Navigation – Plan du site
Historiens de soi (2)

Présentation

Marc Hersant
p. 113

Texte intégral

1Les textes de ce numéro 6 poursuivent l’investigation d’une « histoire de soi » distincte de l’autobiographie (au sens de Philippe Lejeune) que les études du numéro précédent sur César, Guillaume de Machaut et Jacques-Auguste de Thou avaient entamée. C’est avec Retz, Stendhal et de Gaulle que nous abordons maintenant ces écritures de soi qui sont aussi des écritures de l’histoire. Ainsi Stendhal, dont l’œuvre dite « intime » permet la saisie de son moi comme objet historique, ne cesse, comme le montre Yves Ansel, de rencontrer et de dire l’histoire.

2La frontière qui est supposée séparer le récit de soi et le récit historique est une frontière fragile. Rousseau avec ses Confessions, considérées parfois comme la première autobiographie moderne, les désigne, on le sait, à plusieurs reprises comme « mémoires », et il savait fort bien qu’en racontant sa vie la plus personnelle il produisait une page d’histoire. Au siècle précédent, le cardinal de Retz n’aurait même pas compris l’opposition entre autobiographie et Mémoires telle qu’elle fut plus tard pensée par les théoriciens de la littérature, tant il était évident pour lui que parler de sa vie dans ses dimensions y compris les plus personnelles était un acte d’historien. Malina Stefanovska fait de la distance du mémorialiste vis-à-vis de son « moi » ancien la clef de cette lecture de soi-même comme objet d’histoire.

3Chez de Gaulle tout au contraire, comme le montre Jean-Louis Jeannelle, ces deux pôles de la narration, le sujet remémoré et l’instance mémoriale, semblent toujours se confondre, « comme si le sujet ne faisait qu’actualiser une identité et une volonté préalables [à des] événements » dont il ne perd jamais sinon la maîtrise, du moins la compréhension. La formule « pour moi » qu’étudie Jean-Louis Jeannelle dans les Mémoires de guerre est emblématique de l’autopromotion du général de Gaulle en grand homme historique, dont la puissance d’incarnation de la France tient au caractère exemplaire des actions, et, contre les opinions du moment, à une hauteur de vue que les événements ne font que valider. Ceux de 1958 – le retour au pouvoir du Général – semblent en tous cas confirmer l’efficacité de cette assomption de soi pour soi. Pour de Gaulle comme pour César, écrire l’histoire – de soi, de son peuple –, c’est aussi la faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Hersant, « Présentation », Écrire l'histoire, 6 | 2010, 113.

Référence électronique

Marc Hersant, « Présentation », Écrire l'histoire [En ligne], 6 | 2010, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/833

Haut de page

Auteur

Marc Hersant

Marc Hersant, maître de conférences à l’université Bordeaux-III, étudie l’écriture de l’histoire et les mémorialistes des xviie et xviiie siècles, notamment à travers Retz, Saint-Simon et Voltaire. Il a en particulier publié : « Vitesse d’écriture et vérité aristocratique dans les Mémoires du cardinal de Retz et dans les Mémoires du duc de Saint-Simon » (xviie siècle, no 231, avril-juin 2006, p. 199-216), « Autodestination et mondanité dans les Mémoires de Mme de Staal-Delaunay » (Dix-huitième siècle, no 39, 2007, p. 555-576), « “Malheur au détail” : Voltaire, l’historien pressé » (Écrire l’histoire, no 4, Le Détail (2), 2009, p. 15-24). Son étude sur « Le discours de vérité dans les “Mémoires” du duc de Saint-Simon » est parue en 2009 chez Champion. Il codirige un Dictionnaire Saint-Simon à paraître dans la collection « Bouquins ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals