Navigation – Plan du site
Dossier de presse

Hommage à Youssef Idris

Philippe Vigreux
p. 141-143

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Tâche malaisée que de rendre le dernier hommage à un écrivain. D'autant plus malaisée qu'il était grand et que l'on est soi-même petit. Que dire ? Les civilités de rigueur ? Parler de l'œuvre ? Elle parle d'elle-même et nous ne sommes pas critique. Parler de l'homme ? Ce serait le mieux à faire. Encore faut-il l'avoir connu. Dès lors n'ont d'intérêt que ces témoignages précieux de personnalités l'ayant approché. Le dossier ici rassemblé nous comble à cet égard.

2Je n'avais d'autres repères, pour cerner le personnage, que des morceaux de son œuvre, incontournables, Al-farâfîr, Arkhas layâlî et quelques autres dont le caractère le plus éminent à mes yeux demeurait sans doute celui d'une profonde humanité. D'où la nouvelle choisie pour rendre cette fois-ci à l'auteur disparu l'hommage utile d'un passage vers notre langue.

3Tâche malaisée encore une fois. Le style ici accroche, illustration parfaite de la langue mixte d'Idris. Injection du dialecte dans la narration, traduction en arabe « littéraire » d'expressions purement dialectales. Phrases courtes jetées les unes au bout des autres au mépris, sinon d'un enchaînement logique des propositions, tout au moins d'une « articulation ». Répétition des sujets – « Chabrâwî, Zbeïda » – donnant à la phrase un caractère d'unicité. Mise en facteur commun d'un verbe dont le rapport logique avec l'enchaînement des propositions se dissout au fil de l'énoncé. D'où le sentiment parfois d'une phrase vrillée, soutenue par une fausse logique. Tous ces faits sont longuement analysés dans les articles qu'on va lire. Devant eux le traducteur reste perplexe. Plus que jamais s'impose l'option cruelle et fondamentale : faut-il céder à la bienséance du français, coloniser l'autre langue ? Au reste, Youssef Idris a-t-il jamais cédé à la bienséance ? A-t-il jamais été, dans sa vie et son œuvre, conventionnel ?

  • 1  Youssef Idris n'avait pas caché son amertume lorsque le prix Nobel avait été attribué à Naguib Mah (...)
  • 2  Yûsûf Idris 'alâ fûhat burkân, al-Dâr al-Masriyya al-Lubnâniyya, Le Caire 1991, pp. 46-49.

4C'est en tant que traducteur aussi qu'un lien sensible m'avait attaché à Youssef Idris, négativement, lors de la première attribution du prix Nobel à un auteur arabe. Après cinq ans passés dans la proximité d'un écrivain, on ne peut que faire corps avec lui, se réjouir pour lui, être atteint par ce qui l'atteint. L'attitude d'Idris1 m'avait choqué. Mais Youssef al-Qa'îd nous dévoile ici les soubassements de la réaction d'un homme en manque de reconnaissance, jamais récompensé il est vrai comme il aurait dû l'être de son vivant. Aussi bien, s'en était-il expliqué lui-même au cours d'une dernière série d'interviews accordée à Mahmoud Fawzi2, dédouanant Mahfouz de toute « déficience patriotique ».

5Pour le reste, Idris nous lègue une œuvre considérable qu'il est de notre devoir aujourd'hui de livrer au monde. Si les critères d'attribution du Nobel sont ceux d'une œuvre « idéaliste à vocation universelle », nul doute que, par son humanité même, celle d'Idris l'eût mérité... elle aussi. Oeuvre assez tôt interrompue comme le souligne Youssef al-Qa'îd. On le lui a suffisamment reproché. Mais la plume a-t-elle jamais quitté sa main ? A-t-il vraiment failli au précepte par lui-même édicté, puisant comme souvent chez lui à la sagesse de l'expression populaire et fidèle à l'idée centrale de son œuvre dramatique suivant laquelle chacun en ce monde a un rôle à jouer et doit s'y tenir. Une leçon dont nous devrions nous inspirer pour soutenir notre vie :

  • 3  Derniers mots d'une nouvelle de Youssef Idris, Yamûtu-l-zammâr.

« Joueur de hautbois est à la mort que ses doigts bougent encore. Car le jeu a forgé les remous de son existence. Alors forcément, il continue à jouer. Jusqu'à l'heure du Jugement. Non, ce n'est pas pour rire, il y a une morale à cela. Plutôt que de mourir forfaisant à ton rôle, continuer à jouer, n'est-ce pas là le sublime, aussi terne et faux qu'apparaisse ton jeu ? Car viendra inévitablement le jour où il s'ennoblira et, par sa justesse même, forcera les autres à écouter... Et quand bien même ce jour ne viendrait pas, que veux-tu faire d'autre ? C'est ton destin, et tu ne peux le racheter. »3

Haut de page

Notes

Youssef Idris vu par Georges al-Bahgun (al-Musawwar 9août 1991)

1  Youssef Idris n'avait pas caché son amertume lorsque le prix Nobel avait été attribué à Naguib Mahfouz.

2  Yûsûf Idris 'alâ fûhat burkân, al-Dâr al-Masriyya al-Lubnâniyya, Le Caire 1991, pp. 46-49.

3  Derniers mots d'une nouvelle de Youssef Idris, Yamûtu-l-zammâr.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ema/docannexe/image/1175/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Vigreux, « Hommage à Youssef Idris », Égypte/Monde arabe,Première série, 7 | 1991, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ema/1175

Haut de page

Auteur

Philippe Vigreux

Cedej

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals