand, plus pur, plus riche en bons exemples.9

4Le récit historique a donc selon Tite-Live une double portée didactique : il est moralement utile à la fois au destinataire singulier que constitue le lecteur qui prendra possession du livre et à la collectivité politique (res publica).

  • 10 Ce sont les actions et les paroles (acta/facta et dicta) d’un personnage qui, d’après Tite-Live, ma (...)
  • 11 Tite-Live XXVI, 22, 14 (à propos des élections consulaires pour l’année 210) : « Si la République d (...)
  • 12 Eugen Cizek, op. cit., p. 160‑161.

5Le récit des premiers temps de Rome et de la République triomphante permet à Tite-Live de mettre en valeur la vie (vita10) et l’excellence des grands hommes qui, par leur virtus (leur qualité d’homme), ont contribué à construire la grandeur de Rome. À la fois individuelle et collective, cette geste valorise les membres illustres des grandes familles aristocratiques, les gentes, qui constituent l’essence du peuple romain et dont l’histoire écrite contribue à asseoir le pouvoir. Mais ce parcours dans l’histoire lui permet surtout de fixer et de transmettre un véritable système de valeurs. Pour Tite-Live, la République, du temps où elle était encore intacte, constitue la réalisation concrète de l’État idéal imaginé par les philosophes11. Raconter l’histoire de ces temps révolus est donc une autre manière de faire de la philosophie, de réfléchir sur les valeurs essentielles qui structurent la culture romaine et lui assurent sa prospérité. En dépeignant des individus, l’historien crée donc aussi des personnages-types, qui personnifient des vertus romaines. Se met ainsi en place un complexe système axiologique, sur lequel repose la cité romaine, que le récit historique contribue à élaborer, fixer et transmettre, comme un dépôt précieux, aux générations futures et que l’on peut facilement reconstituer : moderatio, iustitia, clementia, patientia, prudentia, frugalitas, dignitas, gravitas, disciplina, qualités toutes dominées par la pietas, la fides et la virtus12.

  • 13 Voir respectivement Tite-Live, I, 11, 2 ; II, 13, 11 ; II, 40 ; III, 36 et XXXVIII, 57, 3. Mais l’h (...)

6Mais revenons aux paroles de Lucrèce et à son souci d’exemplarité. Tite-Live fait de ce personnage une figure pleinement consciente du rôle qu’elle sera amenée à jouer dans l’histoire ou, plus précisément, une figure qui refuse de devenir un contre-exemple, puisque Lucrèce ne veut pas créer de précédent en échappant à une mort qu’elle juge inéluctable puisque son viol lui a définitivement fait perdre sa pudicitia. Cette réflexivité du personnage est d’autant plus surprenante qu’il s’agit ici d’une femme. On parle assez peu de l’utilisation des personnages féminins dans la construction de l’exemplarité ; c’est pourtant un aspect très présent dans l’histoire livienne et, si Lucrèce est assurément la plus célèbre de ces femmes exemplaires, nombreuses sont les figures féminines qui ponctuent la trame de l’Histoire romaine et qui entrent dans la mémoire collective en se distinguant par leurs exploits ou leurs vertus : Hersilia (l’épouse de Romulus), Clelia, Volumnia et Veturia (la mère et la sœur de Coriolan), Virginia, Cornelia (la mère des Gracques)13, pour ne citer que les plus célèbres…

  • 14 Sur la théorie du matriarcat, voir Johann Jakob Bachofen, Das Mutterrecht, 1861, et Stella Georgoud (...)
  • 15 Eva Cantarella, Passato prossimo. Donne romane da Tacita a Sulpicia, Milan, G. Feltrinelli, 1996. C (...)

7L’importance du rôle accordé aux femmes, notamment dans le récit des premiers temps de Rome, a été interprétée de manière très diverse par les quelques chercheurs qui s’y sont intéressés. On a ainsi pu voir dans ces légendes, qui contrastent avec l’image d’une femme soumise et dominée par les hommes, la trace de l’existence à l’époque archaïque d’un prétendu pouvoir féminin, matriarcat ou gynécocratie, qui aurait laissé des traces dans la dignité sociale et dans le prestige dont les femmes auraient joui dans les premiers temps de la cité14. Mais on a dit aussi, dans une perspective féministe clairement revendiquée, que ce rôle prépondérant accordé aux femmes dans la création et le développement de la cité ne serait finalement qu’un « hommage verbal vide de sens », ne correspondant à aucune réalité sociale et ne visant qu’à compenser la passivité et la soumission des femmes dans la vie « réelle »15.

  • 16 Tite-Live I, 57, 10 : « C’est alors [il voit Lucrèce en train de filer la laine auprès de ses serva (...)
  • 17 449 av. J.‑C. : Virginia, jeune plébéienne irréprochable, est aimée par Appius Claudius, un décemvi (...)
  • 18 À la vue du cadavre ensanglanté, présenté au peuple par le fiancé et l’oncle de Virginia, les femme (...)

8Il n’est pas question de prendre parti dans ce débat d’un autre âge, mais de comprendre quels sont les enjeux spécifiques de ces exempla féminins. Les épisodes qui les mettent en scène permettent-ils d’illustrer et de transmettre avec plus d’efficacité d’autres catégories morales, comme la pudicitia ou la castitas (la pudeur, la réserve), dont témoigneraient les histoires de Lucrèce et de Virginia ? Ces qualités sont en effet bien mises en valeur dans le récit livien : elles représentent à la fois ce qui pousse Tarquin à abuser de Lucrèce16 et ce que la matrone veut préserver en se donnant la mort. Quant à Virginia, cette jeune fille que son père n’hésita pas à poignarder pour la soustraire à l’abus d’autorité du décemvir Appius Claudius, elle est également tuée au nom de la pudicitia17. Il faut cependant rester attentif au statut de ces personnages : tandis que Lucrèce est une épouse (uxor), Virginia est une jeune fille (virgo). La pudicitia qui est en cause n’est donc pas de nature identique. D’autre part, le récit qui les met en scène n’insiste pas du tout sur les mêmes aspects. Tandis que Virginia a finalement un rôle très passif dans toute l’histoire, Lucrèce manifeste, en se donnant la mort par le fer, un courage viril (virtus) qui tend à brouiller les frontières entre masculin et féminin. Enfin, le suicide de la matrone a des conséquences politiques – l’expulsion des Tarquins et l’instauration de la République – qui dépassent de beaucoup les effets du sacrifice de Virginia, même si la mort de cette dernière entraîne dans le récit une manifestation d’indignation de la part des matrones et des jeunes filles romaines, contribuant ainsi au renversement des décemvirs18.

9Une question importante que posent évidemment ces exempla féminins est celle de la réception des récits historiques. Écrite par des hommes, insérée dans une relation de patronage ou d’amicitia qui la dédie à un personnage masculin, l’histoire romaine semble d’abord destinée à des hommes. Par qui les modèles de jeunes filles, de mères, d’épouses qui y sont présentés sont-ils destinés à être imités ? Lucrèce entend être un exemple pour toutes les matrones romaines à venir. Faut-il supposer que les femmes romaines lisaient l’Histoire de Tite-Live ? que ces récits faisaient partie de l’éducation des puellae ? Ou bien ces exemples ont-ils une tout autre vocation ? Ne sont-ils finalement que l’expression hyperbolique de la virtus romaine, une sorte de passage à la limite, comme peuvent l’être les histoires de dévouement d’esclaves par exemple, destinées à confirmer la nécessité pour les hommes romains de se comporter de manière plus qu’exemplaire ? Il est difficile de trancher. L’étude des épisodes mettant en scène des personnages féminins montre en tout cas la difficulté d’isoler ces figures du reste de l’histoire ; ils témoignent finalement d’un même fonctionnement de l’exemplarité.

  • 19 Il n’y a pas d’histoire universelle à Rome ; seul compte ce qu’ont accompli les Romains ou ce qui, (...)
  • 20 20 Tite-Live II, 12.

10En effet, on retrouve dans le portrait de Lucrèce le romanocentrisme appuyé qui caractérise si fortement l’historiographie de Rome19 : la conduite de cette épouse romaine, assise dans sa maison (domiseda) au milieu de ses servantes, est opposée à l’inconduite des femmes étrusques, les épouses des Tarquins, occupées à festoyer et à se donner du bon temps au milieu des jeunes gens. De même, la conduite héroïque de Clelia, qui, renouvelant l’acte de bravoure d’Horatius Coclès, réussit à traverser le Tibre à la nage sous les traits ennemis pour ramener saines et sauves ses compagnes prisonnières, force l’admiration de Porsenna, le roi de Chiusi ennemi de Rome, au point que celui-ci félicite la jeune fille et lui offre de libérer quelques-uns des otages qu’il détient encore20. Le choix judicieux de la jeune fille, qui se porte en priorité sur les enfants, plus exposés à l’outrage, renforce encore l’admiration qu’on lui porte.

  • 21 Ibid., 13, 5-11, et Pline l’Ancien, Hist. nat. XXXIV, 28.
  • 22 Tite-Live I, 26, 13-14.
  • 23 Sur le rôle central du terme monumentum dans la préface de l’Histoire romaine et dans la constructi (...)

11Un autre élément caractéristique du fonctionnement de l’exemplum, féminin comme masculin, est la façon dont la narration historique souligne l’ancrage de la mémoire collective dans l’espace civique et religieux. En effet, de nombreux épisodes s’achèvent par la mention du monumentum, qui a pour fonction de matérialiser et de rappeler le souvenir du personnage qui vient d’être évoqué. Tite-Live précise ainsi que Clelia, qui avait d’ailleurs été exhortée au courage par les honneurs décernés à Horatius Coclès, est la première femme à avoir bénéficié, en récompense de sa bravoure, d’une statue équestre à son image, placée tout en haut de la Via Sacra21. De même, l’historien clôt l’épisode sanglant du meurtre d’Horatia par l’évocation des deux monuments destinés à perpétuer le souvenir de ce moment : après les sacrifices destinés à expier le meurtre, le père d’Horace « plaça une poutre en travers de la rue et fit passer son fils, la tête voilée, sous cette sorte de joug. Cette poutre existe encore et elle est toujours restaurée par l’État. On l’appelle la “poutre de la sœur” [tigillum sororium]. Quant à la jeune fille, on lui éleva à l’endroit où le coup l’avait traversée un tombeau en pierre de taille22 ». Il n’y a pas d’autre morale de l’histoire que l’existence de ces monuments. Le récit joue en permanence de cet enracinement de la mémoire dans l’espace et dans la toponymie, créant un effet de va-et-vient entre la commémoration par la narration historique et celle qui est produite par l’écriture des monumenta. L’historien trouve en outre dans cet appel à la topographie de l’Vrbs un gage d’authenticité et un lien de complicité avec son lecteur (qui reconnaît ce dont on lui parle)23.

Jérôme Prud’homme : La Mort de Lucrèce (1784)

Jérôme Prud’homme : La Mort de Lucrèce (1784)

Saint-Quentin – Musée des Beaux-Arts : Musée Antoine-Lécuyer

  • 24 Née vers 191-189 av. J.‑C., Cornelia était la seconde fille de Scipion l’Africain et avait pour mèr (...)
  • 25 Chez Tite-Live (I, 11, 2), une Sabine se détache du groupe pour parler aux Romains. Si l’on compare (...)

12On pourrait encore évoquer la manière dont les exempla féminins peuvent servir les intérêts des grandes familles de Rome, au même titre que les personnages masculins. La glorification de Cornelia, la mère des Gracques, sert par exemple la renommée de sa gens24. Mais plus caractéristique encore est l’inscription des exempla féminins dans une longue chaîne qui finit par créer une sorte d’histoire parallèle venant redoubler et compléter celle des hommes. Une référence fondamentale dans cette narration est l’épisode des Sabines, qui est à la fois l’acte de naissance de la « race des femmes » à Rome et celui de leur intervention, positive, dans la constitution de la cité pacifiée. Jouant un rôle central dans cette action collective, l’épouse de Romulus, Hersilia, n’hésite pas à prendre la parole pour ramener Romains et Sabins à la raison et faire cesser les combats25. Beaucoup plus tard, lorsqu’une certaine Valeria, à la tête d’une assemblée de femmes, tente de persuader la mère et l’épouse de Coriolan, Volumnia et Veturia, d’intervenir auprès du jeune chef romain pour le détourner de son funeste projet – attaquer sa patrie aux côtés des Volsques, auxquels il s’était rallié –, elle invoque le précédent sabin :

Nous sommes venues en tant que femmes vers des femmes, sans sénatus-consulte ni décision populaire ; c’est notre dieu qui, ayant pris en pitié nos supplications, nous a inspiré l’idée de nous tourner vers vous et de vous demander le salut pour nous et pour les autres citoyens, et aussi de vous persuader d’acquérir une gloire plus éclatante que celle des filles des Sabines lorsqu’elles amenèrent leurs pères et leurs maris de la guerre à l’unité et à la paix.

  • 26 Plutarque, Vie de Coriolan 33. Voir aussi chez Tite-Live (II, 40, 1-10) le long discours prononcé p (...)

13Si ce passage est extrait d’un texte de Plutarque26, il témoigne d’une efficacité rhétorique fondée sur l’exemplarité et l’appel au passé qui caractérise aussi de nombreux discours prêtés aux femmes dans l’histoire livienne et qui ne les distingue nullement de l’éloquence masculine.

14Manifestement, à Rome, l’exemplarité transcende les distinctions de genre. L’écriture de l’histoire livienne contribue à tisser et à mettre en évidence des relations et des interactions complexes entre masculin et féminin, dont l’histoire des femmes, comme discipline, ne permet pas toujours de rendre compte.

Haut de page

Notes

1 Tite-Live, Histoire romaine I, 58. (Toutes les traductions sont de l’auteur.)

2 Voir notamment Eugen Cizek, Histoire et historiens à Rome dans l’Antiquité, Presses universitaires de Lyon, 1995, Introduction ; Stéphane Ratti, en collaboration avec Jean-Yves Guillaumin, Paul-Marius Martin et Étienne Wolff, Écrire l’histoire à Rome, Les Belles Lettres, 2009, p. 137‑140.

3 Sur cette polysémie, voir l’avant-propos rédigé par Nathalie Richard, dans Écrire l’histoire, no 5, printemps 2010, p. 7‑15

4 Voir Jean-Michel David, « Les enjeux de l’exemplarité à la fin de la République et au début du Principat », dans id. (éd.), Valeurs et mémoire à Rome. Valère-Maxime ou la vertu recomposée, De Boccard, 1998 ; et, sur la mémoire familiale, Catherine Baroin, Se souvenir à Rome. Formes, représentations et pratiques de la mémoire, Belin, 2010, p. 89‑107.

5 Quintilien (Institution oratoire X, 1, 31) reprend la conception cicéronienne (De Oratore II, 9, 36) de l’histoire comme « maîtresse de la vie [magistra vitae] » et réaffirme le rôle fondamental de l’orateur dans le rayonnement et le pouvoir d’action de celle-ci. C’est en entendant les discours des orateurs que les auditeurs, enflammés par l’action oratoire, seront portés à imiter les conduites exemplaires.

6 Voir Jacques Berlioz, Jean-Michel David, « Introduction bibliographique », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, t. 92, no 1 : Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, 1980, p. 15‑31.

7 Comprenant 142 livres, l’Histoire romaine de Tite-Live s’étend de l’arrivée d’Énée et d’Anténor en Italie à la mort de Drusus, beau-fils d’Auguste, en 9 apr. J.‑C. Plus des trois quarts de cette œuvre ont été perdus.

8 Tite-Live, préface 9.

9 Ibid., 10‑11.

10 Ce sont les actions et les paroles (acta/facta et dicta) d’un personnage qui, d’après Tite-Live, manifestent sa virtus. Ce postulat explique la rareté des portraits chez Tite-Live : le personnage se découvre peu à peu à travers ses actes.

11 Tite-Live XXVI, 22, 14 (à propos des élections consulaires pour l’année 210) : « Si la République des sages existait réellement et n’était pas seulement une invention des philosophes, on ne pourrait, à mon avis, y trouver dirigeants plus éclairés et plus insensibles à l’attrait du pouvoir, ni électeurs plus disciplinés. »

12 Eugen Cizek, op. cit., p. 160‑161.

13 Voir respectivement Tite-Live, I, 11, 2 ; II, 13, 11 ; II, 40 ; III, 36 et XXXVIII, 57, 3. Mais l’histoire de ces personnages est également rapportée par de nombreux auteurs de langue grecque ou latine.

14 Sur la théorie du matriarcat, voir Johann Jakob Bachofen, Das Mutterrecht, 1861, et Stella Georgoudi, « Bachofen, le matriarcat et le monde antique. Réflexions sur la création d’un mythe », dans Georges Duby, Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, Plon, t. 1, Pauline Schmitt Pantel (dir.), L’Antiquité, 1991, p. 477-491. Sur le pouvoir des femmes étrusques, voir Marija Gimbutas, The Language of the Goddess, San Francisco, Harper and Row, 1989, et Jacques Heurgon, « Valeurs féminines et masculines dans la civilisation étrusque », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, t. 73, 1961, p. 139‑160.

15 Eva Cantarella, Passato prossimo. Donne romane da Tacita a Sulpicia, Milan, G. Feltrinelli, 1996. Ce prétendu « silence » de la femme romaine est à nuancer fortement : nombreuses sont les paroles de femmes dans l’historiographie, notamment les interventions collectives dans l’espace civique et religieux. Voir Philippe Moreau, « Paroles des hommes, paroles des femmes », dans Florence Dupont (dir.), Paroles romaines, Presses universitaires de Nancy, 1995, p. 53-63 ; John Scheid, « D’indispensables “étrangères”. Les rôles religieux des femmes à Rome », dans Georges Duby, Michelle Perrot (dir.), op. cit., p. 405‑437.

16 Tite-Live I, 57, 10 : « C’est alors [il voit Lucrèce en train de filer la laine auprès de ses servantes] que Sextus Tarquin est saisi par le désir coupable [mala libido] d’abuser honteusement de Lucrèce, séduit par le spectacle de sa vertu autant que par celui de sa beauté [cum forma tum spectata castitas]. »

17 449 av. J.‑C. : Virginia, jeune plébéienne irréprochable, est aimée par Appius Claudius, un décemvir patricien. Celui-ci, ne trouvant aucun moyen de la faire céder à sa passion, charge son affranchi de la revendiquer comme esclave auprès du préteur, en profitant de l’absence de son père, seul apte à attester sa condition libre. Mais, contre toute attente, le père de la jeune fille revient à temps pour se présenter à l’audience : comme Appius Claudius refuse de l’écouter et abuse de son pouvoir en adjugeant Virginia à son affranchi, le père emploie la ruse pour soustraire sa fille à cette union forcée. Demandant à parler à la nourrice en présence de sa fille, il poignarde Virginia pour éviter son déshonneur. Voir Tite-Live III, 36.

18 À la vue du cadavre ensanglanté, présenté au peuple par le fiancé et l’oncle de Virginia, les femmes, aux dires de Tite-Live (III, 48), se seraient livrées à des manifestations de deuil.

19 Il n’y a pas d’histoire universelle à Rome ; seul compte ce qu’ont accompli les Romains ou ce qui, chez les autres peuples, peut leur servir d’exemple. Ce choix s’explique évidemment par le désir de légitimer l’impérialisme romain. Tite-Live précise dans la préface (3) qu’il sera « heureux de contribuer de son mieux à rappeler les hauts faits du premier peuple du monde [rerum gestarum memoriae principis terrarum populi] ».

20 20 Tite-Live II, 12.

21 Ibid., 13, 5-11, et Pline l’Ancien, Hist. nat. XXXIV, 28.

22 Tite-Live I, 26, 13-14.

23 Sur le rôle central du terme monumentum dans la préface de l’Histoire romaine et dans la construction de l’œuvre de Tite-Live, voir l’excellente étude de Mary Jaeger, Livy’s written Rome, Ann Arbor, University of Michigan, 1997. C’est l’espace – le monde romain et surtout la ville de Rome, ses monuments et la mémoire qu’ils portent – qui détermine l’écriture de l’histoire.

24 Née vers 191-189 av. J.‑C., Cornelia était la seconde fille de Scipion l’Africain et avait pour mère une certaine Tertia Aemilia. Elle avait épousé T. Sempronius Gracchus, illustre plébéien dont elle aurait eu une douzaine d’enfants, dont les célèbres frères Gracques. Devenue veuve, elle repoussa une alliance avec un descendant des Ptolémées afin de pouvoir se consacrer entièrement à l’éducation de ses enfants.

25 Chez Tite-Live (I, 11, 2), une Sabine se détache du groupe pour parler aux Romains. Si l’on compare ce récit avec la version qu’en donne Denys d’Halicarnasse (II, 45), cette oratrice devait être Hersilia, la seule matrone qui fut enlevée (par erreur ou parce qu’elle n’avait pas voulu quitter sa fille), et que Romulus prit comme épouse.

26 Plutarque, Vie de Coriolan 33. Voir aussi chez Tite-Live (II, 40, 1-10) le long discours prononcé par Veturia pour rappeler à son fils ses devoirs envers sa patrie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jérôme Prud’homme : La Mort de Lucrèce (1784)
Légende Saint-Quentin – Musée des Beaux-Arts : Musée Antoine-Lécuyer
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/798/img-1.png
Fichier image/png, 598k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Valette, « L’exemplarité dans l’Histoire romaine de Tite-Live », Écrire l'histoire, 6 | 2010, 19-26.

Référence électronique

Emmanuelle Valette, « L’exemplarité dans l’Histoire romaine de Tite-Live », Écrire l'histoire [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/798 ; DOI : 10.4000/elh.798

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Valette

Emmanuelle Valette, maître de conférences de langue et civilisation latines à l’université Paris Diderot-Paris 7 et membre de l’UMR 8142 (ANHIMA : Anthropologie et histoire des mondes anciens), aborde l’histoire du monde romain par le biais de l’anthropologie culturelle. Elle s’intéresse principalement à l’histoire des pratiques lettrées (écriture, lecture, rhétorique, grammaire, bilinguisme). Parmi ses publications : La Lecture à Rome. Rites et pratiques (Belin, 1997) ; avec Florence Dupont (dir.), Façons de parler grec à Rome (Belin, 2005) ; avec Valérie Huet (dir.), Et si les Romains avaient inventé la Grèce ? (Mètis, nouvelle série, no 3, 2005) ; « Prisca verba. Valeurs et usages de l’ancien dans les conceptions romaines du langage en acte » (Ktéma, no 31, 2006, p. 137-154) ; avec Catherine Baroin, « Quand les Romains s’habillaient à la grecque : les divers usages du pallium » (Revue historique, no 643, juillet 2007, p. 517-551) ; « Le “grammairien-législateur” : figures de la norme dans l’imaginaire linguistique romain » (Mètis, nouvelle série, no 8, à paraître en novembre 2010).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals